Agence haitienne de presse (AHP)
www.ahphaiti.org
Captez Radio Solidarité,  le meilleur son sur les ondes et sur le net
radiosolidaritehaiti.net
         Sur CVL:     605- 475-6891
Et sur audio Now: 712-432-7073

Aubaine: Maison à vendre  au # 41 de la Rue Faustin 1er, Canapé-Vert
à proximité de Tag Market. Pour infos, appelez le 34-35-0250


Nouvelle du 25 février 2015

Un nouvel ambassadeur haïtien  nommé pour la République dominicaine: le sociologue Daniel Supplice   remplace l'ambassadeur Friz cinéas

Port-au-Prince, le 25 février 2015 – (AHP)-Les autorités haïtiennes ont nommé un nouvel ambassadeur  pour la république dominicaine. Le sociologue Daniel Supplice   remplace l'ambassadeur Friz cinéas rappelé en consultations le 20 février suite à la pendaison 9 jours plus tôt ( 11 février)  de Henri Claude jean, un jeune de 23 ans, sur une place publique de Sanyiago

L'ambassadeur en mission à Santo-Domingo depuis 10 ans, nommé sous le regime de Latortue, confirmé par Preval puis par Martelly, aurait reçu la comsigne de faire le suivi du dossier et de s'assurer que  cet asasinat soit clarifié. Ce qui ne semble pas avoir eté fait au gôut de ses superrieurs hiérachiques qui ont eu à  faire des déclarations inappropriées, n'ayant pas été informé. Comme celle faite le 13 fevrier par le chancelier Duly Brutus, selon laquelle des demarches etaient en cours pour rapatrier le corps de la victime , alors qu'elle avait eetee inhumé la veille.

Daniel Supplice qui vient d'être nommé, a ocupé récemment sous Martelly  le poste de Ministre ds haïtiens vivant à l'Etranger. Il avait eté entre autrs sous Duvalier  secrétaire d'Etat aux Affaires Sociales, Consul Général d'Haïti à Tokyo,  directeur général de l'immigration, Sous-secrétaire d'Etat de l'Intérieur et de la Défense nationale.

La nouvelle de la nomination de Daniel Supplice a été rendue publique, alors que des milliers de personnes de differents secteurs  du pays organisaient ce mercredi  une marche ayant abouti devant le consulat dominicain à Port-au-Prince pour protester  contre la xénophobie, le racisme et la violence à l'encontre des Haïtiens  en Républiqie dominicaine.

Des étudiants de plusieurs facultés de l’Université d’Etat d’Haïti réclament la liberation sans condition d'un de leurs collègues arrêtes et malraités sous de fausses accusations: Ils menacent de donner une reponse

Port-au-Prince, le 25 février 2015 – (AHP) – Des étudiants de plusieurs entités de l’Université d’Etat d’Haïti ont vivement condamné mercredi, les mauvais traitements infligés à l’un de leurs camarades, Shedlin Guilloux lors de son arrestation lundi par des agents de la police nationale.

Selon les étudiants, il a été accusé  à tort d'avoir incendié un bus de la cour ds comptes. De toute façon, rien ne justifie les sévices auxquels il a été soumis par des policiers et des agents de securité de la Cour., ont souligné les étudiants

Des images filmées et diffusées par  la télévision lundi, ont montré des agents d’unités spécialisés de la PNH maitrisant un individu le visage ensanglanté.

Shedlin Guilloux, affirme avoir été arrêté par des agents de la PNH suite à une situation tension  qui regnait à l’avenue Christophe.

Il a indiqué n’avoir rien à voir avec l’incendie, plus tôt, d’un autobus de la cour supérieur des comptes, en marge d’une manifestation d’étudiants contre notamment le cout élevé de l’essence à la pompe et les amuvaises conditions de vie de la population.

Ses camarades de l’IERAH et de la faculté des sciences humaines entre autres, accusent des agents de la police et  de la cour des comptes, de l’avoir roué de coups. Des actes qui, disent-ils, s’apparentent aux mauvais traitements infligés par les dominicains aux ressortissants haïtiens vivant de l’autre côté de la frontière et à ceux subis par l'actuel premier ministre sous le regime du géneral Prosper Avril.

Ils se disent révoltés et choqués du fait que des actes aussi arbitraires soient perpétré sous un gouvernement conduit par M. Paul  et menacent de donner une réponse.

Ces étudiants se démarquent des actes de violence enregistrés ces dernières semaines en marge de leurs manifestations.


"Nous sommes victimes d’une campagne médiatique orchestrée par ceux qui veulent nous faire passer pour des casseurs alors que nous défendons une cause juste", ont indiqué Jeff Dorvilien, James Saint-Sumé de l’IERAH et  Lunay Jacques de la faculté des sciences humaines.


Mardi, dans un communiqué, la cour supérieure des comptes et du contentieux administratif a  déploré l’incendie de son autobus qui était garé dans l’environnement de l’institution.
.

"Un acte barbare qui participe de la volonté de certains groupes de s’attaquer aux biens de l’Etat, écrivait la CSC/CA appelant les forces de l’ordre à prendre des mesures pour assurer la protection de ses locaux , sans toutefois accuser qui que ce soit.

Les étudiants informent qu’ils vont porter plainte contre les auteurs de la bastonnade, plus precisément contre la police et la Cour des Comptes.

Le sénateur Jean-Baptiste Bien-Aimé s'est montré très critique vis-a-vis des agents qui ont bastonné l’étudiant Shedlin Guilloux ainsi que ceux qui ont appréhendé un jeune de 17 ans, Kinderson Esdras accusé d’avoir lancé des pierres en direction du président Michel Martelly samedi au Champ-de-Mars.

lI fait remarquer que si le président Martelly  essuie des jets de pierres, cela traduit son impopularité auprès de la population.


Des milliers de personnes d'horizons divers manifestent côte à côte contre les violences faites aux Haïtiens en République dominicaine: le gouvernement dominicain accusé de tolérance voire de complicité dans les actes barbares; le gouvernement haïtien accusé d'incompétence et de laxisme dans la défense des interêts des haitien en République dominicaine

Port-au-Prince, le 25 février 2015 – (AHP)- Plusieurs  milliers de personnes, issus de secteurs divers  ont participé ce mercredi à une  marche pour la dignité organisée à l’initiative de différentes associations de la société civile dont le collectif du 4 décembre.

Cette marche visait particulièrement à dénoncer la barbarie des ultranationalistes dominicains contre des ressortissants haïtiens vivant de l’autre côté de la frontière.

La marche silencieuse avait débuté place Dessalines au Champ-de-Mars en présence de nombreux dirigeants politiques, entre autres Charles Henry Baker, Maryse Narcisse et Myrlande Manigat, des parlementaires et anciens parlementaires, des avocats en toge, des musiciens et de nombreux autres citoyens.

Ils ont tous ont dénoncé les traitements inhumains infligés aux Haïtiens en République dominicaine et appelé le gouvernement haïtien à prendre des dispositions de nature à mieux défendre les intérêts des expatriés.

La marche s’est d’abord dirigée vers le ministère des affaires étrangères où les organisateurs ont remis au chancelier Duly Bruts, une déclaration signée par de nombreux citoyens dénonçant les violations des droits des haïtiens en République dominicaine.

C’est le directeur de l’ISC, Rosny Desroches, également membres du collectif du 4 décembre qui a lu la déclaration. Elle met en évidence le fait que les gouvernements des deux pays aient minimisé l’ampleur du crime commis contre Heny Claude Jean  et la campagne anti-haïtienne qui s’est renforcée ces derniers temps de l’autre côté de la frontière.

Une attitude de nature à encourager la perpétration d'actes xénophobes contre les ressortissants haïtiens en république voisine.

Le ministre Duly Brutus a salué la solidarité des Haïtiens notamment après les évènements de Santiago (meurtre suivi de  pendaison de Henry Jean Claude Jean ) et d’Elias Piña (assassinat de Louis Jose dont le cadavre a été brûlé.

Une solidarité indispensable à la construction de la nouvelle Haïti, a souligné le chancelier plaidant en faveur de la paix sociale et de l’unité nationale.

Plusieurs des participants dont le sénateurs Steven Benoit et  l'ancien sénateur Moïse Jean-Charles ont souligné la necesité que l'Etat  haïtien assume ses responsablités en creant les conditions susceptibles d'encourager les Haïtiens à rester dans leur pays. Moïse Jean-Charles a surtout insisté sur la nécessité de la poursuite de la lutte visant à écarter le president Martelly du pouvoir , en vue d'un changement des conditions de vie de la population.

Puis la marche  s’est dirigée vers l’ambassade de la république dominicaine à Pétion-Ville où un groupe a descendu et brûlé le drapeau domiicain.

 Cependant, délégation a été reçue par l’ambassadeur dominicain en Haïti Ruben Silie Valdez.

Les représentants des organisations haïtiennes ont exprimé leur désapprobation des actes xénophobes contre les ressortissants haïtiens vivant en république dominicaine.

Ils ont aussi prôné le respect et la paix entre les deux peuples, rappelant qu’Haïti représente un partenaire économique important pour la république dominicaine.

De son côté, l’ambassadeur Ruben Silie a reconnu qu’il s’agissait d’une marche pour la paix  sur l’île et soutient que son gouvernement est conscient des efforts à accomplir pour favoriser une cohabitation harmonieuse des deux peuples.

Lever de boucliers contre le personnel des BEDs et des BECS  dans plusieurs regions du pays et en faveur d'elections libres , honnêtes et inclusives, pour ramener la paix au pays

Port-au-Prince, le 25 février 2015 – (AHP)-  Le maintien des personnels des bureaux électoraux departementaux et communaux posent problème  dans plusieurs régions du pays,  alors  que le nouveau conseil électoral dit vouloir prendre des  disposition pour favoriser la tenue de nouvelles élections  avant la fin de l'année.

Plusieurs secteurs politiques et des organisations de base dans  les départements du Sud , des Nippes et  du Nord-Ouest  notamment,
multiplient declarations et notes de presse pour expimer leur manque de confiance dans l'appareil electoral censé organiser les elections.

En depit  peut-être de la volonté de certains membres du CEP à partciper à l'organisaton d'élections crédibles, la machine électorale pourrait  dérouter ces joutes avec la présence d'éléments parachutés dans les BEDS et BECS, qui sont accusés d'avoir  participé à des fraudes massives lors des élections de 2011.  C'est la conclusion de plus d'une vingtaine d'organisations du Nord-Ouest.

Dans les Nippes, un autre groupe d'organisations estiment que les prochaines  elections pourraient donner lieu à une hécatonbe , si certaines personalites dont le delégue departemental, Alex Tropnas, continuent d'avoir la même main-mise sur l'organisation des élections.

Dans le Sud, les représentants d'organisations politiques comme Fanmi Lavalas et l'organisation du peuple en lutte, réclament tout simplement le changement des personnels des bureaux électoraux dont la plupart avaient échoué aux examens de recrutement.

A Port-au-Prince, des partis comme Respect de Charles Henri Baker s'inquiète de la présence de Pierre-Louis Opont au CEP et surtout à la presidence de cette institution pour le rôle qu'il est accusé d'avoir joué dans les fraudes ayant émaillé les joutes de de 2011.

Plusieurs  secteurs lui demandent même de rendre publics certains   faits  qu'il aurait racontés à plusieurs de ses amis, à savoir  comment les résultats de ces joutes notamment de la presidentielle, ont ete décidés, quel rôle ont joué le conseil, particulièrement le president et le Direceur géneral du CEP, le chef de l'Etat de l'époque et certains diplomates.

La meilleure façon de ramener la paix au pays, c'est l'organisation d'élections libres , honnêtes et inclusives où les meilleurs et les plus populaires gagnent. Tout autre façon de faire ne peut qu'enfoncer le pays davantage dans l'abîme.


Nouvelles du 24 février 2015

De nombreux secteurs et personnalités mobilisés en faveur de la marche  contre la xénophobie et le racisme contre les Haïtiens  en Républiqie dominicaine: la table de concertation apporte son appui mais appelle les organisations initiatrices à se mobiliser aussi en faveur des  préoccupations de la population

Port-au-Prince, le 24 février 2015 – (AHP) De nombreux secteurs et personnalités sont mobilisés pour prendre part à la journée de sensibilisation qui sera organisée ce mercredi à l’initiative de plusieurs organisations dont le collectif du 4 décembre et l’initiative de la société civile.
 
Une série de mouvements qui visent à dénoncer les actes xénophobes dont sont victimes des ressortissants haïtiens qui vivent en république dominicaine, entre autre la pendaison de Henry-Claude Jean dont le corps a été retrouvé roué de coups et poignardé ainsi que le meurtre de Luis Jose dont le cadavre a été incendié.
 
La marche silencieuse partira de la Place Dessalines au Champ-de-Mars pour prendre fin devant l’ambassade dominicaine à Pétion-Ville après une brève escale devant le ministère des affaires étrangères à Delmas 60.
 
Le coordinateur du collectif, Jean Robert Arguant appelle les citoyens à répondre massivement à cette marche silencieuse et non partisane pour dire non à la barbarie contre les haïtiens.

Il rappelle que l`assassinat  d’Henry Claude Jean le mercredi 11 février dernier à Santiago a provoqué une vague d’indignation dans les communautés haïtiennes.

Il estime que le gouvernement haïtien n` a pas réagi avec fermeté sur le plan diplomatique et annoncent que des organisations citoyennes envisagent de porter cette affaire par devant la cour internationale des droits de l homme au cas où les autorités dominicaines refusent d’agir contre l’haitiannisme.

 
Jean Robert Arguant invite les protestataires à éviter de souiller le drapeau dominicain comme l’ont fait récemment des Dominicains qui ont piétiné et incendié le bicolore haïtien.
 
De son côté, le directeur exécutif de l’initiative de la société civile, Rony Desroches invite les élèves de tous les établissements du pays à entonner l’hymne national sous le coup de 10 heures en même temps que les marcheurs qui, à ce moment précis, seront au Champ-de-Mars pour lancer la marche silencieuse.
 
Ce sera leur contribution à  la mobilisation, puisqu’il ne leur sera pas demandé de râter un jour de classe pour marcher avec la société civile.
 
De son côté, l’ancienne conseillère électorale Ginette Chérubin souligne que l’accent doit aussi être mis sur la représentation diplomatique d’Haïti de l’autre côté de la frontière, soulignant que les diplomates haïtiens doivent faire quelque chose pour défendre les intérêts des ressortissants haïtiens qui vivent en république dominicaine.
 
"Si la situation s’améliore en Haïti sur les plans économique et social, les citoyens haïtiens ne vont pas s’aventurer dans la partie est de l’ile en quête de mieux être", a-t-elle fait savoir.
 
Après l’Union des Normaliens haïtiens (UNNOH) et le Barreau de Port-au-Prince lundi, c’est autour de la table de concertation de l'opposition d’annoncer son appui à la mobilisation du 25 février et appelle ses partisans et sympathisants à prendre part à la marche silencieuse.
 
Assad Volcy, Serge Jean-Louis se disent consternés et révoltés par les traitements infligés aux ressortissants haïtiens en république dominicaine et appellent le gouvernement à traiter ce dossier avec le sens de la responsabilité et invitent les organisations de la société civile à participer elles aussi, aux différents mouvements de l’opposition.

Pour sa part, le coordonnateur du Mouvement National de l’Opposition Populaire,  André Fadot,  tout en adressant ses sympathies aux proches des victimes, dit espérer que  les organisations initiatrices de cette marche ne tarderont pas à se soucier des revendications et des préoccuptions de la population et  protester contre les graves violences de ces derniers jours à Cité Soleil .
 


Le candidat du PRSC, Federico Antún Batlle  appelle les Dominicains à défendre la patrie contre ce qu'il appelle l'occupation pacifique de milliers d'illégaux haïtiens: il a fait savoir que tous les secteurs de la société dominicaine doivent livrer cette bataille pour le bien des générations futures

Santo-Domingo, le 24 février 2015 – (AHP)
-
Comme pour repondre à la mobilisation en Haïti, en République dominicaine, le candidat du parti reformiste social chrétien (PRSC), Federico Antún Batlle (Quique), appelle les Dominicains à défendre la patrie contre ce qu'il appelle l'occupation pacifique  du territoire  national contre des miliers d'Haïtiens  qui traversent la frontière sans aucun contrôle.

Antún Batlle a fait savoir que  la patrie doit se défendre  en faisant respecter la souveraineté nationale et que c'est une bataille que tous les secteurs de la société dominicaine doivent livrer pour le bien des générations futures.

Il a fait savoir que le parti de Balaguer  est impliqué dans le combat pour la  défense de la souveraineté, se disant "convaincu que la nation est en danger avec cete occupation pacifique insupportable d'immigrants illégaux haïtiens".


Le dossier des accusations de corruption contre la première dame et le fils ainé du président Michel Martelly   renvoyé au  tribunal de première instance: prochaine audience  prévue le 26 Février; Me Newton Saint-Juste promet aussi que l'ancien premier ministre Laurent Lamothe rendra des comptes

Port-au-Prince, le 24 février 2015 – (AHP) -Le dossier des accusations de corruption contre la première dame et le fils ainé du chef de l’Etat, Sophia Saint Remy et Olivier Martelly  est renvoyé par la cour d’appel au  tribunal de première instance, conformément à la requête des avocats de la partie dénonciatrice. La prochaine audience est prévue le 26 Février.

L’avocat Newton St Juste dénonce des manœuvres de l’exécutif qui tenterait de manipuler ce dossier en vue d’empêcher son aboutissement.

Il a fait savoir que le juge, Ramoncite Accimé,  a été appelé spécialement par le doyen, Raymond Jean Michel, pour traiter l’affaire.


Me St Juste qui accuse l’équipe au pouvoir de gaspillage de fonds publics plaide en faveur de la poursuite des contestations contre le régime en place.

Depuis décembre, je le repète, le pouvoir fait tout pour empêcher l'aboutissement du dossier. Il n'aura pas gain de cause", a fait savoir Me Saint-Juste

Il a aussi indiqué que grâce aux démarches qu'il a entreprises de concert avec son collègue André Michel, le dossier des acusations pour fraudes fiscales et coruption contre Olivier Martelly est devant un ribunal à Miami.

" Le monde est aujourd'hui un couloir, tous ceux qui se rendent coupables de corruption seront rattrapés où qu'ils aillent", a-t-il dit..

Dans ce sens, il a fait savoir  que même si L'ancien premier ministre Laurent lamothte circule partout aujourd'hui, un jour viendra où même s'il se cache sous terre, il devra rendre des comptes pour le pillage des deniers publics et rendre les fonds petro caribe volés.

Pour cela, a-t-il dit,  la population doit continuer à se battre pour changer les dirigeants aujourd'hui à la tête du pays.

"Tous les grands buildings contruits avec des fonds volés feront partie sous peu du patrimoine national, et serviront entre autres de bibliothèques, d'hôpitaux et autres..


Me André Michel dénonce l'arrestation d'un étudiant accusé d'avoir incendié un bus de la Cour des Comptes et les amuvais traitements infligés à un jeune accusé d'avoir lancé des pierres et un bidon d'eau contre le président Martelly

Port-au-Prince, le 24 février 2015 – (AHP) -L’avocat et militant politique Me André Michel dénonce l’arrestation jugé arbitraire de Chedler Guilloux, un étudiant de l’école normale supérieure (ENS), accusé d’avoir incendié un autobus de la cour supérieur des comptes et du contentieux administratif (CSCCA).

Selon l’avocat, l’étudiant aurait été malmené par des agents de sécurité de la Cour supérieure des Comptes et des policiers.

En observant a-t-il dit, le visage tuméfié de Chedler Guilloux, il dit se rappeler les sévices infligés à Messieurs  Evans Paul et Marino Etienne sous le regime de Prosper, disant regretter que M. Paul dirige aujourd'hui, selon lui, un gouvernement  qui se rend coupable de violation de droits humains

Me André Michel dénonce également l’arrestation du citoyen Kinderson Ydras  le 21 Février dernier peu après les funérailles des victimes du drame du 2ème jour gras. Le prévenu est accusé d’avoir jeté des pierres et un  bidon contenant un liquide, contre le chef de l’Etat.

Il a dit regretter toute agression contre le président, précisant toutefois que les agents de ce dernier doivent se garder  de reagir aveuglément.

Pour cet avocat considéré comme l'un des plus farouches opposant au pouvoir Martelly, le chef de l'Etat  est conspué partout  et n'a plus rien d'autre  à faire que  se retirer.



Lancement  officiel  mardi deux programmes visant à préserver l’environnement: une initiative du Ministère de l’environnement et de la délégation de l’union européenne

Port-au-Prince, le 24 février 2015 – (AHP) - Le Ministère de l’environnement et la délégation de l’union européenne en Haïti ont lancé officiellement ce  mardi deux programmes visant à préserver l’environnement.
 
Il s’agit d’un programme d’appui à la prise en compte du changement climatique dans le développement du pays et du volet environnement du programme binational réalisé avec la république dominicaine. Les deux pays participent aux initiatives visant à aider le pays à mieux faire face aux changements climatiques.
 
Le ministre de l’environnement, Jean-Marie Claude Germain affirme se réjouir que l’Union Européenne continue d’appuyer les autorités haïtiennes notamment par la mise en œuvre de ces programmes qui qui vont beaucoup contribuer au renforcement institutionnel et à la mise en place de conditions pour la prise en compte des changements climatique dans les politiques publiques.

M. Germain a souligné que les pays insulaires sont particulièrement concernés par les changements climatiques, d’où, a-t-il dit, la nécessité de prendre des mesures pour pouvoir s’adapter.

De son côté, l’ambassadeur Javier Niño Peres a réaffirmé la volonté de l’UE de continuer à accompagner les autorités haïtiennes qui, affirment  placer les questions relatives à la protection de l’environnement au rang de leurs priorités.

Le diplomate donne la garantie que l’UE va continuer à appuyer les initiatives qui touchent le développement durable en Haïti et rappellent que les deux projets lancés officiellement ce mardi bénéficient d’un enveloppe d’environ 10 millions de dollars US.

*** Cérémonie d’inauguration ce mardi de l’hôtel Marriott en présence du président et de son premier ministre ainsi que de nombreuses personnalités dont l’’ancien président américain  Bill Clinton et l’ancien premier ministre Laurent Lamothe. Un Hôtel de 175 chambres à Turgeau qui permettra la création de plusieurs centaines d`emploi dans ce secteur, selon les responsables.

***Un policier affecté à la Direction de la Circulation et de la Police Routière, Nazaire Jean Baptiste s’est donné la mort lundi soir  dans sa voiture. Le porte-parole adjoint de la PNH, Garry Desrosiers qui déplore cette disparition, informe qu'une enquête sera ouverte pour faire  toute la lumière sur ce suicide.

Nouvelles du 23 février 2015

Nouvelle marche pour dire non à la barbarie et au racisme dont sont victimes des ressortissants haïtiens en République dominicaine

Port-au-Prince, le 23 février 2015 – (AHP) – Plusieurs organisations de la société civile appuient l’initiative du collectif  4 décembre d’organiser mercredi, une journée de mobilisation pour dire non à la barbarie et au racisme dont sont victimes les ressortissants haïtiens en république dominicaine.

Un jeune haïtien Henry Claude Jean a été retrouvé pendu le 11 février sur une place publique  à Santiago, en République dominicaine
 
La marche du 25 fevrier sera également l’occasion d’appeler au respect et à la paix entre les deux peuples.
 
Elle partira de la place Dessalines au Champ-de-Mars dans le centre de la capitale pour prendre fin devant l’ambassade de la République dominicaine à Pétion-Ville, après une escale devant le ministère des affaires étrangères.
 
Ce lundi, les avocats du barreau de Port-au-Prince ont voté à l’unanimité une résolution pour habiliter le conseil de l’ordre à participer aux initiatives de la société civile haïtienne qui visent à dénoncer les actes xénophobes contre les ressortissants haïtiens en République dominicaine.
 
Le bâtonnier Carlos Hercules  informe qu'avec cette résolution, le conseil pourra signer les documents et donner, le cas échéant, un accompagnement juridique aux acteurs de la société civile dans leurs démarches.
 
Carlos Hercules qui déplore l’inertie des autorités haïtiennes et ce qu’il appelle l’insensibilité du gouvernement devant les actes arbitraires commis contre les ressortissants haïtiens en république dominicaine, invite les membres du barreau à participer en toge, à la marche prévue ce mercredi à l’initiative du collectif 4 décembre.
 
De nombreux avocats qui ont pris part à cette convocation à l’extraordinaire ont appelé le bâtonnier à contacter les autres barreaux d’Haïti et ceux de l’étranger pour faire pression, de concert avec la société civile, sur la république dominicaine.
 
Jean Bonald Golinsky et André Michel entre autres ont appelé à la fin des actes xénophobes contre les ressortissants haïtiens qui vivent de l’autre côté de la frontière et demandent que le débat sur l’arrêt TC 168-13 de la cour suprême dominicaine soit relancé.
 
L’Union nationale des normaliens haïtiens UNNOH, dit aussi appuyer l’initiative du collectif du 4 décembre. Son coordonnateur Josué Mérilien invite le monde éducatif à prendre part à cette mobilisation.
 
Le syndicaliste propose qu’une minute de recueillement soit observée à midi dans toutes les écoles du pays et que les enseignants organisent des débats autour de la situation des Haïtiens qui vivent de l’autre côté de la frontière.
 
L’ex président dominicain Leonel Fernande est  pointé du doigt dans la campagne dans la campagne raciste, xénophobe et anti-haïtienne   en République Dominicaine.

Plus d’une centaine d’organisations et de personnalités lui ont  en effet adressé le 19 février 2015, une correspondance,  pour lui demander d’intervenir face à la campagne anti-haïtienne dans son pays

Les signataires lui ont rappelé entre autres un fait indéniable,  à savoir que, lors des élections présidentielles de 1996 en République Dominicaine, il a bénéficié de la campagne anti-haïtienne la plus haineuse depuis la dictature de Trujillo.

Beaucoup  de secteurs estiment aussi  que les déboires des Haïtiens en République dominicaine sont dus en partie au laxisme et à l'indifference des autorités haitiennes.

Dans le cas du jeune homme pendu en republique dominicaine, on estime que
si les autorités dominicaines ont les coudées franches, c'est parce que  sa jeune épouse, Erzilia Celuma, 22 ans, n' aurait reçu aucune assistance des rsponsables haïtiens en haïti  et en Republique dominicaine pour gérer un dossier aussi lourd politiquement.

La veuve a ete abandonnée aux autorites et à  la presse dominicaines, sans encadrement .

Le chancelier haitien Duly Brutus, n' était même pas au courant que  les funérailles et l'inhumation de Henry Claude Jean  avaient eu lieu le 12 février, puisqu'il annonçait  le 13 février que des démarches étaient en cours pour rapatrier son corps.

  Vers une  reprise des activités sur le site de Damien qui héberge le ministère de l’agriculture et la faculté d’agronomie: un nouveau ministre installé, après le retrait forcé de Jean Francois Thomas

Port-au-Prince, le 23 février 2015 – (AHP) –
Vers la reprise des activités sur le site de Damien qui héberge le ministère de l’agriculture et la faculté d’agronomie, après plus d’un mois de paralysie.

 
Ce lundi, le premier ministre Evans Paul a procédé à l’installation d’un nouveau ministre au MARNDR. Il s’agit de Fresner Dorcin, qui vient de passer 3 ans au poste de secrétaire d’Etat à la production végétale.
 
M. Paul  a indiqué que ces deux institution ont, chacune  un rôle important à jouer dans le secteur agricole et de ce fait, doivent travailler d’un commun accord.
 
Il se dit certain que M. Dorcin est à même de prendre les rênes du ministère de l’agriculture et appelle  le personnel à lui donner sa collaboration.
 
De son côté, le nouveau ministre a appelé les employés à se mettre au travail de manière à apporter des résultats dans les 6 prochains mois.
 
La cérémonie s’est déroulée en l’absence de l’ancien ministre Jean-François Thomas qui n’avait jamais réussi à prendre le contrôle du ministère.
 
Sa nomination avait été contestée par des étudiants de la faculté d’agronomie qui ont mis en doute ses compétences, lui reprochant notamment sa gestion au ministère de l’environnement qu’il avait dirigé avant d’être nommé à l’agriculture.
 
Pour louis Renaud, un des protestataires, la compétence et l’expérience du nouveau ministre ne sont pas à prouver.
 
Les secrétaires d’Etat à la réforme agraire, Fednel Monchéry, un fervent partisan du regime et le secrétaire d’Etat à la relance agricole Pierre-André Gédéon, également contestés par les étudiants, n’ont pas non plus participé à la cérémonie de ce lundi.

Il leur aurait été conseillé de se tenir à distance, en attendant qu'on leur trouve quelque chose.

 
Mouvements sociaux et politiques: des dizaines de personnes manifestent devant le Ministère de la planification: la table de concertation promet de commuiquer bientôt les dates de nouveaux mouvements anti-gouvernementaux 
Port-au-Prince, le 23 février 2015 – (AHP) – Des dizaines de personnes ont manifsté ce lundi devant le Ministère de la Coopération pour réclamer des arriérés de salaires.

Les manifestants qui promettent de revenir à la charge jusqu'à ce que leur revendication soient satisfaites, ont dénoncé des gaspillages d'argtent
qui mettent le pays  aujourd'hui dans une situation économique difficile.

Des employés du Laboratoire National de Santé Publique sont ausi effervescence. Ils  réclament le paiement de 6 mois d’arriérés de salaire, avertissant qu'ils pourraient changer de stratégie.


Dans le centre-ville, notamment à l'Avenue Chistophe des dizaines d'individus ont également manifsté pour réclamer  ds meileures conditions de vie en faveur de la population et la baise des prix du carburant.

Un bus a été incendié et les  pare-brise de plusieurs vehicules Service  de l'Etat ont éte cassés par jets de pierres.

Entre temps, des violences entre bandes rivales alimentées par une situation économique désastreuse ont fait une dizaine de morts dans le grand bidonville de Cité Soleil où les activités sont totalement paralysées.

Des riverains font état d'une situation qui dépasserait la police nationale, alors que le Conseil electoral provisoire fait etat de demarches vers la mise en place d'un calendrier  en vue de la tenue des prochaines élections..

Des situations qui viennent se greffer à la situation dans les ecoles publiques: la route nationale No 1 a  été bloqué lundi matin à hauteur de Limbé (nord)  où les élèves de l'Ecole nationale de  Lombard  protstaient contre l'absence de professeurs dans les sals de classe.

Dans ce contexte déjà confus, des responsables de la table de concertation ont fait état de réunions pour planifier les prochaines étapes de la lutte anti-gouvernementale.

Assad Volcy de la plateforme Pitit Dessalines, a indiqué lundi  que les prochains rendez-vous seront bientôt communiqués à la population.



                                                                                                                                                         

Nouvelles du 20 février 2015
Démission du ministre François Thomas de l'agriculture, mais l'un des deux secretairs d'Etat également conrtestés, Fednel Monchéry, fait savoir qu'il ne connait pas le mot démission

Port-au-Prince, le 20 février 2015 – (AHP) –Démision du nouveau  ministre de l'Agriculture, Jean François Thomas muté du Ministère de l'Environement  à l'agriculture lors de la formation le mois dernier du nouveau gouvernement dit de consensus presidé par M. Evans Paul.

Des étudiants de la faculté d'Agronomie et de médecine vétérinaire  ont contesté ce choix, estimant que le nouveau ministre n'avait pas la formation requise pour conduire la politique agricole du pays. Ils ont organisé des manifstations pour empêcher son installation ainsi qu celle de deux secrétaires d'Etat nommé en même temps que lui.

Des etudiants ont egalement été agressés.

M. Thomas affirme avoir demisionné pour favoriser  la reprise des activités
, tout en dénonçant la manipulation du dossier par des secteurs qu'il s'est refusé à identifier.

Toutefois, Fednel Monchéry, d'un parti pro-gouvernemental, également contesté, a fait savoir qu'il ne suivra pas la voie de M. Thomas. Demission, connait pas, a-t-il dit.


Le président de la junte centrale électorale dominicaine  dénonce la falsification de la nouvelle carte d'indentification comme une manoeuvre en faveur d'illégaux haïtiens: pour plusieurs secteurs, cette nouvelle carte vise à réduire ou empêcher  la participation de dominico-haïtiens aux élections de 2016

Port-au-Prince, le 20 février 2015 – (AHP) – Le président de la junte centrale électorale dominicaine  (JCE), Roberto Rosario, a fait jeudi de nouvelle declarations concernant des  cas de fausses cartes d'identification qui seraient  destinés à des Haïtiens illégaux  dans la region de Barahona.

Il a fait savoir  qu'aucune equipe de l'agence n'est concernée dans cette fraude et qu'il n'y a aucune participation directe des employés.

"Jusqu'ici il n'y a aucun employé de l'institution  à être impliqué duirectement dans ce dossier, bien qu'on signale la participation  du fils d'un employé qui travaille dans la JCE" a déclaré Rosario.

Il a dit que la personne prsentée come   un employé de la JCE a été suspendue jusqu'à  la conclusion  l'enquête  en cours . Il a fait état du démantèlement d'un gang impliqué dans  la contrefaçon de la nouvelle carte d'identité, et dans la vente de documents illegaux aux  Haïtiens illégaux pour leur permetre  de circuler d'un point à l'autre du pays,  se soustrayant aux contrôles d'immigration.

Apres la sortie de la nouvelle cedula, plusieurs secteurs s'etaient interogés sur  la viabilite d'une telle decision  un an avant la presidentielle  de 2016, et l'avaient vu comme une manoeuvre visant à empêcher ou à  reduire la paticipation des dominico-haïtiens.

En effet, dans certaines regions du pays, notammet dans les zones sucrières, la participation des Dominicains d'origine haïtienne atteint plus de la moitié des votes, lors des elections


L’ex président dominicain Leonel Fernandez pointé du doigt dans la campagne anti-haïtienne en République Dominicaine


Plus d’une centaine d’organisations et de personnalités ont adressé une correspondance, à Leonel Fernandez, l’ex président dominicain, le 19 février 2015, en vue de lui demander d’intervenir face à la campagne anti-haïtienne provoquant de terribles affronts notamment la pendaison du jeune migrant et l’incendie du drapeau haïtien, à la communauté haïtienne en République Dominicaine. Les signataires  qui ont condamné énergiquement ces actes criminels et racistes, ont invité le président du Parti de Libération Dominicaine à se positionner contre ces pratiques qui entravent les bonnes relations entre les deux pays partageant l’île sinon l’histoire retiendra son nom parmi les instigateurs.



Ci-joint l’intégralité de la correspondance :


Honorable Dr. Leonel Fernandez
Président du parti de la Libération Dominicaine (PLD)
Santo Domingo, RD
Monsieur le président,

 

Permettez-nous de reprendre ici le fait indéniable que lors des élections présidentielles de 1996 en République Dominicaine, vous avez bénéficié de la campagne anti-haïtienne la plus haineuse depuis la dictature de Trujillo.
 
Malgré ce renforcement momentané de l’inhospitalité face aux ressortissants d'un pays limitrophe et ami, votre arrivée au pouvoir avait été favorablement accueillie des deux côtés de l’île parce qu’elle semblait représenter un renouveau dans la vie politique dominicaine, susceptible de permettre aux rapports binationaux de prendre une nouvelle direction.
 
Certainement vos trois mandats (1996-2000, 2004-2008, 2008-2012) ont été marqués par quelques initiatives louables dont le don de l’Université Henri-Christophe à Limonade, dans le cadre de la reconstruction qui a suivi le séisme en Haïti. Cependant, ils ont été à la fois lourdement entachés par des évènements atroces tels le massacre de Guayubin en juin 2000; les violences xénophobes de Hatillo Palma en 2005 et le crime odieux de Carlos Nerilus en 2009, pour ne citer que ceux-ci.
 
Témoignant d’une barbarie à nulle autre pareille, le 11 février 2015 à Santiago, le corps pendu de Henry Claude Jean, couvert de marques de violence, a provoqué les pleurs même des Dominicains qui le connaissaient, le mécontentement de la société et la douleur de la communauté haïtienne toute entière.
 
Nous dénonçons donc et qualifions d’indécente et de révoltante toute tentative de chercher un bouc émissaire parmi les compatriotes de la victime.
 
Avec indignation, nous portons à votre attention que cette action déshumanisante est une conséquence de trop de la croisade anti-haïtienne lancée pour vous appuyer et qui n’a cessé depuis de prendre de l’ampleur.
 
Les partisans de cette croisade les plus radicaux ont occupé avec vous et occupent jusqu’à présent d’importants postes gouvernementaux sur la base d’alliances avec le PLD. Nous vous économisons le temps de vous décrire ici les coïncidences de leurs positions avec les vôtres sur le dossier migratoire et particulièrement le droit à la nationalité des dominicains d’origine haïtienne avant la réforme constitutionnelle de 2010.
 
Par ailleurs, des menaces de mort proférées à l’endroit de journalistes dominicains pour leur traitement objectif de la question haïtienne et la présence de « groupes cagoulés » qui en plus d’incendier le drapeau haïtien sur la voie publique disent déclarer la guerre à l’immigration illégale nous portent à de profondes préoccupations.
 
Face à la gravité de la situation nous vous demandons de condamner énergiquement ces actes intolérables. Aussi, nous vous exhortons, en votre qualité de président du parti de Juan Bosch, à une collaboration étroite avec les autorités compétentes, afin de prendre en main une situation qui dégénère, au risque de voir l’histoire retenir votre lourde responsabilité dans des dérapages qui pourraient se révéler dangereux pour la paix entre les deux pays de l’ile.
 
Nous vous remercions, Monsieur le Président, de l’attention que vous porterez à la présente et vous prions d’agréer nos salutations distinguées.

 
cc Lic. Danilo Medina, Président de la République Dominicaine

                                                                    
Parmi les signataires, l’ancien premier Ministre Claudette Werleigh en qualité d’ambassadrice de Pax Christi International. De même, des autorités ecclésiastiques anglicanes et catholiques, des sénateurs, des directeurs de medias et journalistes, des recteurs d’universités,  des ONG, des militants de droits humains, des chefs de partis politiques, des membres du secteur privé, des étudiants, des artistes, des intellectuels, des organisations de la diaspora et des amis d’Haïti, entre autres.
  
Pour authentification
Elsie Bernier
908 497 7776
ACTION CONTRE L’ANTIHAITIANISME EN RD (ACAH-RD)"
 

Port au Prince, Haïti, le 19 février 2015

Nouvelles du 19 février 2015


La Table de Concertation de l’Opposition responsable du drame du 2eme jour gras et denonce ds pratiques de sorcellerie: un des responsable s'interoge sur le sens du stand du cimetière de Port-au-Prince sur le pacours du defilé; marche à la chandelle  ce vendredi et réclamation d'une enquête indépendante

Port-au-Prince, le 19 février 2015 – (AHP) – La Table de Concertation de l’Opposition a rendu jeudi le gouvernement responsable du grave accident survenu lors du 2e jour gras au Champs de Mars, estimant que des dispositions n'ont pas été prise pour assurer la sécurité de dizaines de milliers de personnes qui participent généralement à ce grand evénement culturel.

La table soutient que  les personnes décédées et électrocutés ont éte victimes de sorcellerie.

L’un de ses dirigeants Assad Volcy s’interroge sur le fait que l’accident se soit produit devant le stand du Cimetière de Port-au-Prince.

" Quelles raisons peuvent expiquer que le cimetière de Port-au-Prince disposait d'un stand, alors que certains menbres du secteur privé qui sont censé avoir financé le carnaval, n'en avaient pas" interrogent M. Volcy qui se demande ce que le cimetière de Port-au-Prince pouvait avoir à promouvoir.

Des slogans jugés suspects inscrits  sur le stand  ainsi que les noms de certaines personnalites, alimentent les allegations superstitieuses selon lesquelles il s'agirait de sacrifices  au profit d'interêts politiques. Des informations laisent entendre que la maman de Phantom l'une des victimes du drame lui aurait demandé de ne pas participer au Carnaval.

Asad Volcy a aussi critiqué l’initiative du gouvernement d’organiser des funérailles communes pour les victimes, faisant  savoir que  plusieurs parents s'indignent du fait  que le gouvernement  aurait decidé d'agir à leur place,
en empêchant que les parents  organisent eux même les funérailles.
                                                                                
Un autre responsable de la Table de Concertation de l’opposition Serge Jean Louis annonce une marche à la chandelle  ce vendredi sur le pardours du carnaval, pour en quelque  sorte chercher la lumière et exorciser tout ce qui mérite de l'être .

"Cette marche partira devant le stade Sylvio Cator pour suivre le parcours du défilé du carnaval, et  le code vestimentaire noir et blanc est recommandé", a dit M Jean Louis réclame la mise en place d’une commission spéciale d’enquête afin de faire la lumière sur les circonstances du drame.



Le premier ministre Evans Paul visite  les parents de Daniel Darius,allias Fantom, et promet la solidarité du gouvernement

Port-au-Prince, le 19 février 2015 – (AHP) – Le premier ministre Evans Paul a visité jeudi, les parents de Daniel Darius, allias Fantom, l’un des chanteurs-vedettes du groupe à tendance Rap, Barikad Crew, victime  électrocution  alors qu’il performait lors de la 2e soirée du défilé carnavalesque .

M. Paul a indiqué qu’il entendait manifester la solidarité de son équipe à l’endroit des proches de Fantôme qui, a-t-il dit, n’est pas le plus affecté par ce drame.

Il a fait savoir que tout sera mis en place pour s’assurer que l’artiste, qui est toujours soigné à l’hôpital, reçoive les soins que son cas nécessite, ajoutant que les autres victimes vont également bénéficier du support de l’Etat haïtien.

Les enfants des personnes qui sont décédées recevront une aide pour poursuivre leurs études, a dit Evans Paul, rappelant que des funérailles officielles et collectives seront organisées ce samedi au Champ-de-Mars.

Le frère ainé de Fantôme, David François Darius  a  indiqué à l'occasion que son petit frère se plaint de douleurs à la tête et dit craindre qu’il mette fin prématurément à sa carrière.

Fantom devrait bientôt voyager pour un suivi médical.


Carnaval/drame: une delégation de Fanmi Lavalas visite  le chanteur Fantom  et dit avoir fait corps avec lui  pour porter les souffrances de toutes les victimes; il réclame l’indemnisation des parents des disparus et des blessés ainsi que  la tenue d’une enquête publique sur les causes de la  tragédie et pour établir les moyens d’en éviter les nouvelles     

Port-au-Prince, le 19 février 2015 – (AHP) – L’Organisation Politique Fanmi Lavalas a fait savoir jeudi qu'elle est en deuil suite à l’immense tragédie qui a frappé la nation, résultant en une vingtaine de morts et plus d’une centaine de blessés.

"Il y en a parmi eux qui ont des enfants, une épouse, un epoux , un père , un frère , une soeur et qui étaient  les piliers de leur famille, a souligné l'organisation politique dans un communiqué, ajoutant que la desolation  l'habitera pendant longtemps encore.

Fanmi Lavalas informe dans le même temps qu'une délégation de l'organisation a visité, à l'hopital Ofatma,  le chanteur Fantom qui avait avec lui, d'autres membres du groupe musical  Barikad Crew.

Le chanteur a fait preuve à l'occasion de beaucoup de courage dans sa conversation avec les membrs de la délégation de Fanmi Lavalas

"Nous avons fait corps avec lui, pour porter les souffrances de toutes les victimes", indique le communiqué 


Le peuple haïtien a exprimé  sa solidarité  par une marche silencieuse à la mémoire  des  disparus et pour le rétablissement des blessés.  Mais combien de marches faudra-t-il, pour masquer l’irresponsabilité et la négligence coupable de nos dirigeants, interroge Fanmi Lavalas qui relève le caractère poignant du film de la tragédie. 

"On voit distinctement des occupants du char, passer
à la hauteur des fils électriques.  Et quand un câble s’est brisé, des victimes innocentes, ont été frappées  de plein fouet". 

L’Etat haïtien se doit d’être responsable.  Le premier jalon consiste en la reconnaissance de ses manquements et non en la recherche d’excuses qui conforterait la thèse d’un simple accident surtout que dans pareil cas, un accident n’arrive jamais par hasard, souligne Fanmi Lavalas qui demande instamment au Gouvernement d’indemniser les parents des disparus ainsi que les blessés.  

Les funérailles nationales pour le samedi 21 février sont nécessaires, mais l'enterement des victimes ne pourra remplacer l'accompagnement qu'il faut fournir à leur famille
, a indiqué l'organisation politique qui réclame aussi avec vigueur la tenue d’une enquête publique sur les causes de la  tragédie et pour établir les moyens d’en éviter les nouvelles.

La tâche de gouverner passe nécessairement par la reconnaissance de ses erreurs et par l’apprentissage qui découle des tragédies causées par ces erreurs, conclut le communiqué du Comite Exécutif de Fanmi  Lavalas


Marche silencieuse  ce 20 février  en mémoire de Henry Claude Jean retrouvé pendu à Santiago de Los caballeros: les autorites domincaines multiplient les versions pour tenter de se dédouaner, en l'absence des autorités haïtiennes

Port-au-Prince, le 19 février 2015 – (AHP) – Une marche silencieuse est annoncée ce 20 février  en mémoire de Henry Claude Jean (véritable nom de la victime) retrouvé pendu la semaine dernière  à Santiago en République dominicaine, a l`appel du groupe Rercherches et actions pour les migrants (RAMI ).

Cette marche  partira de Delmas 19 pour aboutir devant l`ambassade  dominicaine à Pétion-ville, a précisé jeudi  l`ancien  député Béguens Théus.

Face à la gravité de l'acte attribué au secteur ultra nationaliste et raciste  dominicain,  les autorites dominicaines  très embarrassées sont accusées de vouloir denaturer les faits en multipliant versions sur versions.
 
Un première  version   est que  la victime aurait ete tuée par des compagnons pour lui voler un ticket gagnant de la loto.

Une deuxième version voudrait que Henry Claude Jean  aurait ete tue parcequ' il etait un temoin gênant.

Et selon une troisième  largement diffusée par la presse dominicaqine,  mais reprise malheureusement par une partie de la presse haïtienne, la victime aurait ete tuée par deux compatriotes qui auraient avoué avoir commis le forfait. Là cependant, les autorités dominicaines sont  dans l'impossibilité de communiquer les noms de ces deux compatriotes, promettant qu'elles le feraient ultérieurement, parce que les deux hommes seraient en cavale .
 
Dans les milieux des droits humains, on estime  ces tentatives de  manipulation  infantiles. Pour beaucoup, si les autorites dominicaines ont les coudées franches dans ce dossier, c'est en partie parce que  la jeune veuve Erzilia Celuma de 22 ans n' aurait reçu aucune assistance du consulat de Santiago pour gérer un dossier aussi lourd politiquement, selon les déclarations qu'elle a faites vendredi sur Radio Solidarité.

La veuve a ete abandonnée aux autorites et à  la presse dominicaines, sans encadrement .

Il n'a été signalé   aucune action du Ministère des Haïtiens vivant à l'Etranger  (MHAVE) pour placer la veuve sous protection de l' Etat haitien, alors qu'elle n' aurait dû faire aucune déclaration ni aux autorites ni à la presse dominicaine  sans la presence d' un agent consulaire ou diplomatique.

Selon une source proche du consulat, le crime a été commis le mercredi 11 février , et le consul ou chef de mission est parti pour les Etas Unis vendredi.

Les funerailles ont eu lieu jeudi, sans la présence  du personnel consulaire.  Et le lendemain vendredi,  le chancelier haitien Duly Brutus, lors d'une conference de presse à Port-au-Prince,  a annoncé que le gouvernement allait entrer en contact avec la veuve pour rapatrier le cadavre de son mari. Il n' etait pas au courant que l' inhumation avait déjà été faite.

Et c'est  seulement, selon la même source,   le mardi 17 février  qu' un agent de 4e catégorie,  avec une petite aide financiere collectee dans la diaspora (initiative de Charlot Lucien) a placé la jeune dame dans une pension. Elle a aussi reçu l' assistance de deux étudiantes haitiennes de Santiago, dès les premiers moments ayant suivi le drame.

Et en raison de l'absence  des autorités haitiennes, la police dominicaine est en train de distiller  dans la presse touts sortes de versions en vue de préparer l'opinion publique à la nouvelle de l' implication presumée de deux  haitiens dans le meurtre .

Entre temps, l'ambassadeur haïtien en République dominicaine, Fritz Cinéas, estime que le dossier du cambriolage en sa residence, a été reglée  avec satisfaction puis qu'on le voit  en conférence de presse conjointe avec le Commandant, remercier la police pour le bon travail effectué.

Des policiers  ont été impliqués, rapelle-t-on,
dans le cambriolage perpétré  en son domicile,  le 5 fevrier dans le secteur de Los Cacicazgos à Santo-Domingo.

Protocole d`accord entre le ministère des affaires sociales et du travail(MAST), des organisations d’employeurs et des syndicats de travailleurs pour la promotion du travail décent (PPTD): le  représentant des syndicats des travaillleurs, méfiant

Port-au-Prince, le 19 février 2015 – (AHP) – Signature ce jeudi d’un protocole d`accord entre le ministère des affaires sociales et du travail(MAST), des organisations d’employeurs et des syndicats de travailleurs pour la promotion du travail décent(PPTD)

Ledit accord qui concerne la période de 2015 à 2020 s’inscrit dans le cadre de la coopération technique du Bureau International du Travail(BIT) avec Haïti.

Le ministre des affaires sociales, Victor Benoit, sest déclaré heureux de la signature de cet accord tripartite indiquant que ce document est en conformité avec  la vision du gouvernement d’Evans Paul  en matière de justice sociale

Le représentant des syndicats des travaillleurs, Fatal Jean Ronald Golinsky, a dit participer à la signature de ce protocole d` accord avec un sentiment de méfiance, craignant que ce ne soit  une initiative purement cosmétique.
Il indique, cependant, que les lignes directives de ce document sont dans l` intérêt des travailleurs haïtiens.

M. Golinsky  a dit espérer que le gouvernement en place va prendre toutes les dispositions nécessaires en vue d appliquer à la lettre les différents points de ce protocole d accord.
                      
Le coordonateur du Bureau International du Travail (BIT), Julien Magnat, a pour sa part,  félicité les acteurs du monde des travailleurs haïtiens pour avoir accepté de parapher ce protocole d'accord et a promis le plein soutien du bureau international du travail dans l accomplissement des projets prévus.


Nouvelles du 17 février 2015


Carnaval/drame: le gouvernement annule la dernière soirée du Carnaval:  défilé  en blanc et silencieux  ce mardi sur le parcours du carnaval; 3 jours de deuil à compter de mercredi et funérailles nationales ce samedi

Port-au-Prince, le 17 février 2015 – (AHP) – Le gouvernement haïtien a décidé mardi, de suspendre les festivités carnavalesques qui étaient prévues pour le 3e et dernier jour gras, suite au drame survenu lors du défilé de la  nuit dernière .

Au moins 16 personnes ont été tuées et 78 autres blessées suite au choc électrique survenu, lorsque la tête de Phantom, l’un des chanteurs-vedettes du groupe à tendance hip hop Barikad Crew, a heurté un câble de haute tension, alors qu’il était en pleine performance à la rue Capois.

Le rappeur a été transporté d’urgence et dans un état critique à l’hôpital OFATMA.

Le premier ministre Evans Paul a indiqué que le gouvernement prendra en charge toutes les victimes en s’assurant que les blessés reçoivent les soins que nécessitent leur cas et en organisant des funérailles nationales pour les personnes décédées,  de concert avec leurs proches.

Des funérailles qui sont prévues samedi, a fait savoir le chef du gouvernement qui informe que 3 jours de deuil national seront décrétés à partir de ce mercredi 18 février.

Le drapeau national sera mis en berne dans les édifices publics, et les stations de radio et de télévision sont invitées à diffuser de la musique de circonstance.

Un défilé silencieux en blanc et en signe de solidarité est prévu ce mardi à 5 heures PM sur le parcours du carnaval, a indiqué Evans Paul qui invite tous les acteurs à y prendre part.

De nombreux artistes tels Oky James de Ambyans tèt dwat, Ti Djo Zenny de Kreyòl la et Fresh La de Vwadèzil ont exprimé leur solidarité avec les victimes et disent appuyer la décision du gouvernement de suspendre les festivités carnavalesques.

Se disant touchés par ce drame, ils font savoir qu’ils n’auraient pas assez de force et de courage pour animer  au Champ-de-Mars suite à ce drame.

Le coordonnateur des services de secours du carnaval national, le Dr Claude Suréna indiqué que les blessés ont été transportés dans différents centres hospitaliers du pays dont l’Hopital de l'Universite d'Eat d'Haïti (HUEH), Bernard MEVS, Hôpital La paix et les structures de Médecins sans frontière.

Le Dr Suréna a indiqué que le service de secours du carnaval national se penche actuellement sur l’évaluation des besoins au cas par cas, en vue d’apporter les réponses appropriées, dans le cadre d’un plan de réponse globale.


Carnaval/drame: une vingtaine de morts et une centaine de blessés; le gouvernement présente ses sympathies, mais ne dit rien jusqu'ici sur la décision de maintenir le troisième jour gras ou de l'annuler, dans cette ambiance de deuil

Une vingtaine de personnes ont trouvé la mort et une centaine d'autres blessées dans le drame survenu  la nuit dernière, lors  de la 3ème nuit du défilé carnavalesque au Champ-de-mars  à Port-au-Prince
.

Il s'agit  d'un choc electrique  qui serait dû à un ciabl;e de haute tension


En l'absence d'une cause officielle, les spéculations vont bon train. Certaines personnes parlent  de produits  inflammables allumés sous le  câble de  haute tension pour créer des effets. Ce qui aurait provoqué le drame. Ce genre de pratiques a cours depuis toujours. Et personne n'a pensé qu'il y a des pratiques dangereuses à interdire dans le cadre d'un défilé carnavalesque

D'autres parlent d'électrocution à travers le micro d'un chanteur.


Beaucoup de gens  parlent aussi d'affluence sur les chars musicaux. Ce qui peut comliquer la situation dans le cadre d'un accident

Le gouvernement qui présente ses sympathies aux familles des victimes, ne semble être  encore en mesure de fournir aucun détail. Voici le communiqué du gouvernement signé par son ministre de  la communication, Rotchild François Jr.

"Le gouvernement de la République informe la population qu'un malheureux accident, suite à un choc électrique, s'est produit tôt ce matin à 2h48 lors du passage du char de Barikad Crew dans l'aire du Champ de Mars au cours du déroulement de la deuxième journée du carnaval national 2015. Un bilan provisoire permet d'établir plus d'une dizaine de morts et une quarantaine de blessés.

Le gouvernement présente ses sympathies aux familles des victimes et précise  que toutes  les dispositions ont été prises en vue d'assister toutes les personnes affectées par ce drame.
La population sera donc tenue informée de l'évolution de la situation".

Le gouvernement ne semble  pas encore savoir  si la 3ème nuit du Carnaval est maqintenue ou pas.

Toutefois, dans des commantaires sur diverses stations de radio, beaucoup de gens estiment qu'il serait malvenu de continuer à danser dans une telle ambiance de deuil.

    

Phantom n'est pas mort! Mais il reçoit des soins pour ses graves brûlures


Bilan provisoire de 15 morts
-Le bilan s'alourdit encore: Il serait maintenant de 15 morts, à partir de comptages effectués à l'Hopital  général, au cenre d'urgence de la première dame  et au centre du MUPANAH

-Le bilan provisoire des victimes s'aggrave: maintenant  9 morts et une cinquantaine de blessés. Il y aurait parmi les morts des musiciens de Barikad Crew. Des informations confirmées par des officiels du gouvernement dont le ministre de la Communication et le Directeur général  de l'Hopital Ofatma, Max St-Albin.

Bilan de l'accident de la 2eme soirée du Carnaval :  bilan provisoire  confirmé de 7 morts. 

Stratégie sous-développée: c'est  toujours quelqu'un avec  un long bâton qui soulève les câbles électriques au moment du passage des chars
 
-Le centre d'urgence mis en place par la première dame Sophia  Martelly, à proximité du stand de la présidence, dépassé par les evenements. Des blessés transportés vers  d'autres centres hospitaliers


L'Etat de santé du chanteur  Phantom serait difficile: il serait grièvement brûlé.


Les personnes blessées ou mortes l'ont été après avoir été atteintes par la décharge ou ont été piétinées dans l'affolement.


Décharge électrique au  Champ-de-Mars,  il y a tout juste quelques minutes, sur le char du  Groupe Barikad  Crew à la fin de la 2ème soirée du Carnaval, accident qui serait dû à un problème de haute tension: Des personnes sur le char auraient touché un câble de haute tension, traversant la rue Capois, au niveau de Le Plaza Hotel.  C'est la panique totale. Une cinquantaine de personnes transportées vers des centres spéciaux.  Beaucoup de blessés, sur le char même et dans la foule. Il y aurait également des morts sans qu'on sache exactement combien..

7 personnes qui se trouvaient sur le char dont des musiciens,  ont été touchées. On cite  le chanteur Phantom.
3:15 AM




Nouvelles du 13 février 2015

Les ultra-nationalistes à l'oeuvre en République dominicaine: Multiplications des réactions après l'assassinat suivi de pendaison d'un ressortisant haïtien à Santiago de los
Caballeros


Port-au-Prince, le 13 février 2015 – (AHP) – Les réactions se multiplient après la pendaison à Santiago de Claude Jean Harry, un cireur de chaussures haïtien, connu et apprécié dans son quartier, violemment tué puis pendu sur une place publique à Santiago de Los caballeros, en republique dominicaine.

Ce  crime atroce attriste les Haïtiens et les dominicains qui le connaissaient. Une action bestiale qui choque fortement la communauté déjà victime d’une campagne anti haïtienne.

Dans ce même  contexte de violence, le drapeau haïtien a été également incendié par des groupes de dominicains qui affirment  avoir déclaré la guerre à l’immigration illégale.


A Mao, dans des circonstances non encore établies un autre haïtien a été tué par un policier. Depuis la mi-janvier des rapatriements par des militaires ou  autres groupes armés sont rapportés en violation de la loi régissant le Plan de régularisation.

Le Ministère haïtien  des Affaires Etrangères et des Cultes ia declare vendredi dans un communiqué  avoir appris avec la plus profonde consternation l’acte barbare perpétré sur la personne d’un ressortissant haïtien retrouvé mort, pendu sur une place publique dans la ville de Santiago en République Dominicaine.

Le Gouvernement de la République  affirme condamner ce crime odieux commis le 11 février 2015, six jours après  cambriolage, en plein jour, le 5 février écoulé, de la résidence de l’Ambassadeur de la République d’Haïti en République Dominicaine,  Fritz Cinéas, tandis qu’il était rappelé à la Chancellerie, pour consultation, par le Ministre des Affaires Etrangères et des Cultes, dans un contexte particulièrement marqué par une campagne anti-haïtienne et des rapatriements abusifs de migrants haïtiens en situation irrégulière en République Dominicaine. 

"Très alarmé par ces faits qui interpellent le Gouvernement de la République, le Ministre des Affaires Etrangères et des Cultes a convoqué le jeudi 12 février 2015, à la Chancellerie, l’Ambassadeur de la République Dominicaine en Haïti,  Ruben Silie Valdez avec qui il s’est entretenu", indique le comniqué, faisant savoir qu'au cours de cet entretien, le Chancelier haïtien a rappelé à l’attention de l’Ambassadeur Valdez les obligations conventionnelles de la République Dominicaine et l’impérieuse nécessité pour son pays de veiller  au respect des droits des ressortissants haïtiens et à leur protection. 

Dans cette perspective, des instructions ont été passées à la mission diplomatique haïtienne en République Dominicaine en vue de suivre l’évolution de l’enquête des autorités dominicaines pour que toute la lumière soit faite sur le meurtre, dans des conditions atroces, du ressortissant haïtien.

Le Chancelier dominicain a pour sa part accusé des secteurs qu'il n'a pas cités nommément de vouloir détériorer les relations haitiano-dominicaines

Le Ministre dominicain des Affaires étrangères Andrés Navarro a déclaré jeudi que derrière l'incendie de drapeaux haïtiens  et d'autres événements violents ces derniers jours dans le pays, se cachent des secteurs determinés à détériorer  les relations entre la République dominicaine et Haïti .

Navarro a fait savoir  que bien qu'il puisse y avoir des secteurs qui souhaitent tirer profit de ce type d'actes,  le  gouvernement a la volonté   de renforcer davantage les relations et maintenir le dialogue entre les deux nations.

En ce qui concerne le cas de Santiago de los Caballeros, où  un citoyen haïtien a éte tué  et son corps retrouvé  pendu dans un parc,  le procureur général et la police nationale enquêtent pour déterminer les ciconstances et   les objectifs 
de cet acte, et  de prendre les mesures appropriées

"Ce que nous avons à faire, c'est de montrer comment les mécanismes d'enquête et de justice gouvernementales opèrent en  République dominicaine», a déclaré le ministre.

Il a estime que les événements de cette nature peuvent se produire dans  n'importe quel  pays, mais que  la chose importante est qu'il n'y ait pas d'impunité et que la  République dominicaine montre qu'ell est  un pays respectueux  des droits de l'homme.


Le GARR a fait savoir que cet acte odieux  vient allonger la liste de ressortissants-es haïtiens victimes de barbarie de manière répétée en  République Dominicaine. Il estime que les autorités dominicaines doivent faire face à leur responsabilité de protéger et de garantir  le droit à la vie de ses citoyens/citoyennes et celui des étrangers vivant sur son territoire.

Il appelle le gouvernement dominicain à prendre des mesures drastiques pour freiner ces sauvageries qui ciblent particulièrement les communautés haïtiennes vivant en République Dominicaine.
 
"A l’heure actuelle où des accords de paix sont nécessaires, l’administration Medina ne peut pas permettre de telles dérives avec complaisance sans donner d’explications à ceux et celles qui ne cessent de lutter pour les droits de la personne", indique encore le GARR qui se demande ce que fait  le gouvernement haïtien qui n'a jamais l’habitude, dit-il, de faire quoi que ce soit.

Ces cruautés poursuit-il, passent toujours pour des faits divers dans les échanges de grands salons, où les affaires économiques ont généralement la primeur
 
Le GARR invite les autorités haïtiennes et dominicaines à prioriser le respect des droits humains dans le dialogue binational en vue de l’établissement d’un climat harmonieux entre les deux peuples de l’île qui sont condamnés à vivre ensemble.

Nouvelles du 11 février 2015

Incursion armée d'individus en pleine nuit  dans l'enceinte de  la faculté d'Agronomie: les etudiants  accusent la police et le gouvernement et affirment n'avoir aucune intention de renoncer à leur mouvement  contre le ministre et les secréairs d'Etat récemment  nommés

Port-au-Prince, le 11 février 2015 – (AHP) – Des étudiants de la faculté d’agronomie et de médecine vétérinaire de l’université d’Etat d’Haïti ont dénoncé mercredi la présence d'individus qu'ils ont présentés comme des agents de la police nationale, dans l'enceinte de l’espace universitaire, notamment dans la nuit de mardi à mercredi.

Des tirs nourris ont retenti la nuit dernière près du dortoir de la  faculté, ont dénoncé les étudiants qui ont présenté à la presse des douilles qu’ils disent avoir ramassées sur la cour et dans l'enceinte  de la faculté.

C'est dejà très grave que  la police viole l'enceinte de la faculté, mais  c'est encore plus grave qu'elle l'ait fait en pleine nuit en tirant des rafales", ont accusé les étudiants, faisant savoir que l'équipe actuellement au pouvoir  ne  respecte plus aucune norme ni aucun principe en matière de respect des droits humains


Ils voient ausi dans ces actes  une tentative d’intimidation qui viserait à étouffer le  mouvement de protestation contre la nomination de Jean-François Thomas au poste de ministre de l’agriculture et de Fednel Monchéry et Pierre André Gédéon comme secrétaires d’Etat à la réforme agraire et à la relance agricole.

Il s'agit de  citoyens qui, ont-ils dit, n’ont aucune qualification pour conduire la politique agricole du pays.

Les étudiants assurent que ces menaces ne leur feront pas reculer et promettent de rester mobilisés jusqu’à satisfaction de leurs revendication.


Le site de Damien, qui abrite à la fois la faculté d’agronomie et le ministère de l’agriculture est paralysé depuis tantôt un mois, en raison  de la mobilisation des étudiants.

Des étudiants de plusieurs autres facultés dont ceux de l’Ecole normale supérieure, ds facultes de sciences et d'ethnologie se declarent solidaires de leurs camarades de la faculté d’agronomie et dénoncent la violation de l’espace universitaire par des individus armés.

Peterson Boyer et Manis Jeanty qui apportent leur soutien au  mouvement en faveur d’une baisse substantielle des prix des produits pétroliers sur le marché local, confirment la tenue d’une manifestation ce vendredi 13 février à Port-au-Prince.

Le sénateur Dieuseul Simon Desras, fraichement revenu au grand corps après environ un mois d’absence, se dit lui aussi solidaire des étudiants de la faculté d’agronomie et des autres entités de l’UEH.

L’élu du Plateau Central dénonce ce qu'il appelle  le silence complice des autorités compétentes sur le dossier de la faculté d’agronomie.

Crise du carburant: les étudiants ont encore manifesté ce mercredi  à Port-au-Prince, gaz lacrymogènes, balles en caoutchouc, mais aussi jets de pierrs: le collectif des eetudiants de l'UEH maintient sa marche de vendredi

Port-au-Prince, le 11 février 2015 – (AHP) –
Le Collectif des étudiants de l’université d’Etat d’Haïti  qui comprend en autres des étudiants de l'Ecole Normale supérieure, des facutés de droit, d'ethnologiee et des sciences humaines, a annoncé mercredi qu'il maitient la marche convoquée pour ce vendredi en vue de forcer les autorites a reduire de 100 gourdes les prix du carburant , en raison de la baisse substantielle des prix du petrole sur le marché international.

Mais, les etudiants n'ont pas chômé ce mercredi  , ils ont manifsté  pour produire les mêmes revendicatons, rendant une nouvelle fois la vie dure  aux agents de la police accusés de graves violences dans la répresion des manifstations, avec notamment des tirs  à  balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes.

Les étudiants qui ont jeté des pierres sur la police, l'accusent d'avoir violé une nouvelle fois l'enceinte de cette faculté

Un étudiant
en 3e année de  de la FDSE Rubens François qui anime une émision à Melodie FM a été arrêté alors qu'il quittait la fac pour rentrer chez lui. Il devait être libéré quelques heures après.

Les étudiants ont également félicité la population haïtienne pour avoir respecté le mot d’ordre de grève des syndicats et  de l’opposition les 9 et 10 février .

Mackenson Fatal de l'Ecole normale supérieure  a dénoncé ce qu'il appelle les excès de zèle  du Premier Ministre Evans Paul qui il accuse d'aller jusqu'au mensonge, en taxant le   mouvements des étudiants de violent  et en  parlant de faux étudiants..

" K plim a perdu la mémoire", a lancé M. FataL, assurant que  les étudiants ne vont pas s'arrêter en  si bon chemin.



Le sénateur Dieuseul Simon Desras retourne au Senat  avec un juge et une ordonnance du tribunal des référés: je suis  sénateur jusqu'en 2017: le sénateur Andris Riché président du Sénat à 10 membres: pas question que je cède mon fauteuil de président

Port-au-Prince, le 11 février 2015 – (AHP) – Le sénateur Dieuseul Simon Desras a effectué ce mercredi son grand retour au grand corps après environ un mois d’absence, apres la fin du mandat d'un 2ème tiers du sénat, le 12 janvier dernier.

Le parlementaire était accompagné du juge de paix, Me Fred Marie Legerme qui se trouvait aurendu au Grand corps  pour donner entrée des lieux au huissier exécutant une ordonnance du tribunal des référés.

Une juridiction que le parlementaire avait saisie après avoir été traité d’ancien sénateur par le secrétariat de la Présidence le 14 janvier dernier, au motif que son mandat avait expiré.

De retour au Grand Corps, Dieuseul Simon Desras entend désormais récupérer son fauteuil de président tombé aux mains de son collègue de la Grand-Anse, Andrice Riché à la fin du mois dernier.

Il soutient que la défaite du droit est toujours provisoire et rappelle qu’il avait bénéficié en avril 2011, d’une décision du bureau du contentieux électoral national le BCEN selon laquelle il avait été élu pour 6 ans.

 L’article 191 de la loi électorale alors en vigueur stipule que le BCEN tranche en dernier recours, a souligné M. Desras.

L’actuel président  du Sénat à 10 membres Andrice Riché estime que c’est une très bonne chose que son collègue Desras revienne au grand corps, assurant qu’il n’a aucune intention de s’engager dans un conflit avec lui et que la question sera abordée avec la tête froide et la sagesse d’hommes d’Etat.

Il déplore toutefois que la décision du tribunal des référés n’ait pas été signifiée au bureau du grand corps . Mais, peut être plus important pour Riché qui y a sans doute pris goût: pas question que je cède mon  fauteuil  de président  au sénateur Desras.

Actuellement, le Sénat compte 11 membres avec le retour de Dieuseul Simon Desras. Le Centre compte deux représentants car Francisco De La Cruz siège au grand corps jusqu’`en 2017 au même titre que M. Desras.
 

Nouvelles du 9 février 2015


Réussite totale  d'un mot d'ordre de grève  de l'opposition lundi à Port-au-Prince et dans la quasi-totalité des villes de province: les initiateurs appellent la population à observer la 2ème journee de grève, ce mardi

Port-au-Prince, le 9 février 2015 – (AHP) – Pour la première journée ce lundi  de la grève de 2 jours lancée  par des syndicats et des organisations de l’opposition pour réclamer une baisse substantielle des prix des produits pétroliers sur le marché local, les activités étaient totalement paralysées   dans la capitale haïtienne.

La quasi-totalité des villes de province  ont également observé la grève, à l'exception du Cap-haïtien et des Cayes, 2ème et 3ème villes du pays.
 
Le commerce, les écoles, les banques  n’ont pas fonctionné et le transport en commun totalement  paralysé, même si  quelques rares chauffeurs de taxi-motos,   en bon opportunistes, ont essayé de tirer leur épingle du jeu.

Les rares bureaux publics qui ont fonctionné, l'ont fait  avec un personel réduit.
 
Si dans quelques quartiers, des jeunes ont  obstrué la voie publique  avec des pneus enflammés et des séparateurs métalliques,  il  a été observé une nette prédisposition à observer partout  la grève, parce que,  plus  que lundi dernier, les rues étaient totalement vidées ou utilisées par des jeunes comme terrains de football.

Des photos postées sur les  reseaux soc
iaux  montrent une ville et des routs nationales mortes.  

C'est pourquoi plusieurs responsables du monde syndical et de l'opposition  ont banalisé ce qu'ils appellent une tentative desespérée de certaines personnes qu'ils n'ont pas citées nommément, qui auraient tenté   tôt dans la matinée de discrediter la grève, en faisant savoir que  si elle réussit, ce sera de toute façon en raison de menaces.

Dans la zone du Portail Léogane au centre-ville de Port-au-Prince, les agents de la police nationale ont dispersé quelques dizaines de militants qui improvisaient une manifestation.

Des étudiants de la faculté d'Ethnologie étaient de nouveau  à l'action pour soutenir , ont-ils dit, les revendications de la population ,  essouflant les agents de la PNH accuses d'avoir fait un usage excessif  de gaz lacrymogène  et  de jets d'eau acidulée qui ont indisposé des journalistes haïtiens et etrangers.
 
Et le directeur général de la police nationale, Godson Orélus a fait état de plusieurs arrestations, , une vingtaine, selon le porte-parole de la PNH Garry Desrosiers qui accuse les personnes mises aux arrêts,  de trouble sur la voie publique, sans faire etat de violences. Mais de toute façon, ils seront déférés en justice, a-t-il dit 
 
Quant au chef de la PNH, il a souligné que les forces de l’ordre avaient pris toutes les dispositions pour permettre aux citoyens de vaquer librement à leurs activités.

S’ils ne l’ont pas fait, ce n’est pas de notre faute, a lâché impuissant  Godson Orélus qui assure que les mêmes dispositions seront prises pour ce mardi.  Mais, il déplorera dans le même temps, des menaces qui auraient été proférées contre ceux qui auraient eu l'intention  de  se déplacer ce lundi.

 
Le premier ministre Evans Paul qui avait été en 1987 l'un des principaux acteurs et fers de lance  des grèvs dites sauvages contre le Conseil national de gouvernement de Henri Namphy,   a redit   que nul n’a le droit de contraindre par la force ou par des menaces, un citoyen à adhérer à son mot d’ordre de grève.

M. Paul a également fait savoir que des consignes claires ont été passées à la police, tout en indiquant  que si le gouvernement n’a pas baissé sustantiellement  les prix des produits pétroliers  ce n’est pas par manque de volonté.

 
Nous n’en sommes pas capables, a-t-il dit, expliquant  qu’Haïti n’est pas un pays producteur de pétrole.

A titre comparatif, en Haïti, le
  gallon de gasoline se vend à 195 gourdes, alors qu'en Republique dominicaine , il se vend à 170  pesos soit  178 gourdes 60

Le gallon de diesel se vend  à 157 gourdes en Haïti; en République dominicaine, il est débité à 149 pesos soit   157gourdes 85 . Toutefois,  la gazoline et  le diesel vendus chez le voisin,  serait de meilleure qualité, selon une source proche  du ministère dominicain du commerce qui fait savoir que le  gaz vendu en Haïti contient beaucoup de souffre. C'est pourquoi, Haïti serait le pays qui importe plus de  pompes à injection en Amérique latine.


En début d’après-midi ce lundi, des responsables du mouvement patriotique de l’opposition démocratique qui avait co-lancé le mot d’ordre de grève des lundi 9 et mardi 10 février, se sont félicités de la réussite de la première journée et invité la population à rester chez elle ce mardi.
 
Assad Volcy, coordonnateur de l’OTAN a réaffirmé le caractère pacifique du mouvement de l’opposition et qualifie de tentative désespérée, les déclarations d'individus ayant perdu leur serenite et de responsables de la police  qui tentent de lier la reussite  mouvement de l’opposition à de la violence.
 
C’est également un véritable désaveu pour des dirigeants qui disent avoir donné des garanties de sécurité à la population pour  la pousser à bouder la grève,  alors qu'elle est bien restée chez elle, a dit Assad Volcy qui a également questionnné le silence complice des eglises, particulièment l'Eglise catholique qui reste muette, a-t-il dit, face aux déboirs de la population.

Il a egalement pointé du doigt le secteurs privé.  " S'il y a dans ce secteur des gens qui ne sont pas d'accord avec ce qui se fait, qu'ils se lèvent et s'en démarquent", a-t-il lancé.

Un des cadres de Fanmi Lavalas, le Dr Louis Gerald Gilles, a indiqué que  la réussite totale   de cette grève est la preuve  d'un réjet  de l'administration en place.

Il a souligné que la population n'est pas prête  à payer pour les graves dégats  causés par le pouvoir  dans l'économie du pays, tout en réaffirmant que  Fanmi Lavalas continuera d'accompagner la population dans ses justes revendications.


Un policier  a été tue tôt dans la matinée
à l'arme tranchante, ce meurtre n'aurait aucun lien avec la greve . Mais,
le porte-parole de la police a  fait savoir qu'une enquête a été ouverte,  pour en déterminer les circonstances et arriver à metre la main au collet du ou des meurtriers.


COMMUNIQUE DE PRESSE
 
Le Premier ministre Evans Paul invite les employés du secteur public et du secteur privé à être à leur poste pour servir la population
 
Port-au-Prince, le lundi 9 février 2015.- Le gouvernement de la République invite la population à rester calme, et réitère sa ferme détermination à poursuivre le dialogue permanent avec les secteurs vitaux de la nation ; dialogue plus que nécessaire pour calmer les esprits et contribuer de la sorte à la noble tâche qu’est la construction nationale.

Les arrêts de travail provoqués par ces appels à la grève ne peuvent que nuire à l'économie nationale, et engendrer des conséquences néfastes pour les populations les plus vulnérables.

                                                                                                                                                                  
En conséquence, le gouvernement invite tous les agents de la fonction publique ainsi que les travailleurs du secteur privé à reprendre leurs activités pour le plus grand bien de la nation. Le gouvernement réitère les droits de la population à vaquer librement à ses occupations dans le cadre d’une démocratie saine et sereine.


Dans son souci de sauvegarder les institutions démocratiques et républicaines, le gouvernement a passé des instructions claires aux unités de la PNH en vue de protéger la population et d’assurer l’ordre public, par les moyens mis à leur disposition par la Constitution et les lois de la République.

Haïti et la République dominicaine au nombre des pays  dont des resortissants ont ouvert des comptrs secrets en Suisse


Zurich, le 9 février 2015 – (AHP)-Soixante-six comptes bancaires, 23 clients et environ 34 milliards 300 millions de dollars, c'est la part de la République dominicaine dans le classement qui a secoué le secteur bancaire suisse et qui a revélé un réseau de corruption,des évasions fiscales et des pratiques illicites à la banque privée suisse HSBC selon une enquête  menée par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ)et une équipe de journalistes de 45 pays, et mise en ligne dimanche dernier.

"HSBC Private Bank (Suisse) est accusé  d'avoir  continué à  fournir des services à des clients citées négativement dans des documents des  Nations Unies, en relation avec des  trafic d'armes et de diamants et des actes de  corruption», indique le rapport qui cite egalement Haïti au nombre des pays  dont des resortissants ont ouvert des comptes secrets en Suisse.


Hervé Falciani est l'homme derrière la fuite. Sspécialiste en  systèmes, ayant  travaillé pour la banque suisse, il  est accusé d'avoir tenté de  vendre des informations privées à des banques concurrentes. Il a fui  en France avec des milliers de documents sur les clients et leurs comptes "offshore" créés pour, entre autres, échapper à l'impôt et  financer des régimes dictatoriaux.


Le rapport fait état d'un total de 60 000 documents avec des informations sur environ 100 000 clients de HSBC dans 200 pays  .

Des pays comme les Etats-Unis, la France, l'Italie, la Belgique , le Bresil , l'Italie le Venezuela, se trouvent sur la liste,  de même que  le costa-Rica, le Guatémala, la République dominicaine et Haïti. Mais dans  la partie  du document  consulté par AHP, on ne precise pas combien de clients haïtiens disposent de comptes secrets  à
HSBC Private Bank, ni à combien s'élèvent le montant total  de leurs comptes. 

Haiti et la chine signent  un accord pour la construction d’un barrage hydroélectrique dans le département de l’Artibonite, sans indiquer  la période de realisation dudit projet 
Port-au-Prince, le 9 février 2015 – (AHP) – Le gouvernement haïtien et la firme chinoise Sino Hydro Corporation Limited ont signé lndi  un accord pour la construction d’un barrage hydroélectrique dans le département de l’Artibonite.
 
Le barrage Artibonite 4C sera construit sur une période de 36 à 42 mois pour un montant de 240 millions de dollars US, a dit le premier ministre Evans Paul.
 
Il permettra à la fois, l’électrification des régions de l’Artibonite et du Plateau Central mais aussi l’irrigation  de 3500 hectares de terre, a encore indiqué  le chef du gouvernement.
 
Selon Evans Paul, les retombées de ce projet seront sans conteste positives pour l’économie du pays, le secteur agricole et l’environnement dans les départements de l’Artibonite et du Centre.
 
De son côté, la représentante de la firme chinoise, Yue Xiaoyu a souligné que la signature de cet accord est une preuve des bonnes relations sino-haïtiennes.
 
La réalisation du projet se fera en temps et lieux, a-t-elle dit plaidant en faveur du maintien sinon du renforcement des liens qui existent entre son pays et Haïti. 

Nouvelles du 8 février 2015

Corruption: Haiti au centre des accusations de corruption portées contre  le sénateur  Félix Bautista dans son pays

Santo-Domingo, le 8 février 2015 – (AHP)- Dans le cadre du procès pour coruption  intenté contre   le sénateur dominicain  Felix Bautista, ce marchand tailleur devenu multimilionnaire en quelques années, le ministère public  a fait savoir que les fonds utilisés par la firme ROFI SRL pour construire des complexes d'appartements  dans la ville de Santiago  proviennent du trésor public

L'avocat de Monsieur Bautista a fait savoir que l'origine légale des fonds utlisés  pour acquerir le terain ayant servi à la  construction les  appartements  est innataquable.

"Les ressources ayant servi à acquerir le terain et à la construction des appartements proviennent des bénéfices des travaux de construction de la firme  Rofi Hadom, proprié du sénateur Felix Bautista, dans le cadre  d'exécution de projets  en Haïti », a déclaré l'avocat, Marino Feliz.

En effet, , en Haïti, plusieurs  personalités dont le senateur Steven Benoit ont recemment  fait savoir que plus de 350 millions de dollars ont ete versés au sénateur qui compteraient de nombreux amis en Haïti, parmi d'anciens et d'actuels dirigeants.

Si ces millions ont été versés au sénateur, par contre, on ne voit jusqu'ici pas les traces des travaux que sa firme était censé réaliser, dont la construction du Palement haïtien.

Le sénateur Benoit s'est appuyé sur rapport de l'ancien premier miniustre Garry Conille  qui avait clairement demontreé que les firmes du senateur dominicain n’étaient pas qualifiées, en référence aux critères des cinq (5) années d’expérience requises, pour obtenir  des contrats d’exécution de projets en Haïti.

Mais Bautista n'est pas n'importe qui: c'est l'ami personel de l'ancien président Léonel Fernández et d'anciens et actuels dignitaires haïtiens. L' homme est consideré comme le principal collecteur de fonds pour l' ancien president Fernández qui voudrait briguer un nouveau mandat, d' où l' importance politique du dossier en cours.

Bautista est ausi accusé de mettre sur pied un important réseau de blanchiment d' argent dont les fonds proviennent de l' Etat, particulierement a travers des grands chantiers de construction.

Catapulté au sénat (1996-2000) il declara des avoirs pour un montant de 500 mille pesos.

Selon le Ministere public, entre 2005 et 2009 quand son salaire etait seulement de 59,000 pesos (44 x US$1) au moment d' occuper le poste de directeur de l' office de supervision des chantiers de l' Etat, Baustita a fait des operations financieres  pour 315 millions de pesos a la banque de reserves et de plus de 3 millions a Banque du progrès.

A son 2ème mandat au sénat en 2010 il declara des avoirs pour un montant de 16 millions de pesos. Et en 2012, il admet publiquement à la presse être un multimillionaire.

Le bureau du commissaire du gouvernement a pu identifier 40 entreprises et immuebles  ainsi que des operations bancaires pour plus de 25 milliards de pesos, pour  constituer le chef d' accusation . Sont également versées  au dossier des transactions financières issues d' entreprises bidon ou réelles, installées en Haiti où le sénateur est accusé d'implication dans une vaste escroquerie au détriment de l' Etat sous couvert d'opérations humanitaires, qui pourraient également   éclabousser des personnalités haïtiennes

 Cet aspect de l' accusation a ete rejeté  par les  avocats de l' accusé qui soulignent l' inexistence de plainte legale des autorites haitiennes contre Bautista.

La procureure anti-corruption Laura Pelletier considère le réseau créé par Bautista comme la structure de corruption contre l' Etat dominicain, la plus puissante mise en place jusqu' à dâte.

Pour mieux protéger ses biens, le sénateur a formé ses entreprises avec des personnes ayant avec lui  des liens sentimentaux ou de travail, y compris chauffeurs et concierges.

Cependant, les analystes les plus avisés de la politique dominicaine sont  quelque peu pessimistes quant à une juste conclusion  pour la societe dominicaine, de cet important dossier en raison du fait que l' appareil judiciaire dominicain  est dominé par des proches de Léonel Fernandez.

On affirme que même en Haïti, d'anciens dirigeants ont fait nommer à des postes clés, des proches qui seraient capables  d'occulter certains dossiers sensibles susceptibles de gâcher leur futur politique.

Des milliers de personnes manifestent à Port-auprince pour réclamer le depart du président Martelly et la baisse des prix du carburant,  à l'occasion du vingt-neuvième anniversaires de la chute du régime  dictatorial de  Jean-Claude Duvalier

Port-au-Prince, le 8 février 2015 – (AHP)- Des milliers de personnes ont manifesté  le 7 février  dans les rues de  Port-au-Prince, à l'occasion du vingt-neuvième anniversaires de la chute du régime  dictatorial de  Jean-Claude Duvalier,  à l’initiative des organisations et partis politiques de l’opposition, en vue de réclamer une nouvelle fois, la démission du président Michel Martelly Martelly et une réduction de cent gourdes sur le prix des produits  pétroliers, en raison de la baisse des prix du pétrole sur le marché international .

Au moins trois personnes dont 
le  porte-parole de la Fopark, Rony Timothée de la Force patriotique pour lesoect de la constitution, ont été blessées par des balle en caoutchouc tirées par la police  qui a également inondé les manifestants des gaz lacrymogènes, alors que la marche  se deroulait de facon pacifique   .

Partis du Boulevard Jean Jacques Dessalines et du quartier populaire du Bel air les manifestants  ont emprunnté l’auto route de Delmas pour se rendre à Pétion Ville, qu'ils ont parcourue  sans difficultés mais en se reforcant pour prendre la direction du centre de la capitale, particulièrement l'aire du Champ-de-mars où se trouve le palais  national.

Cependant, à  l’Avenue Martin Luther King, les protestataires ont butté sur une forte présence d’agents du corps de " maintien d'ordre"  Cimo, qui les ont empêché  d'avancer  contrairement au parcours communiqué police.

 La police a tenté de justifier  cette décision, faisant savoir qu'elle  a été prise pour des raisons de sécurité sans fournir plus d’explications aux dirigeants de la manifestation. Toutefois, des agents de la police ont indiqué, avoir reçu l'ordre de bloquer les manifestants qui auraient eu en tête de detruire  le stand presudentiel, pour dénoncer  de nouveaux  gaspillages de fonds publics.

Mais sous la pression  des protestataires qui voulaident franhir le barrage policier,
les agents du CIMO ont lancé sans ménagement de gaz lacrymogène, des balle de caoutchouc et de l’eau acidulé pour disperser la foule.  
Au moins 3 personnes ont été blessées.


Furieuse, la foule a lancé des quolibets aux responsable de la PNH qu'ils ont taxés d'esclaves mentaux qui se mettent aveuglément au service du pouvoir.  Ls chefs de file de la manifstation ont aussi juré qu'ils obtienront ce qu'ils veulent, à savoir le départ du preesident.

Le coordonnateur général de l’ organisation ’Forcs patriyotique pour le respect de la constitution "(FOPARK),Biron Odigé estime que le pouvoir Martelly est similaire au régime Duvalieriste,il en veut pour preuve des actes de corruptions et la non tenue des élections jusqu’ à date.

M. Odigé dénonce le refus du gouvernement de procéder a une baisse substantielle des prix des produits pétroliers. en dépit du fait que le prix du prétrole est à son plus bas niveau sur le marché international.il confirme le maintien des deux journées de grève de l’ opposition prévues les 9 et 10 février, en vue de contraindre les autorités à réviser les prix des produits pétroliers.

Le militant politique  appelle la population à collaborer avec l’opposition afin que ce mot d’ordre de grèves soit une réussite à travers tout le pays.

Un membre du comité exécutif de Fanmi lavalas, leDr Schiller Louidor fustige le comportement des responsables de syndicats de transport qui ont accepté la réduction de cinq gourdes faite par le gouvernement sur les prix des produits petroliers. Pour lui,  cette baisse est insignifiante par rapport aux difficultés économiques auxquelles fait face la population et au gaspillage auquel se livrent les autorités.

Le Dr Schiller Louidor rejette l’idée selon lesquelle le gouvernement ne serait pas en mesure de réduire  les prix du carburant.Il dénonce la mauvaise gestion faite par le pouvoir Martelly du fonds de petro caribe.
  



Grève générale les 9 et 10 fevrier:  le gouvernement demande à la population de vaquer à ses activités , mais nouveaux appuis au mot d'ordre,  les Port-au-princens investissent les super-marchés

Port-au-Prince, le 7 février 2015 – (AHP) – Le gouvernement haïtien a lancé samedi, un appel au calme et invite les citoyens à vaquer à leurs activés les lundi 9 et mardi 10 février, alors que de nombreux secteurs ont lancé pour ces deux jours, un mot d’ordre de grève qui  a reçu de nombreux apuis .

Ces deux journées de grève participent d’une stratégie visant à forer les autorités haïtiennes à revoir à la baisse, les prix des produits sur le marché local, après avoir consenti une petite diminution  de 15 à  20 e gourdes sur les différents produits pétroliers à la pompe.

Dans un message préenregistré, le premier minisre Evans Paul a indiqué samedi, qu’Haïti ne pourra pas supporter une nouvelle baisse des prix du carburant. Le pays ne produit pas de pétrole et ce serait anormal de revendre les produits pétroliers moins cher que ce qu’ils nous coutent, a dit M. Paul.

M. Paul , l'un des fers de lance des grèves sauvages des années post Duvalier,  a dit  que des instructions formelles ont été passées aux forces de l’ordre pour assurer la sécurité de tous ceux qui voudront vaquer librement à leurs activités lundi et mardi.

L’Etat est le seul organe qui a la prérogative de décréter des jours de congé sur le territoire, a lancé M. Paul
qui a tenté de rassurer  que la police sera dans les rues et qu’il n’y aura pas de troubles.

Le directeur général de la police nationale, Godson Orélus  a indiqué lui que les forces de l’ordre ont reçu des instructions claires pour mettre hors d’état de nuire, tous ceux qui chercheront à troubler l’ordre public dans le but de forcer les citoyens à adhérer à leur mot d’ordre de grève.

Godson Orélus a dit  que toutes les ressources de la police nationale seront mobilisées tant à Port-au-Prince qu’en province pour assurer la sécurité de la population.

Il lui demande de collaborer en donnant des informations à la PNH pour l’aider à mieux garantir sa sécurité.

Intervenant lui aussi à la Primature, le ministre de l’économie et des finances Wilson Laleau a démenti l'information selon laquelle, les prix du carburant seraient plus chers en Haïti que dans les autres pays de la région.

C’est de la désinformation faite uniquement pour chercher à déstabiliser le pays, a dit M. Laleau,indiquant que sauf dans les pays producteurs de petrole,  Haïti pratique le prix le plus bas dans la région .

Les baisser davantage pénaliserait l’économie du pays, a insisté Wilson Laleau. Toutefois, de nombreuses persnonalités dont un ancien gouverneur de la banque cenrale, Fritz Jean, ont indiqué que les autorites ont les moyens de consentir une baisse substantielles sur les prix du carburant. Ils ont accusé les autorites d'avoir gaspillé les fonds du tresor public et les fonds petro Caribe et de demander ensuite à la popuaton de payer la note.

Le ministre des affaires sociales et du travail, Victor Benoit a, lui, souligné qu’Haïti ne va rien gagner dans l’instabilité et les tensions sociales, indiquant que l’actuel gouvernement n’est pas composé d’une bande de grands mangeurs mais d’hommes et de femmes sensibles au bien-être de la population.

C’est par la négociation et non par les affrontements qu’on arrivera à résoudre les problèmes du pays, a-t-il dit.

Toutefois, selon les initiateurs de la grève, plus  les autorités multiplient les déclarations, plus ils déterminent la population à participer à la grève.

 De fait, les citoyens ne semblent pas très rassurés par les propos des autorités. Et pour preuve,   les port-au-princiens ont investi les super-marchés tout au cours du  week'end, pour faire des provisions, en prévison de la grève.

De nombreux autres ont boudé de force le carnaval national de Jacmel, qui s'est deroulé ce week-end, pour ne pas se retrouver  bloqués, dans la métropole du Sud-est, déjà en ébullition dans le cadre du movement des lycéns qui maqnifestent pour réclamer  la satisfaction des revendications des enseignants  du secteur public, en grève pour des arriérés de salaires  et de meilleures conditons de travail


Des milliers de personnes manifestent à Port-auprince pour réclamer le depart du président Martelly et la baisse des prix du carburant,  à l'occasion du vingt-neuvième anniversaire de la chute du régime  dictatorial de  Jean-Claude Duvalier

Port-au-Prince, le 8 février 2015 – (AHP)- Des milliers de personnes ont manifesté  le 7 février  dans les rues de  Port-au-Prince, à l'occasion du vingt-neuvième anniversaires de la chute du régime  dictatorial de  Jean-Claude Duvalier,  à l’initiative des organisations et partis politiques de l’opposition, en vue de réclamer une nouvelle fois, la démission du président Michel Martelly Martelly et une réduction de cent gourdes sur le prix des produits  pétroliers, en raison de la baisse des prix du pétrole sur le marché international .

Au moins trois personnes dont  le  porte-parole de la Fopark, Rony Timothée de la Force patriotique pour lesoect de la constitution, ont été blessées par des balle en caoutchouc tirées par la police  qui a également inondé les manifestants des gaz lacrymogènes, alors que la marche  se deroulait de facon pacifique   .

Partis du Boulevard Jean Jacques Dessalines et du quartier populaire du Bel air les manifestants  ont emprunnté l’auto route de Delmas pour se rendre à Pétion Ville, qu'ils ont parcourue  sans difficultés mais en se reforcant pour prendre la direction du centre de la capitale, particulièrement l'aire du Champ-de-mars où se trouve le palais  national.

Cependant, à  l’Avenue Martin Luther King, les protestataires ont butté sur une forte présence d’agents du corps de " maintien d'ordre"  Cimo, qui les ont empêché  d'avancer  contrairement au parcours communiqué police.

 La police a tenté de justifier  cette décision, faisant savoir qu'elle  a été prise pour des raisons de sécurité sans fournir plus d’explications aux dirigeants de la manifestation. Toutefois, des agents de la police ont indiqué, avoir reçu l'ordre de bloquer les manifestants qui auraient eu en tête de detruire  le stand presudentiel, pour dénoncer  de nouveaux  gaspillages de fonds publics.

Mais sous la pression  des protestataires qui voulaident franhir le barrage policier, les agents du CIMO ont lancé sans ménagement de gaz lacrymogène, des balle de caoutchouc et de l’eau acidulé pour disperser la foule.  
Au moins 3 personnes ont été blessées.

Furieuse, la foule a lancé des quolibets aux responsable de la PNH qu'ils ont taxés d'esclaves mentaux qui se mettent aveuglément au service du pouvoir.  Ls chefs de file de la manifstation ont aussi juré qu'ils obtienront ce qu'ils veulent, à savoir le départ du preesident.

Le coordonnateur général de l’ organisation ’Forcs patriyotique pour le respect de la constitution "(FOPARK),Biron Odigé estime que le pouvoir Martelly est similaire au régime Duvalieriste,il en veut pour preuve des actes de corruptions et la non tenue des élections jusqu’ à date.

M. Odigé dénonce le refus du gouvernement de procéder a une baisse substantielle des prix des produits pétroliers. en dépit du fait que le prix du prétrole est à son plus bas niveau sur le marché international.il confirme le maintien des deux journées de grève de l’ opposition prévues les 9 et 10 février, en vue de contraindre les autorités à réviser les prix des produits pétroliers.

Le militant politique  appelle la population à collaborer avec l’opposition afin que ce mot d’ordre de grèves soit une réussite à travers tout le pays.

Un membre du comité exécutif de Fanmi lavalas, le Dr Schiller Louidor fustige le comportement des responsables de syndicats de transport qui ont accepté la réduction de cinq gourdes faite par le gouvernement sur les prix des produits petroliers. Pour lui,  cette baisse est insignifiante par rapport aux difficultés économiques auxquels fait face la population et au gaspillage auquel se livrent les autorités.

Le Dr Schiller Louidor rejette l’idée selon lesquelles le gouvernement ne serait pas en mesure de réduire  les prix du carburant.il dénonce la mauvaise gestion faite par le pouvoir Martelly du fonds de petro caribe


Grève générale les 9 et 10 fevrier:  le gouvernement demande à la population de vaquer à ses activités , mais nouveaux appuis au mot d'ordre,  les Port-au-princens investissent les super-marchés

Port-au-Prince, le 7 février 2015 – (AHP) – Le gouvernement haïtien a lancé samedi, un appel au calme et invite les citoyens à vaquer à leurs activés les lundi 9 et mardi 10 février, alors que de nombreux secteurs ont lancé pour ces deux jours, un mot d’ordre de grève qui  a reçu de nombreux apuis .

Ces deux journées de grève participent d’une stratégie visant à forer les autorités haïtiennes à revoir à la baisse, les prix des produits sur le marché local, après avoir consenti une petite diminution  de 15 à  20 e gourdes sur les différents produits pétroliers à la pompe.

Dans un message préenregistré, le premier minisre Evans Paul a indiqué samedi, qu’Haïti ne pourra pas supporter une nouvelle baisse des prix du carburant. Le pays ne produit pas de pétrole et ce serait anormal de revendre les produits pétroliers moins cher que ce qu’ils nous coutent, a dit M. Paul.

M. Paul , l'un des fers de lance des grèves sauvages des années post Duvalier,  a dit  que des instructions formelles ont été passées aux forces de l’ordre pour assurer la sécurité de tous ceux qui voudront vaquer librement à leurs activités lundi et mardi.

L’Etat est le seul organe qui a la prérogative de décréter des jours de congé sur le territoire, a lancé M. Paul
qui a tenté de rassurer  que la police sera dans les rues et qu’il n’y aura pas de troubles.

Le directeur général de la police nationale, Godson Orélus  a indiqué lui que les forces de l’ordre ont reçu des instructions claires pour mettre hors d’état de nuire, tous ceux qui chercheront à troubler l’ordre public dans le but de forcer les citoyens à adhérer à leur mot d’ordre de grève.

Godson Orélus a dit  que toutes les ressources de la police nationale seront mobilisées tant à Port-au-Prince qu’en province pour assurer la sécurité de la population.

Il lui demande de collaborer en donnant des informations à la PNH pour l’aider à mieux garantir sa sécurité.

Intervenant lui aussi à la Primature, le ministre de l’économie et des finances Wilson Laleau a démenti l'information selon laquelle, les prix du carburant seraient plus chers en Haïti que dans les autres pays de la région.

C’est de la désinformation faite uniquement pour chercher à déstabiliser le pays, a dit M. Laleau,indiquant que sauf dans les pays producteurs de petrole,  Haïti pratique le prix le plus bas dans la région .

Les baisser davantage pénaliserait l’économie du pays, a insisté Wilson Laleau. Toutefois, de nombreuses persnonalités dont un ancien gouverneur de la banque cenrale, Fritz Jean, ont indiqué que les autorites ont les moyens de consentir une baisse substantielles sur les prix du carburant. Ils ont accusé les autorites d'avoir gaspillé les fonds du tresor public et les fonds petro Caribe et de demander ensuite à la popuaton de payer la note.

Le ministre des affaires sociales et du travail, Victor Benoit a, lui, souligné qu’Haïti ne va rien gagner dans l’instabilité et les tensions sociales, indiquant que l’actuel gouvernement n’est pas composé d’une bande de grands mangeurs mais d’hommes et de femmes sensibles au bien-être de la population.

C’est par la négociation et non par les affrontements qu’on arrivera à résoudre les problèmes du pays, a-t-il dit.

Toutefois, selon les initiateurs de la grève, plus  les autorités multiplient les déclarations, plus ils déterminent la population à participer à la grève.

 De fait, les citoyens ne semblent pas très rassurés par les propos des autorités. Et pour preuve,   les port-au-princiens ont investi les super-marchés tout au cours du  week'end, pour faire des provisions, en prévison de la grève.

De nombreux autres ont boudé de force le carnaval national de Jacmel, qui s'est deroulé ce week-end, pour ne pas se retrouver  bloqués, dans la métropole du Sud-est, déjà en ébullition dans le cadre du movement des lycéns qui maqnifestent pour réclamer  la satisfaction des revendications des enseignants  du secteur public, en grève pour des arriérés de salaires  et de meilleures conditons de travail

Nouvelles du 5 février 2015

Hold-up et vol à la résidence de l'ambassadeur haïtien à Santo-Domingo: un agent de sécurité blessé et des objets de valeur emportés

Santo-Domingo , le 5 février 2015 – (AHP)- La résidence de l'ambassadeur haïtien à Santo-Domingo, Fritz Cinéas, a été cambriolé ce jeudi et des objets de valeur ont été emportés.

Le cambriolage a éte commis à la mi-journée par 5 individus qui portaient l'uniforme d'une compagnie d'elecricite bien connue.

Les délinquants sont arrivés à bord d'un véhicule qui portaient l'insigne de la compagnie et ont pénétré au  domicile du diplomate  dans le secteur de Los Cacicazgos, dans le district national, a rappote le Journal El Caribe.

Des objets de valeur ont ete voles, mais on ne sait pas s'ils ont egalement emporté de l'argent ni si l'ambasadeur était à son bureau au moment  du cambriolage.

Selon la police, pour commettre leur forfait,  les malfrats ont pris en otage un agent de securite et ont baillonné une femme haitienne qui travaille chez l'ambassadeur Cinéas.

L'agent de securité, un lieutenant de police qui a éte frappé à la tête,  a éte transporte à l'hôpital. Il a reconu que c'est lui qui a laissé les cambrioleurs penetrer das la cour, parce que ces derners portaient l'unifome de la compagnie d'élecricité et  qu'lls étaient munis  du materiel necesaire à leur présumé travail.


La situation socio-politique haitienne on ne peut plus préoccupante: de plus en plus  de secteurs denoncent la mauvaise gestion de la chose publique et le train de vie provocateur de l'équipe en place; le sénateur Jocelerme Privert affirme que les dépenses de fonctionnement de l’Etat haïtien connaissent une augmentation de 73% passant de 32 milliards de gourdes  en 2011 à  56 milliards en  2015


Port-au-Prince, le 5 février 2015 – (AHP) – La situation sociopolitique haitienne  prend une tournure préoccupante avec ds manifestations quasi-quotidiennes de mlitats politiques, d'éudiants, élèves et professeurs pour réclamer  de meilleures conditions de travail, la  baisse ds prix du carburant ou le deat du presient Michel Martelly.

La situation était une nouvelle fois tendue ce jeudi non loin de la faculté des Sciences Humaines, et dans les parages d'autres  facultés  où les étudiants protestaient une nouvelle fois  contre la baisse jugée derisoire des prix des produits pétroliers pétroliers  sur le marché local.


Ce mouvement s'inscrivait dans le cadre de l'opération dite "Pote Boure" de l'opposition visant à obtenir le départ du président Michel Martelly,. La manifestation de jeudi a draîné une foule ompacte dans les rues de la capitale.


Un journaliste de Radio Vision 2000  Joe Antoine Jean-Baptiste , a été blessé par balle. Un véhicule  immatriculé « service de l’Etat » a été incendié à l’avenue Christophe.

C’est le 2e véhicule à avoir été incendié dans la zone, en 24 heures, en marge du mouvement de mobilisation des étudiants, très hostiles aux responsables d’organisations syndicales de transport public qui ont abdiqué, selon les étudiants, après la promesse d’une baisse de 5 gourdes sur les prix du carburant lundi soir, au terme d'une journée de grève qui a paralysé les activités  à Port-au-Prince et dans ls principales iles de province.

Au champ-de-Mars, non loin de la faculté d’Ethnologie et du palais présidedntiel, la situation était également tendue. Des agents de la police ont tiré en l’air pour disperser un début de manifestation d'étudiants.

Des barricades de pneus enflammés ont alors  été  érigés sur la chaussée et des jets de pierres et de tessons de bouteille, ont pendant un certain temps, paralysé la circulation automobile dans la zone.

Un peu plus loin, devant les ministères de l’Economie et de la justice à l’avenue Charles Sumner, un groupe d’étudiants et des membres d’organisations populaires ont organisé un sit-in, pour exiger du  gouvernement qu'il baise baisser les prix des produits pétroliers. Ce qui a été fait, est un jeu d'enfants, ont martelé les etudants qui accuse le pouvoir d'avoir dilapidé les fonds du trésor public.

Les protestataires affirment ne pas comprendre que l’essence coûte les yeux de la tête   sur le marché local, pendant que le prix du   baril de pétrole a chuté de plus de moitié sur le marché international.

Ils rejettent  les pretextes brandis par autorités qui font savoir que sielles conservent les prix presque tels quels, c'est pour combler des déficits budgétaires. Mais les étudiants atribuent plutôt la situation économique catastrophique du pays à une mauvaise geston des ressources publiques.

Pour un étudiant, la philosophie de l'équipe au pouvoir, c'est tout pour les autorités , mais rien pour la population.


Le sénateur Jocelerme Privert a lui aussi plaidé en faveur d’une nouvelle révision des prix des produits pétroliers  et presse le gouvernement de réduire son train de vie. Pour le parlementaire, il est anormal que l’équipe gouvernementale soit composée d’une quarantaine de ministres et de secrétaires d’Etat, alors que dans les grandes économies, on parle d’austérité.

L’élu des Nippes, fait remarquer qu’entre 2010 et 2015 les dépenses de fonctionnement de l’Etat haïtien ont connu une augmentation de 73% passant de 32 milliards de gourdes pour l’exercice 2010-2011 à 56 milliards de gourdes pour le présent  exercice. Des dépenses qui, dit-il, n’ont pas été dirigées vers des activités de production et d’investissement.

Pressé de réagir aux propos du ministre de l’économie et des finances Wilson Laleau, qui évoquait l’idée décréter l’Etat d’urgence économique, le parlementaire se demande pourquoi ce n’est qu’aujourd’hui que le ministre Laleau en parle alors qu’il   est membre de l’équipe gouvernementale dès les premiers pas de l’administration Martelly.

Nouvelle manifestastion de l'opposition jeudi exiger le départ du régime du président Michel Martelly et réclamer une baisse substantielle des prix des produits pétroliers: nouvelle manifestation ce samedi et grève annoncée pour lundi et mardi

Port-au-Prince, le 5 février 2015 – (AHP) – Pour la deuxième journée consécutive, les opposants au régime Tèt Kale ont manifesté ce jeudi à Port-au-Prince pour continuer d’exiger le départ du régime du président Michel Martelly et réclamer une baisse substantielle des prix des produits pétroliers sur le marché local.

Mais la manifestation a été dispersée à l’avenue Christophe à coup de gaz lacrymogène par les forces de l’ordre qui ont essuyé, en guise de réponse, des jets de pierres et de tessons de bouteilles. Les protestataires ont aussi érigé des barricades de pneus enflammés à plusieurs endroits et renversé de nombreuses poubelles sur la chaussée.

Ils ont été très critiques vis-à-vis des forces de l’ordre pour avoir, ont-ils déploré, dispersé une manifestation qui jusque-là, était pacifique. Ils assurent que ces manœuvres dirigées ne leur feront pas reculer.

Les manifestants se disent plus que jamais déterminés à mener la lutte visant à forcer le président Martelly et sa bande à déguerpir et à rendre des comptes à la nation pour avoir dilapidé les caisses de l’Etat.

Ce n’est pas sans raison qu’aujourd’hui le pays fait face à une crise économique pendant que les conditions de vie de la population ne cessent d’empirer et qu’au même moment, les proches du pouvoir s’enrichissent davantage chaque jour.

Ils ont utilisé les fonds du trésor public, notamment ceux générés par le programme PetroCaribe, dans des projets bidons et ce n’est pas à nous de payer la facture, a indiqué une manifestante.

Le sénateur Steven Benoit a récemment déclaré que, depuis environ deux ans, des fonds de plusieurs millions de dollars, ont été débloqués pour l’exécution de plusieurs projets qui n’ont jamais vu le jour.

Les manifestants assurent qu’ils resteront mobilisés jusqu’à satisfaction de leurs revendications. Ils prennent rendez-vous samedi, pour une nouvelle manifestation à Port-au-Prince et annoncent deux journées de grève générale les lundi 9 et mardi 10 février prochain.

37 arrestations dont 8 pour enlèvement et séquestration opérées par la police  depuis le 5 janvier dernier: deux individus   appréhendés  pour leur implication présumée dans le meurtre du policier Grégory Georges

Port-au-Prince, le 5 février 2015 – (AHP) – Le porte-parole adjoint de la police nationale d’Haïti, l’inspecteur Gary Desrosiers, a indiqué jeudi que deux individus ont été appréhendés vers la fin du mois dernier, pour leur implication présumée dans le meurtre du policier Grégory Georges le 21 janvier dernier à Delmas 32.

Ce  sont pas moins de 37 arrestations dont 8 pour enlèvement et séquestration que les forces de l’ordre on réalisées depuis le 5 janvier dernier, a indiqué Gary Desrosiers, ajoutant que 13,4 kg de cocaïne, 195,5 kg de marijuana, 5 véhicules et 4 armes à feu ont été confisqués pendant cette période.

M. Desrosiers a fait savoir que 22 individus sont recherchés pour leur implication présumée dans des enlèvements et a réitéré l’appel à la collaboration de la population à la police nationale pour l’aider à mener de façon plus efficace, la lutte contre la criminalité et le banditisme.

Pour ce qui est des festivités pré-carnavalesques, Garry Desrosiers a indiqué qu’environ 4000 policiers sont affectés à la sécurité des défilés et que tout sera mis en œuvre pour  sécuriser le défilé des trois jours gras qui revient à Port-au-Prince, cette année.

Déjà, pour les premiers dimanches des exercices d’avant-carnaval, les forces de l’ordre affirment avoir enregistré un mort, environ 40 blessés légers et 3 blessures par balle.
 

Nouvelles du 4 février 2015

Un ancien gouverneur de la BRH prend le contrepied des explications avancées par le gouvernement pour ne pas réduire substantielement les prix du carburant: Fritz Jean  et le sénateur Steven Benoit soutiennent que la réalité est que  les fonds du trésor public et les Fonds Petro Caribe  ont éte gaspillés et investis dans des projets -bidon


Port-au-Prince, le 4 février 2015 – (AHP)- Un ancien gouverneur de la Banque de la République d’Haïti, Fritz Jean, a  fait savoir mercredi  que les nombreduses  protestations enregistrées au sujet des prix trop élevés des produits pétroliers   sont la  conséquence des suspicions de corruption dont fait l’objet l’équipe au pouvoir.

Il a rejeté l’argument  du ministre des Finances et de proches, selon lequel le gouvernement veut companser des pertes occasionnées ces dernières années par la subvention du carburant.

L'économiste  affirme croire  plutôt à une situation financière du pays, due à une mauvaise gestion et utilisation des fonds du tresor publice et des fonds Petro Caribe.

Il a indiqué que le gouvernement brandit ces preéextes, alors que  les fonds  publics ont eté gaspillés dans des pojets bidon et dans des pseudo programmes sociaux comme Ti manman cheri, katye pa m poze et autres du même genre.

"Il est injuste que les citoyens paient les conséquences de la mauvaise gouvernance économique des autorités et que des millions de dollars tirés des fonds petrocaribe ont été dépensées dans le cadre de projets bidons" a denoncé l'ancien gouverneur de la Banque cenrale.

M. Jean soutient que le coût de l’essence doit refléter la situation sur le marché international. Mais il  dit espérer que la réduction très modeste des prix à la pompe, pourra amener un ceain apaisement.

Le senateur Steven Benoit a lui aussi fait une série de révélations relative  à la gestion du gouvernement de la chose publique.

Le pouvoir refuse  de repondre aux revendicatons de la population pendant que les fonds du tresor public sont  detournés.

Le senateur déplore que, près de 3 ans après, aucun detail n'ait été fourni au parlement  pour  les   5 milliards  de gourdes du fonds Petro-Caribe décaissées  pour  porter officiellement secours  aux victimes du cyclone Sandy.  Deplus, denonce-t--il « Ces fonds ont été décaissés sans appel d’offre.

Il a indiqué par aileurs que le pouvoir a  versé des centaines de millions de dollars à des compagnies dominicaines appartenant au sénateur Felix Bautista, tels Hadom, Rofi SA, MIN mais qui n'existeraint  pas en realité,  pour la réalisation de projets  qui n'ont toujours pas debuté, alors qu'on s'approche à grands pas de la fin du mandat du président Michel Martelly.

Il a fait savoir qu'il va recourir à l'aide des autres senateurs en fonction pour convoquer le gouvernement.

Si je  n'y arrive pas, la seule chose a faire c'est de se rendre au Musée du panthéon national (MUPANAH), prendre la couronne de Faustin Soulouque et proclamer le president Martelly empereur", a ironisé le sénateur qui croit au final que l'administration Martelly/Lamothe est la plus corrompue que le pays ait connue . 


Des milliers de personnes dans les rues de Port-au-Prnce pour réclamer de nouveau le départ du président Martelly, manifestation renforcée avec les revendications sur les prix du caburant


Port-au-Prince, le 4 février 2015 – (AHP) – Des milliers de citoyens ont, comme annoncé, gagné les rues de la capitale ce mercredi, à l’appel de la table de concertation de l’opposition, au premier des 3 nouveaux  jours de manifestations antigouvernementales lancés pour cette semaine à Port-au-Prince.
 
Les deux autres manifestations sont prévues ce jeudi 5 et samedi 7 février.
 
La manifestation, déroulée sans incidents majeurs, était, comme d’habitude, partie des quartiers populaires de La Saline et de Bélair, pour prendre fin près de la faculté d’Ethnologie au champ-de-mars, non loin du palais présidentiel.
 
Les protestataires étaient, cette fois-ci, très critiques envers les responsables des syndicats ayant participé lundi aux négociations qui n’ont débouché que sur un ajustement qu’ils jugent insignifiant, des prix des produits pétrolier sur le marché local.
 
Ils ont appelé les responsables de l’Exécutif à revoir à la baisse les prix du carburant sachant que, ces derniers mois, le prix du baril de pétrole n’a cessé de chuter sur le marché international,, se vendant à moins de 50% de son cout d’il y a environ 6 mois.
 
Les militants et dirigeants politiques de l’opposition ont lancé sur tout le parcours des slogans hostiles au pouvoir et  réaffirmé leur volonté de continuer à se battre contre le régime du président Martelly qu’ils accusent de corruption et dont ils réclament le départ.

" Nous alons continuer à manifester jusqu’à ce que le chef de l’Etat démisionne démissionne de ses fonctions", ont lancé des p[articipants a la marche.

Le responsable de la commission communication et mobilisation de l’organisation politique « Fanmi Lavalas »  Ansyto Félix dénonce ce qu'il appelle la gestion désastreuse  du pays.

Il appelle à une conscience collective en vue d’épargner le pays d'une catastrophe éconmique.

De son côté le militant politique Printemps Bélizaire a dénoncé le comportement des syndicalistes qui se sont laisse corrompre  en signant un accord  avec le gouvernement, lundi soir, pour une baisse insignifiante de 5 gourdes
 
Le porte-parole du Mouvement Patriotique de l’Opposition Démocratique (MOPOD) Serge Jean louis a exigé la démission du président Martelly qui, selon lui,  est le principal responsable de la conjoncture actuel du pays

L’ancien parlementaire a ait savoir  que  cette manifestation, un signal clair à la communauté internationale et au président Martelly qu’il exhorte à prendre la decision qui s'impose, à savoir le retrait du chef de l'Etat.

 De son côté le coordonnateur national du Mouvement National de l’Opposition Populaire, André Fadot lance appelle la population à observer deux journée de grève les 9 et 10 février prochain en vue de presser les autorités à réduire considérablement le prix des produits pétroliers.


  Des dizaines de directeurs d’écoles qui participent au  PSUGO font irruption dans les locaux du Ministère de l'Education pour réclamer le versement de deux tranches d'arriérés de subvention

Port-au-Prince, le 4 février 2015 – (AHP)- Plusieurs dizaines de directeurs d’écoles qui participent au programme de scolarisation universelle, gratuite et obligatoire PSUGO, ont manifesté ce mercredi dans les locaux du Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle pour exiger le paiement des 2e et 3e tranches de la subvention qui leur avaient été promise pour l’année scolaire 2014-2015, précisant que pour l’année en cours, aucun nouveau contrat n’a été paraphé.
 
Ce qui, disent-ils, les placent dans une situation  difficile. "Nous n’arrivons pas à payer nos professeurs et nos loyers, ont dénoncé ces responsables d’institutions scolaires, après avoir  fait irruption dans la salle de réception du MENFP.
 
Ils ont menacé de gagner les rues à partir de ce vendredi, si rien n’est  fait entretemps pour leur donner satisfaction. Les dirigeants du ministère étaient en réunion au moment des faits et n’avaient pas souhaité intervenir.
 
Alors que certains directeurs protestent contre le non-paiement des subventions dans le cadre du PSUGO, plusieurs  secteurs critiquent la gestion des fonds du ministère par le ministre Nesmy Manigat, qui vient d’être reconduit suite au récent  remaniement  ministériel.
 
Il y a quelques mois, le ministre Manigat avait offert un autobus flambant neuf à l’Union Nationale des Normaliens Haïtiens, UNNOH.
 
Ce syndicat d’enseignants allait  par la suite recevoir un chèque d’environ 700.000 gourdes pour l’organisation d’activités  dans le cadre de la célébration de la journée mondiale des enseignants et la clôture de la campagne autour du droit à l’éducation.
 
Son coordonnateur général Josué Mérilien, accusé de corruption dans le cadre de cette affaire, menace ses accusateurs de poursuites judiciaires et leur donne jusqu’à vendredi pour qu’ils lui présentent des excuses publiques.


Les activités toujours paralysés au Ministère de l'Agriculture  et à   la faculté d’agronomie où les novelles autorites sont contestées par les étudiants

Port-au-Prince, le 4 février 2015 – (AHP)- Les activités sont toujours paralysées au ministère de l’agriculture et à la faculté d’agronomie à Damien, depuis l’annonce de la nomination de l’ancien ministre de l’environnement Jean-François Thomas à la tête du MARNDR et des secrétaires d’Etat à la réforme agraire et à la relance agricole.
 
Les étudiants de la FAMV mettent en doute la compétences de ces nouveaux responsables pour bien conduire  la politique agricole du pays et assurent que le site de Damien restera bloqué jusqu’à ce que le président Martelly revienne sur sa décision.

Le ministre Jean François Thomas e les secrétairs d'Etat Fednel Monchéry et Pierre André Gédéon sont déclarés personae non gratae  au Ministère de Damien.

Les étudiants protestataires ont une fois de plus bloqué la route nationale numéro 1 pour exprimer leur mécontentement contre ces nominations.

L'un des chefs de file du mouvement des étudiants de la faculté d`agronomie, Chery Jean Roudly, estime que les citoyens, Jean François Thomas, Fednel Monchery et Pierre André Gédéon n` ont aucune compétence pour diriger le ministère de l` agriculture et des ressources naturelles, affirmant que leurs nominations démontre que le pouvoir Martelly n` a aucun projet pour le secteur agricole.

L` étudiant finissant en agronomie promet, avec ses colègues, de continuer  le mouvement de protestation jusqu` a la démission du nouveau ministre de  l` agriculture et des deux secrétaires d` état.

 


***
Les partis signataires de l’accord du 11 janvier 2015 représentés au sein du gouvernement d’Evans Paul dont Fusion Inite, Ayisyen pou Ayiti, 
en difficulté, écrivent au président Michel Martelly pour faire part de leurs inquiétudes face au non respect de certaines clauses.

L’une des préoccupations exprimées est l’absence de compromis sur la feuille de route du gouvernement dit de consensus


*** La Centrale Nationale des Ouvriers Haïtiens dénonce la révocation jugée arbitraire de 4 de ses membres de la Société Nationale des Parc Industriels, (SONAPI).

Le Coordonnateur General de la Centrale, Dominique Saint Eloi, a fait savoir que ces ouvriers exigeaient le paiement de plusieurs mois d’arriérés de salaires, avant d'être  renvoyés sans motif, a-t-il dit.

M. Saint Eloi réclame la réintégration dans l’immédiat des ouvriers  révoqués.

                                                                                                                   

Nouvelles du 3 février 2015


La grève des syndicats de transport levée après une réduction de 15 à 20 gourdes sur les prix du carburant:  si des secteurs saluent l'entente trouvée, de nombreux autres  questionnent  la signature des syndicalistes pour "si peu"

Port-au-Prince, le 3 février 2015 – (AHP) – Les activités ont repris ce mardi à Port-au-Prince suite à l’annonce de la levée de la grève.

Cependant aux premières heures, le transport public fonctonnait de façon fébrile sur les différents circuits et la circulation était au ralenti, de nombreux chauffeurs de tap-tap, d’autobus et de taxi entre autres, n'ayant peut-être pas été informés à temps de l'entente intervenue fort tard dans la nuit entre  le gouvernement et les syndicats.


L'entente est  intervenue après plusieurs heures de discussions entre le gouvernement et les syndicats qui se sont entendus sur un nouvel ajustement des prix des produits pétroliers à la pompe.  Toutefois, un des syndicalistes présents, Duclos Benisoit  aurait quitté la table des négociations.

L’Etat haïtien a accepté de consentir une autre petite baisse de 5 gourdes sur chaque gallon de gazoline, de diesel et de kérosène, qui sera effective à partir de ce vendredi.


Le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement Rochild François Junior a indiqué que le prix du gallon de gazoline qui était passé à 200 gourdes sera désormais de 195 gourdes, celui de diesel passée de 177 à 167 gourdes lundi sera fixé à 157 gourdes et celui du kérosène de 161 à 156 gourdes.

Il a indiqué qu’un comité de suivi des engagements, formé de membres de l’exécutif (4 membres) et de représentants des syndicats de transport (3 membres), a également été mis sur pied et sa mission consistera à fixer les prix des produits pétroliers en fonction des variations du prix du baril de pétrole sur le marché international.

Présents lors de la conférence à la Primature, Jacques Anderson Desroches et Méhu Changeux respectivement porte-parole et coordonnateur général du secteur transport terrestre haïtien STTH ont informé que les négociations avec le gouvernement vont se poursuivre en vue notamment de la mise sur pied de la commission nationale de transport dont la mission sera de réviser les prix des produits pétroliers sur le marché local en fonction des variations enregistrées sur le marché international.

Le sénateur Francisco De la Cruz a qualifié d’insignifiante la baisse consentie par les autorités haïtiennes pour ce qui est des prix des produits pétroliers à la pompe à partir du vendredi 6 février.

Pour le parlementaire, cette baise n’aura aucune influence sur la vie des ménages qui vivent déjà une situation socio-économique difficile.

Les syndicalistes auraient dû profiter de leur rencontre avec les autorités économiques pour poser la problématique du mauvais usage des fonds Petro Caribe par l’Etat haïtien.

Le sociologue Claude Roumain qui a travaillé dans la formaon syndicale, déclare constater avec beaucoup d’enthousiasme un certain réveil du secteur syndical et exhorte les syndicalistes à poursuivre leur lutte en vue d’obtenir la satisfaction de leurs revendications.

Cependant, il a fait savoir  que les transporteurs auraient pu mieux negocier pour porter les autorités à consentir une réduction plus significative des prix du carburant, alors qu'ils étaient en position de force apres la réussite de la journée de grève de lundi tres suivie a Port-au-Prince et dans les principales ville de province.

Cette façon de terminer la grève, sans même obtenir la moitié de qu'ls demamdaient pourraient être perçue comme un coup dur por les chauffeurs et la quasi-totalite de la population qui a adhére à la grève, malgre les inconvénients qu'elle lui a causés.

 Selon lui l’application des nouveaux prix ne pourra pas conduire à une réduction du coût de la vie.
Claude Roumain a du coup rejeté les arguments du pouvoir selon lesquels, s'il consent une réduction des prix en fonction de la baisse des prix du pétrole sur le marché international, c'est toute l'économie qui va en pâtir au risque de comprometre les programmes sociaux.

Pour Claude Roumain, c'est la mauvaise gestion  et le gaspillage  des fonds du tresor public et des Fonds Petro Caribe qui est ici en cause. C'est toute cette mauvaise gestion qui fait que de nombreux chantiers dont la construction de routes, ont été abandonnés et cachés derrière des toles rouges

Les responsables de la table de concertation de l’opposition ont dénoncé  pour leur part, l’attitude des responsables d’organisations syndicales qui ont accepté de lever le mot d’ordre de grève après, ont-ils dit, un huis-clos avec la délégation gouvernementale.

Le coordonnateur adjoint du comité de pilotage du  MOPOD, Turneb Delpé, qualifie cette décision de coup de poignard dans le dos, laissant entendre que la grève avait été lancée de concert avec  l’opposition.

L'ancien sénateur Delpé informe qu’il avait été convenu que les autorités réduisent, au moins, de 50 gourdes le prix des produits pétroliers.

Pour Assad Volcy de la plateforme Pitit Dessalines et  de la table de concertation, ces discussions ont seulement donné à ces dirigeants d’organisations syndicales la possibilité de défendre leurs propres intérêts.

Pour lui, il s’agit d’une main levée accordée aux responsables gouvernementaux pour qu’ils continuent d’utiliser les fonds Petro Caribe à leurs propres fins.

Assad Volcy annonce la poursuite de la mobilisation avec notamment trois journées de manifestations prévues les 4, 5 et 7 février dans la capitale haïtienne.

Déjà, à la mi-journée mardi, une vive tension a régné dans les parages de l‘INAGHEI et de  la Faculté des Sciences Humaines à l’avenue Christophe. Des étudiants protestaient contre la décision des syndicalistes de lever le mot d’ordre de grève après un insignifiant ajustement des prix de l’essence à la pompe.

Pendant un certain temps, la circulation automobile était paralysée dans cette zone à cause des barricades de pneus enflammés érigés sur la chaussée.

Le coordonnateur général du Mouvement National de l’Opposition Patriotique (MONOP) André Fadot informe que les manifestations annoncées devraient prendre fin non loin du palais national au Champ de Mars
 
L’avocat et militant politique Newton Saint Juste a dit saluer l’appui manifeste des membres de la population à la grève  des transporteurs.

L’homme de loi qui dénonce des actes de corruption impliquant la famille présidentielle exige du gouvernement une gestion transparente des taxes des contribuables

Me Saint Juste appelle la population à se mobiliser contre un plan de l’exécutif qui viserait à saboter lles biens de l’Etat.

Le président de l’ANADIPP Alain Max Romain a, lui, exprimé souhaiter que le nouvel ajustement des prix des produits pétroliers sur le marché local contribue à apaiser les esprits et que la commission de suivi se mette très vite au travail en vue d’évaluer les variations des prix des produits pétroliers sur le marché international afin d’ajuster les ajuster à la pompe.

Les taxes sur les produits pétroliers doivent cesser de de faire l’objet de choix politiques, a souligné M. Romain.

Le Premier ministre Evans Paul s'est felicité d’avoir contribué à la levée de la grève, et souhaite  la reprise normale des activités dès le mardi 3 février.


Installation de Eustache Saint-Lot à la tête du BMPAD en remplacement de Michael Lecorps: le ministre de l'Economie et des finances estime que ce n'est pas l’économie qui va mal mais l’environnement économique qui est difficile

Port-au-Prince, le  février 2015 – (AHP) – Ce n’est pas l’économie qui va mal mais c’est l’environnement économique qui est difficile, a indiqué mardi, le ministre de l’économie et des finances Wilson Laleau en marge de l’installation du nouveau directeur général du Bureau de Monétisation des Programmes d'Aide au Développement (BMPAD)

M. Laleau a fait remarquer que l’économie haïtienne a crû durant l’exercice fiscal écoulé même s’il reconnait la nécessité de faire davantage, notamment pour favoriser la création de petites et moyennes entreprises dans le pays et déplore l’instabilité institutionnel et politique qui, rappelle-t-il, ne colle pas avec la croissance économique.

Lors de l’installation de M. Eustache Saint-Lot à la tête du BMPAD en remplacement de Michael Lecorps, le ministre Laleau s’est félicité de son dynamisme et se dit prêt à l’accompagner dans l’accomplissement de ses fonctions.

Il a dit croire que le nouveau directeur du BMPAD mettra ses compétences au service du pays, indiquant  que le gouvernement s'est donné pour objectif de réorienter le fonctionnement de cette  institution.

Il a fait savoir  que le Bureau de Monétisation des Programmes d'Aide au Développement  est appelé à jouer un rôle majeur dans la mise en œuvre du pacte national pour l’emploi et la croissance économique en phase de finalisation.

Quant au nouveau directeur du BMPAD, il a remercié le président Michel Martelly pour la confiance placée en lui et pour lui avoir offert la possibilité de mettre ses compétences et son expérience au service du pays.

M. Saint-Lot a promis de se mettre très vite au travail et dit compter sur la collaboration du personnel du BMPAD afin qu’il puisse donner des résultats qui correspondent aux attentes du gouvernement et qui répondent aux besoins de la population.




Nouvelles du 2 février 2015.

Communiqué de presse de l'Association des Médias Indépendants d'Haïti

L’Association des Médias Indépendants d'Haïti (AMIH)  condamne  des menaces de mort en  République dominicaine  contre des journalistes ayant  pris  position dans le dossier de la dénationalisation

Quatre journalistes dominicains dont le professionnalisme et l’objectivité sont reconnus, ont dénoncé ce lundi 2 février des menaces de mort et des harcèlements publics dont ils affirment être l'objet de la part d'individus membres de groupes extrémistes minoritaires qui promettent  devant des caméras de télévision de passer aux actes et de leur faire un sort.

L’Association des Médias Indépendants d'Haïti (AMIH)  condamne énergiquement toute entrave à la liberté de la presse et fait appel aux autorités dominicaines pour qu'elles diligentent immédiatement une enquête permettant d'identifier  et de traîner  devant les tribunaux les responsables de ces actes intolérables.

L’AMIH exprime ses plus profondes préoccupations du fait que Amelia Deschamps, Juan Bolivar Diaz, Huchi Lora et Roberto Cabada sont accusés de « traitres à la patrie, qui méritent la mort » pour leurs prises de position sur la question migratoire et particulièrement la situation des dominicains d’origine haïtienne déchus de leur nationalité par l’arrêt 168/13 du Tribunal Constitutionnel.

 Roberto Cabada  a recemment réalisé son bulletin de nouvelles en direct d' Haiti.

L’AMIH tient à souligner  que cette campagne d’intimidation contre ces journalistes dominicains intervient dans une ambiance de promotion d’affrontements entre Dominicains et  Haïtiens, alimentée par des représentants de l’Alliance politique entre le Parti de la Libération dominicaine (gouvernemental) et des groupements ouvertement anti-haïtiens.

L’AMIH apporte sa solidarité aux confrères dominicains. Elle exhorte les associations de journalistes de l’île et du monde à suivre de près la situation qui se développe en territoire voisin et à se mobiliser afin que la liberté de la presse menacée en République Dominicaine par des secteurs ultra-nationalistes, soit préservée.


Venel Remarais
Président



La montagne accouche d'une souris: les écoles  et le transport en commun paralysés, malgré les protocoles d'accord annoncés par le gouvernement


AHP 2 février 2015-
Rien ne semble réglé au niveau des revendications des enseignants du secteur public et des syndicats de  transport public.

Le Ministre de l'Economie et des Finances, Wilson Laleau, assuré vendredi avoir trouvé un accord avec des syndicats de transports et annoncé du coup de nouveaux tarifs pour les prix de la gazoline, du diesel et du kerosen.

De son côté, le mnistre de l'Education, Nesmy Manigat, informait le même jour avoir signé un potocole d'accord avec des regroupements de syndicats. Ce qui, selon lui, devrait favoriser la reprise ce lundi  des cours dans les lycées du pays, paralysés depuis des mois.

Cependant, la réalité est tout autre ce lundi 2 février dans la rue et dans les écoles.

Dans la rue d'abord, la grève du transport est quasi générale, quelques rares tap-taps sont remarqués sur les differents circuits sillonnés.

De Frères à Petion-ville, de Petion-Ville-au centre-ville; de Tabarre à l"aéroport international, de Carrefour au Portail Léogâne, de Croix-des Missions à la Croix-des-Bouquets et partout ailleurs, dans la zone metropolitaine de Port-au-Prince, c'est le même constat, la même situation.

On  a signalé des cas où des chaufffeurs qui voulaient travailler en auraient été empêchés, mais on a signalé aussi des cas où des chauffeurs qui observent la grève et dont les véhicules etaient garés, auraient  été frappés par des individus qui ont ensuite pris la fuite. Un de ces cas a été enregistré tôt lundi matin  au Canapé-Vert où des jets de pierres ont par ailleurs été signalés.

Les syndicats qui comptent apparemment le plus de membres ne sont pas satisfaits des  réductions consenties par le Ministère de l'Economie et des Finances, estimant qu'elles sont loin d'être proportionelles à  la spectaculaire plongée des prix du pétrole sur le marché international.

Maintenant, au niveau de la grève des cours dans les écoles publiques: les platefomes qui n'ont pas paraphé le protocole d'accod de vendredi avec le ministre de l'Education nationale, estiment n'y voir rien qui prouve que les revendication des enseignants, pour lesquelles, ils se battent depuis des années, vont être satisfaites.

Dans les deux cas,  les décisions des Ministères des Finances et de l'Education n'ont pas produit les effets escomptés ou pas encore.

Mais, en quoi les deux ministères auraient-ils péché, pour qu'on en soit là aujourd'hui après toutes ces rondes de discussions?.

Les deux ministres sont accusés d'avoir commis le même péché: on leur reproche d'avoir trouvé une entente seulement avec des syndicats ou des personnalités qui leur seraient proches.

Au niveau du transport,  l'entente a éte trouvée avec
Le Front national des syndicats Haïtiens (FNSH pro-gouvernemental) de Montès Joseph. Celui-ci   avait dejà annoncé l'entente deux jours avant la signaure.

Dans l'Education, c'est avec la platefome des organisations éducatives plus CNEH que l'entente a ete trouvée, la laplateforme des syndicats d'enseigants haïtiens campant sur sa position, estimant l'accord creux et injuste.

Pour beaucoup, si  dans les deux cas, les revendications restent entières et si le transport  et les écoles publiques sont à ce point paralysés ce lundi, cela pourrait vouloir dire que les syndicats qui ont signé avec le gouvernemet n'ont pas autant de représentativité que les autres, même si des  individus soutiennent que des secteurs politiques jouent aussi dans le jeu.

Quoiqu'il en soit, les ministres  des Finances et de l'Education devraient réfléchir et se demander s'ils on fait le bon choix, s'ils ont adopté la bonne stratégie. Parce que pour beaucoup, les ministres auraient réédité et suivi la voie tracée dans le cadre  des récentes négociations politiques qui ont donné les résultats que l'on sait: discuter et s'entendre seulement avec ceux qui étaient deja du même bord.

Rues complètement  désertes ce lundi dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince: la grève du transport en commun également  respectée dans la plupart des grandes villes du pays

Port-au-Prince, le 2 février 2015 – (AHP) – Les activités ont été totalement paralysées ce lundi dans la capitale haïtienne en raison d’un mot d’ordre de grève de deux jours lancé par une trentaine d’organisations syndicales évoluant dans le transport en commun.
 
Les activités ont été également  perturbées dans pratiquement tous les autres   secteurs d'activités, paticulièrement dans  les écoles, alors que les professeurs des écoles publiques sont toujours en grève. Ce mouvement dont les organisateurs estiment qu'il a éte respecté à plus de 80 %, a été suivi dans  la plupart des grandes villes du pays.
 
A Port-au-Pince, de nombreuses institutions  privées d’enseignement ont dû renvoyer le peu d’élèves qui ont pu se présenter à l’école ce lundi mais d’autres ont tenu à travailler avec un effectif réduit, d’élèves et d’enseignants. C'etait egalement le cas pour d'autres secteurs privés d'activités

Même des institutions publiques n'ont pas fonctionné,  les employés ne s'étant pas presentés  par adhésion ou pour n'avoir pas trouvé de moyen de transport

 
Des  étudiants de la faculté d’Ethnologie ont apporté leur soutien à la grève des syndicats de transport en commun en perturbant pendant un certain temps, la circulation des véhicules privés non loin du palais présidentiel.
 
A chaque fois qu’un véhicule tentait de s’aventurer sur la voie menant à la FE, ces étudiants se sont mis en travers de leur route pour les contraindre à faire demi-tour.
 
Certains chauffeurs de Tap-Tap ou d’autobus de transport en commun qui avaient pris la route, ont été contraints de suivre le mot d’ordre de grève. Tout comme des chauffeurs qui faisaient la grève ont éte attaqués au Canape-Vert par des  individus hostiles au mouvement
 
Des barricades de pneus enflammés, de pierres et de carcasses de véhicules ont été remarquées dans plusieurs artères de l’aire métropolitaine de Port-au-Prince.
 
Des chauffeurs remarqués au volant de leurs autobus dans plusieurs sations de vehicule, ont indiqué qu’ils ne prendraient pas pas  la route pour soutenir la grève de deux jours lancée pour ce lundi et mardi par leurs syndicats.
 
Les protestataires entendent ainsi s'élever contre la décision du gouvernement  de ne consentir qu’une reduction jugée insignifiante de 10 à 15 gourdes sur  les prix du carburant .
 
Depuis ce lundi, le gallon de gazoline est en effet passé de 215 à 200 gourdes, le diesel de 177 à 167 gourdes et le kérosène de 171 à 161 gourdes et dans certaines stations-services on a même gardé les anciens prix sous prétexte que le stock acheté la semaine dernière n’aurait pas encore été épuisé.
 
Les syndicats qui ont lancé ce mouvement de protestation se félicitent de la réussite de la première journée et soutiennent qu’il ne s’agit que d’une grève d’avertissement qui, pourrait être suivie d’une grève générale et d’un appel à la désobéissance civile, pour forcer les autorités à entendre raison.
 
Le porte-parole du STTH, le secteur transport terrestre haïtien, Jacques Anderson Desroches trouve anormal que le gallon de gazoline soit vendu en Haïti à 4 dollars 10 US alors que son prix se situe entre 1, 66 et 2,10 $ dans les autres pays de la région.
 
Il s’est aussi démarqué des actes de violences qui ont été enregistrés dans certains endroits de la capitale ce lundi matin et appelle les autorités compétentes à assumer leurs responsabilités.

Les associations de transporteurs qui ont appelé à la grève qualifient de grande réussite  la première journée, ce lundi, et appellent les chauffeurs et propriétaires à continuer sur la meme lancée ce mardi encore pour exiger une  baisse significative des prix du carburant.

Le Coordonnateur des Transporteurs et des Travailleurs D’Haïti,  Boursiquot Jean Claude réclame une baisse de 100 gourdes sur les prix des produits pétroliers afin de permettre  une diminution des prix des produits de première nécessité.

De son cote, le Coordonnateur du regroupement ‘’Monde Syndical haïtien’’ Carl Henry Michel dénonce l’accord signé vendredi dernier entre le Ministre de L’Economie et des Finances et certains militants qu’il qualifie d’opportunistes.
                      
Un autre  responsable du regroupement,  Simon Prince, a pour sa part fait savoir la grève de deux jours lancée par les syndicats de transport est un mouvement pacifique, déplorant des actes de violence rapportés dans des quartiers de la capitale.

Réagissant sur les jets de pierres et la pose de barricades de pneus enflammés sur la voie publique,  M. Prince a fait savoir que des membres de la population ne peuvent plus contenir leur colère contre les autorités qu’ils considèrent comme des oppresseurs.

 
Mais, le secrétaire exécutif  du Font National des Syndicats Haïtiens Patrick Numa, continue de se prononcer contre ce mot d’ordre de grève dont il dénonce le caractère politique.
 
Il estime que si certains chauffeurs n’ont pas été remarqués dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince c’est entre autres à cause des actes de violence enregistrés en certains endroits de la capitale.
 
M. Numa dit comprendre les difficultés éprouvées par le gouvernement qui ne peut pour l’instant répondre favorablement à la demande des syndicats qui réclament une baisse substantielle et dans l’immédiat des prix des produits pétroliers.

Le coordonnateur du front national des syndicats haïtiens (pro-gouvernemental) signataire de l'accord de vendredi dernier,  appelle les grévistes a négocier avec le gouvernement. Montes Joseph dit condamner les actes de violences enregistrés et  qu'il attribue à une main politique.


Quoi qu'il en soit, une deuxième journée de grève  est prevue pour  ce mardi.


Un des responsables de la plateforme haïtienne des organisations éducatives, Josué Merilien estime que sans la grève du transport les enseigants et les elèves auraient repris le chemin de l'école: il denonce une campagne de denigrement contre son organisation

Port-au-Prince, le 29 janvier 2015 – (AHP) -L`un des responsables de la plate orme haïtienne des organisations éducatives, Josué Merilien annonce ce lundi la levée du mot d` ordre de grève illimitée  entamée depuis une semaine dans les établissements scolaires publiques.

Josué Merilien affirme que n’était-ce la grève des   transporteurs, le cours auraient repris , il donne la garantie que tous les enseignants regagneront les salles de classe  mercredi.

Il salue la signature de l` accord autour des revendications des enseignants avec le ministre de l éducation nationale, Nesmy Manigat.Il appelle les enseignants a la vigilance en vue de porter les autorités compétentes à respecter les engagements pris dans le cadre de cet accord.

Le syndicaliste Josué Merilien dénonce par ailleurs une campagne de  dénigrement contre son organisation l’ Union nationale des normaliens haïtiens(UNNOH) orchestrée par des membres de la plateforme des syndicats d enseignants haïtiens ,suite a la signature de cet accord. Le même secteur estime que l'UNNOH n'aurait plus la même influence
                                                                                                                        
La première journée du mot d'rdre de grève de deux jours lance par les syndicats de transport pour appeler à une reduction significative des prix de l’essence et qui s'est grffée au mouvement ds enseigants,  a été quasi-totalement respectée  dans les différentes communes de l` aire métropolitaine de Port-au-Prince.

Des chauffeurs de taxis moto  interrogés par radio solidarité ont  dit appuyer cette grève, déplorant ce qu` ils appellent  l'obstination des autorités compétentes refuser une baisse significative les prix du carburant.                                                                                                                


Amesty International au premier ministre  Evans Paul: Faites des droits humains la priorité de votre gouvernement.

Dans une lettre ouverte au premier ministre Evans Paul, Amnesty International met en lumière certaines des questions relatives aux droits humains qui, selon l'organisation, doivent être résolues en priorité par son gouvernement : garantie du  droit à la liberté de réunion pacifique; respeect et protection pour les défenseurs des droits humains; garantie de l'indépendance de la justice; promotion du  droit à un logement décent.

Faites des droits humains, la priorité de votre gouvernement, ecrit Amnesty à Evans Paul.



Nouvelles du 29 janvier 2015

Le président du Sénat à 10 membres Andris Riché pressé d'avouer avoir écrit à la Cour Supérieure des Comptes pour solliciter décharge en faveur de l'ancien premier ministre Laurent Lamothe: l’avocat et dirigeant politique André Michel, fustige le comportement du sénateur  et appelle son parti, l’OPL, à le sanctionner pour grave  impair


Port-au-Prince, le 29 janvier 2015 – (AHP) - Le président du Sénat, Andris Riché a admis jeudi, avoir envoyé à la Cour Supérieur des Compte et du Contentieux administratif, une correspondance en date du 21 janvier, dans laquelle il relaie une demande de decharge solicitée par l'ancien premier ministre Laurent lamothe pour sa gestion comme ministre des Affaires étrangèrs et chef de gouvernement.

Andris Riché n'avait pas informé de cette decision. Mais l’affaire qui a été révélée par le sénateur Jean-Baptiste Bien-Aimé, a fait si grand bruit et suscité tellement de réactions dans le pays que le sénateur Riché a dû reconnaitre les faits, expliquant que la lettre de M. Lamothe forcé à la démision en décembre dernier, avait été adressée à l'ancien président du sénat et qu' après la fin du mandat de ce dernier et le dysfonctionement du Senat, il a decidé de  se chager du dossier en écrivant à la cour des Conptes.
 
De nombreux secteurs ont jugé suspecte la demarche du president du Sénat à 10 membres en faveur de    M. Lamothe, vu que ce dernier   a toujours boudé les invitations  du Sénat   pour qu'il  s'explique sur  l’utilisation  des fonds de l’Etat.

L'ancien premier minisre est accusé de mauvaise utilisation  des fonds du trésor public, notamment des fonds  Petro Caribe, des taxes perçues sur les tranferts et les appels téléphoniques.

Mais Andris Riché persiste qu’il n’y a rien de sorcier dans sa démarche, estimant  il n’a pas demandé de décharge en faveur de  l’ancien premier ministre, mais plutôt appelé la Cour des Comptes à faire  un audit de sa gestion.

"Ma correspondance fait suite à celle de M. Lamothe datée du 30 décembre et arrivée au grand corps le 8 janvier,  dans laquelle, il a sollicité décharge pleine et entière de sa gestion aux postes qu’il a occupés dans l’administration entre octobre 2011 et octobre 2012 comme ministre des affaires étrangères puis d’octobre 2012 à décembre 2014 comme premier ministre et ministre de la planification", a tenté d'expliquer Andris Riché.

L'oposition estime ne pas comprendre  qu'Andris Riché qui essaie toujours de se faire passer pour un homme intègre, au dessus de la mêlée, ait agi de facon ausi obscure dans le dossier Lamothe.

L’avocat et dirigeant politique André Michel, a ainsi fustigé le comportement du sénateur Riché et appelle son parti, l’Organisation du peuple en lutte, à le sanctionner pour avoir, a-t-il dit, commis ce grave  impair.

M. Lamothe qui a toujours boudé les invitations du Sénat pour faire le point sur sa gestion au ministère de la planification et à la Primature, ne peut obtenir décharge", a indiqué André Michel qui exige plutôt que l’ex-chef du gouvernement soit traduit en justice.

Aucun fonctionnaire ne devrait utiliser sa position dans l’administration publique pour dilapider les caisses de l’Etat, a ajouté l’homme de loi qui juge également scandaleux que certains acteurs cherchent à réduire à 6 le quorum au niveau du grand corps.


Prix du carburant: le gouvernemet promet une baisse de 5 à 10gourdes : les syndicats de transport public réclament une réduction de 25 à 100 gourde: la grève maintenue si aucune entente n'est trouvée à la réunion de ce vendredi

Port-au-Prince, le 29 janvier 2015 – (AHP) – Le gouvernement accepte de diminuer les prix de l’essence suite à l’appel de plusieurs secteurs.

Le ministre de l’Economie et des finances, Wilson Laleau explique que les autorités ne peuvent  pas consentir  une  réduction significative,  étant donné que la baisse du prix du pétrole sur le maché internaional est une situation passagère. Il affirme que l’état compte en profiter pour companser les pertes occasionnées par la subvention de l’essence pendant les dernières années, subvention qui aurait atteint 7 milliards de gourdes.

Ainsi donc la réduction serait de l'orde de  5 à 10 gourdes

 
Quant aux syndicat de transport public ils  exigent une réduction de 25 à 100 gourdes, selon le président de l’Association des Propriétaires et Chauffeurs d’Haïti APCH Mehu Changeux qui affirme avoir rencontré le ministre de l’économie et des finances.

Le Syndicaliste informe que la grève prévue pour les 2 et 3 février est maintenue, si ls deux parties n'arivet pas à un compromis. Une nouvelle rencontre est prévue ce vendredi.

Entre temps, dans plusieurs régions du pays, les secteurs de transport public se mobilisent.

Le président des syndicats de propriétaires et de chauffeurs des Gonaïves, Gardy Alectine, estime que  le refus des autorites de baisser les prix du carbuant  témoigne leur refus de trouver une solution  à la crise socio-économique.

M. Alectine dit appuyer tout mouvement de nature à presser les dirigeants de revoir à la baisse le prix du carburant. Il annonce, en ce sens, des manifestations dans la 4ème ville du pays si les autorités continuent de refuser de faire  droit aux  revendication de  la population.

Pour sa part, le président du Group Croissance SA, Kesner Pharell, a souligné que  toute révision de manière hative des prix du carburant aurait des consequences sur le fonctionnement de l'administration publique. Il a souligné ne  pas avoir de conseils particuliers à faire au pouvoir, puisqu'il n'a pas été consulté lors de certains prises de décision.

Le président de l'Association des Economistes Haïtiens Eddy Labossière  appelle les autorités à faire une analyse de la situation de concert avec les acteurs concernés en vue de prendre la meilleure  décision.

La table de concertation de l'opposition apporte  son soutien au mot d’ordre de grève des 2 et 3 février  de  la CNSTH et annonce de nouvelles journées de manifestation  les 4, 5 et 7 février.

Le MOPAM appuie l'appel à la grève des 2 et 3 février et accuse le gouvernement de manque de volonté dans le cadre de la satisfaction des revendications de la population        

Port-au-Prince, le 29 janvier 2015 – (AHP) – Le Mouvement Progressiste pour l'avancement ds masses (MOPAM) a declaré jeudi appuyer  l’appel à la grève lancée par des syndicats de transport en commun pour les 2 et 3 février 2015 à travers les dix départements du pays, en vue de contraindre le gouvernement de  réduire les prix du carburant sur le marché local.

Le porte-parole du MOPAM, Wilgaud Suprême Edouard dénonce ce qu’il appelle le manque de volonté du pouvoir Martelly  qui refuse, selon lui, de donner site aux  revendications de la population,  en proie à de graves problèmes socio-économiques.

Il encourage les organisations et partis politiques de l’opposition à poursuivre la contestation en vue d’ aboutir à la démission du chef de l’ état.

Le Front national des syndicats Haïtiens (FNSH pro-gouvernemental)  annonce avoir trouvé une entente avec le ministère de l’Economie et des Finances  autour de la baisse des prix de produits pétroliers.

Selon cette entente, le gallon de gazoline qui se vend à 215 gourdes devrait dscendre  à 200 gourdes, le gasoil (diesel) de 177 gourdes  à 162 gourdes et le kérosène de 171  gourdes  à 161 gourdes,  c’est ce qu’a fait savoir le coordonnateur général du Front National des Syndicats Haïtiens, Montès Joseph

Cet accord devrait être paraphé dans les prochains jours a soulignés M. Joseph qui  qualifie de précipitée la décision de plusieurs syndicats de transports d’annoncer une grève.


Ainsi donc la réduction serait de l'orde de  5 à 10 gourdes.
 
Le Minisre de l'Economie et des Financs Wilson Laleau avait indiqué plus tôt dans la journée que le gouvernement acceptait le principe d'une reduction des prix, mais qu'il ne pouvait pas aller trop loin.

Cependant, les syndicat de transport public qui exigent une réduction de 25 à 100 gourdes, ont fait savoir que le ministre Laleau avait avance une diminution de 5 à 10 gourdes.

Le président de l’Association des Propriétaires et Chauffeurs d’Haïti APCH Mehu Changeux annonçait du coup le maintien du mot d'ordre de grève, bien qu'une ultime réunion doive se tenir ce vendredi entre les deux parties.


Les activités académiques pourraient reprendre dans les écoles publiques à partir du lundi 2 février, suite à une réunion avec les organisations syndicales, selon le ministre de l'Education


Port-au-Prince, le 29 janvier 2015 – (AHP) – Une nouvelle rencontre s’est tenue ce jeudi au ministère de l’éducation nationale entre le titulaire du MENFP, Nesmy Manigat et des responsables d’organisations syndicales d’enseignants  dont les membrs sont en grève dans les lycées depuis la réouverture des classes début janvier 2015.
 
Selon le ministre Manigat, les activités académiques pourraient reprendre dans les écoles publiques à partir du lundi 2 février prochain.

Il a ainsi fait état d’avancées considérables dans les discussions. Un  document sur lequel, les différentes parties se sont mises d’accord doit être finalisé ce vendredi, a-t-il dit.

M Manigat affirme avoir promis au enseignants grévistes d’accélérer les discussions avec le gouvernement et les bailleurs de fonds pour que des ressources additionnelles puissent être dégagées pour accélérer à partir de ce mois de février, le processus de nomination dans les écoles publiques.

Le coordonnateur de l’UNNOH Josué Mérilien, qui a participé à la rencontre, confirme que des avancées considérables ont été faites lors de la rencontre de ce jeudi avec le ministre Manigat.

Le syndicaliste qui a réaffirmé la volonté des professeurs grévistes de reprendre les cours dans les lycées, continue d’exiger des garanties quant à la satisfaction aux revendications des enseignants.

Entretemps, l’inquiétude des lycéens grandit chaque jour pour ce qui est  des dispositions devant être adoptées pour leur permettre de boucler l’année scolaire dans de bonnes conditions.

Rares sont les professeurs qui font acte de présence dans les lycée et même quand ils se rendent à l’école ils n’entrent pas dans les salles de classes, déplorent certains élèves du Lycée Alexandre Pétion dont certains rappellent qu’ils auront à subir, à la fin de l’année, des examens officiels, au même titre que les autres élèves qui fréquentent les établissements privés d’enseignement.

Le président de la commission éducation au grand corps, le sénateur François Lucas Saint-vil a pointé du doigt  la lenteur de la réaction du MENFP dans le cadre de cadre de la crise de l'education, déplorant le fait que ce sont les élèves qui en font les frais.
 
L`élu du nord-ouest affirme que la commission éducation est en train d`étudier la possibilité d`une rencontre avec le ministre de l`éducation autour des mesures a adopter face a cette situation qui paralyse les écoles publiques depuis le début de l`année.

                                                         

  Conférence-débat autour de  l’application du droit dans le cadre de la crise actuelle: Me Stanlery Gaston souligné qu’aucune loi n’est applicable à la situation et accuse l'exécutif de responsablité dans le pourrissement de la conjoncture

Port-au-Prince, le 29 janvier 2015 – (AHP) – Le comité exécutif du jeune Barreau de Port-au-Prince (JBAP)  a organisé ce jeudi une conférence-débat autour de  l’application du droit dans le cadre de la crise actuelle.

L’un des intervenants à cette conférence, Me Stanley Gaston a, dans son exposé,  souligné qu’aucune loi n’est applicable à la situation de crise que connait le pays surtout  avec le dysfonctionnement du parlement et la démission du président du conseil supérieur du pouvoir judiciaire(CSPJ), Me Arnel Alexis Joseph.

Il rend l'exécutif responsable de la situation de pourissement actuel pour   avoir failli à ses responsablités.


Me Stanley Gaston plaide en faveur de l’organisation des élections législatives dans le meilleur délai en vue d’un retour  à l’ordre constitutionnel, a-t-il dit.


3 recommandations de renvoi  émises contre des policiers pour trafic de stupéfiants et introduction de téléphones portables dans les prisons civiles de Port-au-Prince et de la Croix-des-Bouquets: l’IGPNH affirme sivre de près les policiers ripoux

Port-au-Prince, le 29 janvier 2015 – (AHP) - L’inspection générale de la police nationale d’Haïti a fait savoir jeudi qu'elle  surveille  de très près, les policiers qui s’adonnent au trafis de stupéfiants ou qui introduisent des téléphones portables dans les centres de détention du pays.

Au cours du mois de janvier, 3 recommandations de renvoi ont été émises contre des policiers pour trafic de stupéfiants et introduction de téléphones portables dans les prisons civiles de Port-au-Prince et de la Croix-des-Bouquets, a indiqué jeudi, le porte-parole de l’IGPNH, l’inspecteur divisionnaire Marc-Wilckens Jean.

Il a indiqué que d’autres agents ont été placés en isolement pour viol, homicide et blessures par balles et confirme que le policier qui avait abattu une passagère à bord d’une motocyclette dans la commune de Carrefour, a été mis en isolement.

Ce sont en tout 54 dossiers qui ont été signés et expédiés au directeur général pour le mois de janvier, a indiqué M. Jean,  soulignant que sur les 9 recommandations de renvoi acheminées à la direction générale de la PNH, deux ont été approuvées.

La police des polices a réaffirmé jeudi sa volonté d’être présente sur les sites qui accueillent les exercices pré-carnavalesques ainsi que le défilé des trois jours gras.

L’objectif, a  dit le porte-parole de l’inspection générale, est de faire en sorte que les agents affectés à la sécurité des défilés, remplissent leur mission de manière correcte et sanctionne tout agent qui, tout en n’étant pas lié à la sécurité du carnaval,  fait fi des recommandations de ne pas circuler avec des armes à feu sur le parcours.

L’IGPNH appliquera les règles de tolérance zéro contre les policiers qui se rendront coupables d’actes de mauvaises conduites, a-t-il souligné.


****Clôture ce jeudi du Troisième Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté des Etats de l’Amérique Latine et de la Caraïbe (CELAC). Sommet auquel participait le président Michel Martelly. Le chef de l'Etat a redit  "sa détermination à faciliter l’organisation de nouvelles élections dans le pays" et soutenu qu'il  remettra, quant à lui, "le pouvoir en 2016 à un nouveau Président élu ".

Le Bureau de communication de la primature informe que 
la représentante du secrétaire général de l’ONU en Haïti a félicité le chef de l’Etat et le Premier ministre pour "les efforts consentis en vue de la formation du gouvernement de consensus"

NOTE DE PRESSE

 

La représentante du secrétaire général de l’ONU en Haïti a félicité le chef de l’Etat et le Premier ministre pour les efforts consentis en vue de la formation du gouvernement de consensus

 
Port-au-Prince, le jeudi 29 janvier 2015.- Le Premier ministre Evans Paul a eu, ce jeudi, à la Primature, une importante rencontre avec une délégation de la Minustah conduite par la représentante du secrétaire général de l’Organisation des Nations unies en Haïti, Sandra Honoré.
 
Il s’agit surtout d’une rencontre d’informations sur les actions de la Minustah dans le pays, dans les domaines de la sécurité, de la stabilité politique, de l’appui à la gouvernance publique, au système judiciaire, et au renforcement du processus électoral.
 
La Minustah promet d’appuyer le CEP dans le processus électoral en mettant des fonds à sa disposition. Madame Honoré a assuré que la Minustah participera à la formation recyclée des 5 000 agents de sécurité électorale. De son côté, le chef du gouvernement a assuré de l’intérêt du gouvernement à mettre sa contribution financière à la disposition du CEP.
 
Le chef du gouvernement a tenu à féliciter la Minustah pour ses efforts dans le domaine de la consolidation du climat sécuritaire et de la stabilité politique. Il qualifie de positif le bilan de la mission onusienne dans le pays.
 
Sandra Honoré a félicité le chef de l’Etat et le Premier ministre pour les efforts consentis en vue de la formation de ce gouvernement de consensus. Elle souhaite toutefois une harmonisation et une étroite collaboration entre l’exécutif et les dix sénateurs de la République. A cet effet, plusieurs rencontres entre les deux chefs de l’exécutif et des sénateurs ont déjà eu lieu. « Le président et moi nous avons la volonté de travailler, de collaborer avec les sénateurs. Nous cherchons à définir en ce sens la formule qui nous semble meilleure. Collaborer avec les sénateurs est une priorité pour nous au gouvernement », a rapporté le chef du gouvernement.
 

Bureau de Communication
de la Primature


Nouvelles du 28 janvier 2015
Nouvelle étape dans le mouvement de mobilisation contre le pouvoir en place: la table de concertation de l'opposition apporte  son soutien au mot d’ordre de grève des 2 et 3 février  de  la CNSTH; nouvelles journées de manifestation  les 4, 5 et 7 février

Port-au-Prince, le 28 janvier 2015 – (AHP) – La table de concertation de l'opposition a apporté mercredi son soutien au mot d’ordre de grève lancé la veille par la Coalition Nationale des Syndicats de Transport Haïtien (CNSTH)  qui a dejà le soutien de plusieurs organisations populaires.

Cette nouvelle forme du mouvement de protestation contre le président Michel Martelly pendra effet les 2 et 3 février prochain.

 
Des associations de propriétaires et chauffeurs de transport en commun ont également annoncé que leurs membres allaient appuyer ce mot d’ordre de grève.
 
La table de concertation affirme qu’elle soutient toute forme de mobilisation pacifique qui vise à exiger le départ du président Michel Martelly, selon ce qu’a indiqué Assad Volcy de la plateforme Pitit Desalin.
 
Pour sa part, l'ancien député Serge Jean-Louis du Mouvement populaire de l'oposition démocratique  (MOPOD) encourage l’ensemble des secteurs clés de la vie nationale à faire corps pour la réussite de ces deux journées de grève.
 
Il en a profité pour annoncer 3 journées de manifestation à Port-au-Prince, les 4, 5 et 7 février prochain.
 
Mardi, le CNSTH avait annoncé ces deux journées de grève  en vue entre autres de forcer les autorités haïtiennes à revoir à la baisse les prix des produits pétroliers sur le marché local.
 
La coalition et les organisations poplaires  avaient appelé les citoyens vivant dans les 9 autres départements à soutenir cette forme de protestation qui vise à dénoncer le maintien  des prix des produits pétroliers sur le marché local pendant que le pétrole se vend de moins en moins cher sur le marché internat
ional.


La plateforme des organisations éducatives pose des conditions pour répondre favorablement à l’appel à la trêve lancé par le  gouvernement: garanties claires  sur le paiement des arriérés  de salaire et sur la nomination de milliers  d’enseignants qui travaillent sans  salaire dans le système

Port-au-Prince, le 28 janvier 2015 – (AHP) – La plateforme des organisations éducatives pose des conditions pour répondre favorablement à l’appel à la trêve lancé par le ministre de l’éducation nationale et renforcé par le gouvernement.
 
Le coordonnateur général de l’UNNOH, Josué Mérilien, l’un des fondateurs de cette plateforme d’organisations syndicales assurent que les grévistes veulent avoir de réelles garanties avant de regagner leurs salles de classe qu’ils ont désertées depuis la rentrée scolaire, le 6 janvier dernier.
 
Les enseignants  veulent savoir quand exactement les 4.5 milliards de gourdes que le ministre de l’éducation nationale dit attendre pour entre autres payer les arriérées de salaires, seront effectivement débloqués, a indiqué le professeur Mérilien qui a aussi demandé au titulaire du MENFP de s’engager à nommer, suivant un calendrier précis, les milliers d’enseignants qui travaillent depuis de nombreuses années dans les écoles publiques alors qu’ils n’ont toujours pas reçu leur lettre de nomination,
 
Mardi, une réunion de haut niveau de l’Etat avait été organisée autour du mouvement de grève des enseignants qui perturbe le fonctionnement  de certaines écoles publiques du pays, selon une note du ministère de la communication.
 
Cette note fait état de certaines pistes de solution qui ont été analysées dans la perspective de l’application des protocoles d’accord conclus entre le Ministère de l’éducation nationale et les syndicats d’enseignants, informe cette  note .
 
Le gouvernement qui affirme reconnaitre le droit des syndicats de faire la grève, les exhorte à placer l’intérêt des élèves au premier plan et à continuer le dialogue indispensable à l'amélioration de manière progressive, des conditions de travail du corps enseignant.



"NOTE DE PRESSE
 
Le Premier ministre Evans Paul accueille le club de Madrid

Port-au-Prince, le mercredi 27 janvier 2015.- Le premier ministre Evans Paul a reçu, ce mardi 28 janvier 2015, M.M. Jorge Quiroga et Fellipe Calderon du club de Madrid, en visite en Haïti à la tête d'une délégation de haut niveau.
 
Au cours de son entretien  avec ces deux anciens présidents, qui a porté notamment sur l’organisation des élections, le disfonctionnement du Parlement, les manifestations des rues, le Premier ministre a donné la garantie que son gouvernement est résolument déterminé et va tout faire pour créer un climat propice à l’organisation des élections crédibles honnêtes et inclusives. Il a renouvelé l’engagement de coopérer avec le président de la République à la reprise des activités économiques  pour relancer la croissance et redonner confiance au monde des affaires.
 
Interrogé sur la possibilité d’utiliser les fonds publics au profit d’un parti politique lors des prochaines élections, le Premier ministre a assuré ses interlocuteurs de la volonté ferme de son gouvernement de contrer ces dérives et de mettre en place des mécanismes pour y parvenir « On n’offre pas en cadeau un ministère à un parti politique pour faire campagne ; on les invite à nous rejoindre pour gouverner le pays dans l’intérêt de la population. » a-t-il conclu.

Direction de Communication
De la Primature"

Le sénateur Andris Riché s'autoproclame president du Sénat, selon son collègue Jean-Baptiste Bien-Aimé

Port-au-Prince, le 28 janvier 2015 – (AHP) Le sénateur Jean-Baptiste Bien-Aimé (nord) a fait savoir mercredi que son colègue Andris Riché (Grande-Anse, (sud-ouest) s’était  autoproclamé président du grand corps.

Aucunene décision n'a jamais été prise en se sens, a déclaré M. Bien-Aimé, déplorant que le sénateur Riché qui fut vice-président dans le bureau présidé par le sénateur Simon Dieuseul Desras, va partout, au palais national  et ailleurs,  participer à des réunions en tant que président du Senat qui fonctionne avec 10 membres depuis la caducité de son 2ème tiers le 12 janvier dernier.

Jean Baptiste Bien-Aimé annonce l’élection prochaine d’un nouveau bureau à la tête du Sénat, avec un président pouvant faire preuve de modération et non enclin à lancer  des injures et des insultes à tort et à travers.

-Le parlementaire se prononce par ailleurs  contre toute idée de réduire le quorum du Sénat à 6, en vue de faciliter l`adoption de certaines décisions de l'Executif, indiquant que cette option est illégale.  Il continue d’appeler à la démission du président  Michel Martelly , responsable selon lui, de la crise actuelle.

La coordination des militaires démobilisés presse le président Michel Martelly de  prendre un décret en faveur la remobilisation des  FADH

Port-au-Prince, le 28 janvier  2015- (AHP) –La coordination des militaires démobilisés a appelé mercredi le président Michel Martelly à  prendre un décret en faveur la remobilisation des forces armées d` Haïti (FAD`H).

Le coordonateur général des militaires démobilisés, Jean Fednel Lafalaise, a déploré le fait que plus de vingt après le dysfonctionnement des FAD`H, le pays ne dispose toujours pas  d`armée pour  assurer la sécurité du territoire national.

M. Lafalaise encourage le ministre de la défense, Lener Renaud  à poser des actes concrets de nature à aboutir à la remobilisation des forces armées d'Haïti. Il a plaidé, par ailleurs, en faveur du départ des troupes onusiennes du pays

Les militaires  démoblisés se sont fait rouler à de nombreuses reprises après avoir accepté de participer à de nombreux mouvements, notamment au début de l'année 2004, avec la promesse que l'armée dissoute de fait depuis 1995, serait remobilisée, en retour.

C'est ainsi que le sergent Ravix Remissainthe et  plusieurs collègues sont  décédés de mort violente, les 9 et 10 avril 2005  sans avoir vu la concrétisation de leur rêve, après avoir  accepté de commettre  plusieurs actes violents dont des sabotages.


Au lieu de voir les promesses qui leur ont ete faites se matérialiser, ils ont plutôt éte considérés comme des vandits,  des éléments gênants pour le gouvernement de fait arrivé au pouvoir après février 2004 et egalement pour la MINUSTAH qui a eu de nombreux affrontements confrontations avec eux.



Report de la séance d'audition de l’affaire relative à l’assassinat du policier Walcky Calixte: le commissaire du gouvernement près la cour d’Appel accusé de négligence

Port-au-Prince, le 28 janvier 2015 – (AHP)- La Cour d’Appel de Port-au-Prince n’est pas arrivée à  entendre ce mercredi l’affaire relative à l’assassinat du policier Walcky Calixte contrairement à ce qui avait été annoncé.

Walcky Calixte avait été abattu dans la commune de Carrefour le 17 avril 2012 quelques heures après avoir été menacé par un parlementaire. Selon l’avocat de la famille, l’audience a été reportée à huitaine, en raison de négtligences qui auraient ete commises par le commissaire du gouvernement près la cour d’Appel.

L’ordre d’extraction du pénitencier national de certains détenus impliqués dans l’affaire n’aurait pas été émis à temps, a déploré Me André Michel.

Le magistrat assure que les deux ex-parlementaires dont les noms sont cités dans cette affaire, à savoir N’zou Naya Bellange Jean-Baptiste et Rodriguez Séjour qui avait toujours brandi leur immunité pour refuser de répondre aux questions de la justice, seront désormais contraints de se rendre au tribunal.

Il assure aussi qu’à travers ce dossier, il entend défendre l’ensemble des policiers victimes d’abus et qui n’ont pas été accompagnés par le haut commandement de la PNH. 

Installation du  nouveau directeur géneral de la RTNH: Hérold Israel promet  d’œuvrer de manière à permettre à ce média d’Etat de retrouver sa place de choix dans le cœur des citoyens


Port-au-Prince, le 28 janvier 2015 – (AHP) – Une douzaine de personnalités dont la plupart étaient dejà des  proches de l’Exécutif, ont été nommées à des postes de direction générale dans des ministères et des organismes déconcentrés.

L’ancien ministre de la justice Jean-Renel Sanon a été nommé secrétaire général de la Présidence, l’ex-vice-présidente du CEP Chantale Raymond, à la direction générale de l’OFNAC et Hérold Israël remplace le docteur Harrison Ernest à la direction générale de la radiotélévision nationale d’Haïti.

La cérémonie d’installation du nouveau patron des médias d’Etat a été réalisée en l’absence du DG sortant que certaines employées de la télévision nationale accusent de harcèlement.

C’est le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, Rotchild François Junior qui a installé M. Israël, un ancien cadre de la TNH, dans ses nouvelles fonctions à la direction générales.

Le titulaire du MC l’invite à mettre à profit, ses expériences au sein de l’administration publique et ses compétences au service de la boite appelée notamment à jouer un rôle majeur dans la société haïtienne particulièrement au cours de cette année électorale.
 
Il lui demande également de mettre l’emphase sur l’amélioration de la qualité du travail accompli par la RTNH et  lui promet que des moyens techniques entre autres, seront mis à la disposition de la RTNH pour lui permettre de mieux remplir sa mission.
 
Pour sa part, le nouveau directeur de la RTNH a promis d’œuvrer de manière à permettre à ce média d’Etat de retrouver sa place de choix dans le cœur des citoyens.
                                                                                                                                                                                     
Conscient de l’ampleur de sa tâche, Hérold Israël promet de s’y mettre avec le même esprit professionnel qui a toujours, a-t-il dit, caractérisé son passage dans l’administration publique et annonce qu’il va renforcer ce qui a déjà été fait et corriger ce qui mérite de l’être.
 
Après Bernier Sylvain, Emmanuel Ménard, Joseph Damas et Dr Harrison Ernest, les employés de la RTNH doivent maintenant s’habituer aux méthodes de travail d’un nouveau patron en la personne de M. Hérold Israël.

Des dizaines d’élèves et de professeurs,  membres du programme gouvernemental d’insertion sociale des enfants de rue, en sit-in devant le ministere de l'Education pour reclamer materiel et arrieres de salaires: des agents de sécurité du ministère accusé d'avoir bousculé des enfants
Port-au-Prince, le 28 janvier  2015- (AHP) –Des dizaines d’élèves et de professeurs,  membres du programme gouvernemental dénommé «programme d’insertion sociale des enfants de rue» ont organisé mercredi  un sit-in devant le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle en vue de réclamer du matériel de travail et des arriérés de salaires.

L’enseignante, Fabiola Lucien, qui  s`alarmait du fonctionnement jugé bancal dudit programme a également déploré la brutalité qui  a caractérisé la réaction des agents de sécurité du ministère acusé d'avoir bousculé des enfants.

De son côté, l’enseignant Jean Philippe Bakens a dénoncé le laxisme des autorités concernées qui hésitent, selon lui, a  renouveler le programme qui a pris fin depuis le 30 septembre dernier.

Atelier de travail sur le processus d’élaboration du budget national à l’intention des élèves de plusieurs écoles congréganistes et publiques de la capitale, une initiative du Group Croissance à l’occasion de la célébration de la fête de St Thomas d`Aquin

Port-au-Prince, le 28 janvier  2015- (AHP) – –Le Group Croissance a organisé ce mercredi, à l’occasion de la célébration de la fête de St Thomas d`Aquin, un atelier de travail sur le processus d’élaboration du budget national à l’intention des élèves de plusieurs écoles congréganistes et publiques de la capitale.

La responsable de suivi et d’évaluation de projets au group croissance,  Marie Evadie Daniel informe que cette activité qui s`est déroulée autour du thème : Bidjè peyi a se zafè chak sitwayen, visait  à porter les jeunes  à prendre des  engagements dans le cadre de l’élaboration du budget.

Marie Evadie Daniel a fait savoir que cette initiative était coiffée par un projet de l`Agence Américaine pour le Développement International exécuté  dans plusieurs villes du pays.

Haïti accueillera du 19 au 22 Mai 2015, la 58ème réunion du Comité régional de l'OMT 

Port-au-Prince, le 28 janvier  2015- (AHP) –Haïti accueillera la 58ème réunion du Comité régional de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) pour les Amériques qui se déroulera du 19 au 22 Mai, annonce le journal dominicain Listin Diario

Cette réunion, qui se tiendra pour la première fois en haïti, sera l'occasion pour le pays de faire part de ses progrès récents dans le domaine des infrastructures (routes, aéroports) afin de renforcer sa position en tant que destination sur la carte touristique internationale.

«La ministre haïtienne du Tourisme, Stéphanie Balmir Villedrouin, a préparé la voie à de nouvelles opportunités pour le tourisme, un atout pour la création d`emplois et le renforcement de l'économie locale. Dans le contexte politique actuel, le tourisme est considéré comme un catalyseur pour améliorer le mode de vie en Haïti», a déclaré le secrétaire général de l'OMT Taleb Rifai.

Des milliers de personnes appellent la réélection du président devant le Congrès: Eles reclament un amendement de la Constitution afin que le président Danilo Medina puisse se presenter et être rééls aux élections de 2016

Santo-Domingo, le 28 janvier 2015 – (AHP)-Des milliers de personnes provenant de différentes parties du pays ont organisé un sit-in mercredi devant le Congrès national dominicain  pour pousser les législateurs à amender la Constitution afin que le président Danilo Medina puisse se presenter et être rééls aux élections de 2016.

Ange Tejada, coordinateur du Mouvement "El Pueblo Manda" a remis un document dans lequel il est demandé au  Sénat de revenir à l'ancien texte de la réforme constitutionnelle de 2010. Le texte auquel il se refère  indique  qu'un président peut être réélu, sans aspirer à  plus
Tejada a été reçu par le sénateur d'Azua, Rafael Calderon.

Les manifestants ont exprimé leurs revenications de differentes façons: ils  chantaient, jouaient de la batterie, tout en exhibant des pancartes "Danilo quatre ans."

Parmi les participants au rassemblement,  se trouvait  le champion de  boxe Daihana Santana, qui a dit que «les jeunes gens ont trouvé en Danilo un président qui pense la jeunesse et c'est pourquoi npus demandons   quatre ans de plus", a-t-il dit

En tant que représentant des agriculteurs de sexe masculin, Roberto familia, a déclaré que les visites surprises faites par le président dans les campagnes ont fait augmenter leur estime pour lui.

Pour sa part, Margarita García, coordonatrice de la Fédération des femmes de la Cordillère du Nord, a déclaré que Danilo est très  préoccupé par  l'éducation et "donner de l'importance aux femmes dans leur lieu de travail".

C'est une tendance à la mode dans les pays de la région, où les dirigeants cherchent à jouer avec la constituton pour chercher à se maintenir au pouvoir.

Nouvelles du 27 janvier 2015



Mouvements sociaux à travers le pays: grève annoncée des syndicats de transport, grève des enseigannts, manifestations d'elèves et mobilisation anti-gouvernementale

Port-au-Prince, le 27 janvier 2015 – (AHP) – En dépit de la période de  Carnaval au cours de laquelle les autorités politiques conaissent  toujours un certain répit en termes de revendications politiques et  sociales, la situation reste confuse à 3 semaines de la tenue  du carnaval 2015 "Nou tout se Ayiti".

La Plateforme des Syndicats d’Enseignants Haïtiens et le Réseau des Enseignants et enseignantes d’Haïti banalisent l’appel lancé par le ministre de l’éducation nationale, Nesmy Manigat, en faveur de la levée de la grève  dans les écoles publiques.


Le secrétaire général du réseau des enseignants et enseignantes d’Haïti, Dorcély Masly, annonce que la  grève est maintenue et conditionne la reprise des travaux à des décisions concrètes pour améliorer les conditions de travail des professeurs.

De son côté,  le coordonnateur général des syndicats d’enseignants, Georges Wilbert Franck, dénonce le fait qu’aucune mesure n’ait été adoptée lors de la rencontre tenue lundi avec le ministre de l'Education Nesmy Manigat.

Il a par ailleurs banalisé les déclarations du ministre Manigat selon lesquelles la grève serait manipulée par une main politique.

En raison de la grève des enseigants, les lycéens  sont dans la rue depuis plusieurs semaines  pour  réclamer la satisfaction de leurs revendications.

Ils ont manifesté dans plusieurs villes du pays, notamment à Port-au-Prince, Jacmel, Saint -Marc et Miragâne.


La nanifestation de mardi  à Miragoâne a éte  émaillée d'incidents. Des élèves d`écoles publiques  ont  demandé au ministère de l'Education nationale de faire droit aux revendications des enseignants. La route nationale #2 a été bloquée. La police a dû intervenir.


Les syndicats de transport en commun
entendent aussi faire valoir leurs revendications qui sont aussi des revendications de toute la population.

La Coalition Nationale des Syndicats de Transport Haïtien (CNSTH) annonce deux journées de grève d’avertissement les 2 et 3 février  en vue de forcer l'administration Martelly/Paul à réviser à la baisse les prix des produits pétroliers. Le coordonnateur général de cette coalition, Harry Anthony critique les autorités haïtiennes qui tardent à réduire les prix du carburant, en dépit de la chute du prix du baril de pétrole sur le marché international.

Il a dénoncé le fait que les autorités sont toujours enthousiastes  quand il s'agit d'augmenter les prix du carburant, alors qu'ils font la sourde-oreille quand il faut les reviser à la baisse, particulièrement aujourd'hui où les prix ont baissé de plus de  moitié.

"
La cherté de l’essence entraine de graves conséquences sur les conditions de vie  de la population, déjà en proie à des problèmes économiques considérables", a dit Harry Anthony qui encourage tous les chauffeurs de transport en commun  à  rester chez eux les 2 et 3 février. Il indique que d'autres mouvements de protestations sont envisagées pour porter les autorités à réagir à cette situation.

Pendant ce temps, l'opposition  annonce la reprise prochaine de la mobilisation anti-gouvernementale
.

Ce sont d'abord des organisations populaires du Nord du pays qui appellent a la poursuite de la poursuite des manifstations pour obtenir  la chute du régime Martelly.



Le sénateur Andris Riché dement avoir participé à des  rencontres avec le pouvoir dans la perspective de réduction du quorum du Sénat qui fonctionne aujourd'hui avec 10 membres

Port-au-Prince, le 27 janvier 2015 – (AHP) –Suite aux déclarations du sénateur Wetzner Polycarpe (nord), selon lesquelles   les autorités entreprendraient des démarches pour faire baisser le qorum du Sénat à 6,  le sénateur Andris Riché qui fait partie tout comme  le Dr Polycarpe des 10 sénateurs restants,  a  accusé son collègue de débiter des folies.

" Je n'ai jamais participé à aucune réunion en ce sens, ni avec le pouvoir  ni avec ce machin qui s'appelle Conseil de sécurité", s'est emporté Andris Riché qui fut vice-president dans le bureau présidé par le sénateur Simon Diuseul Desras.


Wetzner Polycarpe avait dénoncé  un plan de l'Exécutif qui viserait à trouver des alliés  au Sénat en vue de  réduire a 6 le quorum pour  faciliter la prise de certaines décisions.

Il a fait savoir que même lorsque le Sénat disposait de 20 sénateurs sur 30, ce plan n'avait pas pu se concrétiser, en raison de l'opposition du Groupe des 6 sénateurs de l'oposition.

Puisqu'il ne reste que  deux de ces sénateurs, depuis le dysfonctionnement du parlement  le 12 janvier, les autorités  croient  le moment venu de repasser à l'action", a indiqué le sénateur Polycarpe.


Le Sénat fonctionne aujourd'hui avec un effectif de 10 sénateurs (sur 30).

Des sénateurs pro-putschistes avaient  réduit le quorum du Sénat  sous le gouvernement de facto d'Honorat, après le coup d'état de Raoul Cédras/Michel François contre le président Jean Bertrand Aristide en 1991,  en raison du refus d'un ensemble de sénateurs de participer à des séances pour avaliser des décisions du régime d'alors.


Un immigrant haïtien retrouvé mort   dans la région de Copey, dans la province de Montecristi: les autorités locales affirment ignorer les causes du décès, bien que le corps ait été examiné par un médecin légiste

Montecristi le 27 janvier 2015 – (AHP) – Le corps d'un immigrant haïtien qui tentait de se rendre à Santiago à travers les bois avec un groupe de collègues, a été retrouvé tôt mardi matin dans la communauté de Copey, dans la province de Montecristi, rapporte la presse domincaine

La victime n'aurait pu être  identifiée par faute de documents et les autorités, après l'examen du médecin  légiste Rosibel Grullón, ont decidé de l'enterrer  dans le cimetière de Copey.

Le corps sans vie de l'Haïtien a été retrouvé dans une ruelle de cette section, où dans  le passé ont été trouvé les corps d'autres immigrants qui sont morts en traversant la région.

Un autre haïtiens sans papiers qui faisait partie du groupe, aurait expliqué qu'après son  décèsle compatriote  a été abandonné par les autres immigrants qui se sont enfuis sachant que quand  les autorités militaires et policières  retrouveraient le corps, elles les persécuteraient

Le défunt avait dans un sac à dos une bouteille d'ammoniac, un autre d'eau bénite, des vêtements, mais pas d'argent, selon les autorités.

Bien que le corps ait été examiné, ls autorités disent ne pas savoir les cause du decès.

Elles ont également déclaré que  les membres de la famille de ceux retrouves morts ne se intéressent jamais à recuperer leur corps,et que  c'est pourquoi elles les font enterer  dans les cimetières locaux.


                                                                
*Inauguration prochaine de l’hôtel Marriott/Port-au-Prince situé dans le quartier de Turgeau
C’est
l’agence Wellcom’, spécialisée dans les relations publiques, les relations de presse et l’organisation d’événements, qui a été retenue par la firme internationale Marriott, gestionnaire de l’hôtel Marriott Port-au-Prince, qui ouvrira ses portes dans quelques semaines.




Nouvelles du 24 janvier 2015
Installation des 9 membres du CEP: ils promettent tous d’appliquer et de faire appliquer les dispositions de la loi électorale avec dignité, indépendance, impartialité et patriotisme;   le CEP forme aussitôt un bureau


Port-au-Prince, le 24 janvier 2015 – (AHP) – Moins de 48 heures après leur nominations officielle, les nouveaux conseillers électoraux ont prêté serment ce vendredi à la Cour de Cassation et ont été installés dans leurs nouvelles fonctions, malgre des contestations contre 3 d'emntre eux .

Ces nouveaux conseillers électoraux, choisis suivant l’esprit de l’article 289 de la constitution par 9 secteurs différents de la vie nationale, ont tous pris l’engament d’appliquer et de faire appliquer les dispositions de la loi électorale avec "dignité, indépendance, impartialité et patriotisme".

C’est le vice-président de la Cour de Cassation, Me Jules Cantave qui a présidé la cérémonie. Il a félicité les nouveaux conseillers pour leur nomination et les encourage à faire preuve de neutralité dans la conduite du processus électoral.
Il leur rappelle qu’ils n’ont pas à afficher de sympathie pour leurs partisans ni chercher à influencer le vote des électeurs.

 Plaidant en faveur d’une ambiance harmonieuse au sein du conseil en vue notamment de permettre le rétablissement de la crédibilité de l’institution, Me Cantave demande aux conseillers électoraux de veiller à ce que les résultats reposent sur le verdict des urnes dépouillés de fraudes.

Le substitut commissaire du gouvernement près la Cour de Cassation, Me Joseph Emmanuel Saint-Amour appelle lui aussi les conseillers électoraux, seuls juges et arbitres des compétitions électorales, à conduire le processus de manière honnête, sachant qu’ils ont les yeux de la population braqués sur eux.

Juste après cette cérémonie déroulée en présence entre autres du nouveau ministre de la justice, Me Pierre-Richard Casimir et du vice-président du Sénat Andrice Riché, les conseillers électoraux se sont dirigés vers les locaux du conseil à Pétion-Ville où ils ont été installés.

La cérémonie qui était présidée par le premier ministre Evans Paul et retransmise en direct par la télévision nationale, a été marquée par une coupure d’électricité lors de l’intervention du chef du gouvernement qui fait l'objet de contestations de la part de l'opposition qui le considère comme un premier minisre de facto pour n'avoir pas ete ratifié par le parlement aujourd'hui dysonctionel
.
Ce dernier a invité les conseillers électoraux à prendre des dispositions pour organiser de bonnes élections mais à bon marché, leur promettant que son gouvernement ne va pas s’immiscer dans la conduite du processus électoral.

Il  aindiqué que sa mission, au sein de l’Exécutif, consiste à donner au collège électoral, les moyens financiers et sécurité nécessaire à l’organisation de bonnes élections. Il a indiqué que les ressources de l’Etat ne seront pas utilisées au financement de la campagne électorale des partis politiques, qu’ils soient proches du gouvernement ou de l’opposition.

Le directeur exécutif du CEP Mosler Georges a, lui, rappelé aux conseillers électoraux qu’ils ne doivent pas s’attendre à ce que leur tâche soit facile et fait remarquer que le déraillement du train peut être provoqué par de fausses manœuvres internes.

Il leur demande de respecter strictement et scrupuleusement les normes régissant le processus et ce, jusqu’à la proclamation des résultats.
S’exprimant au nom de ses collègues, la conseillère electorale contsetée par la SOFA (une organisaton feminine) Yolette Mingual, a promis de conribuer à donner au pays des autorités légitimes, en respectant notamment le verdict des urnes.

Une vaste campagne d’information et de communication électorale sera mise sur pied pour l’organisation de bonnes élections avec la participation de tous, a-t-elle dit, appelant l’ensemble des secteurs de la vie nationaux notamment ceux dont ils sont les représentants, à continuer à les soutenir.

Yolette Mingual a aussi pris l’engagement de mettre ses compétences, son savoir-faire et son savoir-être au service du pays.
Cet énième conseil électoral installé depuis la prise de fonction de Michel Martelly est composé de Ricardo Augustin qui représente la conférence épiscopale, Vijonet Demero pour les cultes réformés, Yolette Mengual pour le secteur des femmes, Jaccéus Joseph pour les droits humains, Lucie Marie Carmelle Paul Austin pour le secteur universitaire, Pierre Manigat Junior représentant la presse, Lourdes Edith Joseph pour le secteur syndical, Néhémie Joseph pour les paysans et les vodous et Pierre Louis Opont pour le secteur patronal.

Il a l'ambition  de réussir à organiser les premières élections de l’ère Martelly, un president  qui est à la dernière année de son quinquennat.

* Un bureau a ete formé au   CEP. Il est  composé Pierre-Louis Opont (patronat) président, PierreManigat Junior (Presse) vice-président, Ricardo Augustin (Conférenceépiscopale) trésorier, Vijonet Demero (Cultes Réformés) secrétaire général.

Milliers de personnes dans les rues de Port-au-Prince  a l'appel de l'opposition , alors qu'arrive une mission du Conseil de sécurité: les representants du Conseil appelés à tansmettre  un rapport objectif sur la situation réelle du pays

Port-au-Prince, le 24 janvier 2015 – (AHP) –A l’appel de l'opposition, des milliers de personnes ont manifesté pacifiquement  ce vendredi à travers les rues de la capitale en vue de réclamer la démission du président Martelly du pouvoir.

Les manifestants partis du Bel air et de  Saint Jean Bosco à destination de l’Aéroport avec pour objectif de signifier aux membres de la délégation du conseil de sécurité des nations-unies en visite dans le pays leur désaccord avec le pouvoir en place, ne sont pas apassés inaperçus en raison notamment de leur nombre même s'ils    n’ ont pu pu atteindre les  abords de l’ Aéroport Toussaint Louverture, en raison des dispositions de sécurité  mises en place
par les forces de l’ordre qui les ont dispersés a coups de gaz lacrymogène.

Tout le long du parcours, ils ont  scandé des propos hostiles aux deux chefs de l’exécutif avant d'être contraints de rebrousser chemin à Delmas 18/Carrefour Péan. L'intervention de la police alors que la manifestation se deroulaits pacifiquement a été sévèrement critiquée.
 
L’ex sénateur du département du nord, Moïse Jean Charles, qui a pris part à cette manifestation a critiqué la cnduite des agents de la police.

Moise Jean Charles annonce pour bientôt une opération baptisée tempête qui sera constituée de plusieurs étapes dont des manifestations, concerts de caserols et de klaxons et grèves en vue de contraindre le président Martelly à quitter le pouvoir.

Il appel les différents départements du pays à se soulever contre le régime en place qu'il accuse de corruption.



Un cadre de Fanmi Lavalas, l'ancien sénateur  Louis Gérald Gilles dénonce l'irresponsabilité  du
président Martelly par rapport aux différents problèmes politiques et sociaux auxquels le pays est confronté.

Le Dr Gilles appelle les membres de la délégation du Conseil de  sécurité
des Nations-Unies  à tenir compte des revendications légitimes du peuple haïtien face un président impopulaire, qui ne respecte rien, a-t-il dit.

Il plaide en faveur de la poursuite de la mobilisation contre le pouvoir Martelly/Paul considéré comme le problème du pays.

Nouvelles du 22 janvier 2015
Importante foule une nouvelle fois dans les rues  Port-au-Pince pour reclamer la demision du présient Michel Martelly et de son premier ministre; des individus cassent des pare-brises et tentent d'incendier  des vehicules; les organisateurs de la manifesttaion dénoncent des manoeuvres du gouvernement; nouvelle manifestation ce vendredi

Port-au-Prince, le 22 janvier 2015 – (AHP)- Une foule imposante de manifestants ont de nouveau marché dans les rues de Port-au-Prince pour continuer de  réclamer la démision du président Michel Martelly.

La foule s’était rassemblée une nouvelle fois au Bel-air et à La Saline pour se rendre au Champ de Mars après avoir sillonné plusieurs quartiers  de la capitale, tout en lançant des slogans hostiles au chef de l'Etat et à son nouveau premier ministre.

La manifstation se déroulait de façon pacifique sous protection de la police  quand des individus ont tenté à l'Avenue Christophe,  d’incendier un véhicule de service de l’Etat et attaqué un autre appartenant à un particulier. Des agents de la police sont alors intervenus pour limiter ls degâts.


Le véhicule de l'Etat  qui a failli être incendié est au service du docteur Paul Berne affecté au service sanitaire de la police nationale.

Les organisateurs de la manifestation de l’opposition se  sont démarqués de tout acte de violence enregistré en marge de leur mouvement qui, rappellent-ils, est toujours  pacifique.

L'ancien sénateur lavalas Louis gérald Gilles et  Rosny Thimothée  de la FOPARK  ont dénoncé des infiltrations et accusé eux qu'ils appellent les spéciallistes de la statblisation du gouvernement en place, d'être derière ces actes. Ils ont réaffirmé leur volonté de continuer à se mobiliser toujours  pacifiquement pour obtenir ce qu'ils veulent, à savoir le départ du chef de l'Eta

Assad Volcy de la plateforme Pitit Dessalines est du même avis. C'est le gouvernement qui manoeuvre  pour tenter de  ternir notre mouvement.

"Ils l’ont fait le 17 janvier dernier, ils l’ont fait ce jeudi  et c’est possible qu’ils recommencent vendredi, Mais ils ne parviendronr pas à salir notre légitime moblisation, a dit M. Volcy Assad Volcy qui dénonce les dirigeants de 4 politiques de
l’opposition qui ont accepté d’intégrer le nouveau gouvernement qu’il qualifie de corrompu

Assad Volcy minimise les démarches en vue de la formation du CEP. Selon lui, le chef de l’Etat ne pourra pas organiser d’élections à la fin de l’année, pour n’avoir pas su créer un climat favorable à la tenue du prochain scrutin.
.

Le coordonnateur adjoint du comité pilotage de MOPOD Turne Delpé rend le chef de l’Etat responsable de la  deterioration de situation socio-politique du pays.

«Imposible de s’entendre avec le président Martelly », a martelé l’ancien sénateur Turneb Delpé qui appelle à une mobilisation générale
contre le régime en place.


Tout au long du parcours de la manifestation de mercredi , les protestataires exigeaient le départ du président et du chef du gouvernement et se sont montrés sceptiques quant à la capacité du nouveau CEP dont des membrs sont dejà contestés,  à organiser les prochaines élections.

Une nouvelle manifestation est prévue ce vendredi et les manifstants projettent de se rendre devant l’aéroport international Toussaint Louverture à l’occasion de l'arivé  d’une délégation des nations unies en Haïti.

Avortement des ceremonies de prestation de serment et d’installation des nouveaux membres du CEP: les représentants de deux secteurs contestés en leur sein même

Port-au-Prince, le 22 janvier 2015 – (AHP)-
Contrairement à ce qui avait été annoncé, les cérémonies de prestation de serment et d’installation des nouveaux membres du CEP n’ont pas eu lieu ce jeudi.


Des problèmes techniques, indépendants de la volonté du gouvernement et du CEP seraient à la base de ce report sine die mais de sources généralement bien informées, on a appris qu’il y aurait encore des contestations au niveau de la désignation de deux conseillers.

Le secteur des cultes réformés parait divisé depuis la désignation de M. Vijonet Demero alors que le choix de Yolette Mengual par celui des femmes a suscité des grognes au sein du secteur féminin dont ds organisations denoncent ce qu'elles appelent les manoeuvrs délotales et les actes d'intimidation de la rsponsable de anm Yo la.

La présidence préfèrerait attendre que ces contentieux soient vidés avant de procéder à l’installation des conseillers électoraux. Une rencontre a eu lieu ce jeudi.

La liste dite définitive des nouveaux conseillers électoraux a été rendue publique ce jeudi.

Elle comprend Ricardo Augustin pour la conférence épiscopale, Vijonet Demero pour les cultes réformés, Yolette Mengual pour le secteur des femmes, Jaccéus Joseph pour les droits humains, Lucie Marie Carmelle Paul Austin pour le secteur universitaire, Pierre Manigat Junior représente a presse, Lourdes Edith Joseph, le secteur syndical, Néhémie Joseph pour les paysans et les vodouisants et Pierre Louis Opont pour le secteur patronal.


Ce collège électoral aura la mission d’organiser cette année des élections locales, législatives  et municipales.

Les sénateurs De la Cruz et Benoit appellent le nouveau CEP à organiser des élections honnêtes crédibles, et inclusives: De la Cruz déplore les contstations et Benoit qualifie le nouveau gouvernement de De facto

Port-au-Prince, le 22 janvier 2015 – (AHP)-Le sénateur du centre Francisco de la Cruz a exhorté jeudi les nouveaux conseillers électoraux à se mettre à la hauteur de leur mission d`organiser des élections honnêtes crédibles, et inclusives dans le pays, et à refouler toute tentation de corruption.

Le parlementaire a dit se réjouir que le nouvel organisme ait été formé dans l`esprit de l`article 289 de la constitution, disant regretter les contestations entourant la nomination de certains membres du conseil.

Le sénateur de l`ouest Steven Benoit appelle le nouveau CEP à tout mettre en œuvre en vue de la tenue du prochain scrutin au plus tard dans les 120 jours suivant l`entrée en fonction du conseil.

Le parlementaire espère que le scrutin sera en grande partie  financé par le trésor public en vue de garantir une plus grande indépendance du processus, affirmant ne pas exclure le financement des partenaires internationaux.
 
Le sénateur  Benoit  en a profité pour   qualifier de -de facto- le nouveau gouvernement d`Evans Paul, rappelant qu`il n`a pas été validé  par le parlement dysfonctionnel depuis le 12 janvier dernier.

L`élu de l`ouest  déplore le nombre jugé pléthorique  des membres du nouveau cabinet ministériel, indiquant que cela ne va pas arranger les caisses de l`Etat.


Remise de diplômes à 1118 policiers de la 25e promotion de la police nationale d’Haïti: l’effectif de la PNH passe desormais à environ 12 mille agents
Port-au-Prince, le 22 janvier 2015 – (AHP)- C’est ce jeudi 22 janvier que la cérémonie de collation de diplômes des membres de la 25e promotion de la police nationale d’Haïti a eu lieu à l’académie de police à Frères, après neuf mois de formation.

Cette nouvelle cohorte d’agents compte en tout 1118 policiers dont 113 femmes faisant désormais passer l’effectif de la PNH à environ 12 mille agents.


Le directeur de l’académie de police Sony Noelsaint, a  rappelé aux récipiendaires, leur obligation de rester attachés au code de déontologie de la police pour gagner et conserver la confiance de la population qu’ils sont appelés à protéger et servir.

Pour sa part, le patron de la PNH, Godson Orélus a salué l’appui des partenaires internationaux de l’institution policière pour leur contribution dans la formation et l’équipement des agents.

 
Il a fait savoir que suivant les projections , les forces de police compteront dans leurs rangs 15 milles agents d’ici à 2016.
 
Le président Martelly exhorte, de son côté, les nouveaux agents à respecter la constitution dans l’exercice de leur fonction et à ne pas faillir à leurs devoir de protéger et servir la population.

Le Premier ministre, Evans Paul, également président du Conseil supérieur de la Police nationale (CSPN), a salué la sortie des nouveaux policiers . Il a mis  l'accent sur le renforcement de la PNH, compte tenu de son rôle de maintien de l'ordre, dans l'application des dispositions de la Constitution, de la promotion de l'État de droit, de la stabilité politique et d'un climat social favorable à la réalisation d'élections inclusives, honnêtes, libres et démocratiques dans le pays.
 
La cérémonie s’était déroulée sur la cours de l’école de police à Frères en présence entre autres des deux chefs de l’exécutif, du haut commandement de la PNH de plusieurs diplomates étrangers.


L’ambassadeur d’Haïti Josué Pierre-Louis indésirable en Belgique, selon La Libre Belgique

La Belgique attend depuis l’automne dernier qu’Haïti nomme un autre ambassadeur en Belgique, l’actuel n’ayant jamais reçu depuis son arrivée en 2013 l’agrément des autorités belges et des autorités européennes, a appris La Libre Belgique.

Sur sa page Wikipédia, Josué Pierre-Louis se présente comme "l’envoyé extraordinaire et plénipotentiaire d’Haïti auprès de l’Union européenne et auprès du Royaume de Belgique". De fait, il n’a jamais été reconnu comme ambassadeur depuis qu’il est arrivé à Bruxelles en 2013.

"On a refusé l’agrément, et on voudrait qu’il parte"

"On a refusé l’agrément, et on voudrait qu’il parte", résume un diplomate belge. Bruxelles a envoyé l’automne dernier un courrier aux autorités haïtiennes pour demander qu’elles nomment un nouvel ambassadeur. A ce jour, selon ce diplomate, aucune réponse n’a été donnée à ce courrier.

Josué Pierre-Louis n’est pas n’importe qui. Il a travaillé comme secrétaire général de la Présidence d’Haïti auprès du Président Michel Martelly. Cet ancien de l’École nationale d’administration française (Ena) a aussi dirigé le Conseil électoral permanent et a été, brièvement en 2011, ministre de la Justice.

Mais cet homme de 44 ans a été aussi au centre de deux affaires judiciaires dans son pays, l’arrestation du député de l’opposition Arnel Belizaire en 2011, puis le viol présumé d’une de ses collaboratrices au Conseil électoral en novembre 2012.

Dans cette dernière affaire, la collaboratrice a retiré sa plainte l’année suivante, en signant une déclaration devant les deux avocats de M. Pierre-Louis. Dans celle-ci, elle déclarait renoncer "en toute liberté et sans contrainte aucune" à toute action et poursuite. Elle et sa famille auraient subi de très fortes pressions du tribunal pour renoncer à sa plainte.

Cette réputation sulfureuse, couplée à l’accusation qu’il aurait fait venir en France une compagne en séjour illégal, a suffi pour que les Affaires étrangères belges refusent de l’accréditer. Chaque ambassadeur nommé et agréé rencontre le Roi au début de son mandat.

L’Union européenne (UE), se calquant sur la décision belge, a elle aussi refusé de l’accréditer au second semestre de 2013. "C’est une procédure assez exceptionnelle", reconnaît un fonctionnaire européen. "Il y a des cas d’ambassadeurs dont le pays bascule lors d’un coup d’Etat. Ces gens-là se retrouvent subitement de l’autre côté du régime. Mais i ci l’homme a été envoyé par son pays".

Sa réaction à Haïti

La Libre  Belgique a demandé dès la fin décembre par mail le point de vue de M. Pierre-Louis, mais celui-ci n’a répondu que mercredi soir. L’"envoyé plénipotentiaire" est actuellement à Haïti, où il a participé aux négociations pour la formation d’un nouveau gouvernement. La nouvelle équipe, annoncée le 19 janvier, est dirigée par le Premier ministre Evans Paul, un ancien maire de Port-au-Prince (qui dirige le gouvernement sans l'aval du parlement aujourd'hui dysfonctionnel) .

M. Pierre-Louis sera de retour la semaine prochaine à Bruxelles. Pour lui, l’accusation de viol est "fantaisiste" et une "manipulation politique" de l’opposition. Il espère que la Belgique va reconsidérer sa position et affirme que le nouveau gouvernement haïtien se saisira de ce dossier dès qu’un Parlement aura été formé. Le pays n’a pas été capable d’organiser des élections depuis trois ans. Le Premier ministre Evans Paul en promet pour 2015."
 

La présidence publie la liste des  9 membres du nouveau Conseil electoral provisoire: un publicaion intervenue à la veille de l'arrivée en Haiti d'une délégation du conseil de sécurité des nations-unies

L'un des principaux objectifs  de la  délégation  est de réaffirmer au gouvernement haïtien le besoin urgent d'organiser des élections et lui dire que la priorité aujourd'hui  est d'établir un calendrier crédible pour des élections"

Voici la liste des conseillers publiés

                     1.
- Ricardo AUGUSTIN :    Conférence Episcopale;
                     2.-Vijonet DEMERO :     Cultes Réformés
                     3.-Yolette MENGUAL :     Secteur Femme;
                     4.- Jaccéus JOSEPH :    Secteur droits humains;
                     5.- Lucie Marie Carmelle Paul AUSTIN :    Secteur Université;
                     6.- Pierre MANIGAT Jr :    Secteur Presse;
                     7.- Lourdes Edith JOSEPH :    Secteur Syndical;
                     8.- Néhémie JOSEPH :      Secteur Paysan/Vaudou
                     9.- Pierre-Louis OPONT :     Secteur Patronal



Grogne dans le secteur des cultes reformés.

La COPAH  affirme n`avoir participé a aucune réunion ayant conduit a la désignation du représentant du secteur protestant au prochain CEP. Son président, le pasteur Ernst Pierre Vincent soutient que si M
Demerode est le choix de la Fed´ration protestante d;haïti, il n'est pas celui du monde protestant. Il invite du coup tous les secteurs de la société a se démarquer de ceux qui s`allient, a-t-elle dit,  au pouvoir en place dans le cadre de  la mise en place du conseil électoral.

Le pasteur Vncent a denoncé la politique d'organisation unique  dans le cadre de la société civile  et de la communauté protestante-.


Déjà mercredi.  le president de la FPH, le pasteur Sylvain Exantus avit dû monter au créneau pour faite savoir que les cultes réformés aveint   un seul représentant au CEP et son nom est Vijonet Demero, après que la présidence eut affirmé avoir également reçu le nom d'un ancien président de Conseil électoral, Max Mathurin.



"Il y a des gens qui disent haut et fort la voie qu’ils choisissent pour se faire soigner quand ils sont malades et ces gens-là ne peuvent pas représenter l’église au conseil, avait dit le pasteur Sylvain Exantus, dans une allusion à peine voilée à M. Mathurin dont la voulait qu'il ait ete soigné chez un bokor, lors d'une dépression l'année dernière .



L'OPL nie avoir désigné le ministre des sports dans le gouvernement dit de consensus et refère la presse à Mgr Patrick Harris de la CEH pour avoir des informations: le sénateur Andris Riché dément également que les senateurs de l'OPL aient été monnayés pour faire avorter la séance en assemblée nationale du 11 janvier

Port-au-Prince, le 22 janvier 2015 – (AHP)- Le sénateur  Andris Riché (OPL, Grande-Anse) a nié jeudi les informations faisant croire que l’Organisation du Peuple en Lutte (OPL) avait désigné le  ministre de la jeunesse, des sports, et de l’action civique, Jimmy Albert,  dans le cadre de la formation du gouvernement dit de consensus.

Le parlementaire a fait savoir que le titulaire de ce ministère, Jimmy Albert n’est pas un membre de son organisation politique.

« Allez chercher des informations auprès de la Conference épiscopale haïtienne (CEH) et de Mgr Patrick Harris,  sur le choix de Jimmy Albert au poste de ministre des sport et non auprès de l’OPL », a lancé l’élu de la Grande- Anse, affirmant que son parti pouvait obtenir n'importe quels postes s'il le souhaitait.

L'OPL a toujours clamé qu'il n'a pas besoin de poste dans ce gouvernement.

Andris Riché  a également démenti les informations selon lesquelles les sénateurs de l’OPL auraient été monnayés pour ne pas donner quorum lors  la séance en assemblée nationale avorté  du 11 janvier dernier, pour empêxcher la seance et  pemettre du coup au president Martelly de diriger seul, avec le dysfonctionnement du parlement.

" On fait circuler l'information selon laquelle le premier ministre  nous aurait payés.  mais comment  K Plim qui n'a que ses fesses, pourrait-il nous acheter", a demandé le très bruyant Andrice Riché.


L'installation des nouveaux ministres sest poursuivi ce mercredi: l'exécutif renonce à la nomination de Carel Alexandre à la secretairerie d'Etat à la sécurité publique

Port-au-Prince, le 21 janvier 2015 – (AHP)- De nouveaux membres du cabinet ministériel ont été installés ce mercredi.
C’est le cas notamment de M. Jude Hervey Day, un membre du gouvernement sortant choisi par le parti Ayisyen pou Ayiti pour le representer  au Ministère du commerce.

Jean-Marie Claude Germain issu du groupe des 22 composé entre autre de Renmen Ayiti, Ansanm nou Fò et Accra, a été installé au Minjistère de l’environnement.


Le ministre sortant du commerce muté à l’économie Wilson Laleau, a appelé M. Jude Hervey Day à continuer le travail qu’il a initié dans la perspective de la modernisation de l’économie et du progrès social et humain.

Il a dit être content du fait que le Ministère du commerce ait été  confié à quelqu’un qui connait l’administration pour avoir déjà été ministre et chef de cabinet de premier ministre.

Wilson Laleau a aussi promis tout son appui au nouveau ministre du commerce dans l’accomplissement de sa tâche.

Pour sa part, le ministre Jude Hervey Day s’est engagé à poursuivre l’œuvre de son prédécesseur qu’il remercie pour lui avoir promis son soutien dans l’accomplissement de sa fonction.


Il s’est présenté comme un ministre doté d’une mission que lui confie l’exécutif et se propose de s’appuyer sur son collègue de l’agriculture pour valoriser davantage ce secteur au bénéfice de la population.

Toutefois, des membres du parti ont indiqué que l'ancien premier ministre  Jean-Max Bellerive aurait pu suggeéer aux dirigeants de Ayisyen pour Ayiti une personnalité issue de l'opposition, l'Exécutif étant dejà accusé d'avoir imposé un nombre imposant de ministres sortants .

Au ministère de l’environnement, confié pour une 4e fois à Jean-Marie Claude Germain, c’est le ministre sortant Jean-François Thomas, passé à l’agriculture, qui a dirigé la cérémonie.

Il a demandé à son successeur de faire preuve de tolérance sans être faible, ni mou et a dit croire qu’avec M. Germain, il y aura de la place pour tout le monde au ministère de l’environnement et que tous les employés de la boite seront traités avec respect.

Le nouveau ministre de l’environnement qui revient au ministère qu’il a déjà dirigé à 3 reprises, promet d’utiliser son professionnalisme pour faire avancer l’institution.

S’il affirme sa volonté de déléguer des responsabilités pour la bonne marche du ministère, il se dit conscient qu’il sera le responsable des avancées comme des échecs de la boite.

Le nouveau ministre de l’intérieur Ariel Henry a éte installé par son prédécesseur Réginald Delva. Ce dernier s’est déclaré satisfait  de ses réalisations  et affirme avoir assuré une gestion saine de cette boite.

Le nouveau ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales Ariel Henry  qui représente la plateforme Inite au sein du gouvernement a salué les efforts consentis, a--il dit, par le chef de l’état et les membres de l’opposition qui sont parvenus au compromis ayant donné naissance au gouvernement actuel.

Mais une nomination  etouffe dans l'oeuf, celle de M. Carel Alexandre, un proche du chef de l'Etat

En effet, le directeur exécutif du RNDDH, Piere Esperance, a  déploré la soumission de l’exécutif à l’internationale alors qu’il méprise, a-t-il dit, les organisations locales notamment celles œuvrant dans le domaine des droits humains.

Pierre Espérance a pris en exemple le fait par le président Michel Martelly de renoncer, sous la pression de l’ambassade américaine, à l’installation de M Carel Alexandre au poste de secrétaire d’Etat à la sécurité publique.

Il rappelle que le chef de l’Etat avait été alerté, a-t-il dit, sur le passé douteux de M. Alexandre dans l’administration, mais il avait tenu à le nommer au poste de secrétaire d’Etat avant de se raviser sous pression américaine.

Pierre Espérance dénonce également ce qu’il appelle la soumission du nouveau premier ministre à la famille présidentielle et souligne que cela n’est pas de nature à rassurer la population.

La table de concertation confirme les manifestations anti-ouvernementales des 22 et 23 janvier et banalise par ailleurs les accusations selon lesquelles ses militants seraient les auteurs d'une attaque contre les locaux de la Fusion

Port-au-Prince, le 21 janvier 2015 – (AHP) – La table de concertation a banalisé jeudi  les accusations selon lesquelles ses militants seraient les auteurs d'une attaque à coups de pierre lancée contre les locaux de la FUSION lors de la manifestation de l’opposition le 17 janvier dernier.

Cette attaque avait fait quelques dégâts sur la cours et à l’intérieur du bâtiment. Des pare-brises de véhicules garés sur la cours auraient eté  cassés

Le porte-parole du MOPOD, Serge Jean-Louis, parle d’infiltration à dessein et ajoute que la table de concertation n’a aucun intérêt à attaquer un parti politique avec lequel il a travaillé pendant longtemps.

La table de concertation a aussi dénoncé le rapprochement que des dirigeants de la FUSION ont tenté de faire entre les incidents du 17 janvier et ceux de mardi lorsque deux individus auraient tiré sur les locaux du parti.

Assad Volcy de l’OTAN a indiqué que si le local de la FUSION a essuyé des tirs mardi c’est parce deux individus circulant à moto qui venaient de braquer une dame avait entendu des tirs en provenance de la FUSION. Ils ont en retour fait feu en direction de la FUSION.

Concernant l'attaque à coups de pieres, M. Volcy a fait savoir que tout le monde sait son origine, esimant  que M. Evans Paul est connu comme un spécialiste de la destabilisation et de la diversion.

D’autre part, la table de la Concertation a confirmé l’organisation de deux nouvelles manifestations à Port-au-Prince, les 22 et 23 janvier en cours.

Si la manifestation du jeudi 22 janvier suivra le parcours habituel pour prendre fin au Champ-de-Mars, celle du vendredi 23 janvier se dirigera vers l’aéroport international Toussaint Louverture à l’occasion de l’arrivée d’une délégation onusienne attendue dans le pays, a indiqué André Fadot du  Mouvement de l'Oposition Populaire (MONOP).

Ces deux manifestations s’inscrivent, a-t-il rappelé, dans le cadre d’un vaste mouvement enclenché il y a un peu plus de deux mois et vue de renforcer la lutte en faveur du départ du régime tèt kale.

Il a aussi dénoncé un plan qui viserait à attenter à la vie des dirigeants de l’opposition.

Les membres de la plateforme Pitit Dessalines participeront à ces deux manifestations, a confirmé Lutterking Marcadieu.

Il a souligné que la formation du gouvernement dit de consensus mais composé majoritairement de proches du président Martelly et de  ministres ayant  servi dans l’équipe de Laurent Lamothe, prouve, une fois de plus, que le président Martelly se moque des revendications de la population.

Il lui demande de tirer les conséquences de ses inconséquences et assure que la mobilisation va se poursuivre jusqu’à ce que le président Martelly quitte le pouvoir. 

Membres  du groupe des 22 et membres  d'un consortuium po-gouvernemental affirment qu'on ne peut parler de gouvernement de consensus dans le cadre de celui d'Evans Paul

Port-au-Prince, le 20 janvier 2015 – (AHP) - Des organisations populaires de la base du Consortium National des Partis Politiques Haïtiens (pro-gouvernemental) ont dénoncé mercredi ce qu'elles appellent le non respect de l’accord de 11 janvier quant à la formation du gouvernement d’Evans Paul et réclament une rectification.

Le president Martelly doit faire marche-arière et reconfigurer le gouvernement, a fait  savoir le Porte-Parole de ces organisations, Smith Charles, qui demande au directoire du Consortium de se positionner sur ce sujet

Il a  prévenu que ce gouvernement ne pourra pas amener la stabilité tant souhaitée par les différents secteurs de la vie nationale.

M. Charles a déploré également  le fait que des partis de l’opposition ne soient pas représentés dans le cabinet ministériel.

Le porte-parole du Consortium Fednel Monchery a été nommé secrétaire d’Etat à la réforme agraire dans ce cabinet. une nomination qui n'est pas bien vue par le president du Consortium Jeantel Joseph qui affirme avoir appris cette nomination par voie de presse.

On n'est pas non plus content au Groupe  22 qui réunit entre autres les partis Renmen Ayiti, Ansanm Nou Fò et ACCRA.
Le gouvernement d`Evans Paul n`a pas été formé sur une base de consensus, c`est la position du Groupe 22, signataire de l`accord du 11 janvier.

L`un des représentants du Groupe, le président de Ansanm Nou Fo, Jose Ulysse, déplore que la plateforme n`ait pas participé aux réunions sur  la composition du cabinet ministeriel. 2 postes ont été laissés au groupe, il s’agit des ministères de l`environnement et des Sports. Cependant, pour M. Ulysse, il n'a pas été donné au groupe la latitude de discuter, d'accepter ou de refuser les postes en question.



-"Justice et Paix inquiète, s'interroge sur  des déclarations du premier ministre Evans paul selon lesquelles, il "ne vient pas  remettre en question le plan de M. Martelly, étant un président élu, qui a sa propre feuille de route et sa propre politique publique. JILAP adresse une lettre en ce sens au président et à son premier ministre  pour  explications.