Agence haïtienne de Presse (AHP)
ahphaiti.org
Captez Radio Solidarité,  le meilleur son sur les ondes et sur le net
radiosolidaritehaiti.net
         Sur CVL:     605- 475-6891
Et sur audio Now: 712-432-7073
Aubaine: Maison à vendre  au # 41 de la Rue Faustin 1er, Canapé-Vert
à proximité de Tag Market. Pour infos, appelez le 34-35-0250


Sachez tout sur la santé et écoutant " Solidarité santé"
Tous les dimanches 5 h PM, les mercredis 10:30 PM et tous les matins 7H30 AM
Sur le 107.3 FM


Nouvelles du 1er juillet 2015
Des organisations inernationales de droits humains dont  Human Rights Watch et Amnesty International redoutent   l'expatriation de dénationalisés vers Haïti et pressent  les autorités dominicaines d'abandonner ce plan: la présidence  furieuse promet que les detracteurs auront la réponse qu'iles méritent


Santo-domingo, 1ere juillet 2015- (AHP) - Des groupes de droits humains internationaux ont averti mercredi que des milliers de Dominicains dénationalisé sont toujours en danger d'être expulsés vers Haïti et ont exigé de la Republique dominicaine qu'elle revalide leur  nationalité.

"Le gouvernement devrait cesser immédiatement d'expulser les Dominicains d'origine haïtienne et  les retablir dans leurs droits", a indiqué  le directeur de Human Rights Watch pour les Amériques, José Miguel Vivanco.

L'organisation a présenté mercredi une enquête menée entre Février et Mai dans laquelle, elle a donné des exemples de citoyens  touchés par la dénationalisation qui ne sont pas encore en mesure de récupérer les documents qui certifient qu'ils  sont des Dominicains à part entière, ce qui les empêche ainsi  d'accomplir toute  forme de procédures, alors  que certains d'entre eux ont été expatriés vers  Haïti ces derniers mois.

Le gouvernement dominicain a réagi avec colère à ces déclarations: la République dominicaine n'a  expulsé aucun dominicain  de son territoire. Human Rights Watch ment »a écrit sur son compte Twitter, le porte-parole de la présidence, Roberto Rodriguez, au moment même  où Vivanco  présentait le rapport dans un hôtel de  Santo-Domingo.

Dans un communiqué,  la présidence  a averti  "nous ne pouvons tolérer que des gens viennent  dans notre pays,  pour débiter  des mensonges destinés à faire du tort à la République dominicaine et ne pas obtenir la  réponse qu'ils méritent."

Le Congrès dominicain a adopté en 2014 une loi pour valider la nationalité de ceux qui sont touchés par une décision de la Cour constitutionnelle qui avait ordonné d'annuler par des jugements individuels la nationalité de toutes les personnes nées entre 1929 et 2007 de parents étrangers qui ne possèdent pas de permis de séjour.

Le verdict a surtout touché environ 200.000 personnes, essentiellement des descendants de milliers d'immigrants haïtiens qui ont été embauchées au cours du XXe siècle pour travailler dans les champs de canne à sucre dominicains que les organisations de défense des droits de l'homme.

Le registre civil dominicain  a publié le 26 Juin une liste de 55.000 personnes dont la  nationalité aurait été validée. Mais de nombreuses autres personnes  frappées d'apatridie n'ont toujours pas  reçu leurs documents.

Amnesty Internatiolal et HRW pressent le gouvernement dominicain d'asumer ses rsponsabilités et se garder d'expulser vers haïti ds dénationalisés.

Le gouvernement haïtien menace de porter le dossier devant les instances inernationales si la République    dominicaine rapatrient vers Haïti des citoyens dominicains

Port-au-Prince, le 1er juillet 2015 – (AHP) – Le premier ministre Evans Paul a menacé ce mercredi de faire  appel aux instances internationales notamment le Haut-Commissariat des Nations-Unis pour les migrants, si la République dominicaine rapatrie en Haïti des ressortissants dominicains.

Déjà, plusieurs  citoyens victimes de déportation affirment être de nationalité dominicaine et ne connaissent rien d’Haïti.

C'est le cas d'une jeune femme de 27 ans qui affirme avoir été maltraitée,
dépossédée de sa Cedula, sa carte d’identité dominicaine puis refoulée sur Haïti".

Dominicaine de père mais de mère haïtienne, cette femme qui a
deux enfants, cette femme a indiqué  qu’elle n’avait rien pour pouvoir survivre en Haïti.

Le chef du gouvernement a fait etat  « d’injustice sociale » pour parler de la situation des ressortissants haïtiens ayant travaillé au développement de la république voisine pendant des années et qui ont été dépossédés de tout, au moment de leur rapatriement.

Il estime que la République dominicaine devrait manifester du respect pour le peuple d’Haïti qui importe  chaque année, a-t-il dit,  pour plus de deux milliards de dolars  de marchandises de fournisseurs dominicains.

De son côté, le jeune barreau de Port-au-Prince appelle à la fermeture de la frontière jugeant inconcevable qu’Haïti continue à avoir des relations commerciales avec un pays qui exporte environ 2 milliards de dollars  de produits  l’an vers haïti mais qui ne manifeste aucun respect pour ses ressortissants.

Le secrétaire général du jeune barreau , Peter Reynold Delciné dénonce le caractère raciste, illégal, inhumain et arbitraire de la décision du gouvernement dominicain. Une décision qui, dit-il, constitue  une menace pour la stabilité politique, économique et sécuritaire du pays et qui porte atteinte aux biens acquis par ses citoyens au prix de nombreux sacrifices.

Récemment, des organisations portoricaines de droits humains ont appelé le secrétaire de la justice Cesar Miranda Rodriguez à diligenter une enquête sur "des crimes présumés contre l’humanité commis par des juges dominicains de la cour constitutionnelle dont la sentence TC 168-13 a dénationalisé des citoyens dominicains faisant d’eux des apatrides.
 
Alors que président de la cour constitutionnelle de la république dominicaine Milton Ray Guevara ainsi que deux autres membres de cette instance Pedro Castellanos Khouly et Rafael Diaz Philip se trouvaient sur l’île de Porto-Rico le 27 juin dernier, ces organisations avaient demandé qu’ils soient  empêchés de quitter le territoire portoricain avant la fin de l’enquête.
 
Ces juges ont été montrés du doigt suite à la décision du gouvernement dominicain de refouler sur Haïti des centaines de milliers d’haïtiens dits en situation irrégulière et tombés sous le coup de la sentence TC 168-13. Par cette démarche, ces organisations ont voulu lancer un message clair aux juges dominicains qu’ils ne pourront pas violer impunément les droits humains.
 
Elles ont aussi dénoncé les persécutions et les menaces d’expulsion massive de personnes en raison de leur origine haïtienne, provoquant des souffrances, des séparations de familles et des déplacements forcés.
 
Le ministre dominicain des affaires étrangères Andres Navarro a démenti lundi , devant l’OEA que son pays avait décidé d'expulser vers Haïti  ses  propres citoyens ( en l'occurence les  dominicains d'origine haïtienne)

Plus de 20.000 Haïtiens rapatriés de la republique dominicaine: l'ambassadeur Ruben Silié valdez soutient qu'ils l'ont fait de façon vlontaire, la decision officielle  des rapatrienent n'ayant pas encore été annoncée


Port-au-Prince, le 1er juillet 2015 – (AHP) –Les déportations ordonnées par le  Plan National de Régularisation des Etrangers n’ont pas encore commencé officiellement en République dominicaine, a indiqué mecredi  l’ambassadeur Ruben Silié Valdez qui n’a donné aucune date pour le lancement de ces  operations.

Selon lui, les milliers de personnes qui sont récemment arrivées du territoire voisin sont parties de peur d’être rapatriées, mais elles n’ont pas été chassées, a-t-il fait savoir.

 
Le diplomate soutient  que son pays ne veut pas expulser des Haitiens mais travaille plutot à ordonner la migration. Il insiste que la République Dominicaine a consenti d’énormes efforts pour régulariser la situation deshaitiens en situation irrégulière.
                                                                            
Pour sa part, le président de la Fondation ZILE, Edwin Paraison   afait savoir  qu’environ 20 000 personnes sont déjà rentrées de la république dominicaine et souligne des cas de violences contre ces migrants rapportées par le gouvernement haïtien, notamment  à la tribune du Conseil Permanent de l’OEA à Washington.

Selon lui, si ces milliers de personnes sont partis  du territoire voisin de peur d’être rapatriés mais ils l'ont egalement fait  pour échapper à la violence.


Des organisations de la société civile haitienne écrivent au haut commissaire des droits de l'homme, l'Honorable Zeid Ra’ad Al Hussein des violations flagrantes de droits humains commises par la République Dominicaine à travers l'arrêt 168-13 de la Cour Constitutionnelle

Nous, organisations et personnalités de la société civile haïtienne, saluons votre action en faveur du respect, de la défense et de la protection intégrale des droits humains au niveau du continent Américain et de la Caraïbe. Nous vous adressons cette correspondance en vue d’attirer votre attention sur des violations flagrantes de droits humains commises par la République Dominicaine qui, à travers l'arrêt 168-13 de la Cour Constitutionnelle de cet Etat en date du 23 Septembre 2013, a décidé de déchoir de leur nationalité dominicaine plus de 250.000 (deux-cent cinquante mille) dominicains d’origine haïtienne. 
Cette décision qui fait de ces citoyens automatiquement des apatrides dans leur propre pays est une forme de génocide social et rappelle tristement un autre génocide commis par la République Dominicaine contre des Haïtiens en 1937. A l’époque, entre quinze (15.000) à vingt-mille (20.000) haïtiens furent massacrés par des extrémistes dominicains sous la férule de l’Etat de ce pays qui opéraient un nettoyage ethnique.  Aujourd’hui encore, ce nettoyage ethnique se poursuit sous une autre forme, d’autant que le gouvernement dominicain s’est donné une couverture  légale à travers  l’Arrêt de la Cour Constitutionnelle qui n’est autre qu’un instrument  inique et déshumanisant.
Depuis l’adoption de cet Arrêt, des actes de xénophobie et de barbarie visant essentiellement des Haïtiens ou dominicains d’ascendance haïtienne se sont multipliés de manière exponentielle. En effet, des migrants haïtiens ont été pendus en plein jour dans des endroits publics,  d’autres ont été ligotés, battus, humiliés et dont certains ont été amputés de leurs bras. La barbarie dominicaine a atteint son paroxysme.
Parallèlement, en attendant des déportations massives planifiées par le gouvernement dominicain, des haïtiens et ou dominicains d’origine haïtienne ont été contraints de fuir la République Dominicaine  pour se réfugier en Haïti- un pays où ils n’ont plus, pour la plupart, de repère. Ces réfugiés arrivent dans un pays qui ne dispose pas de moyens logistiques et infrastructurels adéquats pour les accueillir. La déportation de ces personnes va certainement provoquer une crise humanitaire en Haïti qui peine encore à se remettre des conséquences du séisme du 12 Janvier 2010.
En plus de votre solidarité, nous sollicitons votre urgente intervention  afin de ramener l’Etat dominicain à la raison et de le porter à cesser sa politique raciste, xénophobe et haïtianophobe qui viole tous les traités et conventions relatifs aux droits humains qu’il a lui-même signés. Le gouvernement dominicain viole notamment la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille des Nations-Unies.
Par ces violations répétées du droit de la personne, la République Dominicaine se trouve donc en rébellion contre les lois et les instances internationales chargées de veiller au respect des droits humains.  Et un tel comportement ne doit pas rester impuni. C’est pourquoi, nous appelons à votre solidarité afin d’empêcher la République Dominicaine de mettre en œuvre cette politique raciste à jamais révolue de manière à éviter que d’autres pays suivent ce mauvais exemple.


Sincèrement


Francklyn Geffrard                                Rév. Ernst Pierre Vincent
Chairman/Alliance Citoyenne               Chairman/ Conférences Pasteurs Haïtiens


Hugues Montoban
Chairman/ Plateforme Toussaint Louverture

Daniel Eugene
Chairman/ Voice of Haitian American in the Diaspora

Lancement officiel des activités du syndicat du personnel du Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (SPMEFP) sur fond de protestation d’un groupe d’employés

 
Port-au-Prince, le 1er juillet 2015 – (AHP) –Le secrétaire aux finances du syndicat, Dorvil Gilles a fait savoir ce mecredi que l’objectif de ce syndicat est d’assurer la défense des intérêts de tous les employés et de jouer un rôle d’intermédiaire entre le personnel et les responsables des différentes direction du MENFP.
 
Dorvil Gilles promet que  les vrais problèmes auxquels les employés font face seront la principale priorité du syndicat.                                                                                                                                            

Un groupe d’employés du MENFP notamment des chauffeurs ont interrompu la cérémonie de lancement du syndicat pour dénoncer cette initiative qui aurait été prise à leur insu.

 
Ces employés se questionnent sur les vraies motivations à la base de la formation du syndicat. Ils ont plutôt  plaidé pour un dialogue  entre les différents services du ministère avant la création d'un syndicat.
                                                                                                                                       

L'Executif nomme un nouveau ministre : Jules Edouard est  nommé ministre délégué auprès du 1er ministre et chargé des programmes sociaux, des projets et chantiers du gouvernement

Port-au-Prince, le 1er juillet 2015- (AHP)- Le premier ministre Evans Paul a procédé ce mercredi à la Primature, à l’installation d’un nouveau membre de son cabinet ministériel.

Il s’agit de M.
Jules Edouard, nommé ministre délégué auprès du 1er ministre et chargé des programmes sociaux, des projets et chantiers du gouvernement.

Selon Evans Paul, l’arrivée de M. Jules dans l’équipe gouvernementale est une preuve de sa volonté de remplir sa mission d’assurer la continuité de l’Etat.

Le choix a été fait conjointement avec le président Martelly, a dit M. Paul, ajoutant que M. Jules aura notamment la mission de procéder au déplacement des fameuses tôles rouges.

Les tôles rouges  qui ont connu leurs bons moments  sous le gouvernement Martelly/Lamothe, sont synonymes  de bluff et de tromperie. Achetées au prix cher, elles étaient utilisées par  le gouvermenent  pour cacher  de pseudos  chantiers jamais  commencés ou des chantiers  jamais achevés.

Pour sa part, Edouard Jules qui a remercié le président Martelly et le premier ministre pour la confiance placée en lui, promet de travailler à l’amélioration des programmes sociaux et affirme qu’il va tout mettre en branle pour que les ressources soient utilisées de manière rationnelle.

Jules Edouard a aussi indiqué qu’il va réviser certains programmes sociaux qui avaient été suspendus faute de moyens financiers, pour les améliorer et les rendre opérationnels.


***La Plateforme politique RENMEN AYITI a inauguré ce mercredi son nouveau siège  au numéro 381 sur la route de bourdon. 
 
L’un des membres de la Direction de Communication de Renmen Ayiti,  Jonas Petit a fait savoir  que l’acquisition de ce bâtiment fait partie des efforts consentis en vue de renforcer la Plateforme à la veille des  élections.

Nouvelles du  30 juin 2015 
Toujours le flou  autour de l'organisation du Carnaval des fleurs: plusieurs secteurs assimilent une telle entreprise à une grande indécence dans le contexte actuel: quelle est la position des groupes musicaux ?

Port-au-Prince, le 30 juin 2015 – (AHP) –Le carnaval des fleurs, aura-t-il lieu ou pas cette année?.  Ce carnaval  qui  avait cours sous le régime des Duvalier a eté ressuscité depuis l'arrivée au pouvoir  du président Michel Martelly en 2011.
 
Il n'y a toujours pas d’information officielle à ce sujet, à un mois de la fin juillet ! Un des membres du comité permanent du Carnival contacté ce mardi,  a fait savoir qu’aucune decision n’avait encore été prise. 

Toutefois, les rumeurs vont bon train. Certains voudraient que  le président lui-même aurait demandé aux goupes musicaux de lui solliciter l'organisation d'un dernier Canaval des Fleurs avant la fin de son mandat.

D'autres  rumeurs laissent entendre que  ce sont des groupes musicaux qui auraien supplié le  chef de l'Etat  de leur  accorder un ultime  carnaval estival, le carnaval traditionel, celui qui inpire les Haïtiens, a toujours lieu au début de l'année , en février/mars.

Les autorités en place ont  toujours tenté de justifier l'organisation d'un tel carnaval par le fait qu'il pemettrait aux petites  bourses, les marchandes de friture, de  boisssons gazeuses et autres petits artisans, de faire un peu d'argent.

Toutefois, pour de nombreux économistes,  l'organisation de telles festivités, est l'occasion de justifier des gaspillages d'argent  et le saignement du trésor public.

Selon eux, si les autorités et  le secteur privé veulent aider les petits commerçants, ils feraient mieux de subventionner les activités de centaines ou de miliers  d'entre eux.

" Si le carnaval traditionnel est toujours déficitaire, que dire du carnaval des fleurs qui laisse indifferents  de nombreux Haïtiens ", s'interrogent souvent  des analystes culturels, comme pour démentir que cette "mascarade" mettrait de l'argent dans les caisses de l'Etat.

Plusieus  animateurs radios ont  pour leur part estimé que  l'organisation  d'un nouveau carnaval des fleurs serait une  indécence supplémentaire. Et les groupes musicaux qui y paticiperaient ne seraient pas considerés  comme moins indécents par ces temps de vaches maigres.

De fait, la situation économique  a rarement éte aussi désastreuse pour la population qui mange la vache enragée. Les milliers de  rapatriés forcés de la République dominicaines sont reçus dans des conditions peu dignes, selon les organisations de defense des droits de l'homme.

Le Conseil electoral n'a toujours pas l'argent nécessaire pour  organiser les élections prévues pour la fin de l'année. Seulement 38 millions des  66 millions de dollars  nécessaires, seraient disponibles. En plus, il faut désormais plus de 53 gourdes pour s'acheter un dollar américain.

A coeur de cette morosité économique et financière, beaucoup d'Haïtiens se demandent  si Haïti avait effectivement les moyens de  financer le concert  samedi au champ-de-mars de  Lil Wayne et Chris Brown , dont on dit qu'il  a tourné la tête au président Michel Martelly. Que ce concert ait été financé par les fonds de l'Etat ou comme on dit, par le secteur des Affaires.

Pour en revenir  au carnaval des fleurs, on apprend qu'au moins 1 ou 2 groupes musicaux auraient fait  part de leur intention de ne pas y prendre part  cette  année,  affichant leur préference  pour les fêtes patronales de fin juillet et qui leur feraient gagner plus d'argent.

Justement,  ce carnaval des fleurs  assène  un terrible coup  aux fêtes champêtres, privant plusieurs régions  notamment du Nord et du sud du pays, des grands ténors  de la musique haïtienne.

Le temps est-il venu de tourner la page Carnaval des Fleurs?

Le gouvernement haïtien prêt à recevoir les citoyens haïtiens  en situation irrégulière en Répubique dominicaine, mais pas des Dominicains d'origine haïtienne

Port-au-Prince, le 30 juin 2015 – (AHP) –Le gouvernement haïtien a fixé officiellement mardi pour la Republique dominicaine  sa position oficielle dans le dossier des rapatriements.

 Haïti est disposé à recevoir  ses ressortissants  en situation irrégulière en République dominicaine, mais  non les Dominicains d’origine haïtienne, a fait savoir  le ministre des affaires étrangères Lener Renaud, à l’issue d’une réunion avec les membres du corps diplomatique. à l’hôtel El Rancho

Il s’agissait pour la chancellerie haïtienne d’exprimer la position du gouvernement par rapport à la situation des migrants dits en situation irrégulière en république dominicaine et menacés ou victimes d’expulsion.
 
Le ministre Renaud a assuré que l’Etat haïtien est prêt à recevoir tout citoyen jouissant de la nationalité haïtienne et qui serait en situation irrégulière dans un pays étranger.


Toutefois, Lener Renaud informe que le gouvernement est favorable au renforcement des démarches diplomatiques binationales et multinationales visant la révision du protocole permettant aux deux gouvernements d’harmoniser leurs positions sur la question migratoire.

Pour sa part, Le premier ministre  continue d’appeler  la République dominicaine  au respect des normes régissant le processus de rapatriement.


De nombreux haïtiens se voient voler leurs biens au moment de quitter precipitamment la République dominicaine,  sous la menace des Dominicains.
Une petite accalmie a été observée ces derniers jours dans le rythme et le nombre des haïtiens eapatriés. Mais les organisations de droits humains affirme ne pas ietre dupes.

Pour elles, c'est une façon pour la Republique dominicaine cernée et critiquée de toutes part de tenter de montrer que les haïtiens ne sont pas persécutés

Le premier minisre Evans Paul a  deploré les violations des droits des migrants haitiens et plaidé en faveur de relations équilibrées entre les deux pays.
 
Il a voulu  assurer que le gouvernement travaille à faire face aux expulsions massives, soulignant les efforts consentis par la comission nationale formée à cet effet.
 
Le chef du government soutient que les importants  échanges commerciaux entre Haiti et  la République Dominicaine devraient  convaincre les autorités de la république voisine de traiter  les Haïtiens  avec respect.

Haïti achète annuellement  pour près de   deux milliards de produits  de la République dominicaine.

A la tribune du Conseil permanent de l'OEA à Washington, le chancelier dominicain affirme que son  pays n'expulsera pas un seul de ses ciutoyens, mais que le nombre de cas d'apatridie était maintenant zéro


Santo Domingo, 30 juin 2015- (AHP)- Le ministre dominicain  des Affaires  étrangères , Andrés Navarro, a déclaré mardi  que son pays "n'expulsera pas  un seul dominicain, tentant d'expliquer que son gouvernement fera  tout son possible pour assurer la protection de ses citoyens."

Lors d'une session spéciale  au Conseil permanent de l'Organisation des États américains (OEA) à Washington, Navarro a déclaré que les denonciations faites sur la situation d'apatridie de milliers de citoyens d'origine haïtienne,  sont dues, selon lui, à des informations erronées publiées  par les médias .

Le ministre  s'est empêtré dans un luxe de détails pour tenter d'expliquer   les mécanismes que le gouvernement dominicain a déployés pour accorder la citoyenneté aux citoyens d'origine haïtienne nés sur le sol dominicain de parents étrangers, en situation  irrégulière.

"La République dominicaine est consciente et a démontré son engagement en faveur du respect de l'ordre international. Toute situation anormale sera résolue selon les mécanismes compétents. Et si un cas d'apatride  doit être résolu par le gouvernement dominicain, il le fera  sans aucun doute", a déclaré le chancelier, reprenant des propos du président Medina  à la reunion de la SICA, vendredi dernier au Guatemala.

Selon des chiffres fournis  par le chef de la diplomatie dominicaine, il ya plus de 55 000 citoyens dont la situation n'était pas claire et qui ont bénéficié des mécanismes offerts par l'État". Navaro a fait savoir  que le  nombre de cas d'apatridie est aujourd'hui  Zéro.

Toutefois, on sait qu'il y a des centaines de milliers de Dominicains d'origine haïtiennne nés en République dominicaine, qui ont participé à la vie sociale, économique et politique du pays, qui ont même pu voter lors de la derniere presientielle qui a conduit Medina au pouvoir,  qui sont aujourd'hui menacés d'expulsion.


L’observatoire haïtien sur la traite et le trafic de personnes  tire la sonnette sur la situation des déportés en provenance de la République dominicaine


Port-au-Prince, le 30 juin 2015 – (AHP) – L’observatoire haïtien sur la traite et le trafic de personnes a tiré mardi  la sonnette sur la situation des déportés en provenance de la République dominicaine.
 
Son coordonnateur général Léronel Mortimé a fait savoir  qu’il s’agit de pères et de mères de familles qui ont vécu des dizaines d’années en république dominicaine, qui risquent d’être victimes de trafic afin de retrouver des proches qu’ils ont dû laisser de l’autre côté de la frontière.
 
Aussi, il appelle les gouvernements haïtien et dominicain à prendre des mesures pour garantir le respect des droits de ces citoyens.

Déplorant le laxisme des autorités haïtiennes  face à cette menace, la représentante du Groupe d’ appui aux Rapatriés et aux Réfugiés (GARR) au sein de l’observatoire, Angie Lee Gardy Petit, a dénoncé  pour sa partla décision de l’état dominicain de déclarer apatrides des citoyens d’ascendance haïtienne et dit non aux violations des droits des migrants.
 
Elle formule au gouvernement d’Evans Paul plusieurs recommandations allant dans le sens de la création de centres d’accueil près de la frontière, le répertoriage des rapatriés et l’octroi d’une allocation à ces derniers.
 
Le spécialiste en sécurité le Dr Yves Cadet appelle l’Etat haïtien à ne pas regrouper les rapatriés en provenance de la république dominicaine pour ne pas renforcer la criminalité, l’insécurité et le banditisme en Haïti.
 
Intervenant lors d’une conférence-débat organisée par Fanmi Lavalas au local de la Fondation Aristide pour la Démocratie à Tabarre, le Dr Cadet a déploré la façon dont le dossier des rapatriés est traité par le gouvernement et dit craindre que certains d’entre eux ne deviennent des criminels.
 


Lancement  par le Ministère de la Santé Publique et de la Population de la politique pharmaceutique nationale: une initiative qui va contribuer à protéger la population dans le sens d'une utilisation rationnelle des médicaments, selon la ministre de la santé                                                                     

 
Port-au-Prince, le 30 juin 2015 – (AHP) –Lancement ce mardi par le Ministère de la Santé Publique et de la Population de la politique pharmaceutique nationale lors d’une cérémonie en présence du premier ministre Evans Paul.
 
La ministre de la Santé Publique, Florence Duperval Guillaume a souligné les difficultés occasionnées par l’absence de politique publique sur la préparation et la vente des médicaments.
 
Elle explique que la politique pharmaceutique nationale contribuera à protéger la population en ce sens qu’elle favorisera une utilisation rationnelle des médicaments.

La minisre  annonce la reprise des opérations de fermeture des pharmacies illégales et des points illicites de vente de médicaments.

Le premier ministre Evans Paul a salué cette initiative, souligant qu;'elle  est conforme aux garanties constitutionnelles sur le droit à la santé.
 
Le chef du gouvernement estime que ce document marque un progrès dans la mise en œuvre de mécanismes de nature à protéger la population. Il invite les acteurs de la santé à la sricte application de cette disposition.

 
Le directeur exécutif du Conseil Haïtien des Acteurs Non Etatiques dénonce le caractère jugee extrémiste des revendications des protestataires qui conditionnent la réalisation des élections au repêchage de leur candidats


Port-au-Prince, le 30 juin 2015 – (AHP) –Le directeur exécutif du Conseil Haïtien des Acteurs Non Etatiques, Edouard Paultre dénonce le caractère extrémiste des revendications des protestataires qui conditionnent la réalisation des élections au repêchage de leur candidats respectifs.
 
 Edouard Paultre exhorte les hommes et femmes politiques à renoncer à des pratiques jugées anti-démocratiques et à suivre les procédures tracées par la loi pour produire leurs contestations.

Il a fait ces declarations a la suite d'une manifestation hier de partisans de la plateforme politique Vérité, au cours de laquelle, ces derniers ont fairt savoir que sans le canidat à la presidence de cete plateforme, il n'y aurait pas d'eeletions.
 
M. Paultre rejette l'idee de recourir aux mouvements de rues pour tenter d’influencer les décisions du CEP, rappelant que le collège électoral n’a pas à cesser aux pressions politiques.

La plateforme  Vérité annonce une conférence de presse de son candidat, Jacky Lumarque  le 2 juillet  en ses locaux, à Delmas 83, sans donner de détails  sur l'ordre du jour de la conférence.
Lancement officiel le 7 juillet prochain  d'un programme de formation sur l’entrepreneuriat biblique à l’ intention de jeunes de plusieurs départements du pays

Port-au-Prince, le 30 juin 2015 – (AHP) –Les organisations dénommée ’’Leve kanpe mache et Nehemiah Project’’ annoncent  le lancement officiel le 7 juillet prochain  de son programme de formation sur l’entrepreneuriat biblique à l’ intention de jeunes de plusieurs départements du pays.
 
Le coordonateur général de ce programme, le pasteur Ebed Paul  fa ait savoir que plusieurs  activités dont  des conférences débats sur l’entrepreneuriat et la remise de certificats à une centaine de jeunes auront lieu au Cap Haïtien et à Port Au Prince du 7 au 11 juillet prochain.
 
Le pasteur Ebed Paul explique que le programme propose des séances de formation en conception, planification de plans d’affaires et étude de plan de marché. Le lauréat bénéficiera d’une bourse d’études en entrepreneuriat à l’étranger, informe-t-il.
 
Le programme de formation en entrepreneuriat biblique existe dans une vingtaine de pays, a fait savoir l’homme d’église, avant d’annoncer la création prochaine d’une chambre de commerce chrétienne en Haïti.

Haïti accueille la Carifesta qui se déroulera du 21 au 30 août 2015 dans 5 villes du pays
,
Port-au-Prince, le 30 juin 2015 – (AHP)Haïti se prépare à accueillir la 12e édition de la Carifesta qui se déroulera du 21 au 30 Aout 2015 dans 5 villes du pays, dont  le  Cap, les cayes,  les Gonaïves Jacmel et Port-au-prince.
 
Le directeur artistique adjoint de la Carifesta, Hérold Josué, qui faisait le point sur les préparatifs a fait savoir que le Bureau national d’Ethnologie (BNE) dont il est le directeur général organisera des activités dans trois des cinq  villes concernées par la Carifesta.
 
Le BNE organisera des cérémonies/vodou à Port-au-Prince et aux Gonaives. Dans la cité de l’indépendance, il est également prévu l’inauguration du Musée de l’Ethnologie

Au Cap-Haitien se déroulera le spectacle intitulé « Jubilé de la Reine »qui met en avant le concept d’ethno scénologie, déclare M. Josué.
 
Le directeur du BNE dit croire que cet événement dont le thème est « Nos racines, notre culture et notre avenir commun »  permettra d’exposer le style contre-danse qui pourrait bientôt être accepté par l’UNESCO comme élément du patrimoine mondial de l’humanité, a-t-il annoncé.
 
Par ailleurs, M. Josué  aindiquee que 50 étudiants de l’université d’Etat d’Haïti ont été recrutés par le Bureau National d’Ethnologie dans le cadre d’une recherche sur  l’importance et  l’impact de la Carifiesta en Haïti.
                                                                                                                

L'ADIH dénonce la contrebande criminelle à la frontière haïtiano-dominicaine et dans les ports de province: l'Association exhorte l’Etat à prendre des mesures urgentes pour éliminer ce fléau qui menace la nation

Port-au-Prince, le 30 juin 2015 – (AHP) –L’Association Des Industries d’Haiti (ADIH) exprimé  une fois madi  " sa plus vive préoccupation face à la recrudescence de la contrebande criminelle sévissant surtout à la frontière terrestre avec la République Dominicaine mais aussi dans les ports de province et de la Capitale.
 
"Cette contrebande engendre une concurrence déloyale qui menace la survie des industries nationales dûment en règle avec le fisc", indique l'ADIH dans une note de presse signée par son président Carl-Frédéric Madsen, soulignant que la contrebande   pénalise l’Etat qui perd des revenus substantiels de l’ordre de 300 millions de dollars et affaiblit la sécurité nationale par l’introduction de marchandises illicites comme par exemple armes, munitions, etc.
 
"Alors que l’Etat cherche des revenus pour réaliser ses projets, il est incompréhensible que des actions convaincantes ne soient pas prises pour endiguer ce fléau. Plusieurs entreprises locales ne peuvent plus faire face à leurs obligations dues à cette concurrence déloyale et sont menacées de banqueroute", dénoncent l'Association.
 
L’ADIH s'indigne du fait que Les contrebandiers ne se gênent plus pour faire passer en plein jour des centaines de tonnes de marchandises dans divers points le long de la frontière terrestre, sous couvert de marché binational. La contrebande se fait  aussi, precise-t-elle en pleine nuit ou pendant les jours de fermeture des postes douaniers.
 
L’Association Des Industries d’Haiti exhorte l’Etat à prendre des mesures urgentes pour éliminer ce fléau qui menace la nation et se tient prête à lui fournir son appui inconditionnel. Ce combat contre la contrebande ne pourra qu’encourager la production nationale et créer de nouvelles opportunités d’investissements si nécessaires pour augmenter l’offre d’emploi, conclut l'ADIH. 

Nouvelles du  29 juin 2015
Quelques centaines de partisans de la Plateforme Vérité manifestent à Port-au-prince et jusque devant le siège du CEP pour tenter d'obtenir la réintégration du candidat evincé Jacky Lumarque dans la course électorale


Port-au-Prince, le 29 juin 2015 – (AHP) –Quelques  centaines de personnes ont gagné les rues de Port-au-Prince ce lundi à l’initiative de la plateforme VERITE dont le candidat à la présidence, Jacky Lumarque, a été écarté pour défaut de décharge.


Les protestataires qui étaient bien loin des foules immenses Lavalas qui avaient imposé la victoire de René Preval aux elections de 2006,  entendaient ainsi exiger la réintégration de l’universitaire dans la course électorale estimant que M. Lumarque n’a aucun problème de décharge arguant qu’il avait déposé, au moment de son inscription, un certificat de décharge au CEP pour l’unique poste de gestionnaire  de fonds publics qu’il a occupé durant sa carrière professionnelle.

Ils ont clairement indiqué que sans le candidat de Vérité il n'y aura pas d'élections.

La manifestation, encadrée par la police nationale, avait débuté au Carrefour de l’aéroport pour prendre fin devant le siège cenral du conseil électoral à Pétion-Ville.

Tout au long du parcours les protestataires, parmi eux les candidats de VERITE aux législatives dont Alix Fils-Aimé, Antonio Chéramy dit Don Kato, Caleb Desrameaux ainsi que leurs partisans ont lancé des slogans hostiles au conseilers electoraux ainsi qu'à d'autres personnalités  dont l'ancien senateur Boulos et Jose Ulysse. du parti Ansanm Nou Fò.

Interrogé sur la multiplication des manifestations dont celle de ce lundi,  le porte-parole du CEP Frantz Bernardin a souligné sans plus de commentaires, que les citoyens ont le droit de manifester et exprimer leurs frustrations.

Il a fait savoir que  pour le moment, l’organisme électoral se concentre sur l’organisation des législatives du 9 aout et a déjà reçu 14 mille kits électoraux comprenant entre autres des isoloirs, des lampes, des bougies et de l’encre indélébile ainsi que 2300 kits de formation.

Plusieurs secteurs ont rappelé que le Conseil électoral  provisoire avait empêché  de façon jugée scandaleuse sous  la presidence de René Préval, la participation de Fanmi lavalas aux législatives de 2010.


Le chef de l'Etat  (René Préval) avait alors brandi des raisons techniques pour tenter d'expliquer l'exclusion de  Fanmi Lavalas.

Le directeur du registre électoral, l’ingénieur Philippe Augustin a garanti que les élections du 9 aout auront lieu, ne souffrant d’aucun problème de financement.

Pour le moment, a dit M. Augustin, le CEP dispose de 38 millions de dollars pour la réalisation des élections.

 Revenant d’un voyage à Dubaï où les bulletins sont en train d’être imprimés, il  a garanti que le CEP recevra dans 15 jours l’ensemble des bulletins qui seront par la suite distribués dans les centres de vote.

Actuellement, nous sommes en train de finaliser la liste électorale qui sera publiée bientôt, a promis Philippe Augustin.

Conseillers électoraux et candidats écartés de la course électorale s'accusent de complots  et d'actions malhonnêtes

Port-au-Prince, le 29 juin 2015- (AHP)- Le conseiller électoral Néhémy Joseph a dénoncé lundi  un complot ourdi, a-t-il dit,  par des candidats écartés de la course électorale,  qui viserait l’assassinat de plusieurs membres du CEP.

Il affirme qu’un montant de 5 000 dollars américains a été versé en ce sens à des bandits, rappelant des propos jugés menaçants de certains  membres du collectif des candidats non agréés.
 
Me. Joseph a fait savoir que les autorités policières ont déjà été alertées sur les menaces proférées. Quant à la série de  manifesttions de rues annoncées à Port-au-Prince par la Plateforme Verite suite à l’éviction de son candidat Jacky Lumarque, il rappelle que  le droit de manifestation est garanti par la loi.
 
Il a cependant refusé de se prononcer sur la récente décision du CEP de retirer M. Lumarque de la course, indiquant qu’il doit s’abstenir de commentaire, étant donné qu’il avait siégé comme juge électoral sur le cas en question.

L’un des membres du collectif, Jonas Coffy a rejeté les déclarations du conseiller Néhémy Joseph et accusé ce dernier d’avoir réclamé de l’argent des candidats écartés de la course pour les faire repêcher.

S'il y  avait effectivement  5 000 dollars pour commetrre des drimes, le conseiller Joseph se serait longtemps dejà porté candidat, a indiqué l’ancien député, estimant  que le conseiller électoral serait prêt à éliminer certains de ses collègues pour devenir président du CEP.

Le président Taiwanais sera en visite d'Etat en Haïti les 14 et 15 juillet: parallèlement  l'ambassadeur taiwanais à Pot-au-Prince remet un lot de matériel  de la dispora taiwanaise des Etas-Unis  en faveur des expulsés de la République dominicaine

Port-au-Prince, le 29 juin 2015- (AHP)- Sur invitation du président Michel Martelly, le président de la république de Chine à Taipei, Ma Ying-jeou sera en Haïti les 14 et 15 juillet prochain pour une visite d’Etat.

Durant cette visite, le chef de l’Etat taïwanais s’entretiendra avec son homologue haïtien  notamment sur des sujets d’intérêt binational et international. Les deux hommes se pencheront sur les moyens de continuer à amplifier les échanges haïtiano-taïwanais, a indiqué une note  du ministère des affaires étrangères.

La chancellerie haïtienne précise que les deux présidents participeront à l’inauguration du nouveau bâtiment devant loger la cours de Cassation construit par une firme taïwanaise grâce à un don du gouvernement de ce pays.

Ma Ying-jeou rencontrera également le cardinal Chibly Langlois ainsi que les nouveaux boursiers haïtiens du gouvernement taïwanais entre autres.

Ce lundi, l’ambassadeur de la république taïwanaise en Haïti, Hwang Tsai-Chiu a remis au ministre des affaires sociales Victor Benoit, un lot de matériel destiné aux haïtiens dits en situation irrégulière et expulsés de la république dominicaine.

Le diplomate a précisé "qu’il s’agit d’un geste amical de solidarité de la diaspora taïwanaise des Etats-Unis envers le peuple frère d’Haïti, d’une valeur de 92 mille dollars US et destiné aux plus vulnérables, dont les femmes et les enfants".

Les dons comprennent  entre  autres des sacs à main,  des jouets, des  ballons de foot pour  enfants, des chaussures et des chaussettes .

Le ministre Victor Benoit a remercié la diaspora taïwanaise des Etats-Unis de ce geste et informe que des dispositions seront prises pour transmettre le matériel reçu à la commission chargée de la gestion du dossier des rapatriés.

Il soutient que c’est un geste qui arrive à point nommé dans un contexte marqué par une augmentation du nombre de personnes en situation vulnérable, indiquant toutefois que la vague de rapatriés a considérablement diminué le week end écoulé.

Contrairement aux premières journées, nous avons seulement reçu 400 rapatriés jeudi et 200 le jour d’après, a souligné M. Benoit, précisant que jusqu’au dimanche 28 juin, environ 15 mille rapatriés ont été officiellement recensés.

Un des membres du secteur Patronal démisionne du conseil supérieur des salaires: des dispositions  obscures motivent la décison de  Reginald Boulos explique  sa décision:  le Minisre ds affires sociales promet  de faire la lumière sur le dossier
 
Port-au-Prince, le 29 juin 2015 – (AHP) - Le conseil supérieur des salaires CSS perd un des représentants du secteur patronal. Il s’agit de l’homme d’affaires Réginald Boulos.

Ce dernier a démissionné après avoir appris que des comptes courants ont été récemment ouverts par le Ministère des Finances  du nom du CSS sans que le conseil en ait ete informé et sans savoir qui signe sur le compte.


Dans sa lettre de démission, M. Boulos affirme que sa participation au CSS traduisait son engagement personnel au service du pays et soutient avoir refusé de recevoir des frais de jetons, de participation et que c’est le ministère des affaires sociales qui avait toujours engagé les dépenses du conseil.

Interrogé sur le sujet, le ministre Victor Benoit   affirme n’avoir pas reçu  la lettre  de démission et indique avoir appris la nouvelle seulement par voie de presse. Il a dit regretter la décision de M. Boulos, souligant  qu’il n’a ouvert aucun compte courant au nom du CSS. Mais, Victor Benoit promet de diligenter une enquête pour faire la lumière sur la question.

Le CSS comprend 3 représentants du gouvernement: France H. Mondésir, Renan Hédouville et Daniel Altimé ; 3 représentants du secteur syndical Jean Bonald Golinsky Fatal, Jean Franck Noisimond et Louis Fignolé Saint-Cyr ainsi que 3 représentants du patronat Jean Dany Pierre François, Norma Powel et Réginald Boulos qui s’est retiré.

Des copies de sa lettre de démission de M. Boulos  ont été également envoyées au premier ministre Evans Paul, au chef de cabinet du président Michel Martelly Me Grégory Mayard-Paul, au président de la cour des comptes Fritz Robert St-Paul et au président de la chambre de commerce Christ Handal.

Presentation ce mercredi  à Port-au-Prince  du  guide d’investissement en Haïti et de  la plateforme connect America: le livret propose des données sur les secteurs prioritaires du gouvernement en place comme le textile, le tourisme, l’agriculture et l’énergie renouvelable
 
Port-au-Prince, le 29 juin 2015 – (AHP) - Le Centre de Facilitation des Investissements (CFI), Mme Norma Powell s’apprête à présenter ce mercredi a Port au prince le guide d’investissement en Haïti et la plateforme connect America.
 
La directrice du CFI, Norma Powell Powell explique que le guide d’investissement qui présente un ensemble d’informations sur les démarches à entreprendre pour  ouvrir une entreprise en Haïti, a été élaboré dans une perspective de promotion et de facilitation des investissements dans le pays.
 
 Elle informe que le livret  propose des données sur les secteurs prioritaires du gouvernement en place comme le textile, le tourisme, l’agriculture et l’énergie renouvelable.
 
Quant à la plate forme Connect America, elle prévoit  d'accompagner les petites et moyennes entreprises locales dans leur conquête du marché international,  et par conséquent assurer  la promotion de  produits nationaux a l’ exterieur, fait savoir Mme Powell.

Nouvelles du 25 juin 2015
Le gouvernement américain dénonce des pratiques discriminatoires  contre les Haïtiens en République Dominicaine, dans le rapport annuel du département d'Etat publié jeudi


Washington, le 25 Juin 2015- (AHP)-  Les  États-Unis ont  dénoncé  des "mesures  discriminatoires " contre les immigrants haïtiens et et leurs descendants en République dominicaine comme une  violation très grave des droits de l'homme  selon le rapport annuel du  Departemen d'Etat americain  sur les droits humains publié ce jeudi .

Le document note la décision controversée de la Cour constitutionnelle dominicaine de Septembre 2013, qui fixe les paramètres d'acquisition de la citoyenneté.

"Cette décision stipule que les descendants de personnes considérées comme illégales dans le pays, dont beaucoup sont d'origine haïtienne, n'ont pas droit à la nationalité dominicaine», a déploré le rapport qui sert de guide au Congrès pour décider de l'octroi  de l'aide exterieure  à chaque pays"

Ce rapport  examine le comportement des gouvernements dans le monde entier (sauf les États-Unis) sur les droits humains.

Lundi, environ 200 personnes s'étaient  rassemblées devant l'ambassade de la République dominicaine à Washington pour presser  ce pays d'arrêter le processus de «déportation» de plus de 200.000 personnes, y compris des Haïtiens et des Domincains d'origine haïtienne  devenus apatrides, qui pourraient être expulsés vers Haïti.

La principale crainte des ONG et des organisations internationales est non seulement le risque de  déportations massives, mais encore l'expulsion  de personnes  nées dans le pays, parqu'elles  sont  des filles et des fils  de sans-papiers haïtiens, en depit du fait qu'elles ont joué un rôle important dans la vie sociale, économique et  politique du pays, ayant pu ainsi voter lors de la dernière presidentielle qui a amené le président Medina au pouvoir.

Le président Michel Martelly et le premier ministre Evans Paul renouvellent leur soutien au CEP et se disent confiants que les elections prevues avant la fin de l'année auront bien lieu, cependant que des secteurs dont les candidats ont été évincés célebraient au même moment les funérailles symboliques de l'organisme électoral

Port-au-Prince, le 25 juin 2015 – (AHP) – Le président Michel Martelly a une nouvelle fois ce jeudi fait la promesse de continuer à  favoriser la création d’un climat favorable à la tenue de bonnes élections, cette année dans le pays.
 
Michel Martelly réaffirme également son soutien au conseil électoral provisoire et estime que, pour ne pas avoir jusqu’ici été sollicité par l’institution électorale, cela prouve que le CEP maitrise la situation.
 
"Nous allons continuer à appuyer toutes les institutions notamment le CEP pour que les élections puissent, comme prévu, avoir lieu cette année dans le pays, a dit Michel Martelly.
 
Le premier ministre Evans Paul s’est lui aussi montré confiant que les élections auront lieu cette année et assure qu’Haïti n’a pas le droit de ne pas organiser le scrutin.
 
Le chef du gouvernement a rappelé que le calendrier électoral qui a été proposé par le CEP a été adopté tant par les partis politiques que par les candidats.
 
Beaucoup d’efforts ont été consentis pour que ces élections aient lieu, a fait savoir  le premier ministre Paul qui ajoute que, pour ce qui est du conseil supérieur de la police nationale dont il a la charge, tout sera fait pour renforcer sa capacité d’action afin qu’elle soit plus performante pendant la période électorale.
 
Alors que les deux chefs du gouvernement s’exprimaient en marge d’une cérémonie à Pétion-Ville, le collectif des candidats non agréés organisaient à quelques centaines de mètres, devant le siège du CEP, un sit-in pour demander le renvoi des membres du conseil électoral accusés entre autres de partisannerie.
 
Ils ont même célébré de manière symbolique, une messe pour les funérailles du CEP tout en demandant à ce même conseil d’accepter tous les candidats n’ayant pas de décharge ou de les accepter tous.
 
Le candidat non agréé à la députation pour la circonscription de Pétion-Ville, Phélito Dorant ancien minisre du gouvernement Martelly Lamothe, a été très virulent à l'égard des membres du conseil électoral provisoire qui cherchent, a-t-il dit, à exclure ou à marginaliser des citoyens qui veulent participer à la gestion de la chose publique.
 
Il a aussi dénoncé ce qu'il appelle l’incompétence des membres du CEP et le manque de transparence qui, selon lui, entoure le processus électoral.
 
Pour sa part, lun autre ancien ministre chargé des relations avec le parlement Ralph Théano, écarté pour défaut de décharge de la course au sénat dans le département de la Grande-Anse, conteste lui aussi la décision du conseil de le mettre à l’écart et exige sa dislocation.
 
Il est allé jusqu’à qualifier d’incapables les conseillers électoraux qu'il accuse d'association de malfaiteurs. Pour lui, c’est un conseil déjà mort  dont la caducité doit être prononcée.
 
Ralph Théano s’insurge également contre le conseil qui, selon lui, a engagé sans appel d’offre, une firme étrangère (de Dubaï) pour réaliser les bulletins de vote.
 
L’ex-ministre a aussi indiqué être en consultation avec une vingtaine de partis politiques pour se désolidariser du processus électoral.
 
Dans le même registre, la plateforme PITIT Dessalines a dénoncé un complot qui serait fomenté par des proches de l’Exécutif en vue de porter atteinte à la vie de son candidat à la présidence, l’ancien sénateur Moïse Jean-Charles.
 
Le coordonnateur adjoint de la plateforme politique, Assad Volcy et le militant Biron Odigé membre de son directoire, dénoncent également les velléités d’une frange de la communauté internationale de manœuvrer pour porter le CEP à écarter l’ex-parlementaire de la course électorale.
 
Ils ont aussi évoqué une distribution d’armes à certains évadés de prison pour mettre à exécution le plan qui viserait à assassiner le leader de PITIT Dessalines, Moïse Jean-Charles.

Cependant, le  vice-président  du CEP , Pierre Manigat Junior  a assuré que  l'organisme électoral ne cèdera pas aux pressions, de ceux qui pourraient tenter de l'empêcher de faire son travail. Il  n'a pas exclu qu'il puisse y avoir de nouvelles évictions de candidats,  s'il y a des evidences qu'ils ne remplissent pas  toutes conditions  pour participer aux prochaines élections. Il a assuré que le CEP fait tout ce qui est en son pouvoir pour que le calendrier électoral soit respecté.

 Le président Michel martelly s'en prend à ceux qu'il accuse d'utiliser le dossier des rapatriés de la république dominicaine à des fins politiques: des secteurs s’indignent des conditions infrahumaines dans lesquelles vivent des rapatriés en provenance de la République Dominicaine; le cardinal Langlois appelé à quitter la commission mixte par un cadre de Pitit Desalin qui l'accuse de mensonges


Port-au-Prince, le 25 juin 2015 – (AHP) - Le président Michel Martelly s'est  pris, jeudi, est ceux qui, selon lui, utilisent le dossier des rapatrié de la république dominicaine à des fins politiques.
 
Le chef de l’Etat assure que son administration continue de travailler en vue de recevoir dans la dignité, les Haïtiens qui seront refoulés à la frontière tout en admettant qu’elle pourrait être débordée, ne sachant pas combien de citoyens sont concernés par cette mesure.
 
Le chef de l'Etat fait remarquer, qu’au cours de ces 3 derniers jours, environ 14 mille rapatriés sont arrivés à la frontière et se félicite que tout se soit bien passé, car, normalement, on aurait dû dejà avoir une crise, a-t-il dit.

Le directeur de la migration domincaine, Rubén Paulino Sem,  parle lui de 17.000 rapatriés.
 
Le président Martelly salue le leadership du premier ministre qui, a-t-il dit, a impliqué plusieurs secteurs de la vie nationale dans la gestion de la crise.

Le premier ministre  Paul  a pour sa part appelé les autorités  dominicaines à  respecter les normes   régissant le processus de déportations.
 
Parallèlement, la plateforme JISTIS a organisé un sit-in devant les locaux de l’ambassade dominicaine à Pétion-Ville pour dénoncer les rapatriements  massifs des citoyens dits en situation irrégulière en république dominicaine.
 
Bon nombre d’entre eux sont des dominicains d’ascendance haïtienne, soutient le candidat à la présidence de la plateforme , Me André Michel qui dénonce également ce qu’il appelle l’indécence des dominicains.
 
Alors qu’ils sont déterminés à refouler sur Haïti des citoyens dits en situation irrégulière, ils continuent de profiter des avantages dans leurs rapports commerciaux avec le pays, en exportant quotidiennement près de 2 millions de dollars de marchandises vers Haïti.
 
Me Michel affirme avoir demandé au secrétaire général des nations unies et aux autorités haïtiennes d’assumer leurs responsabilités devant ce qu’il appelle une catastrophe humanitaire.
 
Il faut que les dominicains sachent qu’ils ne peuvent pas continuer à fouler au pied la dignité et l’honneur du peuple haïtien, a dit André Michel.
 
La plateforme PITIT Dessalines s’indigne également face aux conditions infrahumaines dans lesquelles  évoluent de nombreux rapatriés en provenance de la République Dominicaine.
 
Le Père Amos Georges, membre du directoire du parti de Moïse Jean-Charles, demande au cardinal Chibly Langlois de quitter la commission présidentielle. Il l'accuse de mentir en affirmant que les rapatriés seront reçus dans la dignité, alors que sur le terrain aucune mise en place n’a été faite en ce sens.
 
Le chef religieux plaide de préférence en faveur de la mise sur pied d’une commission qui porterait le nom du pape François qui, dit-il, n’a pas hésité à prendre position en faveur des plus faibles et à punir des nonces apostoliques qui violent les principes de l’église.
 

La Commission Episcopale Justice et Paix accuse les autorités gouvernementales de laxisme quant aux mesures à prendre pour combattre les actes de violence et relève que les violences sont en augmentation à l'approche des élections

Port-au-Prince, le 25 juin 2015 – (AHP) -
La Commission Episcopale Justice et Paix  de l'Eglise catholique a accusé jeudi  les autorités gouvernementales de laxisme quant aux mesures à prendre pour combattre les actes de violence dans le pays, indiquant que les recommandations formulées en ce sens n’ont pas été suivies.
 
La responsable des droits humains de la JILAP Stephania Marie Jonive Molière annonce une campagne de plaidoyer auprès des différentes instances concernées afin de les porter à assumer leurs responsabilités d’œuvrer à un climat sécuritaire.
 
Elle annonce que des rencontres se tiendront sous peu avec les autorités dont  le premier ministre, les ministres de la justice et de l’intérieur et le chef de la police nationale.
                                        
La Commission Episcopale Justice dit constater que  les violences sont en augmentation  à  l’approche des élections et dénonce la distribution d’armes à feu par des candidats dans des quartiers populaires.
 
Le Secrétaire général de la JILAP Jocelyn Renord plaide en faveur d’un pacte de non-agressionafin que les élections puissent se tenir dans un climat serein et exhorte les hommes politiques à renoncer à la violence.
 
La JILAP rappelle l’importance de la stabilité pour le développement économique du pays.

                                                          Le syndicat du personnel administratif de l’Université d’état d’ Haïti(UEH) annonce un sit in ce vendredi devant les locaux du Rectorat de l’ UEH                                                                                                     

Port-au-Prince, le 25 juin 2015 – (AHP) -Le syndicat du personnel administratif de l’Université d’état d’ Haïti(UEH) annonce un sit in ce vendredi devant les locaux du Rectorat de l’ UEH à la Rue Rivière en vue de continuer d’exiger de meilleures conditions salariales et la représentation de ses employés au conseil de l’ UEH.
 
Le porte parole du syndicat, Elange Donatien conteste une résolution prise par le rectorat qui accepterait le principe de l’intégration du personnel administratif dans le conseil seulement à titre d’observateur.
 
M. Donatien annonce que le personnel administratif de toutes les entités de  l’université d Etat d’Haïti n’abandonnera pas cette lutte tant que  les revendications exprimées n’auront pas été entièrement satisfaites.
                                                                                                         

L'ancien sénateur Joseph Lambert, conseiller politique du président Joseph Michel Martelly, accusé d'avoir cassé la tête d'un étudiant, lors d'une réunion politique à Coq Chante dans le Sud-est


Port-au-Prince, le 25 juin 2015 – (AHP) - Un etudiant de la faculté des sciences humaines, Wesner Jeudi, a accusé mercredi  l'ancien sénateur Joseph Lambert de lui avoir cassé la tête a l'aide de son révolver, lors d'une reunion politique dans la localité Coq chante  (sud-est) dont il est originaire.

L'étudiant avait auparavant reproché au  conseiller politique du président Michel Martelly, actuellemnt candidat au sénat,  ses "pratiques populistes", consistant en la distribution de kits et de billets de 100 gourdes, lors de ses meetings électoraux.

L'ancien senateur  qui aurait également maltraité d'autres membres de la famille de Wesner Jeudi, n'était pas joignable au telephone en debut de matinée. Toutefois les frères Lambert Wencesclass et Joseph sont souvent accusés d'actes violents.

Le sénateur Wencesclass Lambert avait en effet  brutalisé en septemmbre 2014 à Marigot (sud-est), le militant  politique Daniel Théodore au point de lui fracasser  deux dents.

Le petit frère Lambert alors sénateur avait accusé Théodore d’avoir osé le démentir lors d’une réunion politique et s'etait vanté au micro des journaliste de lui avoir cassé la gueule.

L'affaire avait tourné court, Wencesclass Lambert ayant été  couvert à l'époque de l’immunité parlementaire.


GARRR/Tension à la frontière de Belladère/Elias Piña : Un chauffeur de taxi moto maltraité par 4 soldats dominicains

Une situation de tension a régné aux environs de 6 heures 30 dans la matinée du jeudi 25 juin 2015, à la frontière de Belladère/Elias Piña.  A l’origine, un  chauffeur de taxi moto dénommé, Mercidieu Bazin, 31 ans, a été battu par des soldats dominicains, selon une source digne de foi. 

Cet incident malheureux s’est produit au moment où une bouteille provenant du côté haïtien de la frontière de Belladère a été lancée dans la direction du territoire dominicain, Elias Piña tandis que des soldats y assuraient la garde.

Furieux de cette action, 4 militaires dominicains ont traversé la frontière pour s’emparer d’un chauffeur de taxi moto et l’ont conduit par la suite sur leur territoire pour le frapper violemment.

En signe de protestation contre la maltraitance dont est victime leur compatriote, les chauffeurs haïtiens de taxi moto ont entreposé des barricades de pneus et de bois à l’entrée de la frontière de Belladère pour empêcher l’entrée des camions dominicains sur le territoire haïtien.

De leur côté, les soldats dominicains ont fermé temporairement la frontière d’Elias Piña. Ils ont proposé à Mercidieu Bazin de l’emmener à un centre hospitalier dominicain pour recevoir des soins. Proposition refusée par la victime.

«De façon intentionnelle, ils m’ont sévèrement frappé au dos avec mon propre casque. Comment osent-ils maintenant me demander de m’emmener à l’hôpital. », s’est-il interrogé lors d’une interview accordée au GARR.

Ce n’est pas le premier incident de ce genre qui se produit dans cette zone frontalière. Au début  du mois de juin 2015, un ressortissant haïtien avait reçu à la jambe un projectile qui provenait d’une arme d’un militaire dominicain suite à une altercation entre un soldat dominicain et un chauffeur haïtien de taxi moto.

Face à la répétition de ces actes de violations de droits humains,  le GARR appelle les deux Etats insulaires à travailler pour une bonne gestion de la frontière en vue du respect des droits des usager (e)s.

Nouvelles du 24 juin 2015

La Caricom presse  la Republique dominicaine de surseoir au plan visant la deportation de milliers de  descendants d'Haïtiens nés dans ce pays

Port-au-Prince, le 24 juin 2015 – (AHP) -La comunauté des caraïbes (Caricom) a appelé mecredi  la République dominicaine à surseoir au plan visant la deportation de milliers de  descendants d'haïtiens nés dans ce pay pour éviter de créer une «crise humanitaire» dans la région


"La Caricom appelle plutôt les autorités dominicaines à adhérer   aux principes de protection des citoyens  d'origine haïtienne et d'éviter que ces gens deviennent des apatrides", déclare un communiqué.

L'organisme régional composé de quinze membres,  a exprimé sa "préoccupation quant au respect  des droits  des personnes qui vivront sans statut  devant la possibilité que les descendants d'Haïtiens nés en République dominicaine soient déportés vers Haïti, la terre de leurs parents.

"La possibilité réelle d'être expulsés vers Haïti, un pays dont ils ne  sont pas des citoyens et où  beaucoup n'ont pas de famille ni  de  connexions et dont ils ne connaisent pas  la langue, est un autre sujet de préoccupation", a déclaré la Caricom qui considère que cela peut conduire à "une crise humanitaire "dans la région.

La République dominicaine n'est pas un membre de la Caricom même si elle a présenté une demande d'adhésion à l'organisation qui compte  Haïti parmi  ses quinze membres.

La loi spéciale dite de naturalisation et le plan de régularisation des étrangers en République dominicaine, sont intervenus  suite à une décision de la Cour constitutionnelle dominicaine, publié en Septembre 2013, qui fixe les paramètres d'acquisition de la nationalité de ce pays et qui a fait  grand bruit au niveau international.

Alors que la Republique dominicaine dans ses petits souliers, était sur le banc des accuses, avec les difféentes condamnations au niveau international, le président Michel Martelly et le premier ministre d'alors Laurent lamothe ont decidé de ramener le dossier au niveau bilatéral, desserrant l'étau sur la république dominicaine

Le 17 Juin en République Dominicaine a pris fin la période d'inscription pour le Plan national de régularisation des étrangers, qui a accueilli environ 280 000 étrangers, selon le ministère de l'Intérieur et de la police. Maintenant  devrait entrer en vigueur une seconde phase qui  prévoit les opérations de rapatriement. Ce que la caricom dissuade  la république dominicaine de faire.


Les autorités haïtiennes auraient-elles pris de nouvelles dispositions pour interdire l'entrée de produits domincains en Haïti: aucune confirmation à Port-au-Prince, mais la nouvelle provoque un tollé au pays voisin;Rafael Alburquerque qualifie la mesure de chantage


Port-au-Prince, le 24 juin 2015 – (AHP) - Les relations se multiplient en République dominicaine autour d'une nouvelle disposition qu'auraient prise les autorités haïtiennes d'interdire à partir de ce vendredi  l'enrée au pays d'une quarantaine de produits domincains.

Si l'information  est la cause d'un tollé de l'autre côté de la frontière, aucune autorité  ne l'a encore confirmée à Port-au-Prince. Meme si certains secteurs haïtiens estiment qu'elle ne serait pas mal venue, si elle est bien appliquée.

N'empêche cependant que l'ancien vice-président dominicain Rafael Alburquerque, soit dejà monté au créneau pour qualifier ce mercredi de  «chantage» ces éventuelles restrictions imposées  à l'entrée de produits agricoles dominicains.

Selon Alburquerque, la limitation des exportations vers Haïti, est inadmissible, eu égard  aux  relations internationales et  c'est également une violation de l'ordre international", sans toutefois dire si la décision des autorites dominicaines de chasser des citoyens de leur propre pays et de les rendre apatrides parce qu'ils sont noirs, est conforme aux conventions internationales.

Les nouvelles mesures  concerneraient  environ 40 produits, dont les œufs, le poulet, la banane et la laitue.

Selon l'ancien vice-président, les raisons de cette dispositions ne sont pas connus jusqu'ici, parce que les autorités dominicaines n'en auraient pas été préalablement informées.

Mais, selon des secteurs relayés par la presse dominicaine, cela pourrait être lié à la décision jugée arbitraire prise par les autorités dominiaines de d'expulser des milliers d'Haïtiens en situation irregulière et de Dominicains d'ascendance haïtienne denationalisés. 12.000 d'entre eux, rapatriés volontaires ou forcés, seraient rentrés au pays au mardi 24 juin 2015.

En Haïti, plusieurs personnalités avaient proposé la semaine dernière la fermeture de la frontière avec la République dominicaine, Haïti etant après les Etas-Unis le 2ène partenaire commercial du pays voisin. Et la balance commerciale  est nettement en défaveur d'Haïti, car si la Republique dominicaine écoule pour plus de 1 milliard 400 millions de produits en Haïti, ce dernier n'exporte que pour quelques dizaines de millions de dollars.

Toutefois, la fermeture de la frontière ne semble pas à l'ordre du jour, ca ce serait pénaliser les citoyens haïtiens et dominicans qui vivent le long de la frontière, qui font partie  "d'un 3eme pays", avec leurs propres relations.

Mais tous  conviennent qu'il y a lieu  de prendre  des mesures  pour  "punir" les autorités dominicaines qui croient avoir tous les pouvoirs sur Haïti, en raison  de leur influence  sur les actuelles autorités haïtiennes et  sur une partie du secteur des Affaires  qui auraient de gros intérêts en République dominicaine.

Les Dominicains avaient financé plusieurs candidats à la présidence en Haïti, en 2006 comme en 2010.




La rédactrice en chef du journal Listin Diario émet des doutes sur la possibilité de rapatriements massifs dans les prochains jours de la République dominicaine, rappelant les mises en garde de plusieurs secteurs contre la violation des droits des Dominicains d'origine haitienne


Santo-Domingo, le 24 juin 2015 - (AHP) - L’expulsion massive d’Haïtiens de la République dominicaine est susceptible de causer de graves torts à l’économie de ce pays, étant donné l’importance de la main d’œuvre haïtienne dans plusieurs secteurs d’activité.

Intervenant  ce mercredi sur  Radio Solidarité, la rédactrice en chef du journal Listin Diario, Maria Isabel Soldevila, a ainsi émis des doutes sur la possibilité qu’il y ait  des rapatriements massifs dans les prochains jours.

Mais, Maria Isabel Soldevila souligne qu'il y a beaucoup de confusion dans le dossier, puisqu'on ne sait pas avec certitude ce que  le gouvernement compte faire exactement.

Citant des chiffrres de la direction de la migration dominicaine, elle a fait savoir quelque 12000 haïtiens auraient dejà quitté la Republique dominicaine. En efet, le president Medina est aujourd'hui soumis à moins de pressions depuis que les ultra-nationalistes anti-haïtiens ont quitté le pouvoir, suite  à l'accord trouvé au  Parti de la libération dominicaine sur le dossier de la réélection.
 
La rédactrice en chef du journal Listin Diario a expliqué que depuis l’adoption de l’arrêt 168-13 qui a dénationalisé des milliers  de Dominicains d'origine haïtienne, beaucoup de groupes ont réagi pour  mettre en garde contre la violation des droits des personnes concernées.
 
Maria Isabel Soldevila dit espérer que les autorites dominicanes tiendront compte des critiques et des différentes condamanations dont le pays a été l'objet de la part d'instances internationales.
 
De son côté, le professeur de cultures caribéennes, Hancy Pierre dit croire que la chasse aux Haïtiens en République dominicaine s’explique par des préjugés racistes et un acharnement historique.
 
Il appelle les partenaires économiques de la République Dominicaine à prendre position contre des violations de droits humains, rappelant l’importance de la main d’œuvre haïtienne pour les multinationales. 

 Marche pacifique ce jeudi à Port-au-Prince  pour protester contre le silence du gouvernement d’Evans Paul face à  la cherté grandissante de la vie

Port-au-Prince, le 24 juin 2015 - (AHP) - Des organisations populaires dont le Mouvement Liberté Egalité des Haïtiens pour  la     Fraternité(MOLEGHAF) et la Lutte Dynamique des Etudiants (LIDE) annoncent une marche pacifique  ce jeudi à travers les rues de la capitale pour protester contre le silence du gouvernement d’Evans Paul face à  la cherté grandissante de la vie.
 
Le porte parole de l’organisation LIDE, Guyna Jules Vital appelle à l’adoption d’un nouveau modèle économique qui favorise la réduction des inégalités sociales. Selon lui, les autorités actuelles se montrent insouciantes face aux problèmes fondamentaux des plus pauvres, rappelant qu’environ 3 millions d’haïtiens connaissent l’insécurité alimentaire.
 
Le responsable des affaires sociales du MOLEGHAF, Viller Jean Marck lance, de son coté,  un appel en faveur d’une prise de conscience citoyenne pour lancer un véritable mouvement social capable de porter les autorités à mettre en œuvre des mécanismes efficaces de réduction de la pauvreté.

Des organisations de de la societé civile plaident pour le respect des règles du jeu démocratique dans le contexte pré-électoral: d'autres secteurs croient que toutes nouvelles pressions qui pousseraient le CEP à encore  se rétracter contribuerait à son affaiblisement et à son éclatement

Port-au-Prince, le 24 juin 2015 - (AHP) - Des organisations haïtiennes de droits humains et de la société civile dont le réseau national de défense de droits humains et le conseil haïtien des acteurs non étatique plaident en faveur des règles du jeu démocratique dans le contexte pré-électoral.

Ces organisations  invitent les acteurs politiques à faire en sorte de ne pas contribuer davantage à l’affaiblissement des institutions étatiques dont la cour des comptes et le conseil électoral provisoire.

Elles encouragent la CSC/CA à poursuivre ses efforts qui s’inscrivent dans la lutte contre la corruption et invitent le CEP à suivre ces mêmes principes d’égalité et d’équité.

Dans un communiqué de presse lu par la responsable de programme du RNDDH Marie-Yolène Gilles, elles appellent également l’ensemble des instances du système judiciaire à remplir leurs obligations en prenant des mesures punitives contre les auteurs de discours ou de comportements qui sont de nature à pousser les citoyens vers la violence et contre ceux qui se montrent irrespectueux envers la constitution et le décret électoral.
 
Pour sa part, le coordonnateur du conseil haïtien des acteurs non étatiques, Edouard Paultre invite le conseil électoral provisoire à rendre publiques les motifs qui l’ont poussé à écarter plusieurs candidats de la course électorale dont l‘universitaire Jacky Lumarque.

Ce faisant, le CEP ne va pas donner à ces citoyens l’opportunité de perturber le processus électoral, croit savoir Edouard Paultre qui dit souhaiter que toutes les décisions du conseil trouvent leur fondement dans la constitution et le décret électoral.

Après l'éjection du candidat de la plateforme Vérité, le president de la Cour des Comptes a fait savoir que M Lumarque n'etait pas comptables de deniers publics.

Cependant des proches de Laurent Lamothe,  candidat à la présidence évincé,  ont  publié sur le net, un arrêté  presidentiel de René Préval, portant création du Comité National Route de l'Esclave, qui selon eux, faisait des membres de ce comité des comptables ou ordonnateurs de deniers publics.

Ils ont cité notamment les articles 7 et 8 de l'arrêté. l'article 7 stipule:  le Ministère de l’Education Nationale, de la Jeunesse et des Sports mettra, dans la mesure de ses possibilités budgétaires, à la disposition du Comité des ressources financières nécessaires à son fonctionnement. Toutefois, le Comité pourra générer des ressources et recevoir des dons, subventions ou libéralités.

Le 8 souligne: le Comité assurera la gestion de ces ressources financières. Il adressera à la fin de chaque semestre, ce à compter de la date d’entrée en fonction de ses membres, un rapport d’activités au Ministre de l’Education Nationale, de la Jeunesse et des sports.

Plusieurs secteurs croient que toutes nouvelles pressions qui pousseraient le CEP à encore se rétracter contribuerait à son affaiblisement et à son éclatement.

Par ailleurs sur le dossier des rapatriements, le coordonnateur du conseil haïtien des acteurs non étatiques croit que l'expulsion massive d’Haïtiens  de la république dominicaine risque de perturber le processus électoral et pourrait avoir un effet déstabilisant pour l’ensemble de la région.

Il appelle les autorités haïtiennes et la communauté internationale à  obtenir que la République dominicaine sursoit aux déportations massives d’Haïtiens jugés  en situation irrégulière sur leur territoire.

La PNH se dote d'une enième unité:la brigade d’opération et d’intervention départementale BOIDqui pour mission de renforcer la capacité opérationnelle de la police nationale et de permettre aux forces spécialisées de se mobiliser  de manière rapide

Port-au-Prince, le 24 juin 2015 – (AHP) – La police nationale d’Haïti s'est  dotée   d’une nouvelle unité. C’est la brigade d’opération et d’intervention départementale BOID, composée de 245 agents et qui a été portée sur les fonds baptismaux ce mercredi.

Ce sont des policiers affectés aux différents commissariats du département de l’Ouest, explique de directeur départemental de l'Ouest,  André Jonas Paraison, précisant que les différents directeurs départementaux de la police nationale procèderont sous peu à la mise sur pied d’une équipe de la BOID dans leurs régions respectives.

Le travail de ces policiers comprend à la fois une partie des attributions de la SWAT et de l’UDMO, a indiqué André Jonas Paraison qui indique que la mise sur pied de cette nouvelle brigade participe de la  volonté de permettre aux forces spécialisées d’être mobilisées de manière rapide pour faire face aux situations d’urgence.

La brigade d’opération et d’intervention départementale vient également renforcer la capacité opérationnelle de la police nationale en région, a fait savoir M.  Paraison.

Le ministre de la justice et de la sécurité publique, Pierre Richard Casimir,  qui a assisté à la cérémonie de graduation des premiers agents de la BOID déroulée à l’académie de police à Frères, affirme que cette nouvelle unité arrive à point nommé surtout à une époque marquée par une vague de déportations en provenance de la république dominicaine.

Ces agents seront impliqués dans des opérations d’intervention humanitaire à la frontière et devront parfaire le travail de la PNH qui est de protéger, de servir et d’assurer le respect des libertés, des vies et des biens, a assuré le ministre Pierre-Richard Casimir.

Toutefois, pour plusieurs secteurs, le plus important n'est pas de multiplier les unités, mais de rendre plus eficaces, plus professsionnels et plus respectueux des principes,  les corps qui existent déjà.

Fin ce mercredi des examens de la 9e année fondamentale: les éleves de rétho composent dans leurs écoles respecives et le Bac unique débute le 29 juin: le Ministre de l'Education se felicite d'avoir fait des économies de 400 millions de gourdes


Port-au-Prince, le 24 juin 2015 – (AHP) – C’est avec les épreuves de mathématiques que les examens de la 9e année fondamentale ont pris fin ce mercredi à travers le pays. Durant trois jours, l’évaluation a porté sur la communication française, le créole, l’anglais ou l’espagnol, les sciences expérimentales et les mathématiques.

Des examens qui se sont déroulés dans une ambiance plutôt bon enfant comme l’attestent des responsables de sièges, des superviseurs, des surveillants et des candidats au terme de la dernière journée.

Aucun incident majeur n’a été signalé. Les élèves affirment que les textes d’examen étaient largement à leur portée même s’ils ont indiqué que, pour certaines matières, comme les mathématiques , le degré de difficulté était beaucoup plus élevé.

Conscients que les épreuves ont reflété les notions vues en classe durant l’année scolaire, les candidats se montrent confiants dans leur chance de réussite, tout en déplorant que plusieurs de leurs amis n’aient pas eu la chance de suivre les cours durant l’année entière, en raison notamment des mots d’ordre de grève ayant perturbé le fonctionnement des écoles publiques.

206 mille candidats étaient inscrits pour participer aux examens de la 9e année fondamentale, selon le ministère de l’éducation nationale qui met pour l’instant le cap sur le baccalauréat unique.

En effet, les élèves de la philo composeront du lundi 29 juin au vendredi 3 juillet. Plus de 73 mille candidats prendront part aux épreuves. Pour ce qui est des élèves de la rhéto, ils composent  actuellement  dans leurs écoles respectives, en raison d’une disposition du ministère de l’éducation nationale d’annuler le bac 1.

Si dans les années antérieures, l’organisation des examens officiels coutait en moyenne 600 millions de gourdes, cette année elle devrait coûter seulement 200 millions de gourdes, selon le ministre Nesmy Manigat qui affirme avoir fait des économies pouvant servir à d’autres fins, comme le paiement de plusieurs mois d’arriérés de salaires.

Toutefois, nombreux sont les professeurs qui continuent de réclamer des salaires impayés et des directeurs d’écoles participant au programme de scolarisation gratuite, universelle et obligatoire qui affirment ne pas pouvoir s’acquitter de leurs obligations vis-à-vis de leurs enseignants à cause des retards accumulés dans le versement par l’Etat haïtien de la subvention promise.

Nouvelles du 23 juin 2015

La candidate à la presidence de Fanmi Lavalas rejette les allegations selon lesquelles elle serait de nationalité américaine: Maryse Narcisse souligne que Fanmi Lavalas n’a aucune emprise sur le CEP et n’est pas représenté au gouvernement.

Port-au-Prince, le 23 juin 2015 – (AHP) - La candidate à la presidence de Fanmi Lavalas, le Dr Maryse Narcisse a rejeté d’un revers de main, lundi les allégations selon lesquelles elle serait de nationalité américaine.

Depuis l’éviction de  Laurent Lamothe, nombreuses sont les voix à s’élever, notamment parmi les proches et partisans de l’ancien premier ministre, pour appeler le Conseil électoral provisoire (CEP) à écarter d’autres candidats de la course. Entre autres Moïse Jean-Charles pour défaut de décharge et Maryse Narcisse pour nationalité étrangère présumée.

Le Dr Narcisse qui bénéficie du soutien de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide comme l’a souligné son épouse lors du dépôt de ses pièces au Bureau électoral departemental  de l’ouest 1, le mois dernier, a réaffirmé sa volonté de toujours dire la vérité.

"Je suis une haïtienne authentique et je n’ai jamais renoncé à ma nationalité, a lance la coordonnatrice de Fanmi Lavalas qui se déclare certaine d'acceder à la première magistrature  du pays.

 Fanmi Lavalas, a-t-elle ajouté, n’a aucune emprise sur le CEP et n’est pas représenté au gouvernement.

Membre du directoire de Fanmi Lavalas et candidat au sénat pour   le département de l’ouest, l’ancien sénateur Louis-Gérald Gilles a salué la décision du CEP d’écarter de la course présidentielle, l’universitaire Jacky Lumarque pour défaut de décharge.

Fanmi Lavalas était parmi les organisations qui avaient écrit au conseil pour dénoncer les conditions dans lesquelles Jacky Lumarque a  obtenu un certificat de décharge de la cour des comptes pour participer aux élections et qui avaient réclamé sa mise à l’écart.

Louis-Gérald Gilles encourage le conseil électoral à prendre toutes les dispositions pour l’organisation d’élections justes, inclusives, libres et démocratique.

Plusieurs autres cadres du parti ont fait savoir que "des membres de la base qui s'étaient dispersés avec l'exclusion de Fanmi Lavalas lors des dernières élections, sont dejà rentrés au bercail pour la reprise du pouvoir au bénefice de tous les secteurs de la société".

Le CEP reçcoit un lot de matériel devant servir lors des élections législatives prévues pour le  9 aout prochain


Port-au-Prince, le 23 juin 2015 – (AHP) – Le conseil électoral provisoire a reçu ce mardi, comme annoncé la veille, un lot de matériel devant servir lors des élections législatives prévues pour le  9 aout prochain.

Il s’agit entre autres d’isoloirs, de bougies, de lampes et d’encre indélébile en provenance de l’Afrique du Sud, a indiqué le conseillerélectoral  Jaccéus Joseph, précisant que c’est une entreprise sud-africaine qui avait gagné l’appel d’offre international qu’avait lancé le PNUD pour préparer ces kits.

Jaccéus Joseph qui se présente comme un expert en commerce international, déplore que les entreprises haïtiennes n’aient pu bénéficier des droits de préférence qu’Haïti pouvait faire valoir en raison de son statut de pays sous-développé.

Pour ce qui est du voyage du président du CEP Pierre-Louis Opont  à Dubaï, à la tête d’une délégation du conseil, Jaccéus Joseph confirme que le numéro un de l’organisme électoral a dû se déplacer pour rencontrer les responsables de la firme qui va préparer les bulletins et s’assurer qu'ils  correspondent aux maquettes validées la semaine dernière par les candidats.

Il sera de retour au début du mois de juillet à Port-au-Prince et tout sera prêt pour les élections du 9 aout, a assuré le coneiller Joseph.

Dosier rapatriements: Fanmi Lavalas appelle le gouvernement à recourir à une diplomatique intelligente pour faire face à la problématique des rapatriés en provenance de la république dominicaine

Port-au-Prince, le 23 juin 2015 – (AHP) – L’organisation politique Fanmi Lavalas a appelé ce mardi le gouvernement à recourir à une diplomatique intelligente pour faire face à la problématique des rapatriés en provenance de la république dominicaine.

La coordonnatrice du parti et candidate à la présidence, Dr Maryse Narcisse s’est montrée très critique vis-à-vis du gouvernement dont elle dénonce la gestion de la crise et pour n’avoir pas su l’anticiper.

Le Dr Narcisse, rappelle qu’en 1991, c’est par voie diplomatique que le gouvernement haïtien, Lavalas à l’époque, avait réussi à faire reculer les autorités dominicaines qui envisageaient de procéder à une vague de déportation d’haïtiens dits en situation irrégulière sur le territoire dominicain.

Aussi, a-t-elle dit, il est plus que jamais temps que les élections aient lieu dans le pays pour le  doter de dirigeants capables de  défendre les intérêts des citoyens.

Pour Me Gervais Charles, l’un des avocats de Fanmi Lavalas, le drame  des haïtiens vivant en république dominicaine est très mal gérée.

Il dit croire que le gouvernement ne devrait en aucun cas, accepter de traiter la question de manière bilatérale à un moment où les autorités dominicaines étaient cernées de toutes parts, par des pays et organisations internationales de droits humains dénonçant l’arrêt xénophobe 168-13 du tribunal constitutionnel dominicain.

Me Gervais Charles assimile cette position à celle qu’avait le gouvernement de Sténio Vincent après le massacre de plusieurs dizaines de milliers d’haïtiens par des militaires dominicains en 1937.

L’organisation justice et solidarité appelle pou sa part le gouvernement haïtien à prendre des dispositions pour s’assurer que les citoyens rapatriés par la république dominicaine ne sont pas dépossédés de leur patrimoine.

Il faut aussi que des mesures soient prises pour réaliser des activités à haute intensité de main-d’œuvre notamment dans le domaine de l’agriculture afin générer des fonds pour pouvoir nourrir les centaines de milliers de compatriotes qui seront rapatriés, affirment les responsable de l’organisation dont Ebens Exantus, Maisonneuve Marc-Antoine et Délisca Nathalie.

Me Delisca encourage les autorités haïtiennes à porter le dossier de l’expulsion vers Haïti  de dominicains d’origine haïtienne par devant des organisations internationales.

La Plateforme Politique PATRAYIL dénonce elle aussi la décision des autorités dominicaines. Son Porte-parole  Jeffers Lacroix  appelle  le gouvernement haïtien à prendre des dispositions concrètes afin d’accueillir dignement les personnes déportées ou frappées d’apatridie.
 
M. Lacroix annonce par ailleurs, une série d’activités dont une marche pacifique et des séances de projection de films le 28 juillet pour  la commémoration du centenaire de l’occupation américaine d’Haïti.

Une journée de solidarité est annoncée pour ce mecredi à Press Café à Pétion-Ville, en vue de venir en aide à   
 un    important    groupe    de    personnes    rapatriées    de   la   République    Dominicaine    à    Fond    parisien.

une    collecte    sera    effectuée    à    partir    de    4pm.    
 
"Femmes    enceintes,    nourrissons,   enfants    en    bas    âges,    personnes  âgées,     tous    constituent    une    grande    partie    des    personnes   qui    ont    dû    traverser    la    frontière    contre    leur    gré,   sans famille    et    sans    perspectives   du    côté    haïtien, écrivent les organisateurs qui aopellent tout un chacun à les aider à combler combler   de    toute    urgence    un ensemble de besoins dont  des amatelas, des draps, des oreillers, de l'eau, du lait, de la nourriture..... 
                                                                                                                                              

***Des étudiants finissants de l’école normale supérieure(ENS) annoncent  une marche pacifique à travers les rues de Port-au-Prince en vue de presser  le ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle(MENFP), Nesmy Manigat de les recruter.
 
L’étudiant finissant en histoire, Jeeffry Wilme laisse entendre que le ministre Nesmy Manigat a fait des promesses en ce sens et dénonce le fait que ce dernier n’ait posé aucun acte rassurant depuis. Il estime que M. Manigat n’a jamais tenté de s’attaquer aux grands maux du système éducatif haïtien.
.
De son cote,l’ étudiant Marckenson Fatal appelle ses camarades de l’ ENS à se soulever pour porter les  autorités concernées à se pencher sur leurs revendications dans le meilleur délai.

Nouvelles du 22 juin 2015
Haïti/rapatriements: Des délégations d'officiels  depêchées à la frontière haïtiano-dominicaine pour évaluer la situation, mais très peu de préparatifs pour  un accueil décent: le journaliste Ives-Marie Channel dénonce une mauvaise gestion de  la crise  et un excès de propagande de la part des officiels haïtiens

Port-au-Prince, le 22 juin 2015- (AHP) – A l’initiative du premier ministre Evans Paul, plusieurs délégations se sont rendues ce lundi dans les villes frontalières avec la république dominicaine, qui devraient accueillir les rapatriés dits en situation irrégulière de l’autre côté de la frontière.

Les délégations se sont notamment rendues à Malpasse et à Belladère, deux points où les autorités haïtiennes aimeraient voir débarquer les rapatriés.
A Belladères, c’est le ministre des affaires sociales et du travail, Victor Benoit, qui avait dirigé la délégation qui comprenait notamment des membres de l’office national de la migration.

Une rencontre a eu lieu avec les autorités locales dont l’agent intérimaire de l’exécutif. Le ministre Benoit a dit déplorer les conditions dans lesquelles les Haïtiens quittent la république voisine, où ils ont vécu pendant de longues années.

Ce sont des pourchassés, des gens qui sont dans un état critique, a dit le titulaire du MAST qui informe qu’une enveloppe de 200 mille gourdes a été allouée pour les premières interventions.

Si la plupart des Haïtiens  rentrés de la République dominicaine ont  été tenues loin des caméras de la presse, certains compatriotes rencontrés sur le chemin du retour ont indiqué n’avoir pas été déportés mais avoir choisi de rentrer au bercail pour fuir les menaces des dominicains dont des policiers.

Ils nous menacent de nous tuer si nous ne rentrons pas chez nous  ont indiqué certains citoyens qui disent avoir ainsi été forcés de rentrer.

Pas moins de 1803 haïtiens seraient déjà rentrés jusqu’à ce lundi et ce bilan ne concerne que la zone de Belladères. mais , le pire pourrait être à venir, puisque  les  déportations officielles n'ont pas encore commencé.

Le coordonnateur de l’union nationale des normaliens haïtiens Josué Mérilien, a dénoncé la propagande du gouvernement qui prétend vouloir accueillir et intégrer les centaines de milliers de rapatriés en provenance de la république dominicaine, alors que de très nmbreux  Haïtiens vivent dans l’exclusion, dans la plus grande indifference  des autorités .

L’activiste dénonce également la gestion de la crise par l’équipe au pouvoir qui, déplore-t-il, n’a pas su profiter de la solidarité internationale qui commençait à se construire au lendemain de la publication de l’arrêt TC 168-13. Les autorites  haïtiennes ont choisi de faire le jeu des Dominicains,  en raison d'intérêts personnels.

A présent que leur politique  a échoué piteusement, elles recoureent à la société civile haïtienne  pour les aider à porter le fardeau.

Quoi qu'il en soit,  Josué Mérilien estine  il y a lieu de dénoncer cet acte raciste et xénophobe des autorités dominicaines et solliciter la solidarité des amis d’Haïti pour forcer le gouvernement dominicain à se rétracter.

Le  spécialiste des relations haitiano-dominicaines Yves Marie Channel  déplore que le gouvernement haïtien ait réagi ttrès ardivement sur la question des rapatriements . Il dénonce de graves manquements des autorités haitiennes qui n’ont rien fait, selon lui, pour empêcher l’aggravation de la crise née de la sentence 168-13. Il banalise la mise sur pied du comité  mixte de solidarité nationale, disant croire qu’il ne mènera nulle part,  estimant que  les autorités auraient dû plutôt mettre des moyens à la disposition de secteurs qui connaissent bien le dossier.

Ils ont preféré verser  dans la popagande en tentant tente de tout mettre sur le dos des autorites dominicaine, a dit M. Channel qui critique  ce qu'il appelle  le show-off du premier ministre Evans paul qui tente, a-t-il dit, de jouer au bon communicateur, alors qu'il ne serait pas  du tout imbu de l'ampleur de  la situation.

M. Channel deplore ausi que malgré  toutes les promesses,  aucune trace de preparatifs serieux pour accueillir les rapatries, n'a éte constatée à la frontière .

Présidentielle: les deux candidats écartés de la course après la publication definitive continue de  dénoncer la decison du CEP: Un des avocats du candidat éjecte de la Plateforme Verité affirme avoir sommé le CEP de faire le retrait de sa décision
Port-au-Prince, le 22 juin 2015 – (AHP) – Les candidats écartés de la course présidentielle après avoir été agréés, Levelt François et Jacky Lumarque, continuent de contester la décision du conseil électoral provisoire rendue publique vendredi dans deux communiqués distincts.

La plateforme VERITE dont  Jacky Lumarque a obtenu la bannière, déplore que la décision du CEP  ait été communiquée uniquement par voie de presse.
Son responsable juridique, Gordini Jean-Philippe affirme avoir sommé le CEP de faire le retrait desa décision d’écarter M. Lumarque de la course et promet d’utiliser tous les moyens légaux  à sa disposition pour forcer le conseil électoral à se rétracter.

M. Jean-Philippe a dit  déplorer que le conseil ait passé outre les décisions du BCED et du BCEN qui avaient recommandé le maintien du candidat dans la course.

Le porte-parole du conseil électoral provisoire, Frantz Bernardin a pours confirmé la réception par le CEP de la sommation de la plateforme VERITE. Mais, il a rejeté  les allégations selon lesquelles M. Lumarque ait été écarté pour des motivations politiques.

"Il a été mis à l’écart faute de décharge et conformément à l’article 90 du décret électoral, a dit Frantz Bernardin, ajoutant que pour ce qui est de Levelt François, également écarté après avoir été agréé, la décision du conseil est fondée sur l’article 36 du décret électoral car l’intéressé avait éte condamné par  la justice ameericaine  pour trafic de crack et de cocaïne.


Des conseillers électoraux en mision à Dubaï:le CEP commence  à recevoir du materiel, selon  le porte-parole Frantz Bernardin.

Port-au-Prince, le 22 juin 2015 – (AHP) – Une délégation du conseil électoral provisoire, dirigée par le président Pierre-Louis Opont se trouve à Dubaï pour rencontrer des responsables d’une entreprises qui pourrait se voir confier la tâche d’imprimer les bulletins pour les prochaines élections.

La délégation comprend également le trésorier du CEP, Ricardo Augustin, ainsi que le directeur des opérations, l’ingénieur Philippe Augustin, selon le porte-parole du conseil Frantz Bernardin.

Il  a fait savoir  que dès ce mardi, le CEP devrait recevoir la première d’une série de trois cargaisons de matériels. 1800 kits de formation et 4865 kits opérationnels sont attendus à Port-au-Prince mardi, a dit M. Bernardin, précisant que les deux autres cargaisons arriveront les 27 et 29 juin.

Pour le moment, les BCEC continuent  de plancher sur les cas de contestation, a dit Frantz Bernardin qui se félicite également de la tenue des séances de validation des maquettes des bulletins , la semaine dernière.


Les examens officiels de 9ème année fondamentale ont debutélundi. -206 mille élèves y prenent part

 
Port-au-Prince, le 22 juin 2015 – (AHP) – Pour la première journée d’examen, ce lundi les élèves ,ont été évalués en communication Française et en sciences expérimentales. Ils composeront en : communication créole en sciences sociales et en Anglais/ Espagnol pour la 2 éme  journée et en maths pour la troisième journée.
 
Rappelons que cette année, en plus des dispositions habituelles, le Ministère exige le port de l’uniforme scolaire par tous les candidats.
 
Le Corps National des enseignants d’Haïti  (CONEH  ) dénonce de graves irrégularités dans la réalisation des examens d’état et sfait état  de failles qui risquent de favoriser des cas de tricherie.
 
Le secrétaire General du CONEH, Paul St Preux, dit croire que le ministère de l’Education Nationale devrait envisager une session extraordinaire pour la 9e année fondamentale. Il salue toutefois la décision d’exiger le port de l’uniforme par les candidats.
Les épreuves  prennent  fin le 24 juin 2015.


Le premier ministre Evans Paul pressé de faire le retrait de sa décision d'appeler les agents de la fonction publique qui veulent participer aux élections, de  solliciter une mise en disponibilité

Port-au-Prince, le 22 juin 2015 – (AHP) – Le coordonnateur général de l’union des normaliens et des éducateurs haïtiens UNNOEH,Georges Wilbert Franck,  est très remonte  vis-à-vis du premier ministre Evans Paul pour avoir sommé les agents de la fonction publique qui veulent participer aux élections, de solliciter une mise en disponibilité.

Il s’agit d’une mesure illégale et arbitraire, a-t-il dit, rappelant que la loi sur la fonction publique n’interdit pas aux fonctionnaires de briguer un poste électif.

Georges Wilbert Franck informe qu’il va faire passer une pétition dans les bureaux de l’Etat pour demander aux fonctionnaires publics de se prononcer contre la décision du chef du gouvernement.

Le secrétaire général de la confédération des travailleurs des secteurs public et privé(CTSP), Jean Bonald Fatal avait dejà appelé la semaine dernière le premier ministre Evans Paul à faire le retrait de sa circulaire.
 
Il estimait qu'une telle mesure est une grave  violation  des droits politiques des personnes concernées et de l’article 140 du décret du 17 mai 2005 qui régit le fonctionnement de l’administration publique.
 
Il avait égaqlement encourage les concernés à rester à  leurs postes tout en les assurant de la solidarité du CTSP.


Nouvelles du 17 juin 2015

Fin mercredi de la période d'enregistrement  des Haïtiens jugés en situaion irréguliere en republique dominicaine: les  déportations  dejà commencées devraient se poursuivre dès ce jeudi de façon plus systématique, avant de devenir massives, après le moratoire de 45 jours

Port-au-Prince, le 17 juin 2015 – (AHP) – Les autorités haïtiennes ont une fois de plus ce mercredi, indiqué avoir pris un train de mesures en vue d’accueillir les immigrés de la république dominicaine qui seront contraints d’entrer en Haïti. Le Collectif 4 decembre appelle au boycott des poduits dominicains

C’est ce mercredi qu’a pris fin la période d’inscription au PNRE, plan national de régularisation des étrangers, en République dominicaine et les autorités de ce pays s’apprêtent à déporter vers  Haïti des centaines de milliers de citoyens dits en situation irrégulière et nombre d’entre eux sont nés en république dominicaine et ignorent tout d’Haïti.

Le directeur de l’office national de la migration Adelson Lorgea a indiqué que certains rapatriés seront reçus au centre d’accueil de Marin doté  d’une capacité d’accueil de 35 personnes à l’intérieur mais pouvant recevoir des centaines de personnes.

Il cite aussi le centre d’accueil en construction dans la commune d’Anse-à-Pitres qui devrait accueillir d’autres rapatriés qui  pourront bénéficier, a-t-il dit, d’un programme d’insertion dans la société.

Le ministre des affaires sociales et du travail, Victor Benoit a assuré que le gouvernement est mobilisé pour accueillir dignement les rapatriés.

Il informe que des instructions ont été passées notamment aux directeurs régionaux du MAST pour apporter leur appui au comité interministériel qui travaille sur le dossier des rapatriements. Toutefois, plusieurs de ces autorités contactées afirment ne pas disposer de moyens.

A l’instar du premier ministre Evans Paul, Victor Benoit a dénoncé le double langage des autorités dominicaines sur le dossier des  rapatriements.

Du côté des organisations haïtiennes de défense des droits des migrants dont le GARR, elles ne sont pas convaincues des annonces des autorités haïtiennes.

Le directeur exécutif du GARR Philippe Jean Thomas est très critique vis-à-vis des autorités haïtiennes qui, a-t-il dit, n’ont mis en place aucune structure d’accueil pour recevoir les rapatriés contrairement à ce qu’elles prétendent.Il a souligné que les déportations ont commencé longtemps déjà. Elles vont se renforcer avec la  fin du programme d'enregistrement ce mercredi, avant de devenir plus massives, après le moratoire de 45 jours consacré à l'étude des dossiers de ceux qui ont pu s'inscrire.

Le coordonnateur du collectif 4 décembre, Jean-Robert Arguant dénonce un génocide civil et sournois orchestré par les autorités dominicaines et qui s’apparente au massacre d’haïtiens de 1937.

C’est une décision raciste et xénophobe et une violation flagrante et inadmissible des droits humains, insiste l’ancien président de la chambre de commerce d'Haïti, qui appelle les autorités haïtiennes à dénoncer auprès des institutions régionales et internationales l’attitude des autorités dominicaines vis-à-vis des haïtiens et de leurs descendants vivant sur leur territoire.

La république dominicaine est tenue de respecter les conventions et accords internationaux portant sur les droits humains auxquels elle adhère, a dit M. Arguant.

Il appelle une nouvelle fois au boycott des produits dominicains. C'est la seule façon de faire enendre raison aux autorites dominicaines. Haiti, 2e partenaire économique de la Republique dominicaine, importe de ce pays pour plus de 1 miliard de dollars, alors que ses exportations ne dépassent pas quelques millions de dollars.

Pour sa part, le sénateur Jean-Baptiste Bien-Aimé (nord-est) , affirme ne rien voir qui ressemble à une forme quelconque de préparatifs pour accueillir les rapatriés.

Le gouvernement a invité des associations de la société civile à des discussions ce jeudi autour du cuisant problème des deportations, à l'Hotel Oasis à Pétion-Ville.


Le Collectif 4 décembre   continue d’appeler au boycott des produits dominicains, en guise de protestation aux dispositions de l' arrêt 168/13: le GARR dénonce  le fait que les ressortissants haitiens se heurtent à des difficultés auxquelles d’autres immigrants impliqués dans le processus de la régularisation ne sont pas confrontés..
Port-au-Prince, le 17 juin 2015 – (AHP) –Des organisations de la société  civile dont le Collectif 4 décembre  et le GARR ont dénoncé une nouvelle fois mercredi t le caractère profondément xénophobe de l’arrêt 168-1 du tribunal constitutionnel dominicain sur la base duquel plusieurs milliers d’Haïtiens en situation illégale et de dominicains d’origine haïtienne pourraient etre expulsé du territoire voisin
 
Le président du Collectif 4 décembre Mr Jean-Robert Arguant  continue d’appeler au boycott des produits dominicains, en guise de protestation aux dispositions prises par la cet arrêt.
 
Il dit s’attendre de l’Etat haïtien  qu’il mette tout en œuvre pour favoriser  un plus large accès aux produits locaux à  travers des garanties liées  aux investissements privés .Il suggère également que le pays puisse avoir de nouveaux partenaires commerciaux dans la région.
Mr Arguant a lancé un message contre la haine, la barbarie et la xénophobie en pleine expansion en République dominicaine.
 
De son côté, le président du GARR Philippe Jean-thomas estime qu’environ 600 mille personnes dont 239 mille dominicains d’origine haïtienne et haïtiens  en situation irregulière  sont concernées par les déportations annoncées.
 
Il  déplore le fait que les ressortissants haitiens se heurtent à des difficultés auxquelles d’autres immigrants impliquees dans le processus de la régularisation de leur statut en république dominicaine, ne sont pas confrontés.
 
Mr Thomas a fait savoir  que de janvier à mai  le pays a reçu 2 420 rapatriés dans les zones frontalières.

L'Espagne soutient déjà le processus électoral en Haïti, mais recherche avec des alliés d'Haïti une formule pour combler le vide existant dans le budget électoral", déclarations du ministre espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération
Port-au-Prince, le 17 juin 2015- (AHP)- Le ministre espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération, José Manuel Garcia-Margallo, a
révélé mercredi  que le président haïtien, Michel Martelly, lui a confié qu'il y avait encore un déficit dans le budget des élections  et a  fait savoir  qu'il recherchait  avec les amis et alliés  d'Haïti  une formule pour aider le pays.

Le chancelier espagnol a noté que l'Espagne soutenait déjà le processus électoral en Haïti, mais qu'elle allait  contacter  d'autres pays  pour  essayer de combler le vide existant.

Le budget électotoral se monte à 65 millions de dollars, mais il manquerait encore quelque 30 millions. Le premier minitsre Evans Paul avait fait savoir  la semaine dernière  que le gouvernement haïtien assumerait ses responsabilités en ce sens, mais pour beaucoup, il n'est pas évident qu'il puisse le faire aisément, compte  tenu de la grave crise financière et économique à laquelle le pays est  confrontée.

Il faut désormais plus de 51 gourdes pour se procurerr 1 dollar américain. Et le pays risque en plus, de faire face à un drame humanitaire, avec  la déportation de centaines de milliers d'Haïtiens ou de Dominicains d'origine  haïtienne, jugés en situation irrégulière en République dominicaine.

García-Margalloa fait ces déclarations lors d'une conférence de presse au palais présidentiel à Port-au-Prince avec le ministre de la Planification et de la Coopération Externe, Yves Germain Joseph, lorsqu'on lui a demandé si l'Espagne va appuyer le gouvernement haïtien dans le cadre du  processus électoral et s'il y avait une budget pour un tel soutien.

Haïti connaît également une grave crise politique résultant de l'incapacité de ses dirigeants à tenir des élections municipales et législatives, reportées à maintes reprises depuis 2011, en raison de graves  différends entre les pouvoirs executif et législatif.

García-Margallo a signé par ailleurs avec le ministre de la Planification un  premier accord-cadre de partenariat  pour  un budget de 129 millions d'euros, à affecter à des besoins prioritaires, comme l'eau.

Le ministre Yves Germain Joseph a  remercié le chef de la diplomatie espagnole par l'attention accordée par l'Espagne à son pays.

Le president Martelly avait auparavant  remercié le ministre García-Margallo pour  l'aide fournie par  l'Espagne à son  pays, après le tremblement de terre de Janvier 2010, faisant savoir qu'Haïti n'oublierait jamais.


Une vingtaine de partis et plateformes politiques écrivent au CEP pour lui demandre de reévaluer le dossier du candidat de la plateforme politique Vérité qui aurait eté analysé de façon partisane: un membre du directoire de Vérité dement les accusations selon lesquelles l'ancien président  Préval chercherait à faire main basse  sur les prochaines élections

Port-au-Prince, le 16 juin 2015- (AHP)-  De plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer des manoeuvres jugées déloyales de l’ancien président René Préval pour contrôler la machine électorale, de concert avec le president Michel Martelly.

Un membre du directoire de la plateforme Vérité, l’ancien député Pierre Martin Tatoute, rejette les dénonciations contre René Préval selon lesquelles ce dernier utiliserait tous les moyens pour faire main basse  sur les prochaines élections.

Il a dit croire que ce sont des attaques qui s'expliquent par la peur que sa formation politique remporte les élections.
 
Pierre Martin Tatoute dément de telles allégations qui contribueront, selon lui, à rendre la plateforme Vérité et son candidat à la présidence Jacky Lumarque plus populaires.

Le Consortium National des Partis Politiques Haïtiens proteste contre la décision du CEP d’évincer son candidat à la présidence, l’ex ministre des Affaires Étrangères, Duly Brutus pour défaut de décharge.
 
Le Président du Consortium Jeantel Joseph se déclare stupéfait de constater que les noms de certains candidats qui ne remplissent pas cette exigence figurent sur la liste des 58.

Il cite nommément, le candidat de la Plateforme Vérité, Jacky Lumarque.
 
M. Joseph estime que la liste définitive des candidats à la présidence est la preuve que le CEP applique une politique de deux poids, deux mesures.
, proche Pour sa part, de l’équipe Tèt Kale, va dans ce sens et dit craindre une grave catastrophe politique que risquent de provoquer des élections truquées.
 
Pour sa part, l'analyste politique Stanley Lucas  répute proche du gouvernemen en place , dénonce des actes jugés partisans du Conseil Electoral dans le cadre du traitement des dossiers des candidats, affirmant que certains ont été écartés injustement alors que d’autres ont été retenus sans remplir les conditions exigées par la loi.
 
Pour lui, la grande majorité des conseillers électoraux et même des acteurs de l’observation électorale sont à la solde de la plateforme Vérité fondée par l’ancien chef d’état.
 
Il appelle la population à se montrer vigilante pour déjouer le plan de René Préval et éviter que le pays ne sombre dans une nouvelle crise postélectorale.


Entre temps, une vingtaine de plateformes et partis politiques ont écrit au CEP pour lui demander  de réévaluer le dossier du candidat de la Platefome Vérité, Jacky Lumarque, jugé truffé d'irrégularités, mais qui aurait été analysé de façon partisane.

Le secrétaire général du CSTP presse le premier ministre de  faire le retrait de la circulaire exigeant la mise en disponibilité des agents  de la fonction publique qui se portent candidats

Port-au-Prince, le 17 juin 2015- (AHP)-  Le secrétaire général de la confédération des travailleurs des secteurs public et privé(CTSP), Jean Bonald Fatal appelle le premier ministre Evans Paul à faire le retrait de la circulaire exigeant la mise en disponibilité des agents  de la fonction publique qui se portent candidats aux prochaines élections.
 
Selon lui, une telle mesure est une grave  violation  des droits politiques des personnes concernées et de l’article 140 du décret du 17 mai 2005 qui régit le fonctionnement de l’administration publique.
 
Il encourage les concernés à rester à  leurs postes tout en les assurant de la solidarité du CTSP.
 
Par ailleurs, Jean Bonald Fatal se dit préoccupé par la dévaluation accélérée de la gourde par rapport au dollar américain qui entraine, dit-il, de graves conséquences sur le cout de la vie.Il fasut desormais plus de 51 gourdes pour 1 dollar américain.


Nouvelles du 16 juin 2015


Plusieurs secteurs politiques accusent l'ancien président René Préval de connivence avec le président Michel Martelly et de manoeuvres  pour tenter de manipuler les prochaines élections: Me Camille Leblanc de Renmen Ayiti  et le candidat au Sénat évincé Roudolphe Boulos accusent l'ancien chef de l'Etat de contrôler entre 3 et 5 conseillers électoraux mais  affiment qu'il va nécessairement échouer


Port-au-Prince, le 16 juin 2015- (AHP)-  Plusieurs  responsables politiques ont accusé mardi l'ancien president René Preval de  "manoeuvres déloyales pour tenter de contrôler les prochaines élections.

Un haut responsable de la plateforme Renmen Ayiti, Me Camille Leblanc a  indiqué lundi  que l'ancien chef de l'Etat est en train de manipuler  le Conseil  électoral  provisoire où il compterait au moins 3 des 9 conseillers.


Il a cité nommément le president Piere-Louis opont, Néhemy Joseph et Marie-Carmelle Paule Austin qui seraient enièrement gagnés à sa cause.

"René Préval est  de connivence avec le président Michel Martelly pour tenter de voler les élections", a lancé  Camille Leblanc, faisant ausi savoir qu'ne alliance entre ds membrs du secteur privé des affaires  et la plateforme Verité, a été  conclue dans le but de truquer les procans résultats.

Il a dit dénoncer à l'avance les sondages-bidon actuellement en préparation pour tenter d'induire l'opinion en erreur.

Camille Leblanc pointe également du doigt l'ancien représentant de l'OEA en haïti, Ricardo Seitenfus qui serait, selon lui, un soutien de Préval dans le cadre de son plan.

L'avocat soutient que les tentatives de  l'ancien président René Preval vont une fois de plus  échouer lamentablement. Mais il appelle la population  à la vigilance  pour éviter que les élections ne débouchent  sur une crise pareille à celle ocasionnée par les élections de 2010, dont les résultats publiés n'étaient pas les résultats authentiques,  selon  les responsables du parti OPL qui affirment citer le directeur Général du CEP de l'époque, Pierre-Louis Opont aujourd'hui président de l'organisme.

Pas seulement Camille, le candidat au sénat pour le département du Nord’Est, Roudolphe Henri Boulos, évincé de la course électorale pour nationalité étrangère, dénonce la manipulation du Conseil Electoral Provisoire par un groupe politique qui tente, selon lui, de faire main basse sur les élections.

M. Boulos dit croire qu’au moins 5 conseillers électoraux agissent sous le diktat de l’ancien président René Préval, fondateur de la plateforme Vérité. Il déplore la non-existence en Haïti d’un tribunal suprême en matière électorale où il pourrait exercer un recours contre la décision du CEP de rejeter sa candidature.
 
L’homme d’affaires déclare avoir soumis au CEP tous les documents exigés par la loi et déclare avoir appris de la part d’un haut cadre du CEP que son éviction est motivée par des raisons purement politiques.

Boulos avait  déjà été en 2008 forcé à la démission avant le terme de son mandat. Ses proches avaient laissé entendre à l'époque qu'il avait été l'objet d'un échange contre le premier ministre d'alors Jacques Edouard Alexis dont un goupe de sénateurs voulait la tête. Alors que le senateur d'alors du Nord-est était consideré comme  un adversaire politique du chef de l'Etat.

Le senateur du Sud-est, Edwin Zenny, s'en est également pris cette semaine à la Cour des Comptes  qu'il accuse d'avoir delivré en un temps record un certificat de décharge    au  candidat de la plateforme  Vérité, Jacky Lumarque, sans avoir examiné son dossier, alors qu'il était ordonnateur de deniers publics.

Un autre candidat  évincé dénonce des règlements de compte politiques. Sans citer de nom, l'ancien ministre de l'Interieur Thierry Mayard Paul , rappelle avoir divorcé d'avec le régime Tèt kale depuis 2012.

" Non je ne suis pas un proche du pouvoir, autrement  je ferais partie du gouvernement . Je ne suis pas non plus, un conseiller du chef de l'Etat, autrement je l'aurais empêché de commettre un certain nombre d'erreurs catastrophiques, notamment en matière économique, a lancé l'ancien ministre

Elections: les partis et candidats s'agitent avant le début de la campagne, Moïse Jean-Charles de Pitit Desalin dit croire en ses chances, Inite se concentre sur ses candidats aux léislatives et locales, tout en réféchissant su le candidat à la présidence à appuyer

Port-au-Prince, le 16 juin 2015 –(AHP) – La fièvre électorale commence à monter à moins de deux mois du premier tour des législatives partielles du 9 aout et à 4 mois de la présidentielle  annoncée pour le  25 octobre.

Ce mardi, le candidat  à la présidence de la plateforme PITIT Dessalines , l’ancien sénateur Moïse Jean-Charles, s’est déclaré très confiant dans ses chances de l’emporter.

Ni la communauté internationale, ni le gouvernement ne dispose de candidats capables de rivaliser avec nous, a affirmé fièrement l’opposant farouche au président Michel Martelly, qui appelle la classe moyenne, les étudiants, les professeurs et les paysans entre autres à rester mobilisés.

Pour lui, la présidentielle du 25 octobre ne sera qu’une simple formalité. L’ancien élu du Nord, a dit vouloir  également rassurer ses adversaires, leur promettant avant date qu’il n’y aura pas de chasse aux sorcières, mais affirme que ceux qui se sont rendus coupables de crimes financiers, devront en assumer les conséquences.

De l’avis de Moïse Jean-Charles, la dévaluation de la gourde par rapport au dollar américain est due notamment à la gabegie administrative commise sous le régime Tèt Kale, à l'appétit effréné des proches du pouvoir qui convertissent  en devise américaine l’argent qu’il ont amassé ces dernières années pour le placer à l’étranger et au fait que la balance commerciale du pays est  déficitaire à cause de son faible niveau de production.

La plateforme INITE patriotique abandonné par le président Rene Préval pour former Vérité, sa 3ème plateforme après  Lespwa, mais qui n’a pas de candidat à la présidence, se concentre elle, sur les législatives, les municipales et locales. Ce sont en tout 48 candidats qui se sont inscrits pour participer à ces scrutins, a précisé le porte-parole de l’organisation, Sorel Jacinthe en marge d’une rencontre entre le directoire du parti et les candidats.

INITE patriotique est en pourparlers avec d’autres structures politiques et annoncera bientôt le nom du candidat à la présidence qu’elle compte soutenir, a dit l’ex-député de Moron/Chambellan qui a salué par ailleurs, la conduite du processus électoral par le CEP, en dépit, a-t-il dit, de certaines erreurs qui ont été commises.

Le coordonnateur national de la plateforme Paul Denis a, lui, appelé les candidats de INITE à la vigilance, sachant qu’un combat électoral n’est jamais gagné d’avance.

Nous sommes prêts à nous engager et à gagner autant que possible, la bataille électorale, a-t-il lancé, prônant un changement en profondeur du système actuel producteur  de pauvreté, de misère, d’exclusion et d’inégalités sociales, et  appelant les candidats de son parti à rester soudés.

Mais Inite   se dit inquiète face au climat d’insécurité qui règne  dans plusieurs régions du pays à  l’approche des élections.

Rapatriement: Le gouvernement présente le plan de contingence, le premier ministre Evans Paul dénonce le double langage des dirigeants dominicains mais affirme que les autorités haïtiennes prendront toutes  les dispositions pour accueillir avec honneur et dignité tous ceux qui seront rapatriés

Port-au-Prince, le 16 juin 2015 -(AHP) – Le premier ministre Evans Paul s'est entretenu ce mardi à l’hôtel Karibe, les ministres des affaires sociales et du Travail Victor Benoit, de l’intérieur et des collectivités terrotiroales, Ariel Henry et celui des haïtiens vivant à l’étranger Robert Labrousse, dans le cadre d'une rencontre consacrée à la vague de rapatriements d’haïtiens jugés en situation irrégulière qui vivent de l’autre côté de la frontière..

Les agents intérimaires des villes frontalières avec la République Dominicaine,  Belladère, Ouanaminthe, Malpasse et Anse-à-Pitre, ont pris part aux discussions sur leplan de contingence du gouvernement pour accueilir les rapatriés.

Evans Paul qui parle de mesures discriminatoires, dénonce le double langage des autorités dominicaines sur le dossier du rapatriement des haïtiens dits en situation irrégulière.

D’un côté le ministre dominicain des affaires étrangères Andres Navarro affirme qu’il n’y aura pas de déportations massives, de l’autre, certains officiels du gouvernement confirment qu’il y aura bel et bien des deportations  d’illégaux à partir du 18 juin, déplore Evans Paul affirmant que les déportations ont même déjà commencé.

Nous serons présents à la frontière et nous prendront des dispositions pour accueillir avec honneur et dignité tous ceux-là qui seront rapatriés qu’ils soient haïtiens ou pas, a poursuivi le chef du gouvernement.

La République dominicaine serait egalement prête a expulser des centaines de milliers de Dominicains d'origine haïtienne denationalisés.

Dans cette situation, a-t-il dit, nous devons nous montrer solidaires indépendamment de notre appartenance politique ou sociale. Il ne doit pas y avoir de rivalités entre gouvernement, opposition ou société civile, nous sommes tous Haïtiens, a lancé le premier ministre .
Le ministre dominicain de l'Intérieur dénonce qce qu'il appelle un réseau de Tontons macoutes qui tentent de créer la confusion au sujet du Plan de régularisation et qui poussent des Haïtiens  à envahir massivement les centre d'enregistrement
Santo-Domingo, le 16 juin 2015 -(AHP) –Le ministre dominicain de l'Intérieur José Ramon Fadul a dénoncé mardi ce qu'il appelle  un réseau de Tonton Macoutes *  en République dominicaine qui tente de créer la confusion au sujet du Plan de régularisation et qui poussent des Haïtiens  à envahir massivement les centre d'enregistrement, à la veille de la fin du programme.

C'est ce mercredi que prend fin le programme national  de régularisation des étrangers (PNRE).

"Il y a un groupe d'individus qui poussent les Haïtiens à prendre d'assaut les centres d'enregistrement des étrangers dans l'objectif de créer le désorde et la confusion, selon le ministre de l'Intérieur et de la police.

Questioné par des journalistes, il a tenté de convaincre que le PNRE est un plan clair réalisé selon la loi et sans abus. José Ramon Fadul estime étrange que ce soit pendant les 5 derniers jours du Plan de régularisation national des étrangers  qu'il y a autant d'affluence.

C'est ce mercredi que prend fin le programme.

Lundi, le directeur de la migration Ruben Dario Paulino Sem qui tient le même discours que le minisre Fadul, avait fait savoir que c'est ce jeudi que les autorités domnicaines commenceront à expulser les Haïtiens.

Il a expliqué  que le moratoire de  45 jours, auquel a fait référence  le chancelier Andres Navarro, ne profitera qu'à ceux qui se seront enregistrés au plan de régularisation, de sorte que les migrants qui ne disposent pas de documents ou qui ne se seront pas enregistrés au plus tard ce mardi,  sont susceptibles d'être expulsés dès ce jeudi.

*Tonton macoutes: membres de la redoutable milice des Duvalier

***- Le candidat à la presidence de la plateforme "Jistis" André Michel, a dénoncé mardi lors d'une visite dans le quartier populaire de la Saline, les conditions de vie de la population des quartiers pauvres, des sections communales et des départements du pays. L' avocat annonce qu'une plainte sera déposée ce mercredi 17 juin 2015 au parquet de Port-au-prince par un dirigeant de la plate-forme JISTIS contre Laurent Salvador  Lamothe, pour "association de malfaiteurs, vol et corruption".

  ***Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) promet  que les deux premières tranches de fonds du PSUGO pour l’année scolaire (2014-2015), seront réglés avant la fin du mois de juin et  la troisième tranche, avant la rentrée scolaire 2015-2016.

COMMUNIQUE DE PRESSE


Journée diplomatique pour le climat : l’Union européenne et ses Etats membres pleinement mobilisés


Port-au-Prince, le 16 juin 2015. Demain, marque la « Journée diplomatique pour le climat ».  L’objectif de cette journée est de mobiliser les citoyens et de présenter la position commune de l’Union européenne (UE) en vue de la Conférence sur le Climat à Paris (COP 21) qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre en France.

A quelques mois du Sommet sur le climat de Paris, la diplomatie climatique constitue un instrument crucial pour définir les conditions d'un accord mondial sur le changement climatique. La Conférence doit aboutir à des nouveaux engagements en termes de réduction des gaz à effet de serre et d'adaptation aux dérèglements climatiques. L’Union européenne, au nom de ses 28 Etats membres, montre l’exemple en poursuivant les objectifs ambitieux de 40% de réduction de ses émissions d’ici 2030, et de 50% d’ici 2050 (par rapport à l’année de référence 1990).

Haïti, l’un des pays les plus affectés par les conséquences du dérèglement climatique, est particulièrement concerné par les enjeux de cette conférence et prépare activement sa contribution à l’accord qui sera signé à Paris.

L’Union européenne et les Etats-membres présents en Haïti soutiennent ces efforts et mettent en œuvre plusieurs actions en faveur de l’environnement et pour soutenir la lutte contre les impacts des changements climatiques.

Depuis février 2015, l’Union européenne met en œuvre un  programme d'appui au changement climatique en Haïti d’une valeur de 6 millions d'euros qui renforce les capacités techniques du ministère de l'environnement afin de mieux évaluer l’impact sur l'environnement des actions entreprises par l'Etat et pour faire de l’environnement un enjeu transversal de toutes les politiques publiques. En outre, au sein du Programme binational Haïti-République dominicaine de l’Union européenne, une enveloppe de 2,8 millions d'euros est déployée afin que les questions environnementales de la région frontalière soient gérées de façon conjointe par les deux Etats.

La France de son côté a aidé à faire adopter une stratégie nationale d’aménagement des bassins versants, de gestion des eaux de ruissèlement et de restauration des sols. L’Agence Française de Développement mène aussi un ensemble d’actions visant à réduire la vulnérabilité des populations rurales, à augmenter leurs revenus tout en augmentant la résilience des systèmes agro-écologiques. L’accent est également mis sur l’aménagement urbain,  en travaillant sur un futur cadastre et en promouvant la délimitation et la mise en place d’aires protégées, ainsi que la réduction du mitage (l'implantation d'édifices dispersés dans un paysage naturel).

L’Espagne quant à elle œuvre depuis 2006 en faveur de la conservation de la diversité biologique et la promotion du développement durable des populations dans des zones qui sont d’un intérêt spécial par leur biodiversité. Ces actions sont menées principalement en

appuyant le Ministère de l’Environnement, avec un budget de 2,2 millions d’euros répartis sur plusieurs projets. La coopération espagnole, a également soutenu la première réserve de la biosphère haïtienne, la réserve «  La Selle ». Dans le département du Sud-est, une attention particulière est en outre portée sur la gestion des bassins versants alors que la prévention des risques et désastres naturels ainsi que la réponse rapide face à des situations d’urgence figurent aussi au cœur des priorités de la coopération espagnole. Enfin, un nouveau programme d’environnement et de changement climatique a été lancé en décembre 2014 qui vise à favoriser une agriculture résiliente, la gestion des risques et la gestion intégrée des ressources en eau, la promotion des énergies renouvelables, des villes durables ainsi qu’une gestion intégrée des forêts.

La stratégie de coopération de l’Allemagne pour les Caraïbes et ainsi pour Haïti est basée sur la protection de l’environnement et la gestion durable des ressources naturelles. En Haïti, les projets de la coopération technique allemande sont de caractère binational et menés sur les bassins versants et sur les zones de réserve biosphérique dans la zone frontalière avec la République dominicaine. Ils comprennent des actions de reboisement, de gestion durable des ressources naturelles et des aires protégées. Un fort accent est mis aussi sur des projets avec influence climatique à travers des ONG allemandes et leurs  partenaires locaux. Le cofinancement de la coopération financière allemande à la réhabilitation de la plus importante centrale hydroélectrique d’Haïti à Péligre est un autre exemple de l’approche visant à pallier les effets du changement climatique à travers l’énergie climatiquement neutre. En outre, l’Ambassade d’Allemagne finance actuellement un projet de cours d’été 2015 au centre de développement professionnel à l’Université Quisqueya basé sur la gestion durable et efficiente des ressources dans les entreprises.

La Grande-Bretagne soutient actuellement le programme de « Political Champions » de la résilience à la Grande Anse qui est mis en œuvre par le gouvernement haïtien avec le soutien d’un groupe d'agences multilatérales de développement. Ce programme aura pour effet d’améliorer la résilience au changement climatique des communes bénéficiaires.

Nouvelles du 15 juin 2015
Les candidats éjectés de la course à la présidence ne digèrent leur mise à l'écart et exigent un traitement égal pour tous: Edwin Zenny accuse la cour ds compts d'avoir reçu des pots de vin pour délivrer un certificat de décharge au candidat de la Plateforme Vérité, Jacky Lumarque

Port-au-Prince, le 15 juin 2015- (AHP) – Les candidats écartés de la course présidentielle digèrent mal la décision du conseil électoral, rendue publique vendredi après-midi. Depuis, ils multiplient les déclarations dans les médias pour dénoncer l'injustice et des abus dont ils estiment avoir été victimes.

Parmi eux, l’ancien ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales Thierry Mayard-Paul qui, lors de son inscription au BED de l’Ouest, avait brandit un jugement du tribunal des référés, faisant injonction au CEP d’accepter sa candidature à la présidence, sans le certificat de décharge de la cour supérieure des comptes et du contentieux administratif.

Sûr de lui, l’avocat s’était présenté en personne au BCED et au BCEN pour défendre sa cause, pendant que d’autres candidats avaient jugé bon de solliciter l’appui d’avocats.

Me Mayard-Paul  affirme n’avoir pas été surpris de son éviction de la course, puisque , selon lui, c'est la corruption et la magouille qui guident  le processus. S’il affirme vouloir utiliser les voies et moyens légaux pour porter le CEP à revenir sur sa décision, Me Mayard-Paul n’écarte pas la possibilité de soutenir un autre candidat.

Le  sénateur Edwin Zenny, également écarté pour défaut de décharge, dénonce lui aussi des magouilleurs au sein de la cour des comptes et du contentieux administratif qui auraient, selon lui, reçu des pots-de-vin pour délivrer un certificat de décharge au candidat de la Plateforme Vérité, Jacky Lumarque, en seulement deux jours.

Prônant un traitement égal dans l’analyse de tous les dossiers des candidats, le parlementaire affirme que le CEP a l’obligation d’agréer tous les candidats n’ayant pas de décharge ou de les rejeter tous.

Le parti politique PEYIZAN dénonce également la mise à l’écart de son candidat à la présidence, l’ancien premier ministre Laurent Lamothe et parle de décision politique et de complot orchestré par un petit groupe de mafieux au sein du CEP.

La coordonnatrice du parti, Marie-Evelyne César estime d’ailleurs que deux membres du CEP, le président Pierre-Louis Opont et la conseillère Marie-Carmelle Paul-Austin, n’ont pas leur place au conseil. Pour avoir été respectivement directeur général du conseil électoral de 2010 et ministre de la communication, ils auraient dû avoir décharge de leur gestion des fonds publics.

Appelant la population à la vigilance, elle demande à l’ensemble des candidats écartés d'unir leurs voix pour la défense  leurs intérêts.



Le Core Group »salue  la publication de la liste des candidats habilités à participer à l’élection présidentielle: il plaide en faveur d’élections justes, transparentes et inclusives dans un climat serein

Port-au-Prince, le 15 juin 2015 – (AHP) – La représentante spéciale du secrétaire général des nations unies en Haïti, Sandra Honoré et les autres membres du « Core Group » ont salué, dans un communiqué, la publication de la liste des candidats habilités à participer à l’élection présidentielle.

C’est une étape importante dans la mise en œuvre du processus électoral, écrit le Core Group, une structure comprenant notamment les ambassadeurs du Brésil, du Canada, de l’Espagne, des Etats-Unis, de la France et de l’union Européenne ainsi que le représentant spécial de l’OEA dans le pays.

Il réitère son plein soutien aux travaux du CEP et à l’organisation des élections, tout en saluant les efforts du gouvernement pour renforcer de manière continue la démocratie et en en invitant les parties prenantes à continuer de participer au processus de manière constructive.  Le Core Group plaide en faveur d’élections justes, transparentes et inclusives dans un climat serein.

La position du Core Group est considéré comme un appui au CEP dénigré  par les candidats écartés de la course.

Le porte-parole du conseil électoral provisoire, Frantz Bernardin, a affirmé ce lundi que l’institution électorale est déterminée à suivre le calendrier qui prévoit des élections en trois temps, les 9 aout, 25 octobre et 27 décembre.

Ce sont en tout, 4 femmes sur les 6 qui avaient fait le dépôt de leurs pièces, qui prendront part aux scrutins, a souligné M. Bernardin rappelant que 58 candidats en tout sont agréés.

Pour ce qui est des municipales et locales, le porte-parole du conseil électoral a fait savoir  que plus de 40 mille candidats sont inscrits en ligne et parmi eux 15239 ont fait le dépôt de leurs pièces pour les ASEC, 12271 pour les CASEC, 4930 pour les délégués de ville et 5167 pour les cartels municipaux.

En ce qui concerne les manifestations et sit-in organisés devant le CEP ces dernières semaines, Frantz Bernardin affirme qu’il s’agit d’une expression de leurs droits mais soutient que c’est aux conseillers électoraux qu’il revient de prendre les décisions.

Journée mondiale contre la faim ce 15 juin : entre 3 et 3.8 millions de personnes sont frappées par l’insécurité alimentaire en haïti;  des dizaines de personnes ont manifesté contre la faim à Port-au-Prince

Port-au-Prince, le 15 juin 2015 – (AHP) – Ce lundi 15 juin marque la journée mondiale contre la faim. Des dizaines de personnes ont manifesté contre la faim à Port-au-Prince, à l’initiative de plusieurs organisations de la société civiles dont le mouvement des étudiants pour libérer Haïti MELA et le MOLEGHAF.

Démarré devant la faculté d’Ethnologie au Champ-de-Mars, la manifestation a parcouru plusieurs quartiers notamment populaires de la capitale avant de prendre fin devant le ministère des affaires sociales.

Les protestataires ont appelé les autorités à prendre des mesures en vue d’endiguer la faim qui sévit dans de nombreuses familles. Ils ont aussi déploré la forte dépendance du pays de l’internationale pour satisfaire la demande locale en produits alimentaires.

Alors que les manifestants  étaient dans la rue, le coordonnateur national de la sécurité alimentaire, l’agronome Garry Mathieu intervenait en conférence de presse au ministère de la communication sur la situation de la sécurité alimentaire dans le pays.

Une situation qu’il qualifie de préoccupante, faisant remarquer qu’entre 3 et 3.8 millions de personnes sont frappées par l’insécurité alimentaire dans le pays.

" La saison agricole de printemps en Haïti est fortement  compromise par des complications dues aux changements climatiques”, a fait savoir A), Garry Matthieu qui reconnait une rareté des produits locaux.
 
M.  Matthieu  anticipe une baisse de la production agricole pouvant aller jusqu’à 70 % notamment dans les départements du Sud - Est , du Nord-Ouest, de  l’Artibonite et dans la commune de la Gonâve (Ouest). Il explique que cela fait partie des conséquences des changements climatiques.
 
Cette baisse de la production,  ajoutée à la dépréciation accélérée de la gourde,  occasionnera l’augmentation  des prix des produits alimentaires locaux et importés.

"L les prix des produits alimentaires notamment vont continuer à augmenter sur le marché local en raison entre autres de la dévaluation de la gourde par rapport au dollar américain (il faut plus de 50 gourdes pour 1 dolar) et surtout de la baisse du niveau de production locale à cause du phénomène El Niño", a-t-il dit..

Garry Matthieu prône de nouvelles méthodes de culture qui puissent faciliter la sécurisation des récoltes, rappelant que la situation du pays est très grave avec 3 millions d’Haitiens qui connaissent l’insécurité alimentaire.


Importante rencontre entre hauts responsables vénézuéliens et américain à Port-au-Prince avec la médiation du président Michel Martelly


Port-au-Prince, 15 juin 2015- (AHP)- Le président  du parlement venézuélien Diosdado Cabello et le chancelier  Delcy Rodríguez ont eu une  importante rencontre en Haïti le week-end dernier  avec  un haut responsable du Département d'Etat ,Thomas Shannon, sous la "médiation" du président  Michel Martelly, a rapporté dimanche l'agence venézuélienne  de nouvelles, AVN.

"La rencontre a eu lieu samedi, a fait savoir  AVN , indiquant  que la délégation vénézuélienne était dirigée par le ministre des Affaires étrangères et le président de l'Assemblée nationale .

"La réunion a eu lieu dans le cadre du processus de rapprochement entre  les gouvernements des États-Unis et du Venezuela en vue d'une  normalisation des relations diplomatiques entre les deux pays, dans le respect du droit international, de la souveraineté et l'autodétermination», a dit la depêche  de AVN.

L'agence a également signalé que la délégation vénézuélienne est arrivée en Haïti samedi soir et s'est rendue directement au Palais national "où elle a rencontré la délégation des États-Unis pendant plus d'une demi-heure pour discuter de diverses questions relatives à la restauration des relations entre les deux pays. "

Le président vénézuélien Nicolas Maduro avait déclaré auparavant que Diosdado Cabello était  allé en Haïti avec Delcy Rodríguez pour rencontrer le chef de l'Etat de ce pays et d'autres «personnalités».

Après Cuba,  c'est avec le Vénézuéla que les Etats-Unis cherchent à normaliser leurs relations.

Les rapatriements commenceront dès ce mercredi pour les  Haïtiens  qui ne se seront  pas inscrits au plus tard mardi  au PNRE: déclarations faites ce lundi par le Directeur de la Migration dominicaine


Santo Domingo, 15 juin 2015- (AHP)- Le Directeur de la migration dominicaine, Ruben Dario Paulino Sem, a expliqué ce lundi  que le moratoire de  45 jours, auquel a fait référence  le chancelier Andres Navarro, ne profitera qu'à ceux qui se sont enregistrés au plan de régularisation, de sorte que les migrants qui ne disposent pas de documents ou qui ne se seront pas enregistrés au plus tard ce mardi,  sont susceptibles d'être expulsés dès ce mercredi 17 juin.

Le chancelier Andres Navarro n'avait pas laisser filtrer cette nuance lors de sa récente rencontre avec les autortés haïtienenes ou que celles-ci ne l'avaient pas comprises.

Paulino Sem a indiqué qu'il avait des instructions du président de la République  de sorte que, dans le cadre du plan de rapatriement  qu'appliquera son institution, il n'y ait pas d'axagération ni violation des droits des migrants sans papiers.

Cependant, il  a  souligné aussitôt  que les autorités seront  fermes dans l'application des mesures de rapatriement ainsi que  des lois et règlements du pays dans le renvoi des illégaux dans leur pays d'origine.

Le directeur de la migration informe également  avoir rencontré le président de la junte centrale  électorale, Roberto Rosario, dont il a reçu un CD avec tous les détails sur le registre civil.

Rosario  a estimé pour sa part que le plan  de régularisation est un véritable succès et que tout le monde devrait le reconnaitre, en raison des facilités qu'il aurait accordées aux personnes sans papiers vivant  en République dominicaine.

Cependant, c'est loin d'être l'avis de nombreux secteurs, particulièrement des organisations de droits humains haïtiennes et étrangères. En effet, sur un total de 453.000 étrangers que la République dominicaine considère comme des immigrants, seuls environ  54% auraient été couverts par le plan, soit un total de 240.000 personnes.

Ainsi donc, quelque 200.000 n'ont pu y accéder.


En Haiti, de nombreux secteurs avaient banalisé les garanties données par le chancelier dominicain, sur la question du moratoire, puisque c'est presque tous les jours que des Haïtiens sont expulsés de la République dominicane, en violation du décret présidentiel dominicain instituant le plan de régularisation.

Selon ce décret , toute deportatiom était censée prohibée jusqu'a la fin du processus de régularisaton.
 
Le président de la Fondation Zile, Edwin Paraison se déclare préoccupé par certains signaux qui contrastent avec les déclarations d’officiels dominicains dont certains ont récemment laissé entendre qu’il n’y aurait pas de rapatriements massifs.
 
 Le gouvernement dominicain vient de faire l’acquisition d’une cinquantaine d’autobus qui devraient servir à de vastes operations de deportation, declare-t-il.
 
Il fait remarquer que les deportations n’ont jamais cessé depuis quelques temps, tout en dénoncant également des irregularités dans la mise en oeuvre du PNRE.


Nouvelles du 12 juin 2015

L'Assemblée nationale dominicaine approuve la réforme de l'article 124 de la Constitution qui permet la réélection pour une seule période

Santo-Domingo, le 12 juin 2015 – (AHP) – L'Assemblée nationale dominicaine a adopté ce vendredi  en deuxième lecture le  projet de loi de réforme de l'article 124 de la Constitution de la République, ce qui permet au président Danilo Medina du Parti de la liberation dominicaine (PLD)  de briguer un deuxième mandat consécutif.

Avec un vote de 181 pour  et 39 contre, l'Assemblée a approuvé ce projet de loi qui institue la réélection présidentielle pour une seule période et jamais plus.

Avec cette approbation, le projet est devenu loi et met fin aux espoirs de l'ancien president Léonel Fernández, actuel président du PLD de partir à la conquête d'un 4ème mandat

Le projet contient également un article transitoire stipulant que  si l'actuel président est un candidat aux élections de 2016-2020, il ne peut se représenter  pour la période 2020-2024, ou de toute autre periode, ni ne peut non plus  postuler pour la vice-présidence.



"L’Ambassade des Etats-Unis supporte l’opération
de collecte de sang de la Croix-Rouge Haïtienne

Le jeudi 11 juin 2015, le gouvernement américain, à travers le Centre de  Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC) et en collaboration avec le Plan Présidentiel d’Aide d’Urgence à la Lutte contre le Sida (PEPFAR), a conduit une opération de collecte de sang au local de l’Ambassade des Etats-Unis sis à Tabarre 41.  Cette activité a été coordonnée avec le Ministère de la  Santé Publique et de la Population en vue d’augmenter la réserve nationale de sang d’Haïti.
 
Plusieurs employés haïtiens et américains ont fait don de leur sang. Des représentants du Programme National de Sécurité Transfusionnelle du Ministère de la Santé et de la Croix Rouge Haïtienne ont fait le déplacement en support à cette activité.
Le Dr. Jean Wysler Domercant, Directeur des Services Cliniques au CDC a souligné que «Les employés de l’Ambassade ont organisé plus de 20 opérations de collecte de sang depuis plusieurs années, collectant plus de 700 unités de sang».
 
Selon M. Rodrigo Brenes, Coordonnateur de Programme à l’USAID: «il est important de donner du sang, car cela permet de sauver une vie.  Cela peut-être votre enfant, votre père ou quelqu’un d’autre de votre famille.  La Croix Rouge Haïtienne effectue un excellent travail en coordination avec l’Ambassade des Etats-Unis ».
       
Le Centre National de Transfusion Sanguine de la Croix Rouge Haïtienne et le Ministère de la Santé Publique travaillent en partenariat pour renforcer leurs efforts et mener une série d’activités en vue de recueillir du sang de volontaires en Haïti pour couvrir les besoins  du système de santé.
 
En 2004, seulement 9.000 unités de sang étaient disponibles pour transfusion en Haiti chaque année avec une demande approximative de 25.000 unités par année. Toutefois, en 2009, 27.500 unités avaient été recueillies et en 2014 près de 29,000 pochettes ont été collectées. Toutefois, la demande est toujours supérieure à l'offre.
 
Le Programme National de Sécurité Transfusionnelle et la Croix Rouge Haïtienne se sont concentrés à élargir le réseau de donneurs volontaires, l’un des facteurs les plus importants pour constituer une réserve de sang sur en Haiti.
 
 
                 Le Dr. Jean Wysler Domercant,
        Directeur des Services Cliniques au CDC
 
 

Le gouvernement américain, à travers le PEPFAR et le CDC, supporte ce programme en Haïti afin d’améliorer la qualité de la réserve de sang grâce à de meilleures réglementations, des infrastructures, l’approvisionnement et la gestion des matières premières ainsi que le recrutement de donneurs volontaires. Depuis 2004, le gouvernement américain a alloué plus de 15.000.000 de dollars au Ministère de la Santé Publique à travers le Programme National de Sécurité Transfusionnelle."
 

Nouvelles du 11 juin 2015

Le BCEN disqualifie 4  candidats à la présidence dont Laurent Lamothe  mais  laisse au CEP qui a la responsabilité de rendre publique la liste définitive des candidats agrées, de decider du cas  de l’ancien président du Sénat Dieuseul Simon Desras

Port-au-Prince, le 11 juin 2015 – (AHP) – 48 heures après avoir entendu les recours exercés contre les décisions du bureau du contentieux électoral départemental BCED, le bureau du contentieux électoral national BCEN a affiché ce jeudi, les verdicts qui ont été arrêtés.


Le BCEN recommande  la mise à l’écart des candidats Laurent Lamothe de la Plateforme PEYIZAN, Thierry Mayard-Paul, Josépha Gauthier et Anthony Bennett. Les trois premiers sont écartés pour défaut de décharge alors que le troisième, Anthony Bennett pour nationalité étrangère.

Tout un tollé avait été entretenu autour paticulièrement  du dossier  de l'ancien premier ministre Lamothe qui a écopé d'un rapport défavorable pour sa gestion  à la tête du Ministère de la Planification et de la Coopération externe.

Et la campagne  tous azimuts entretenue dans la presse par ses partisans, n'ont pas produit les résultats escomptés ni convaincu le BCEN.

Si le bureau du contentieux électoral national laisse le Conseil électoral provisoire (CEP) décider du sort de l’ancien président du Sénat Dieuseul Simon Desras dont le document de décharge serait jugé flou,  il recommande cependant  que les noms de Jovenel Moïse du PHTK, Moïse Jean-Charles de PITIT Dessalines, Jacky Lumarque de la plateforme VERITE et Antoine Joseph de la plateforme DELIVRANS soient portés sur la liste des candidats agréés à participer au prochaines présidentielles.

L’avocat du candidat Antoine Joseph, Me Ralph Fièvre salue la décision du BCEN et parle de triomphe du droit. Il rappelle qu'il y a plus de 20 ans que son client a été président de la chambre des députés et n’est de ce fait, a-t-il dit, plus soumis à la question de décharge.

Les verdicts du BCEN sont sans appel, mais c’est au conseil électoral provisoire qu’il revient de rendre publique la liste définitive des candidats agrées à participer aux prochaines présidentielles dont le premier tour est prévu le 25 octobre prochain.

Parallèlement, des candidats de la Confederation Unité démocratique (KID) non agréés aux législatives, accusent le conseil électoral provisoire de favoritisme, estimant avoir été mis à l’écart sans motif valable.

Ces citoyens qui ne sont pas habilités à participer au processus électoral soutiennent que le CEP n’est pas en mesure d’organiser des élections libres et démocratiques.

Jean-Fritznel Bellefleur qui convoitait un poste de député pour la circonscription de Mole St-Nicolas (nord-ouest) et Ramel Altidor qui visait le mêmee poste à Verrettes  (Artibonite, nord), accusent des membres de bureaux électoraux communaux d’avoir reçu des pots-de-vin pour écarter des candidats de la course.

 Le parti “Ayisyen pou Ayiti” en sit-in devant le siège central du CEP pour réclamer la réintégration de plusieurs de ses candidats et pour exiger la démission de 2 conseillers électoraux, dont le président du Conseil

Port-au-Prince, le 11 juin 2015 – (AHP) –Le parti “Ayisyen pou Ayiti” a organisé ce jeudi un sit-in devant les locaux du conseil électoral provisoire (CEP) a Pétion-Ville en vue de réclamer la réintégration de plusieurs de ses candidats aux législatives et la démission de 2 conseillers électoraux présentés comme des anciens comptables de deniers publics qui n’auraient pas encore obtenu décharge de leur gestion.
 
Le secrétaire général de ce parti politique, Jonas Coffy cite nommément le président du conseil electoral, Pierre Louis Opont et  la conseillère Marie Carmelle Paul Austin qui ont respectivement occupé les postes de directeur général du CEP  et ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle.
 
Le candidat au sénat pour le département de l’ouest dénonce la mise à l écart d’une dizaine de candidats aux législatives de la plateforme dénommée’’Ansanm Patriyot pou Lavni Dayiti’’ dont son parti est membre, estimant que les dossiers de ces derniers sont conformes au décret électoral. Il plaide en faveur d’un processus électoral inclusif.

L ex député Jonas Coffy qui a contesté par ailleurs  la candidature du candidat à la présidence de la plateforme Verite,  Jacky Lumarque, pour défaut de décharge, s’indigne  du verdict du Bureau du Contentieux Electoral National(BCEN) en faveur de ce dernier.
 
Il continue de soutenir  que M. Lumarque a été, à deux reprises, à la tête de commissions présidentielles et qu’il a été, par conséquent, ordonnateur de dépenses publiques.
 
Jonas Coffy dénonce  la décision jugée unilatérale qu’aurait soudainement prise le président de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA), Fritz Robert Saint Paul, de délivrer un document pour déclarer que M. Lumarque n’a jamais été gestionnaire de fonds publics.

Des dizaines de membres du personnel administratif de l’UEH  en grève depuis trois semaines, ont gagné les rues de Port-au-Prince ce jeudi pour exiger leur integration au conseil


Port-au-Prince, le 11 juin 2015 – (AHP) –Des dizaines de membres du personnel administratif de l’Université d’Etat d’Haïti  en grève depuis trois semaines, ont gagné les rues de Port-au-Prince ce jeudi en vue de continuer de réclamer leur intégration au conseil de l’UEH, et l’application de la nouvelle grille salariale adoptée en leur faveur.
 
Les protestataires  se déclarent insatisfaits de l’adoption d’un document où le rectorat accepte le principe de leur représentation à la plus haute instance de l’UEH sans en préciser les modalités.

Ils dénoncent le mutisme observé au sujet de l’application de la nouvelle grille salariale et annoncent que la grève ne sera pas levée tant que leurs revendications ne seront pas satisfaites.
                                                                                           

L’ingénieur Clément Bélizaire installé au poste de directeur exécutif de l’Unité de construction de logements et de bâtiments publics, en remplacement de l’ingénieur Harry Adam

Port-au-Prince, le 11 juin 2015 – (AHP) – Le premier ministre Evans Paul a installé ce jeudi l’ingénieur Clément Bélizaire au poste de directeur exécutif de l’UCLBP, Unité de construction de logements et de bâtiments publics.

Kéké Bélizaire remplace à ce poste l’ingénieur Harry Adam dont le travail a été salué par le chef du gouvernement.  Evans Paul reconnait que ce n’est pas chose facile de diriger un tel organisme, de superviser la construction de bâtiments publics ,notamment.

Mais il a dit croire en la capacité de Clément Bélizaire de  bien gérer cete institution. Il l’appelle à faire preuve d’un esprit d’ouverture et à capitaliser sur sa connaissance de la boite dont il a été le directeur de la division logement et réhabilitation des quartiers.

Le chef de la Primature demande également à l’ingénieur Bélizaire de miser sur le support du partenariat international et l’assure que, grâce au programme PetroCaribe, le gouvernement mettra à sa disposition, des fonds pour la réussite de sa mission.

Le directeur sortant Harry Adam se félicite du travail accompli par l’UCLBP au cours de ses trois ans d’existence. Il a cité entre autres l’inauguration de 5 places publiques, du kiosque Oxyde Jeanty et de 5 complexes sportifs.

D’autres chantiers dont le bâtiment devant loger le Corps des  CIMO et le Ciné Triomphe sont pratiquement prêts à être inaugurés alors que d’autres ouvrages, tels les nouveaux locaux de la cour de cassation, sont à une phase très avancée.

Pour sa part, le nouveau directeur exécutif de l’UCLBP, l’ingénieur Clément  Bélizaire a salué le travail réalisé par son prédécesseur qu’il présente comme son ami et le remercie de l’avoir recommandé à ce nouveau poste.
 
Keke Bélizaire s'est également déclaré satisfait de la collaboration des employés de l’UCLBP et des résultats obtenus dans la mise en œuvre du programme 16/6 qui consiste à reloger les sinistrés du séisme de 2010 et à renover des quartiers.

***Le  président Michel Martelly et son ministre des Affaires étrangères  Lener Renaud se sont réunis jeudi à Bruxelles avec le chancelier dominicain  Andrés Navarro, pour discuter entre autres de questions relatives aux relations bilatérales entre les deux pays,  en marge  du deuxième Sommet des Chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes et l'Union européenne. Navarro a fait part de la satisfaction de son gouvernement du choix d'Haïti pour diriger le Cariforum au cours des 6 prochains mois.

***La Croix-Rouge américaine, l'ancien vice-president de la FIFA, Jacques Warner ou encore la CIRH ne seraient pas les seules personnalités ou institutions accusées d'avoir dilapidé ou mal géré des fonds destinés au peuple haïtien. Des institutions haïtiennes sont également dans le collimateur cs derniers jours. Selon un article du Nouvelliste, titré Coup de projecteur sur les ombres de la chancellerie, la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux administratif CSC/CA chercherait les notes autorisant, sous l'administration de Duly Brutus,  les virements de quelque 11 millions de dollars sur le compte des passeports faits à l’étranger.

***Les frais de carburant, de téléphone, de missions sans rapports, d’experts stériles ont également gonflé, alors que des véhicules sont affectés à des ex-parlementaires, des préposés à la sécurité de l’ex-Premier ministre Laurent Salvador Lamothe et des particuliers qui se dorent la pilule aux frais de l’Etat.

***-La 44 e édition de la Copa America  a débuté ce jeudi au chili avec une victoire 2 à 0 de l'équipe receveuse conre l'Equateur. 12 équipes divisées en 3 groupes s’affronter du 11 juin au 4 juillet pour cette grande compétition du continent  américain.


Nouvelles du 10 juin 2015

Les scandales éclaboussant des organismes internationaux font voir le vrai visage des acteurs de l’aide étrangère à Haïti:  l'économiste Camille Chalmers appelle la communauté haïtienne à parler d’une seule voix afin d’exiger le reversement au pays  des fonds dilapidés
Port-au-Prince, le 10 juin 2015 – (AHP)-Les scandales éclaboussant des organismes internationaux autour de l’utilisation de l’argent de la reconstruction d’Haïti font voir le vrai visage des acteurs de l’aide étrangère soi-disant  accordée au pays, selon le directeur exécutif de la Plateforme Haitienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif, Camille Charlmers.

Après la Croix Rouge Américaine accusée d'avoir mal géré environ 500 millions de dollars utilisés pour construire  ou reconsruire une petite  demi-douzaine de maisons, l’ancien vice-président de la FIFA Jack Warner est pointé du doigt par la justice américaine.

Selon BBC News, il aurait déposé sur son compte bancaire $750 000  de fonds decaissés par l'instance mondiale du football , destinés aux victimes du séisme de 2010 en Haïti.

L’économiste plaide en faveur d’une rupture avec les mécanismes actuels de coopération internationale, indiquant qu’il existe des procédés qui  permettent aux donateurs de reprendre ou de détourner  l’argent qu’ils disent avoir donné au pays. C'est la politiqyue  du "Donner d'une main et reprendre de  l'autre".

Plusieurs secteurs ont dénonce le fait que dans certains cas, 
presque toute   l'aide est utilisée dans le paiement  d'expatriés, dans l'importation de produits ou de materiel disponibles sur place et dans la location de maisons luxueuses.

Sur un autre plan, mais toujours dans le cadre de la " reconstruction", des parlemenrtaires ont denoncé ces derniers temps  la non realisation de travaux confiés, pour d'importantes somme d'argent, à des compagnies dominicaines appatenant au très controversé sénateur Felix Bautista  en difficulté avec la justice de son pays pour corruption presumée.

Ou bien les travaux n'ont pas éte entamés ou bien ils trainent en longueur, au point que certans d'entre eux ont dû être confiés a des compagnies taiwanaines jugées plus sérieuses, mais  qui généralement exécutent des ouvrages financés par leur propre gouvernement.

Camille Charlmers s'étonne  que le gouvernement haïtien reste  bouche bée et sans réactions, face  à de tels scandales.
Selon lui, la communauté haïtienne devrait parler d’une seule voix afin d’exiger que les fonds dilapidés soient reversés à Haïti.  

Il a épinglé au passage  la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d'Haïti (CIRH) co-presidée après le séisme par l'ancien président américain Bil Clinton et  le premier ministre Jean-Max Bellerive.


Un nouveau président à la tête de la Société Haïtienne d’Histoire, de Géographie et de Géologie: Pierre Buteau remplace Michel Hector


Port-au-Prince, le 10 juin 2015 – (AHP)-L’Historien Pierre Buteau accède à la présidence de la Société Haïtienne d’Histoire, de Géographie et de Géologie.

Il succède à son collègue Michel Hector – actuellement président d’honneur -qui prend sa retraite après avoir passé 15 ans à la tête de ce groupe de recherche.

Le Professeur Buteau salue les travaux réalisés par le président sortant tout en promettant de travailler en parfaite collaboration avec lui et d’assurer le suivi des projets.


Le nouveau président de la Société Haïtienne d’Histoire, de Géographie et de Géologie annonce des activités commémoratives du centenaire de l’occupation américaine d’Haïti.

Pierre Buteau indique qu’un pèlerinage sera organisé le 28 juillet au centre-ville de Port-au-Prince, et qu’une plaque commémorative sera déposée à l’ endroit où il y a eu des scenes de violence sous l’occupation américaine.
                                                                         
Le Président sortant de la SHHGG, l’historien Michel Hector se dit heureux de laisser sa place à  Pierre Buteau et assure qu’il est prêt à travailler avec le nouveau président.

Michel Hector a présenté un bilan positif de ses réalisations citant notamment, la tenue de colloques, de séminaires, de conférences, de concours d’histoire, de pèlerinages dans des lieux de mémoire et le dépôt d’une plaque de souvenir dans la cellule de Toussaint Louverture à Fort de Joux en France.
M. Hector a en outre, remercié ses collègues pour leur franche collaboration

Nouvelles du 9 juin 2015

Le Bureau du Contentieux électoral national BCEN a auditonné mardi  les 11 recours exercés contre un groupe de 9 candidats à la presidence : les verdicts à presents attendus

 
Port-au-Prince, le 9 juin 2015 – (AHP) – Le bureau du contentieux électoral national s’est penché ce mardi sur les recours exercés suite aux décisions du BCED pour ce qui est des contestations des candidats à la présidence.

Au coeur des contestations et des recours, 9 candidats dont  Jovenel Moïse, Jacky Lumarque, Thierry Mayard Paul, Laurent Lamothe et Jean Charles Moïse.

Trois sections ont été constituées pour statuer sur 11 cas de contestations concernant ces 9 candidats  et les audiences ont duré plusieurs heures.

C’est la conseillère Yolette Mingual qui a présidé la première composition qui a entendu les contestations contre les candidats Moïse Jean-Charles, Anthony Bennett et Jacky Lumarque. Le conseiller Néhémy  Joseph a aussi siégé dans cette chambre.

La 2e était formée entre autres par les conseillers Ricardo Augustin, président et Jaccéus Joseph. Elle devrait statuer sur les cas de Dieuseul Simon Desras, de Moïse Jean-Charles et de Thierry Mayard-Paul.

Pour ce qui est de la 3e qui était présidée par le conseiller Vijonet Demero, elle devait entendre les contestations des candidatures Josépha Gauthier, Joseph Antoine et Laurent Lamothe.

C’est Me Jenel Pierre qui a représenté l’ancien député Jonas Coffy, auteur de la contestation contre la candidature de Jacky Lumarque.
Il ademandé le BCEN de rejeter la candidature du candidat de la plateforme Vérité pour défaut de décharge, citant des arrêtés présidentiels et des numéros du Moniteur confirmant sa nomination comme président de commissions présidentielles, ce qui a fait de lui un ordonnateur de fonds publics.

Dans la 2e chambre, Me Napoléon Lauture qui défend la cause de Jovenel Moïse, a appelé le BCEN à se dessaisir de l’affaire, estimant que ce tribunal n’est pas compétent.

De plus, Me Lauture a soutenu que la contestataire n’a  pas mentionné son numéro d’identification nationale dans son recours.

Dans la 3e chambre, les avocats de Laurent lamothe accusé de mauaise gestion de la chose publique, ont souligné que leur client échappe à l’article 90-H du décret électoral obligeant les anciens comptables de deniers publics à soumettre un certificat de décharge au moment de leur inscription comme candidat à la présidence.

Me Jacques Lochard et Ephésien Joassaint ont tenté d'expliquer  qu’à l’instar des autres ministres et premiers ministres, Laurent Lamothe n’a pas été comptable mais ordonnateur de fonds publics. Aussi, disent-ils, il n’a nul besoin de certificat de décharge. Les décisions du BCEN sont sans appel.


Des partisans de Laurent Lamothe manifestent pour tenter d'influencer le verdict des juges du BCEN et dénoncent un complot contre l'ancien premier ministre

Port-au-Prince, le 9 juin 2015 – (AHP)-Des partisans  de l’ex premier ministre Laurent Lamothe ont dénoncé madi un complot qui viserait à empêcher ce dernier  de participer aux élections . Selon eux, un reseau composé de personnalités de la diaspora et d’employés d’institutions publiques telles la Cour des Comptes et le CEP tenteraient de détruire sur le plan moral et politique l'ancien chef de gouvernement.

Ces individus insistent que Laurent Lamothe doit pouvoir participer aux élections sans le certificat de décharge , faisant savoir que certains candidats on pu participer aux élections de 2010  sans avoir fourni leur certificat de décharge.(son)

Toutefois, plusieurs secteurs font valoir qu'o ne peut justifier une violation de la loi par  une autre violation.
Des dizaines de personnes participent à l’initiative du parti Ayisyen pou Ayiti, à un sit-in devant le siège social du conseil électoral provisoire pour exiger l’intégration dans la course électorale de tous les candidats qui auraient été exclus de manière arbitraire et illégale; la plateforme politique PITIT Dessalines appelle le CEP à prolonger la période d’enregistrement en ligne pour les candidats aux élections locales

Port-au-Prince, le 9 juin 2015 – (AHP) – Des dizaines de personnes ont participé ce mardi à l’initiative du parti Ayisyen pou Ayiti, à un sit-in devant le siège social du conseil électoral provisoire à Pétion-Ville en vue notamment d’exiger l’intégration dans la course électorale de tous les candidats qui auraient été exclus de manière arbitraire et illégale.

Le président du parti, Jonas Coffy soutient que de nombreux candidats ont vu leur candidature rejetée, alors que toutes les pièces qu’ils soumises au moment de leur inscription, étaient correctes.
, selon lui

 Il s’agit, selon l’ancien député, d’une forme d’exclusion. Jonas Coffy a également exigé la démission des membres du CEP qui ont été comptables de deniers publics mais qui n’ont pas eu décharge de leur gestion.

Autre sujet qui alimente la grogne des partis politiques, c’est le processus d’enregistrement en ligne des aspirants candidats aux élections locales.
Mardi, à quelques heures de l’expiration de la prorogation de 48 heures qui avait été accordée aux candidats pour faire le dépôt de leurs pièces dans les BEC, la plateforme politique PITIT Dessalines appelait  le CEP à prolonger le processus d’enregistrement en ligne.

De nombreux aspirants candidats, membres de Cartels, n’ont pu s’enregistrer en ligne et comme conséquence c’est tout le cartel qui est écarté, ont déploré les responsables de la plateforme dont le candidat à la présidence, Moïse Jean-Charles.

Ils estiment que même le conseil électoral provisoire éprouve des difficultés en raison de ce qu’ils appellent les défaillances du système.



Des dizaines  de directeurs d'écoles membres programme de scolarisation universelle gratuite et obligatoire  accusés de detournement de subventions, tiennent un sit-in devant le siège du Ministère de l'Education  en guise de réponse au mnistre Nesmy Manigat

Port-au-Prince, le 9 juin 2015 – (AHP)- C’est par un sit-in devant le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle  que quelques dizaines de directeurs d’écoles participant au programme de scolarisation universelle gratuite et obligatoire ont répondu  mardi au ministre Nesmy Manigat qui, la semaine dernière avait critiqué leur comportement.

M. Manigat avait indiqué que des directeurs d’écoles prennent l’habitude de détourner les subventions accordées dans le cadre du PSUGO et sont les premiers à participer aux manifestations devant le ministère sous prétexte qu’ils n’auraient rien reçu du ministère.

"Ils prennent l’argent et construisent des maisons laissant les mains vides leurs professeurs, avait accusé M. Manigat annonçant qu’il avait saisi l’unité de lutte contre la corruption et qu’il allait publier les noms des fautifs.

Très remontés contre le ministre Manigat, les directeurs d’écoles qui ont campé devant le MENFP lui ont demandé de passer de la parole aux actes, ajoutant que même la dernière tranche de la subvention de l’année scolaire 2013-2014 n’a pas été versée.
" Nous nous  endettés pour pouvoir faire face à nos obligations", ont-ils fait savoir.

Pour beaucoup de secteurs, le Ministre doit maintenant faire la preuve de ses accusations pour confodre les éventuels fautifs.

Maintenant concernant les dettes, selon des sources proches du gouvernement, l'économie haïtienne est gravement malade, et le Ministère de l'Economie et des Finances est  très avare dans les décaissements de fonds pour le paiement de dettes contractées par  les différents ministères.

La plateforme des syndicats d’enseignants annonce  l'organisation  un forum national en juillet prochain sur la problématique du système éducatif haïtien: il s'agira  d'un espace de véritables débats en vue de parvenir à des propositions importantes, selon un responsable de la plateforme

 
Port-au-Prince, le 9 juin 2015 – (AHP) -La plateforme des syndicats d’enseignants se prépare à organiser un forum national sur la problématique du système éducatif haïtien au début du mois de juillet prochain a Port au prince.

L’ un des responsables de cette plateforme, Georges Wilbert Franck, qui est également le directeur exécutif de l’UNNOEH, a  fait savoir que cette activité qui devrait réunir des représentants de tous les secteurs de la vie nationale, s’ inscrit dans une perspective de formation de  la conscience citoyenne, en vue d'une grande  sensibilisation sur la nécessité de collaborer dans un grand mouvement de mobilisation en faveur de l’ amélioration du système éducatif, en proie à de sérieux problemes,a-t-il souligne.

Georges Wilbert Franck déplore ce qu’il appelle le manque d’intérêt des  autorités étatiques et des leaders de partis politiques  pour  la problématique du système éducatif haitien, ce qui selon lui serait à la base de la situation lamentable actuelle de l’éducation.

Il s'agira de poser  la problématiques du financement de l’éducation, de l’application du curriculum et de la capacité de l’Etat à réguler le système

Les initiateurs du forum  sont pour l’ instant dans la phase de conception et de promotion avant d' arriver à l’opérationnalisation de ce eassemblement national qui sera un espace de véritable débats en vue de parvenir à des propositions importantes de nature a porter des réponses immédiates à certains problèmes dans le système éducatif, a fait savoir Georges Wilbert Franck. 

Le taux de change atteint la barre de 50 gourdes pour un dollar:le président de l’Association des Economistes Haitiens Eddy Labossière dit croire qu’il s’agit d’une escalade que seul un changement de modèle économique peut arrêter.

Port-au-Prince, le 9 juin 2015 – (AHP) -Le taux de change  a atteint depuis lundi la barre des 50 gourdes pour un dollar. Le taux peut aller jusqu'à 51 gourde et plus, quand le  mntant en dollars  désiré  se chiffre en milliers.

Il s'agit là d'un indicateur qui témoigne de la gravité de la conjoncture économique. Plusieurs secteurs de la société se déclarent préoccupés par cette situation.

Le président de l’association des économistes Haïtiens, Eddy Labossière affirme que cette extremite était prévisible et a dit croire qu’il n'y aura pas de redressement tant que le modèle économique n’aura pas changé.

Soulignant que le pays connait des jours très sombres sur les plans économique et financier, le Dr Labossière banalise les annonces à répétition des autorités qui tentent de rassurer l’opinion, sans opérer les changements structurels nécesaires.


***La journée nationale de l’enfant sera célébrée ce 10 juin sous le thème: Vwa pam se vot pou protection Timoun. De nombreuses activités sont prévues pour marquer cette date. La directrice de l’institut du Bien-être social et de recherches Ariel Jeanty  Vildrouin appelle les candidats  aux prochaines élections, à placer les droits des enfants au centre de leur programme politique.
 
***Situation intenable à la morgue de l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti (HUEH) où tous les cadavres sont tombés en putréfaction. Le système de refroidissement ne fonctionne plus depuis plusieurs semaines, selon le Directeur du plus grand centre hospitalier public du pays.

Dans une note de presse, le Ministère de la Santé publique et de la population  (MSPP) informe que l’HUEH ne pourra plus recevoir a partir du 9 juin des cadavres externes. Le ministère évoque des problèmes d’ordre structurel.

Nouvelles du 8 juin 2015

Le fisc haïtien bien et en bonne santé, selon le directeur général des impôts, mais situation économique  extrêmement difficile avec une gourde en chute libre

Port-au-Prince, le 8 juin 2015 – (AHP) - Le directeur général des impôts, Miradin Morlan a indiqué lundi, que fisc haïtien était  bien et en bonne santé.

Il a du coup annoncé que plus de 17 milliards de gourdes ont  été collectées depuis le début de l’année fiscale, sans tenir compte, a-t-il dit, des rapports des directions départementales.

M. Morlan s'est félicité d'une augmentation de 2,5 milliards de gourdes par rapport à l’exercice antérieur. Il a rappelé que les prévisions de recettes de la DGI pour cette année sont de 25 milliards 800 millions de gourdes, un seuil que l’institution va atteindre, a-t-il indiqué.

Si nous en sommes là, c’est grâce notamment à la volonté et au dynamisme des cadres et employés de la DGI, s'est-il encore félicité,
réaffirmant sa volonté de continuer à travailler à la modernisation de la DGI qui vient de fêter son 91e anniversaire et à faire en sorte que les services offerts aux contribuables soient les mêmes sur tout le territoire.

M. Morlan a indiqué par ailleurs, que plusieurs nouveaux bâtiments ont été construits ou sont en construction en région. "Grâce à l’informatisation du système et la formation des agents du fisc, les recettes des directions départementales sont en nette progression", a-t-il fait savoir.

Cependant, la situation économique du pays est des plus moroses, avec une gourde qui se déprécie chaque jour un peu plus..Il faut desormais environ 50 gourdes pour 1 dollar. Et on ne sait pas jusqu'où peut aller cette degringolade, malgré les effors de la Banque centrale.


Ce sont desormais tous les secteurs qui sont touchés par la mauvaise situation économique . "On est en train de faire face à une conjoncture  on ne peut plus inquiétante, s'est plaint lundi un important homme d'affaires qui fustige " une mauvaise politique économique. 

Pour les membres du secteur informel,  c'est du jamais vu. " Nous passons des journées entière sans rien écouler",  ont déploré des vendeuses de vêtements et de souliers du centre-ville.

Au Marché de Frères, où  assises, l'une à côté de l'autre, de petites commerçantes offrent presque toutes, la même marchandise, des mangues,  c'est la grande désolation.

Et elles vident ainsi leurs frustrations: "Il n'y à rien à rapporter à la maison. On ne peut plus tenir. Ca ne peut pas aller plus loin".

Les médias ne sont pas exempts. Les services fournis restent impayés après des mois. Ce qui les empêchent aussi  de s'acquitter de leurs redevances vis-à-vis d'institutions publiques et de leurs obligations vis-à-vis de leurs employés.

C'est  dans ce contexte, que les autorités assurent pouvoir trouver les presque 30 millions de dollars restants pour organiser les prochaines élections, après qu'un responsable du Departement d'Etat, Thomas Adams eut declaré que le CEP avait interêt à organiser des électionas à deux temps pour economiser environ 30 millions de dollars.

Ces déclarations ont provoqué la foudre des autorités électorales et politiques haïtiennes.


Les audiences débutent ce mardi au BCEN. 11  dossiers de recours ont été déposés contre les décisions du BCED de l’ouest, fait savoir le conseiller Pierre Manigat Junior. 9 candidats sont concernés dont Laurent Lamothe, Jacky Lumarque de la plateforme Vérité   et Jovnel Moise du Parti haïtien Tèt Kale (PHTK) et Moïse Jean-Charles de la Plateforme Pitit Desalin.

Le président du CEP rappelle que l’institution qu’il dirige n’a pas encore communiquéla  liste des candidats agréés ou rejetés, pour la présidentielle: parallèlement forcing de candidats pour que leurs dossiers soient acceptés sans le certificat de décharge ou malgré leur nationalité etrangère

Port-au-Prince, le 8 juin 2015 – (AHP) - Le président du conseil électoral provisoire, Pierre-Louis Opont a indiqué lundi dans un communiqué que l’institution qu’il dirige n’a pas encore communiqué de liste de candidats agréés ou rejetés, soulignant que cette liste sera disponible et diffusée après la publication des décisions du Bureau du Contentieux electoral national ( BCEN).

De nombreux candidats dont l’ancien premier ministre Laurent Lamothe contestent la décision du Bureau du Contentieux electoral départemental (BCED) de rejeter leur candidature pour défaut de décharge, tout en retenant sur la liste d’autres anciens ministres n’ayant pas soumis de certificats de décharge au moment de leur inscription.

Et depuis, Laurent Lamothe et l’homme d’affaires Anthony Bennett,  font le forcing pour que leurs dossiers soient acceptés sans le certificat de décharge ou malgré leur nationalité eyrangère.

Dans le communiqué émanant du bureau du président du conseil ce lundi 8 juin, il est précisé que l’institution électorale est en train, de traiter des contestations de déclarations de candidatures pour les prétendants candidats à la présidence et ce, conformément aux articles 106 et 181 du décret électoral.

L’analyse de ces dossiers qui doit aboutir à la recevabilité ou non de chaque candidature, conformément aux articles 89 et suivants du décret électoral, interviendra après le traitement des contestations.

Le porte-parole du CEP, Frantz Bernardin a confirmé que le BCEN commencera à statuer mardi sur les 11 recours exercés contre des décisions du BCED concernant les candidats à la présidence. Il a rappelé que les différentes sections du BCEN seront constituées à partir d’un tirage au sort.

De plus, Frantz Bernardin annonce que plusieurs missions de terrain seront effectuées du 15 au 18 juin en vue de s’enquérir du fonctionnement des bureaux électoraux départementaux.  Il assure que jusqu’ici, le CEP suit son  calendrier électoral.

Pour ce qui est des incidents survenus vendredi à Delmas et dans lesquels un inspecteur logistique, Jean Edel Célestin a été blessé par balle lors d’une attaque armée contre son véhicule, le porte-parole du CEP affirme que l’institution s’en remet aux institutions compétentes pour faire la lumière sur les circonstances de cet acte et se garde d’en tirer des conclusions hâtives.

Frantz Bernardin a aussi indiqué qu’à deux mois du premier tour des législatives, le conseil a enregistré en ligne 17 mille 75 inscriptions pour les ASEC dont 11 398 ont déjà fait le dépôt de leurs pièces, 13211 enregistrements pour les CASEC avec 9246 dépôts de pièces.

Il fait aussi état de 5600 candidats au poste de délégué de ville enregistrés pour 3346 dépôts de pièces et de 5596 candidats aux municipales dont 4316 ont déjà fait le dépôt de leurs pièces.

Le CEP continue de plancher sur le recrutement du personnel devant intégrer la machine électorale dont la mission consiste à organiser des élections pour un président, 20 sénateurs, 119 députés 140 cartels municipalaux et 570 cartels de CASEC.

Le conseil avait dimanche dans un communiqué annoncé qu’en raison des difficultés liées aux fournisseurs des services d’internet, certains candidats n’ont pu faire le dépôt de leurs pièces dans certains  bureaux électoraux communaux (B EC)  du pays.

En conséquence, tout en réitérant sa détermination à tout mettre en œuvre pour la tenue d’élections honnêtes, libres, inclusives et démocratiques, le CEP a accordé une prorogation de 48 heures aux candidats expirant le mardi 9 juin à minuit pour remplir cette formalité.

Renmen Ayiti déplore les défaillances techniques du système électoral en ce qui concerne l’enregistrement des candidats et le manque de communication entre le CEP et les organisations politiques

Port-au-Prince, le 8 juin 2015 – (AHP) - La plateforme politique Renmen Ayiti a salué ce lundi les efforts consentis par le conseil électoral provisoire dans la conduite du processus , mais a dit  déplorer des défaillances techniques dans le système en ce qui a trait notamment à l’enregistrement des candidats et le manque de communication entre le CEP et les organisations politiques concernées par la question des élections.

Renmen Ayiti sollicite en urgence une rencontre entre les partis politiques et le CEP estimant que des relations harmonieuses entre l’institution électorale et les organisations politiques sont de nature à contribuer à la bonne marche du processus, a souligné Euvonie Georges Auguste membre de son directoire.

Egalement membre du directoire de Renmen Ayiti, Me Reynold Georges dénonce de son côté ce qu’il appelle la politique d’exclusion pratiquée par le CEP contre la classe paysanne.

Il se demande comment on peut exiger des candidats aux CASEC et ASEC ainsi qu'aux délégués de ville de remplir un formulaire d’inscription sur internet tout en sachant qu’il n’y a pas d’électricité dans la plupart des régions du pays.

Il y aurait, selon Me Georges, anguille sous roche.

Le président du tiers restant du Sénat Andris Riché a, pour sa part, appelé les acteurs concernés par l’organisation des élections, au premier chef, le CEP et l’Exécutif à œuvrer en faveur d’un climat d’apaisement dans le pays et dit craindre des jours sombres pour Haïti.

Andris Riché affirme reconnaitre la volonté du conseil électoral de mener à bien le processus malgré les contraintes auxquelles il fait face.

Le responsable politique, Jean-Hénold  Buteau estime que l'ancien premier ministre Laurent Lamothe n'est pas écarté pour faute de décharge, mais pour malversation: le Dr Dnois Eric Cantave croit pour sa part que l'action publique devrait être mis en mouvement contre lui  

Port-au-Prince, le 8 juin 2015 – (AHP) –Le responsable politique, Jean-Hénold  Buteau a critiqué lundi les déclarations de l’ancien premier ministre Laurent Lamothe qui s’estime victime d’un abus d’autorité suite au rejet de sa candidature à la présidence.

Il a fait savoir que la candidature de  M. Lamothe n'est pas  rejeté pour defaut de decharge, mais pour malversation.
 
"Le concerné devrait au contraire  faire l’objet de poursuites judiciaires suite au rapport accablant de la Cour des comptes sur sa gestion comme ministre de la planification", a indiqué le Dr. Buteau.
 
Il rappelle que la reddition des comptes est un principe fondamental de la vie démocratique et appelle à son strict respect.

Pour Jean Hénold Buteau, l'ancien premier ministre Lamothe est en grande partie responsable de la mauvaise situation  generale du pays et qu'à ce compte, il n'a rien à offrir.
 
Le Docteur Dunois Eric Cantave croit lui aussi que l'action publique devrait être mis en mouvement contre Laurent lamotheet  salue  le fait par le pouvoir exécutif n'est pas intervenue cette fois à la place du parlement pour accorder la  décharge par décret  réclamés par des anciens fonctionnaires de l’Etat dont l'ancien premier ministre Lamothe.
 
C’est une position de sagesse, a-t-il dit, indiquant que ce serait aberrant que l’exécutif agisse en tant que juge et partie. Il critique les hommes de loi qui tentent de faire croire que cette option est envisageable du point de vue du droit.

Laurent Lamothe  qui s'estime victime d'un complot avec le rejet de sa candidature par le Bureau du contentieux électoral departemental, réclame du Bureau du contentieux électoral national, de rester dans le processus.


Sur le net, ses partisans ne chôment pas.- Ils ont accusé accusé lundi la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif d'être  en train de préparer un faux pour voler au secours du candidat de la plateforme Vérité  Jacky Lumarque qui, selon eux,  a géré des fonds du tresor  public en 1997, 1998 et 2008.

"S'il doit y avoir décharge, Laurent Lamothe doit également en profiter", ont-ils fait savoir.

                          Des étudiants finissants de l’ENS   reclament le paiement de plusieurs mois d'arriérés et leur integration dans l'administration publique  et n'écartent pas des mouveents de rue                                                                                                 


Port-au-Prince, le 3 juin 2015 – (AHP) –Des étudiants finissants de l’Ecole Normale Supérieure (ENS)qui travaillent comme enseignants stagiaires dans les écoles publiques pressent le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP) de les payer plusieurs mois de travail et de les faire intégrer l’administration publique.
 
L’ étudiant finissant en philosophie, Alex Jean Louis plaide en faveur du respect du protocole d’accord portant sur l’intégration des étudiants dans le système à la fin de leurs études.
 
De son cote, l’étudiant Fresner Michel a condamné ce qu'il appelle la passivité des responsables du MENFP face aux revendications exprimées.

Les deux etudiants  n’écartent pas la possibilité que soient organisés des mouvements de rue d’ ici la semaine prochaine en vue de contraindre les autorités concernées à se pencher sur ce dossier.

                                                                    

Nouvelles du 3 juin 2015

Le CEP écarte l'ancien premier ministre  Laurent Lamothe de la course à la présidence pour faute de décharge: sur ses comptes twiter et facebook, M Lamothe menace d'utiliser la force populaire pour obtenir le maintien de sa candidature à la présidence, tout en faisant part de son intention de faire appel du verdict du BCED devant le BCEN

Port-au-Prince, le 3 juin 2015 – (AHP) – Le conseil électoral a publié tard, mardi soir, les décisions arrêtées par le bureau du contentieux électoral départemental suite aux contestations dont 23 candidats à la présidence ont fait l’objet.

Le BCED a recommande la mise à l’écart du  candidat de la plateforme PEYIZAN et ancien premier ministre Laurent Lamothe pour défaut de décharge.

Deux autres candidats sont logés à la même enseigne : Il s’agit de Antoine Joseph du parti DELEVRANS, écarté lui aussi, faute de décharge et Anthony Benett dit Ti Tony évincé pour nationalité américaine.

Le bureau du contentieux électoral départemental a d'un autre côté, ordonné au CEP d’accepter les candidatures  de Maryse Narcisse de Fanmi Lavalas, Moïse Jean-Charles de PITIT Dessalines, Josépha Marie Gauthier  de l’Alliance Démocratique pour la réconciliation nationale, Jovenel Moïse du PKTH, Marie Antoinette Gauthier  du Plan d’Action Citoyenne, Jean-Henry Céant de Renmen Ayiti, Jacky Lumarque de VERITE, Ezwin Zenny de KONBIT NASYONAL, Jude Célestin de LAPEH, Jean Bony Alexandre de Concorde national, Desras Simon Dieuseul de Palmis, Level François du parti de la diaspora haïtienne pour Haïti, André Michel de la plateforme JISTIS et Sauveur Pierre-Etienne de l’OPL.

Le BCED a rejeté les contestations déposées contre 5 autres candidats mais n’a suggéré ni leur approbation ni leur mise à l’écart.

Dans ce groupe figurent Duly Brutus du Consortium, Louis Edner Gonzague Day de la plateforme Ayisyen Kap Batay pou rekonstwi Ayiti, Danielle Saint-Lot de DEFILI pati politik fanm ak fanmi, Thierry Mayard-Paul de l’union nationale des démocrates haïtiens et de Mario Andrésol candidat Indépendant.

Les acteurs qui se sentent lésés par ces décisions ont 72 heures pour produire une contestation au près du BCEN dont la décision sera sans appel.

Plusieurs secteurs  qui ont réagi sur la decision du BCED n'ont pas forcément critiqué le fait que Laurent Lamothe  ait été ecarte de la course pour absence de decharche. Mais ils ont estimé incomprehensible que plusiers autrs candidats , se trouvant dans la même situation dont Thierry Mayard Paul, Danielle Saint-Lôt n'aient pas eux aussi été écartés. C'est comme mettre de l'eau au moulin de Laurent Lamothe et de ses partisans qui y voient des motifs politiques.

Le conseiller électoral  Néhémy Joseph avait pourtant fait savoir mardi  que le Conseil électoral provisoire (CEP) ne tiendrait compte que de la décharge exigée par la constitution, donc celle délivrée par la Cour supérieure des comptes et du contentieux adminstratif, mais signée par les présidents des deux chambres  pour les candidats à la présidence qui furent ministres et comptables de deniers publics.

L’ancien premier  ministre Lamothe souvent accusé de dilapidation de fonds publics, n’a pas mis de temps à réagir. Sur ses comptes Facebook et Twitter, il écrit que « La décision du CEP confirme le caractère arbitraire du processus électoral, véritable menace pour la démocratie ».

Faisant savoir  que le BCEN a recommandé le maintien de la candidature de 90% des candidats  n’ayant pas de décharge, Lamothe menace d'utiliser la force populaire pour obtenir le maintien de sa candidature à la présidence et devrait contester par devant le BCEN, le verdict du BCED.

Un de ses conseillers Patrick Chrispin a réagi dans le même sens, faisant savoir que Laurent Lamothe ne va pas rster les bras croisés.

Mais  d'autres secteurs estiment que maintenir l'ancien premier ministre dans la course, c'est ce qui aurait dû choquer, pour les torts causés au pays par ce dernier.

C'est la position exprimée par le canidat au Sénat, le Dr Louis Gérald Gilles,  de Fanmi Lavalas et Assad Volcy de la Plateforme Pitit Desalin.



  Le raport du RNDDH sur le maintien dans la course de candidats  a moralite douteuse, au Sénat et à la chmbre,  fait des vagues

Port-au-Prince, le 3 juin 2015 – (AHP) – La publication par le réseau national de défense des droits humains, d’un rapport dans lequel il s’interroge sur la moralité de certains candidats  au senat et à la chambre agrées par le CEP, ne laisse pas sans réactions les personnes visées.

Dans ce rapport, le RNDDH soutient que pas moins de 4 candidats au Sénat et 31 à la députation sont en conflit avec la loi et seraient impliqués dans la perpétration de crimes graves.

Le rapport de l’organisation de droits humain souligne que parmi ces candidats, il y en a qui ont été arrêtés, gardés dans des commissariats ou sous-commissariats, incarcérés pour être par la suite libérés de manière provisoire ou irrégulière, selon le RNDDH.

Selon la responsable de programme du RNDDH, Marie-Yolène Gilles, la publication de ce rapport participe d’une démarche visant à permettre aux citoyens de connaitre les candidats qui se présenteront devant eux pour solliciter leurs votes.

Mais moins de 24 heures après sa publication, la plupart des personnes épinglées ont, par voie de presse, dénoncé le rapport du RNDDH, estimant avoir été diffamées.

C’est le cas par exemple de l’ancien député Nzou Naya Bellange Jean-Baptiste considéré, avec son ancien collège Rodriguez Séjour, comme les auteurs intellectuels de l’assassinat le 17 avril 2012, du policier Walcky Calixte.

Son avocat, Reynold Georges dénonce un acte diffamatoire dont les auteurs devraient être poursuivis en justice et fait remarquer qu’un citoyen ne peut être privé de la jouissance de ses droits politiques notamment celui d’être candidat s’il ne fait l’objet d’une décision de justice ayant acquis l’autorité de la chose jugée avec l’épuisement de toutes les voies de recours.
Ce qui, explique l'avocat, n’est pas le cas de l’ancien député. Il ajoute que l’arrêt de la cour d’appel ne lui a même pas encore été signifié.

Me Reynold Georges qualifie donc  de rumeurs ce rapport, tout en continuant de clamer l’innocence de l’ex représentant de la troisième circonscription de port au prince a la quarante neuvième législature, Mzounaya Jean Baptiste Bellange

Il indique que le juge Jean Wilner Morin ne dispose d’aucun indice valable capable de démontrer que ses clients ont été vraiment impliqués dans de ce dossier.



Nouvelles du 2 juin 2015

Le chancelier haïtien optimiste: il n'y aura pas de déportations massives de la République dominicaine à partir du 17 juin, garantie qui lui aurait été donnée par le ministre dominicain des Affaires etrangères

Port-au-Prince, 2 juin 2015 – (AHP)- Le ministre des Affaires  étrangères, Lener Renaud, a  tenté mardi de rassurer la population haïtienne: il 'y aura pas de déportations massives d'Haïtiens en situation irrégulière en République dominicaine.

Il a indiqué que lors d'une rencontre  la semaine derniere avec le chancelier Andres Navarro, une entente a été trouvée, qui permet aux  autorites haïtiennes de disposer, à partir du 15 juin, d'un délai de 45 jours,  pour fournir des documents aux ressortissants haïtiens et leur permettre d'intégrer le  propgramme  de régularisation.

" La catastrophe n'est pas à nos portes", a lancé le ministre  très optimiste. Un optimisme que  ne partagent  toutefois pas encore les Haïtiens visés, qui dénoncent  ce qu'ils appellent la lenteur des autorités haïtiennes dans la fourniture des documents qui leur font défaut.

Régularisation: des travailleurs haïtiens de la canne  ont marché  lundi  juqu'à l'Ambassade d'Haïti à Santo-Domingo pour réclamer des documents: une rencontre promise avec l'ambasadeur Daniel Supplice  pour ce mercredi

Port-au-Prince, 2 juin 2015 – (AHP)- A 16 jours de la fin du pogramme dit de régularisation  du statut des étrangers en situation irregulière en république dominicaine ,  des centaines de travailleurs  de la canne ont à nouveau défilé lundi  jusqu'à  l'ambassade d'Haïti, exigeant  les documents susceptibles  de leur permettre  d'accéder  au programme.

Les travaileurs qui ont marché de l'intersection des avenues  27 Février et Maximo Gomez, au siège de l'ambassade, ont reçu  pour  seule réponse, la promesse  de  réalisation d'une éventuelle rencontre avec l'ambassadeur haïtien, Daniel Supplice, ce mercredi.

Une commission présidée par Jésus Nunez, coordonnateur de l'Union des travailleurs de la canne à sucre dans les bateyes, a été reçu par le ministre conseiller  Fritz Dougé qui lui  dit que l'ambassadeur  se réunirait avec les tetes de file .

A sa sortie de la réunion, Nunez a indiqué   qu'il n'a  été précisé  l'heure de la rencontre , mais on lui a dit qu'il  serait appelé pour avoir cette précision

Il a annoncé que lundi prochain, ils iraient  une nouvele fois  au ministère de l'Intérieur et de la police, où on leur  avait  promis  une solution spéciale au cas  où les travailleurs de la canne, n'auraient  pas reçu de réponse. des autoites de leur pays.

Les coupeurs de  canne sont essentiellement des personnes âgées dont la situation est désespérée. Ils accusent  le gouvernement haïtien de les mépriser  et  ne pas se soucier  de leur statut ni de leur situation   en République dominicaine.

Ce sont des centaines de milliers  d'Haïtiens en situation irrégulière et de dominicains d'origine haïtienne  qui sont menacés de déportation au lendemain du 16 juin. 

Sous pression de secteurs de la communaute internationale, les autorités dominicaines tentent de rassurer  , en faisant savoir qu'il n'y aurait pas  de déportations massives. Mais les organisations de droits humains sont méfiantes, car, selon elles , les déportations  ont commencé même avant le jour fixé.

Elles appellent, les autorités haïtennens à prendre des mesures efficaces  pour faire respecter les droits de leurs ressortissants.


Le ministre de l’Education nationale  Nesmy Manigat confirme la tenue des examens officiels de  la 9 eme année fondamentale du 22 au 24 juin 2015, et  du bacc unique du 29 juin au 3  juillet


Port-au-Prince, 2 juin 2015 – (AHP) –Quelque  205 000 écoliers prendront part cette année aux examens officiels pour la 9 eme année fondamentale et environ 73 000 ont été inscrits pour le Bacc unique, a confirmé mardi le ministre de l'Education nationale et de la Formation professionnelle, Nesmy Manigat.

Le ministre Manigat a également rappelé que 400 000 écoliers de la 4 ème année fondamentale ont été évalués le 29 mai écoulé, sur trois matières critiques : les mathématiques, le créole et le français.

Cette mesure répond aux exigences internationales d’évaluer l’enfant après ses 4 premières années de formation. Mais,  elle répond également aux dispositions prises dans le cadre de  la liste  des  12 mesures adoptées l'année dernière par le Ministère, après l'hécatombe aux examens de la 6ème et de la 9ème année fondamentale .

Au nombre des 11 autres mesures, figure aussi celle qui veut que "tous les etablissements scolaires  des niveaux pré-scolaire, fondamental, professionnel des secteurs public et non-public , soient  munis d'une carte d'identité d'établissement.

En fonction des même dispositions, les élèves de la promotion de retho 2013/2014 et des promotions antérieures  qui n'ont pas réussi aux examens d'Etat, doivent refaire et réussir ladite classe dans un établisement reconnu par le Ministère
.

Lors de la conférence de ce mardi, le  ministre Nesmy  Manigat a précisé que les examens officiels 2014/2015 coûteront à l’Etat haïtien un peu plus de 200 millions de gourdes (49 gourdes pour 1 dollar US), contrairement au budget de 500 millions de gourdes  alloué jusque -là pour la tenue des examens officiels.   

La liste  des candidats agréés pour la prochaine présidentielle promise pour  ce mardi après-midi: le conseiller electoral Néhémy Joseph avertit que le CEP ne tiendra compte que de la décharge exigée par la constitution

Port-au-Prince, 2 juin 2015 – (AHP) – La  liste  des candidats agréés pour  la prochaine présidentielle sera affichée ce mardi   au Bureau du contentieux  électoral départemenal de l'Ouest, après le traitement des contestations  formulées contre 23 candidats à la présidence.

 Le conseiller électoral  Néhémy Joseph a fait savoir que le Conseil électoral provisoire (CEP) ne tiendra compte que de la décharge exigée par la constitution, donc celle délivrée par la Cour supérieure des comptes et du contentieux adminstratif, mais signée par les présidents des deux chambres  pour les candidats à la présidence qui furent ministres et comptables de deniers publics.

C'est dans cette catégorie que se trouvent entre autres, l'ancien premier minustre Laurent lamothe et l'ancien ministre de l'Intérieur Thierry Mayard Paul.

Mais il se trouve que le Parlement est aujourd'hui  dysfonctionnel, avec l'absence   de la chambre des deputés et ne disposant que d'un  Sénat à 10 membres sur 30 et donc  d'un président de fait.

Pour les candidats qui n'ont pas eté ministres ou premiers ministres, c'est uniquement la décharge de la Cour des Comptes qui prévaut.


Néhémy Joseph a adimis qu'il y a  eu dans un premier  temps des difficultés avec des juges désignés par le Conseil Supérieur du pouvoir judiciaire,  qui refusaient de signer les contrats relatifs aux frais de compensations estimés insuffisants.

"Une entente a finalement été trouvée, a-t-il fait savoir, soulignant par ailleurs  que des dispositions ont éte prises pour sécuriser les Bureaux électoraux départemenaux et communaux,  après la publication de la liste des candidats agréés

Le premier ministre Evans Paul avait indiqué lundi, que le processus électoral ne sera pas en panne par faute d’argent. Il a indiqué que des dispositions seront prises pour financer le processus si les fonds internationaux venaient à manquer. Quant aux déclarations du conseiller spécial du département d'état américain pour Haïti, Thomas Adams, qui a récemment  jugé opportune une modification du calendrier électoral, avec des élections à 2 temps, qui permettraient d'économiser 30 milions de dollars, le premier ministre a fait savoir que ces déclarations n'engagent que leur auteur.

Pierre-Louis Opont,. le president du CEP, avait auparavant fait savoir que "Adams ne sait pas ce qu'il dit".

Clôture de la première édition du programme Natation adaptive destiné a initier des enfants a mobilité réduite à la natation
Port-au-Prince, le 1er juin 2015 – (AHP) – L’ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Haïti a organisé  lundi la cérémonie de clôture de la première édition du programme Natation adaptive destine a initier des enfants a mobilité réduite a la natation.

Ce programme a permis aux dix participants de s’exercer en natation durant 9 jours avec des entraineurs-encadreurs et des médecins.

Mr Brian Shukan, chargé d’affaires a l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Haïti  a tenu a féliciter toutes les institutions qui ont aide a la réussite de ce programme : Roberto Brenes, représentant de l’USAID, la fédération haïtienne de natation , la fédération haïtienne ses associations et institutions des personnes handicapes ,la principale animatrice de la formation Mme Nicki whithlock  et le Sirene swim Club

Communiqué

Les Etats-Unis supportent le Programme de Natation Adaptive
à l’intention d’un groupe d’handicapés haïtiens

 
Le Bureau des Affaires Publiques de l’Ambassade des Etats-Unis d'Amérique a le plaisir d'annoncer la clôture avec succès d'un programme de formation adaptée en natation à l’intention de dix jeunes Haïtiens. Neuf des dix participants n’avaient jamais nagé auparavant et au cours de la démonstration qu’ils ont donné à l'ambassade, les enfants ont impressionné le public avec leurs aptitudes fraîchement développées, prouvant qu'il n'y a pas de limite que la capacité humaine ne puisse surmonter.

Des participants lors de la démonstration donnée à l'ambassade des Etats-Unis
 
Dans son discours, M. Brian Shukan, le Chargé d’Affaires de l’Ambassade, a résumé ainsi le soutien de l'ambassade: «les États-Unis sont fondés sur le principe de l'égalité de toutes les personnes, quelques soient leur race, leur religion, leur origine, leur orientation sexuelle, ou leurs capacités physiques.  C’est avec une grande fierté que nous sommes en mesure de financer et d'accueillir aujourd'hui ce Programme de Natation Adaptive à l'appui de cette idée de l'égalité de tous. Toutes les personnes ont des capacités et méritent d'avoir accès à une piscine, à l’école, et aux bureaux de vote».
 
Ce programme a été soutenu par de nombreux bénévoles et institutions, y compris le Ministère de la Jeunesse et des Sports, la Fédération Haitienne de Sport Aquatique et de Sauvetage (FHSAS), la Fédération Haïtienne des Associations et Institutions des Personnes Handicapées, l’instructeur professionnel de natation Nikki Whitlock et Rodrigo Brenes de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID).

Nouvelles du 1er juin 2015
Présidentielle: Coups durs mais aussi quelques soutiens: Lamothe sera-t-il du nombre des agréés

La liste des candidats agréés pour participer à la prochaine élection présidentielle est  toujours attendue, plus de deux semaines après la fermeture des inscriptions.

La plupart des potentiels candidats ayant géré des fonds publics,  ont été freinés dans leur élan par l'absence du certificat de décharge.

Le parlement chargé constitutionnellement  de produire  ce précieux document pour les ministres et premiers ministres, après rapport de la cour des comptes est aujourd'hui dysfonctionnel, le gouvernement n'ayant pas organisé des elections pour le renouvellement des institutions depuis 2011, année de l'arrivée au pouvoir de  l'aministration Martelly.

Malgré cet écueil, l'ancien premier  ministre  Laurent Lamothe qui a toujours été très critiqué par l'opposition  pour sa gestion, a quand même choisi de se faire inscrire au bureau du Conseil électoral provisoire.

Premier coup d'arrêt: la Cour supérieure des comptes qui delivre les rapports sur la gestion des ordonnateurs pour ensuite les acheminer au Parlement, a rendu un document très defavorable à Laurent Lamothe  pour la façon dont il a géré le  Ministère de la Coopération, alors qu'il était en même temps premier ministre.

Entre temps, vint le dossier des fameuses mises sur écoutes de Laurent Lamothe que beaucoup assimilent à un montage.

2ème coup d'arrêt: le porte-parole de la présidence, Lucien Jurat affrme que l'exécutif n’entend  prendre aucun décret présidentiel pour favoriser la participation  d’anciens comptables de deniers publics aux élections.

Un coup  dur pour l'ancien premier ministre qui  avait affirmé peu auparavant  que Michel Martelly disposait d’un cadre légal pour sortir un décret en faveur des anciens comptables de deniers publics.

Cette sortie de la présidence est perçue comme une volonté de bloquer les élans présidetiels de Laurent Lamothe. On sait que ça n'a jamais été le parfait amour entre la première dame Sophia Saint-Rémy Martelly et  l'ancien premier ministre. Mais que  le président decide qu'il n'y aura pas de décharge par decret pourrait confirmer que  la rupture est consommée entre Martelly et l'Homme dont on dit qu'il avait tous les pouvoirs pendant ses années à la primature.

Alors quoi d'étonnant  que Thierry Mayard Paul actuel candidat à la présidence éjecté du Ministère de l'Intérieur par Laurent Lamothe pour (dit-on) ses ambitions presidentielles et Kiko Saint -Remy, Beau-frère du président (qui ne porte pas Lamothe dans son coeur et réciproquement) , aient tous deux accueilli favorablement le refus du chef de l'Etat de décreter la décharge pour les ordonateurs de fonds publics.

Les partisans de M. Lamothe qui ont organisé de mini-manifestations en sa faveur ces derniers jours, ont si bien compris la décision de Martelly qu'ils l'ont accusé de graves responsabilités dans la situation actuelle pour n'avoir pas organisé des élections depuis 4 ans. Comme si Laurent lamothe, n'en avait pas , lui.

Mais, il y en a une qui croit par des déclarations jugées intéressées, pouvoir voler au secours de l'ancien premier ministre: c'est son ancienne ministre des finances , Marie Carmelle Jean-Marie  qui tente de faire d'une pierre 2 coups en tentant aussi de se dédouaner.

L'ancienne ministre  jugée mal placée pour faire de telles declarations, ayant appartenu au gouvernement  Lamothe, a fait savoir que les rapports  demandés par le Ministère des Fnances à celui de la Planification, que ce soit pour les plus de 2 millions de dollars couvrant les frais d'hélicoptère pour le président Michel Marelly, ou encore pour les dépenses post-Sandy de 5 milliards de gourdes , sont tous dejà là au Ministère des Finances . Et de taxer de mechancete et de vagabondage le fait par le Ministre Wilson Laleau de les demander de nouveau au titulaire de la Planification: Yves Germain.

Toutes les pièces  sont là, a dit Marie Carmelle Jean-Marie. Mais, la question serait tout autre: le rapport qui devait etre soumis au parlement , selon la loi, 3 mois après la periode d'urgence, a-t-il été soumis?

 Il ne suffirait  donc pas de declarer que les pièces  sont là, alors que la loi fait obligation au gouvernement, de soumettre un rapport au parlement.  Ce qui n'a pas été fait.

Et l'ancienne minisre a dû admettre   que les 5 miliards de gourdes decaissés pour Sandy n'ont jamais été ratifiés au parlement (quelle entorse?), alors que là aussi, la loi fait obligation en ce sens au gouvernement.

Et dans la foulée, on en sait plus sur l'utilisation des fonds communaux: le gouvenement est accusé d'avoir  pratiqué une gestion partisane de ces fonds . Seuls les députés pro-gouvernementaux   du PSP auraient vu leur pojets acceptés et fnancés.

Dans la plupart des cas, ce sont les députés eux-mêmes qui sont propriétaires des firmes qui reçoivent l'argent et qui exécutent les pojets, a admis  l'ancienne ministre en quête de dédouanement et  de décharge.


A rappeler le concert de VUVUZELAS donné par les députés  du   PRI (opposition)  à l'occasion de l'ouverture de la session palementaire de janvier 2013, pour dénoncer l'utilisaion abusive, politique et  partisane des fonds communaux.

En fin de compte, même si les partisans de Laurent Lamothe affirment y croire encore en faisant savoir qu'il n'y aurait plus d'irregularités dans le dossier du Ministère de la Coopération, mais l'ancien PM a éte très fragilisé dans ses espoirs  d'être agréés comme candidat à la présidence.

Entre temps président et premier ministre réitèrent leur soutien sans faille au CEP, mais sans interference, ont-ils dit.  Quant aux responsables de l'organisme eélectoral, ils affirment être prêts à rspecter toutes les écheances du calendrier électoral, sachant exactement ce qu'ils font. Et du coup, cette flèche du  président du  CEP Pierre-Louis Opont, au conseiller spécial du Département d’État américain pour Haïti, Thomas Adams, qui a osé se prononcer pour des élections à deux tours,  qui feraient économiser 30 millions de dollars: celui-là, il ne sait pas de quoi il parle, a , bravade, lancé M. Opont.



Pas moins de 13 tempêtes tropicales, 6 ouragans dont 2 majeurs sont attendus, selon l’organisation météorologique mondiale. Le directeur du centre national de météorologie appelle la population a la vigilance. Toutes les informations utiles seront communiquées à la population en temps réel, promet Ronald Semelfort


Port-au-Prince, le 1er juin 2015 – (AHP) – Le premier ministre Evans Paul a annoncé ce lundi 1er juin la réactivation des 350 comités communaux et locaux de la direction de la protection civile en vue de renforcer les structures déconcentrées du système national de gestion des risques et désastres durant la saison cyclonique qui a débuté ce lundi et qui s’étend jusqu’au 30 novembre.

Participant au lancement de la saison cyclonique au centre d’opérations d’urgence COUN à Delmas 2, le chef du gouvernement a annoncé que pas moins de 10 millions de gourdes sont déjà disponibles dans les 10 départements du pays, à raison d’un million de gourdes par département pour faire face aux urgences éventuelles.

Le patron de la Primature a aussi indiqué que plus de 2000 brigadiers de la protection civile seront déployés dans les différents départements, notamment les zones à haut risque pour aider les habitants qui pourraient être frappés par des catastrophes naturelles dont des inondations.

Pour sa part, la directrice du programme des nations unies pour le développement en Haïti, PNUD, Sophie De Cahen informe que la communauté internationale est prête à aider jusqu’à 65 mille familles qui pourraient être affectées par la saison cyclonique.

Ce ne sont pas moins d’une douzaine de cyclones et 6 ouragans dont deux majeurs qui sont prévus pour cette saison cyclonique, a indiqué le directeur du centre national de météorologie Ronald Semelfort.

Comme le premier ministre Evans Paul, il encourage les citoyens, notamment ceux vivant dans les zones à risque à la prudence.

Au terme de la cérémonie, un exercice de simulation s’est déroulé en présence notamment du chef du gouvernement, du ministre de l’intérieur et de la représentante du PNUD en Haïti.


Les autorités sanitaires haïtiennes font état d’une nette diminution des cas de choléra enregistrés dans le pays au cours du mois de mai


Port-au-Prince, le 1er juin 2015 – (AHP) – Le nombre de cas vus pour la période allant du 1er au 30 mai est  de 1524 dont 1176 hospitalisations et 10 décès, soit un taux de létalité globale de 0,65%, informe la responsable du service alerte et réponse de la direction épidémiologique, de laboratoire et de recherche au MSPP Katilla Pierre.

Elle fait remarquer que le mois précédents les autorités avaient recensé 3098 cas dont 2548 hospitalisation pour 19 décès et un taux de létalité globale de 0,61%.

Toutefois, pour la semaine clôturée le 31 mai, 6 communes des départements de l’ouest et du centre étaient en alerte rouge pour avoir enregistré au moins 10 cas de choléra. Il s’agit, a-t-elle dit, de Carrefour, Port-au-Prince, Tabarre, Croix-des-Bouquets, Ganthier et Hinche.

Les autorités sanitaires encouragent la population à redoubler de vigilance, notamment pendant la saison cyclonique qui a débuté ce lundi 1er mai, en vue de prévenir toute éventuelle recrudescence du choléra.

La directrice de la promotion de la santé Jocelyne Pierre-Louis encourage le lavage des mains avant les repas et après les selles et l’utilisation d’eau traitée.

Elle demande également aux citoyens de bien laver les fruits avant de les consommer.

Environ 9 mille personnes seraient déjà mortes de choléra dont l’épidémie a été déclenchée en 2010 par une mauvaise gestion des excréments des casques bleus népalais de la MINUSTAH, dans le département du Centre.

Les Nations-Unis n’ont jamais admis leurs responsabilités dans l’introduction de la maladie dans le pays, préférant parler d’une responsabilité morale.

Ce lundi 1er juin qui ramenait le 11e anniversaire du début des opérations de la mission des nations unies en Haïti, des organisations populaires ont organisé un sit-in devant le quartier général de la MINUSTAH pour exiger son départ du pays.

Les protestataires ont aussi exigé que l’ONU reconnaisse sa pleine et entière responsabilité dans l’introduction du choléra et prennent des dispositions pour dédommager les victimes ou leurs proches.

Le premier ministre Evans Paul promet que des dispositions seront prises pour financer les élections si les fonds internationaaux viennent à manquer

Port-au-Prince, le 1er juin 2015 – (AHP) – Le premier ministre Evans Paul a indiqué lundi, que le processus électoral ne sera pas bloqué faute d’argent. Il a indiqué que des dispositions seront prises pour financer le processus si les fonds internationaux faisaient défaut.

Déjà, a dit le chef du gouvernement, ce n’est pas une bonne chose que le processus électoral soit financé par la communauté internationale.

J’ai hérité de la situation, j’ai dû l’accepter mais, ce  n’est pas ma position, a dit M. Paul qui rappelle que le gouvernement a déjà débloqué 13 millions de dollars US pour la réalisation des élections  en plus des 500 millions de gourdes disponibles pour le financement des partis politiques.

Pour ce qui est des déclarations de Thomas Adams, le conseiller du département d’Etat pour Haïti qui suggérait l’organisation d’élections en deux temps en vue notamment de réduire le cout des scrutins, M. Paul soutient que ces déclarations ne concernent que son auteur.

Il a aussi appelé les autorités policières à prévenir les actes de violence et la justice à en punir les auteurs en période électorale ou pas.
 

Des centaines de milliers d'Haïtiens ou de Dominicains denationalisés  devraient rester indocumentés à quelque 15 jours de l'ehéance officielle pour le debut des operations de  déportation


Santiago,  1er juin 2015 – (AHP)- Des centaines d'Haïtiens étaient rassemblés ce lundi encore  au cntre de regularisation  de Santiago, pour chercher legaliser   leur situation,  la date limite pour le faire  étant  le 16 juin

Des centaines de milliers d'Haïtiens pourraient ne pas être en mesure de benéficier ds avantages du Plan de Réorganisation Nationale parce  que le Gouvernement de leur  pays ne leur  a pas  fourni les certificats de naissance, cartes d'identité et autres documents requis pour demander la résidence dominicaine.

La dénonciation a été faite par des dizaines d'Haïtiens présents dans les bureaux du plan de réorganisation et n'ayant  pas  pu finaliser  leur  demande pour cette raison, , selon ce que rapporte la prese domiicaine ce lundi.


La date limite pour l'enregistrement des étrangers sans papiers expire à minuit le 16 de ce mois.

À cet égard, le pasteur Yonny Balcu des Églises de Dieu, qui a passé plusieurs mois à travailler Côme traducteur pour  aider les Haïtiens dans le Bureau de régularisation d'El Huacal , a fait savoir que le manque de documents est le problème principal auquel sont confrontes ses compatriotes

"L'absence de papiers est le principal inconvenient et l'ambassade ne delivre pas les passeports, s'est plaint le pasteur
Alors que l'intérieur ministre et de la  police,  Jose Ramon Fadul,qui  a rappelé que le programme sera conclu le 16 juin, , tel que requis par la loi 169-04.

Nouvelles du 29 mai 2015


Haïti construit des centres d'accueil à Malpasse et à Ouanaminthe  pour  accueillir des milliers de  déportés de la République dominicaine: des organisations de droits humains se demandent pourquoi ne pas avoir investi les fonds y relatifs à la fourniture de documents aux indocumentés pour leur permettre d'avoir accès au PIDIH

Port-au-Prince, le 29 mai 2015 – (AHP)- Le gouvernement haïtien a commencé à construire à la frontière avec la République dominicaine des abris pour des milliers  d'Haïtiens indocumentés et de Dominicains  d'origine haïtienne dénationalisés,  susceptibles d'être rapatriés, au terme d'un plan  dit de régularisation pour les étrangers PIDIH mis en place par Santo-Domingo, devant expirer à la mi-juin 2015.

Le Ministère de la Défense d'Haïti a publié cette semaine deux photographies montrant  un panneau souhaitant  "Bienvenue au  Centre des rapatriés", au poste frontalier de Malpasse attenant à Jimani.

Le ministère haïtien de la Communication avait annoncé la semaine dernière l'installation de deux points de réception, Malpasse et Ouanaminthe.

Les autorités dominicaines exécutent un plan national dit de régularisation des étrangers en conformité avec la décision jugée illégale  de la Cour constitutionnelle dominicaine  qui  juge qu'une personne d'origine haïtienne n'a pas le droit à la nationalité dominicaine, car née de parents à statut d'"étrangers en transit".

Les autorités haïtiennes ont organisé à la mi-mai leur  première réunion multipartite à l'initiative du  Ministère des Haïtiens vivant à l'étranger, pour  mettre en place un plan d'urgence devant  permettre  "l'accueil des déportés  dans des conditions humaines".

Le chancelier haïtien, Lener Renauld, a rencontré mercredi à Santo-Domingo son homologue dominicain Andres Navarro pour discuter, entre autres choses, de la marche du plan dit de régularisation.

Toutefois, on ne sait pas s'il a été décidé d'une  prorogation du programme, tel que demandé par de nombreux secteurs haïtiens et dominicains.

En Haïti, de nombreux secteurs estiment que les fonds dépensés par les autorités haïtiennes pour construire des centres d'accueil pour  rapatriés, auraient pu et dû être investis dans la fourniture de documents aux  Haïtiens jugés en situation irrégulière en République dominicaine.

De nombreuses organisations de droits humains dont le Mouvement des femmes dominico-haïtiennes  (MUDHA) ont dénoncé ces dernières semaines, le trop peu de soutien des autorités haïtiennes à leurs ressortissants en république dominicaine. Ce  qui expique, selon elles,  que  beaucoup d'entre eux ne pourront s'inscrire au programme de régularisation.

Le gouvernement haïtien est jugé fautif du pourrissement de  la situation. En effet, après la sortie de l'arrêt du tribunal constitutionnel  dominicain du 23 Septembre 2013, dénationalisant des centaines de  Dominicains d'ascendance haïtienne, c'est pratiquement toute la communauté internationale,  notamment l'OEA et la CARICOM qui avait pris fait et cause en faveur d'Haïti. Et le gouvernement dominicain dans ses petits souliers, avait été mis au banc des accusés.

Mais pour des raisons que l'on ignore, les  autorités haïtiennes, particulièrement le premier minstre Laurent Lamothe, avaient été accusées d'avoir ramené le dossier sur le plan bilatéral, au profit de la République dominicaine. Et cela a donné les résultats que l'on a aujourd'hui.


Nouvelles du 28 mai 2015

Le pape François exige des évêques dominicains qu'ils poussent le gouvernement et le peuple dominicains à accueillir et traiter avec charité et humanité les travailleurs immigrants haïtiens


Cité du Vatican,  28 mai 2015 (AHP) - Le pape François a exigé jeudi  des évêques de la République dominicaine qu'ils fassent tout leur possible pour que le gouvernement et la population dominicaine accueillent  avec charité les travailleurs immigrants haïtiens.

"L'attention pastorale et caritative vis-à-vis des immigrants, en particulier ceux du pays voisin, Haïti, à la recherche de meilleures conditions de vie sur le territoire dominicain, ne supporte pas l'indifférence des pasteurs de l'Eglise," a-t-il dit, selon une lettre  à la Conférence épiscopale dominicaine.

"Il est nécessaire de continuer à coopérer avec les autorités civiles pour obtenir des solutions de solidarité aux problèmes de ceux qui sont privés de documents ou privés de leurs droits fondamentaux», a-t-il ajouté.

Il est de ce fait inexcusable de ne pas promouvoir des initiatives de fraternité et de paix entre les deux pays", a dit le souverain pontife.

Les Haïtiens repreesente la plus grande et la plus pauvre communauté étrangère en République Dominicaine. On estime à entre 500.000 et 700.000 le nombre des hyaïtiens  travaillant dans différents secteurs d'activités en republique dominicaine, notamment la canne, l'agriculture, la construction et l'hotellerie.

Le gouvernement dominicain a lancé un plan de régularisation pour les étrangers qui impliquent le rapatriement de milliers  d'Haïtiens sans papiers et de Dominicains d'origine haïtienne denationalisés.

"Puisse leur  engagement en faveur des  faibles et des nécessiteux les aide à  surmonter la tendance mondaine vers la médiocrité", souhaite le pape François, se référant aux évêques dominicains.

Laurent Lamothe a-t-il été placé sur écoutes: dans une bande sonore qui aurait eté enregistrée à son insu, on l'entend en conversation avec des amis, reprocher à l'ancien ministre Ralph Théano de l'avoir pré-enregistré en ligne, sans son adhésion:  son avocat Michel Brunache denonce la violation de la vie privée de lamotte et  annonce une plainte contre X

Il existerait donc la possibilité de mettre des gens sur écoute en Haïti, contrairement aux dementis opposés récemment par le gouvernement et des compagnies teléphoniques.

Port-au-Prince, le 28 mai 2015 – (AHP) – L'ancien premier ministre Laurent  Lamothe
déjà sous le coup d'un rapport défavorable de la Cour Supérieure des comptes sur sa gestion comme ministre de la planification, a fait savoir dans une bande sonore circulant sur le net  apparemment enregistré à son insu, qu'il a été pré-enregistré sans son adhésion par un de ses proches , l'ancien ministre Ralph Théano.

M. Lamothe qui était en conférence avec plusieurs collaborateurs, a estimé que  c'était une chose grave qu'il ait été inscrit malgré lui sous la bannière de  la plateforme Peyizan. Lamothe semblait ne pas se faire à l'idée d'aller s'inscrire sans avoir obtenu au préalable  des rapports d'audit favorables de la Cour des Comptes.

On entend sur la bande diffusée sur les radios et les réseaux sociaux, M. Lamothe en conversation  avec des collaborateurs qui lui demandent si ceux qui l'ont pré-inscrit en ligne vont faire toutes les démarches pour qu'il soit agréé par le Conseil électoral provisoire.

Mais Lamothe  allait par la suite  déposer ses pièces au Bureau du BED de l'Ouest 1 à Frères, au coeur d'un convoi de dizaines de véhicules.

Réagissant sur ce  que  des  proches de M. Lamothe  considèrent comme de l'espionnage, Ralph Théano a dénoncé un acte de piratage qu’un secteur disposant de beaucoup de moyens financiers, aurait orchestré contre le candidat Lamothe qu’il a placé parmi les 4 « plus gros » candidats à la présidence aux côtés de Maryse Narcisse de Fanmi Lavalas, de Moïse Jean-Charles de PITIT Dessalines  et de Jean-Henry Céant de Renmen Ayiti.

Pour Ralph Théano, Laurent Lamothe a été victimes d’espionnage. Il assure que les auteurs de cet acte seront retracés et devront en assumer les conséquences.

L'avocat et ancien porte-parole  de l'ancien premier ministre, Michel Pierre Brunache, estime qu'il s'agit d'une violation grave de la vie privée de l'ancien premer ministre et qu'une plainte allait être deposée contre X.


Plusieurs secteurs et personnaliés ont dénoncé à plusieurs reprises ces dernières années le fait que des personalités poliitques auraiet été mises sur écoute par les autorités. Cependant, le gouvenement tout comme des responsables de compagnies telephniques  avaient dementi l'existence d'une telle possibilité.

Mais, les accusations portées par Me Brunache suggèrent qu'il existerait bel et bien la possibilité d'espionner des gens en Haïti.

Et ces questions viennent automatiquement:  qui dispose du dispositif nécessaire pour mettre Laurent Lamothe sur écoute? Lamothe est-il piégé de l'intérieur?.Mais d'autres vont plus loin en se demandant si ce n'est pas une opération realisée après les rapports de la cour des comptes, pour favoriser une sortie tant soit peu honorable à l'ancien premier ministre.

On aurait pu le croire si sur la bande sonore, on n'avait pas entendu l'ancien premier ministre poser cette question à ses interlocuteurs: "est-ce que  vous avez demandé au ministère de la Planification d'enlever ce que j'avais demandé d'enlever?"

Le Ministère ds Finances avait écrit auparavant aux différents ministères pour leur demander de lui envoyer les pièces justificatives de leur dépenses.
AHP 28/05/2015/ 2:00 PM

Des partisans de l'agent intérimaire de l’Exécutif, Wilson Jeudy, créent la panique  dans plusieurs quartiers de Delmas, exigeant que celui-ci obtienne décharge pour participer aux prochaines municipales


Port-au-Prince, le 28 mai 2015 – (AHP)- Un climat de tension a régné ce jeudi, à la mi-journée, dans plusieurs quartiers de Delmas. Des tirs d’armes automatiques ont été entendus, notamment à Delmas 31 et Delmas 33.

Plusieurs barricades de pneus enflammés ont été érigées sur l’asphalte, créant un vaste desordre.

A l’origine de ce mouvementsa , des informations selon lesquelles, l’ex-maire de Delmas Wilson Jeudy, qui avait conservé son poste à titre d’agent intérimaire de l’Exécutif dans la commune jusqu’à sa récente démission, n’aurait pas obtenu décharge dans la perspective de participation aux prochaines municipales.

Plusieurs groupuscules de citoyens se présentant comme des partisans et des sympathisants de Wilson Jeudy, exigent que ce dernier participe au scrutin.

Ils promettent de renforcer leur mouvement si M. Jeudy n’obtient pas carte blanche du CEP pour aller aux élections.

Le  MOPOD dénonce quant à lui un complot qui viserait à retarder  le processus électoral. Le Coordonnateur général du MOPOD Jean André Victor annonce le lancement d’une vaste campagne  de sensibilisation dénommée ‘’la brigade Dessalinienne’’. Objectif : permettre une participation plus grande  aux prochaines élections.

S’agissant des prochaines législatives dont le premier tour est prévu le 9 aout, le CEP a publié ce jeudi un communiqué dans lequel il informe que la publication de la liste des candidats habilités à participer aux législatives de 2015 met définitivement un terme aux contestations et à toute forme de réclamation qui pourrait provenir des prétendants candidats.

Le collège électoral qui a renouvelé sa volonté d’organiser des élections libres, honnêtes, inclusives et démocratiques, précise que les publications en date des 14 et 23 mai, ne sont susceptibles d’aucune modification.

D'un autre côté, faisant l'objet d'un rapport défavorable  pour sa gestion  à tête du Ministère de la Planification, l'ancien premier ministre Laurent Lamothe est en  campagne dans les médias pour tenter d'obtenir que le président Michel Martelly prenne un décret pour exonérer les anciens ordonnateurs de fonds publics qui ne disposent pas  du précieux certificat de décharge
Les Etats-Unis renouvellent leur soutien au processus électoral en Haïti

Support des Etats-Unis aux élections haïtiennes
 
"Les Etats-Unis continuent de supporter les élections haïtiennes pour cette année. Nous sommes heureux de constater qu’un calendrier ait été élaboré pour la tenue d’élections législatives, présidentielles et municipales en 2015. 

Les Etats-Unis supportent le droit des Haïtiens à se rendre aux urnes en temps opportun afin de renouveler leur voix dans leur gouvernance à travers un processus libre et juste.  Les Etats-Unis n’ont pas droit de vote dans ces élections, et ne supportent aucun candidat ou groupe de candidats.
 
Nous saluons le Président haïtien Michel Martelly et les membres du Conseil Electoral Provisoire indépendant d’Haïti pour leurs efforts à prioriser la tenue des élections cette année. 

Les Etats-Unis sont engagés à travailler avec le gouvernement haïtien et nos partenaires internationaux pour coordonner l’assistance appropriée – y compris le déploiement d’observateurs électoraux internationaux crédibles– pour assurer l’organisation d’élections pacifiques, libres et justes.

Alors que la planification électorale continue, les Etats-Unis accueillent les efforts du CEP, des Nations-Unies, et du gouvernement haïtien (y compris de sa Police Nationale) pour coordonner et tenir des élections réussies en 2015.  Les Etats-Unis encouragent toutes les parties prenantes à participer pleinement dans le processus électoral, soutenir l’état de droit, et à maintenir de hauts niveaux de transparence."
 

Les agents de la Police nationale haïtienne désormais habilités à intégrer les missions de paix des nations-unies à travers le monde, selon l’inspection générale de la PNH

Port-au-Prince, le 28 mai 2015 – (AHP) – La police nationale d’Haïti PNH est désormais habilité à intégrer les missions de paix des nations-unies à travers le monde.

C’est ce qu’a indiqué jeudi, le porte-parole de l’inspection générale de la PNH, l’inspecteur Marc-Wilckens Jean qui informe que plusieurs dizaines de policiers ont déjà exprimé leur volonté de partir en mission.

Leurs dossiers sont actuellement à l’étude à la direction générale de la PNH avant d’être envoyés aux Nations-Unis où ils seront également étudiés, a dit l’inspecteur qui affirme se réjouir de cette nouvelle.

Selon lui, c'est une forme de reconnaissance du travail accompli par l’institution policière haïtienne qui travaille continuellement à devenir une police de plus en plus professionnelle et respectueuse des droits de la personne humaine, a-t-il dit.

Il assure que les policiers haïtiens sont prêts et disposés à aller n’importe où, dans le cadre de leur participation aux missions de la paix de l’ONU.

S’agissant du processus électoral, l’inspecteur Marc-Wilckens Jean, a aussi assuré que les policiers haïtiens sont prêts et déterminés à assurer la sécurité des opérations électorales.

La mission des nations unies pour la stabilisation d’Haïti MINUSTAH, devrait se désengager dans pas moins de 6 départements géographiques du pays avant le 1er tour des législatives du 9 aout.

En dépit des faibles moyens dont ils disposent, les policiers nationaux sont déterminés à sécuriser le processus notamment dans les départements du Nord et du Nord-Ouest où l’inspection générale a récemment effectué des visites d’inspection.

Marc-Wilckens Jean fait état de l’élaboration, par les directeurs départementaux, d’un plan relatif à la couverture sécuritaire en période électorale.

-Des étudiants stagiaires du Centre de formation pour l'école fondamentale (CFEF),  ont attaqué jeudi à coups de pierres à Martissant  un bus du Ministère de l'Education sous prétexte de vouloir intégrer le système éducatif: 2 employés  grièvement blessés, condamnation de ces actes indignes par le ministre Nesmy Manigat.

-En République dominicaine, un  accord a été conclu jeudi  au palais présidentiel par les deux parties en conflit au sein du  parti de la Liberation dominicaine autour du dossier de la réforme constitutionnelle pour favoriser la réélection du president Danilo Medina.Le document soumis après des heures de discussions par la commission politique du PLD, a été signé par le président Danilo Medina, la vice-presidente,  Margarita Cedeño de Fernández, l'ancien président Leonel Fernandez  et les autres membres.



Nouvelles du 27 mai 2015


L’ancien sénateur Ultimo Compère, destitué en 2008 pour nationalité étrangère, qui aurait fraudé pour participé aux prochains législatives, éjecté de la liste des candidats au Sénat

Port-au-Prince, le 27 mai 2015 – (AHP) – L’ancien sénateur Ultimo Compère, destitué en 2008 pour nationalité étrangère, mais repêché récemment pour participer aux sénatoriales du 9 aout dans le département du Centre, a été éjecté de la liste des candidats.

Le conseil électoral provisoire informe dans un communiqué paraphé par son président Pierre-Louis Opont, que M. Compère a été retiré de la liste pour avoir donné de fausses informations au CEP.

L’acte posé par M. Compère constitue un crime au regard des articles 209 et suivants du décret électoral dont le CEP s’évertue à veiller à la stricte application,  indique le communiqué du collège électoral.

Le dossier de l’ex-parlementaire sera déféré par devant les instances pénales compétentes à telles fins que de droits, annonce le CEP qui invite la population à porter à sa connaissance toute information pouvant l’aider à appliquer et à faire respecter la loi.

Moïse Jean-Charles, candidat à la présidence pour la Plateforme Pitit Desalin se poositionne pour des élections à deux temps et revient sur les accusations selon lesquelles un secteurde la communauté  internationale ferait pression sur le CEP pour rejeter sa candidature

Port-au-Prince, le 27 mai 2015 – (AHP) -La Plateforme ‘’Pitit Desalin’’ s'est  positionné mercredi  en faveur d’une modification du calendrier électoral pour favoriser la realisation des prochaines élections en 2 temps, en lieu et place des 3 tours annoncés par le Conseil électoral provisoire, selon le voeu du gouvernement.

Il propose que le premier tour des législatives partielles, prévu au 9 aout, soit de préférence organisé en même temps que la présidentielle du 25 octobre et que les municipales et locales se tiennent en même temps qu’un éventuel second tour de la présidentielle le 27 décembre.

Le candidat à la présidence de la Plateforme Moise Jean Charles, a indiqué qu’une telle décision permettrait à l’Etat haïtien d’économiser 32 millions de dollars, et facilitera la tâche au CEP.

Une position totalement en phase avec celle du conseiller spécial du département  d'Etat américain pour Haïti Thomas Adams  qui, la semaine écoulée, avait jugé opportune une modification du calendrier électoral.

L’ex sénateur suggère en outre  au CEP d’utiliser les employés de l’administration publique, les étudiants et les lycéens comme ressources humaines pour travailler dans les bureaux de vote.

Moïse Jean Charles est revenu sur ses récentes accusations contre "un secteur de la communnauté  internationale" qui conditionnerait son financement aux prochaines élections à son rejet du processus par l'organisme électoral

 
Pour sa part, Evelt Fanfan, l’un des avocats de la Plateforme ‘’Pitit Desalin’’ minimise les deux contestations formulées contre la candidature de Moise Jean Charles pour défaut de décharge. Moise Jean Charles était maire de Milot  (nord)à plusieurs reprises.

Me Evelt Fanfan a indiqué avoir remis au bureau du contentieux électoral départemental (BCED) deux certificats de décharges datés, du 22 janvier 2008 et du 4 mai 2015. Evelt Fanfan
 
D'un autre côté, le candidat à  la présidence de la plate forme Jistis (justice), Me André Michel salue l'émission d'un  rapport défavorable par  la cour supérieure des comptes et du contentieux administratif(CSCCA) à  la demande de décharge de l’ ex premier ministre Laurent Salvador Lamothe, en raison de dépenses non justifies constatées dans sa gestion à la tête du ministère de la planification.

Il estime que cette  décision est le résultat des nombreux cas de corruption qui ont  caractérisé l’administration de Laurent Lamothe. Me André Michel fait savoir qu’après la publication du rapport de la cour des comptes, M. Lamothe doit être écarté sans condition de la course par le bureau du contentieux électoral départemental(BCED).

Il pointe également du doigt le candidat à la présidence de la plateforme Verité, Jacky Lumarque, qui devrait, selon lui, connaitre le même sort pour avoir été ordonnateur d une commission présidentielle sous l'administration de René Préval.

Il accuse Préval de connivence avec  Michel Martelly pour maintenir la majorité de la  population  dans une situation de misère au profit des interêts d'une minorité.

Me André Michel condamne la décision du tribunal des référés de rendre une décision  de justice en faveur de hauts fonctionnaires de l’Etat dont l’ex premier ministre Laurent Lamothe, pour se faire inscrire au BED de l’ ouest 1, sans un certificat de décharge de sa gestion.

Il plaide en faveur de sanctions à l’ encontre des juges impliqués dans cette affaire scandaleuse afin que plus jamais,  ce genre de magouille  ne se reproduise  dans le pays.
 
Me André Michel minimise  les deux contestation de sa candidature  déposées au bureau électoral départemental de l'ouest 1, en raison du fait qu’ il  serait sous le coup d'une instruction pénale dans le cadre de l'assassinat de l’étudiant, Frantzy Duverseau.

Il estime que ces contestations ne sauraient empêcher la validation de  sa candidature à la présidence  par le BCED. M.Andre Michel qui se dit confiant en son élection à la magistrature suprême de l’Etat en 2016,  fait savoir qu’ il a déjà collecté plus de 1 million de gourdes pour sa campagne électorale, indiquant que des démarches seront multipliées en vue de recueillir d autres fonds.

Il promet des rapports détaillés chaque mois sur les montants  collectés pour sa campagne, transparence, oblige, a-t-il dit.


Des partisans de l’ancien premier ministre Lamothe manifestent devant le siège du CEP pour avertir  ceux qui veulent évincer leur candidat de la course: il n'y aura pas d'élections sans Lamothe , ont-il notamment scandé. Parallèlement, rumeurs autour de situations de tension  et  d'un projet de gouvernement de transition


Port-au-Prince, le 27 mai 2015 – (AHP) -Des partisans de l’ancien premier ministre  ont organisé un sit-in ce mercredi devant le siège du CEP  pour mettre en garde contre toute  idée de rejeter sa candidature. Ils pointent du doigt certains secteurs qui exerceraient des pressions sur le conseil.

Les manifestants ont fait savoir que sans Lamothe , il ne peut y avoir d'élections. Des slogans comme malheur ceux qui oseront écarter lamothe de la course, ont été lancés.

La Cour des comptes a émis la semaine dernier un rapport défavorable à l'ancien premier ministre pour " sa mauvaise gestion  à la tête du Ministère de la Planification.

Entre temps, des rumeurs persistantes circulent autour d'un projet de formation d'un gouvernement de transition qui aurait pour mandat d'organiser des élections.

Selon ces mêmes rumeurs, des situations pourraient être créées dans les prochains jours, pour empêcher la série d'élections qui devraient debuter en août prochain, et créer les conditions pour l'installation du gouvernement dit de transition..



Remontée des cas d'insécurité dans la région métropolitaine de Port-au-Prince


Port-au-Prince, le 27 mai 2015 – (AHP) -Les cas d'insécurité sont en nette   augmentation dans la région métropolitaine de Port-au-Prince.

 Gesner Henri Jr dit Koupe Kloue Junior, a abattu la nuit dernière dans le quartier de Delmas 9, par un groupe d'individus: la police annonce une enquête ainsi que le renforcement des mesures de securité.

Gesner Henri Jr était le fils du chanteur de renommée internationale Gesner Henri dit Koupe Kloue, lui aussi décédé.


Le Sénat dominicain approuve la loi sur la réforme constitutionnelle: un nouveau pas franchi dans le cadre ds démarches pour la reeelection de Medina: la vice présidente Margarita Cedeno  de Frenandez demande à "l'étoile de Belen " d'éclairer le coeur des deux hommes


Santo-Domingo, le 27 mai 2015 – (AHP) -Le Sénat dominicain  a approuvé mardi en première lecture mercredi  le projet de convocation de l'Assemblée  Constituante  qui vise à permettre la réélection du président Danilo Medina pour un autre mandat.

Le projet présenté par le sénateur Reinaldo Pared Perez, secrétaire général du PLD, qui a coordonné la commission spéciale,
 a reçu 21 voix pour et dix contre.


Le Sénat a également rejeté un projet dissident présenté par Aristides Victoria Yeb, adepte du camp de Leonel Fernandez.

Les sénateurs ont donc  approuvé les modifications proposées par la commission spéciale qui, dans ses paragraphes 1 et 2 de l'article 2 stipule  que cette réforme vise  entre autre à laisser le Président de la République  briger un deuxième mandat consécutif .

Par ailleurs, la vice-présidente, Margarita Cedeno  de Frenandez a  demandé mercredi  à l'étoile de Belen  d'éclairer Danilo et Leonel.

L'épouse de l'ancien president Fernández  espère que "l'étoile de Belen l'étoile du Parti de la libération dominicaine  illumine le cœur de Danilo Medina et de Leonel Fernandez, pour leur permettre d'arriver à une entente, de sorte que le parti de la liberation dominicaine  continue de gouverner.

"Je souhaite  qu'ils parviennent  à un accord et un consensus qui permetent au parti de sortir renforcé de la crise et continue à aller de virctoire en victoire", a dit  Margarita Cedeno

Dans un discours  lundi l'ancien président Leonel Fernandez avait conditionné la  réforme constitutionnelle pour permetre la réélection de Danilo Medina, à un référendum. Ce qui avait éte consideré comme un défi lancé au président par son prédéceseur qui est à la recherche d'un 4ème mandat.


Nouvelles du 26 mai 2015
L'ancien premier ministre Laurent Lamothe dénonce des règlements de compte politiques et crie à l'injustice  après un rapport de la cour des comptes sur sa gestion jugée catastophique  au Ministère de la Planification: des parlementaires parlent d'un rapport accablant

Port-au-Prince, le 26 mai 2015 – (AHP) - L’ancien premier ministre Laurent Lamothe, candidat à la présidence sous la bannière de la Plateforme PEYIZAN mais contesté pour défaut de décharge, est sorti de son silence.

L’ex-chef du gouvernement s’est présenté face à la presse haïtienne ce lundi, pour prendre le contre-pied d'un rapport de la cour des comptes sur sa gestion au ministere de la planificaton. Un rapport qui ne lui serait tellement défavorable  que l’intéressé crie à l’injustice et parle d’Haïti comme d’une république mangeur d’hommes.

Pour Laurent Lamothe qui parle de persécutions politiques, la cour des comptes lui ferait payer pour « des crimes qu’il n’a pas commis ». Les irrégularités constatées n’ont pas rapport directement avec ma gestion, a dit l'ancien premier ministre.

Il affirme que, s’agissant des 4,2 milliards de gourdes, certains diront 5 milliards, débloquées pour la période post-Sandy, seulement 775 millions étaient directement concernés par le ministère de la planification dont il avait la charge à l’époque, a souligné Laurent Lamothe.

Il affirme avoir justifié l’ensemble de ces fonds qui étaient à sa disposition. Laurent Lamothe évoque également les frais relatifs aux déplacements en hélicoptère du président de la République qu’on tente d’imputer à tort à son administration.

Pour ce qui est des fonds communaux, là encore M Lamothe dit être blanc comme  neige et crie à l’injustice et annonce qu’il va envoyer une lettre de contestation au parlement, estimant que sur un montant de 28 milliards de gourdes, seul 0,025% d’irrégularité (7millions de gourdes) sont à déplorer.

Lors de son interventon  qui a duré 40 minutes, en présence notamment  d'anciens minstres  et d'acuels et anciens employés de la primature, les questions étaient bannies.

Des parlementaires confirment que les rapports de la cour des comptes, notamment celui concernant sa gestion au ministère de la planification, sont devastateurs pour l’ancien premier ministre. Le sénateur Jean-Baptiste Bien-Aimé parle de rapports accablants, qui feraient état de plus de 5 milliards de gourdes d’irrégularités au passif de l’ancien chef de gouvernement.

L’élu du nord-est rappelle que M. Lamothe avait boudé plusieurs invitations du parlement, notamment du Sénat de la République, qui demandait des explications sur l’utilisation des fonds d’urgence.

Il rappelle que ce n’est que le mois dernier, que le ministre de l’économie Wilson Laleau, à écrit à son collègue de la planification pour lui demander des pièces justificatives pour les dépenses post-Sandy.

Le sénateur Francisco De La Cruz a lui aussi indiqué que le rapport de la cour des comptes a sérieusement  écorné l’ancien chef du gouvernement.

Même si le parlement, dans sa configuration actuelle ne peut plancher sur le rapport de la cour des comptes, le sénateur De La Cruz dit attendre que le CEP éjecte M. Lamothe de la course à la présidence.

Lundi, lors de l’audition des contestations contre la candidature de M. Lamothe au bureau du contentieux électoral départemental de l’Ouest, son conseil de défense, avait souligné que l’ex-patron de la Primature avait peu après sa démission sollicité des instances concernées, décharges de sa gestion.

S’il ne l’avait pas obtenu, c’est entre autres en raison de l’état de dysfonctionnement du parlement, soutient Me Jacques Lochard ajoutant que l’obtention du certificat de décharge relevait d’une formalité impossible.

Me Dario Jean-Baptiste Desauguste, avocat du contestataire Beauvin Penel, a de son côté, souligné que la théorie des formalités impossibles n’existent pas dans le droit positif haïtien et évoque la responsabilité de l’ancien premier ministre dans le dysfonctionnement du parlement.

Me Desauguste rappelle que nul ne peut profiter de ses propres erreurs et s’interroge sur les circonstances dans lesquelles M. Lamothe a pu obtenir un certificat du tribunal des référés et demande au CEP d’écarter sa candidature pour défaut de décharge.

Décharge: l'ancien premier ministre Laurent Lamothe  écorné par un des 3 rapports de la cour des Comptes,: il exprime des  réserves et informe  de l'envoi  d'une note de contestations au Senat pour tenter d'obtenir que la CSCCA corrige ce qu'il considère  comme des erreurs  flagrantes.

Port-au-Prince, le 26 mai 2015 – (AHP) –L'ancien premier ministre Laurent Lamothe forcé à la démision en decembre 2014 et aujourd'hui potentiel candidat à la presidence, a exprimé mardi  des réserves sur l'un des 3 rapports preparés par la Cour supérieure des comptes sur sa gestion et  envoyés au Sénat de la Répulique.

Il s'agit du rapport concernant sa gestion comme ministre de la Planification qui lui serait defavorable.  Les deux autres rapports qui renfermeraient peu de griefs contre lui,
concernent sa gestion comme premier ministre et Ministere des affaires étrangères.

Laurent Lamothe estime que  le rapport defavorable renfermerait des erreurs flagrantes. Il a dit que  des 28 milliards de budget du ministere de la planiification sous son gouvernement, ce sont seulement 7 millions   de gourdes qu'il a geres personellement .

La gestion de  la quasi-totalite des 28 milliards ne le concernent pas et qu'à ce compte , il n'a pas de compte à rendre que pour les 7 millions , a-t-il dit.

Et il informe du coup  qu'il va enoyer une note de contestations au Senat pour tenter d'obtenir que la Cour des Comptes  corrige ce qu'il considère  comme des erreurs  flagrantes.


Toutefois, pour beaucoup de secteurs,  l'ancien premier ministre  devait avoir  un sérieux  contrôle  sur la façon dont les ministères  dépensaient  les fonds qui leur étaient alloués.

Alors, de quoi parlait-on lors des nombreux conseils de gouvernements publics organisés par la primature, se sont-ils interrogés.


Le conseil de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif avait dénoncé  lundi, dans une note de presse, une campagne de désinformation, d’intoxication et de dénigrement assortie de menaces voilées orchestrée contre le tribunal administratif, depuis la transmission au parlement des rapports de gestion des anciens ordonnateurs de l’Etat..

L'institution avait du coup appelé les pouvoirs publics à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des vies des conseillers et des comptables vérificateurs et contrôleurs de la Cour et de leurs familles.

Les debats font rage autour du de l'opportunité ou non d'accorder decharge aux anciens ministres, premiers ministres  et autres ordonnateurs de fonds publics  qui comptent briguer la présidence, en l'absence d'un parlement fonctionnel.

Certains secteurs estiment que beaucoup de ceux qui réclament la décharge aujourd'hui sont  pour la plupart responsables du vide institutionnel.

D'autres estiment  que ce sont les 2 pouvoirs, exéutif et  judiciaire   ainsi que ce qu'il reste du parlement (10 senateurs sur 30)  et les partis  politiques qui doivent trouver un consensus pour  fournir le  précieux document à ceux qui bénéficient d'un rapport favorable de  la Cour des comptes.

D'autres encore croient  que  ceux qui ont  toujours boudé les convocations du Sénat pour fournir des explications sur leur gestion, ne devraient pas prétendre à la décharge.

Les membres du personnel administratif de l’UEH en grève depuis le 20 mai pour réclamer un ajustement de salaire et leur intégration au conseil de l’université: la coalition des étudiants de l’UEH apporte sa solidarité au mouvement


Port-au-Prince, le 26 mai 2015 – (AHP) –La coalition des étudiants de l’université d état d Haïti a exprimé ce lundi sa solidarité avec le mot d'ordre de grève qu’observe depuis le 20 mai écoulé le personnel administratif de l’Université d'Etat d'Haïti UEH en vue de réclamer un ajustement de salaire et leur intégration dans le conseil de l’université.

Ce mouvement de grève  paralyse presque toutes les activités académiques au niveau de plusieurs entités de l’UEH dont les facultés de droit et des sciences économiques(FDSE), l’ Ethnologie et l’ école normale supérieure.

L’ étudiant finissant en économie a la FDSE, Peterson Boyer déplore ce qu’ il appelle le laxisme des responsables du Rectorat de l’ universite d état d Haïti par rapport aux revendications jugées légitimes des membres du personnel administratif qui travaillent dans de mauvaises conditions.i

Il estime juste  l’ intégration d'un représentant du personnel dans le conseil de l’ universite  en vue de poser les problèmes auxquels ils sont confrontes au niveau les différentes facultés.

De son cote, l’ étudiant en sciences sociales, Ronel Désir appelle  ses camarades de toutes  les entités de l’ UEH a se mobiliser en vue de contraindre les responsables du Rectorat a satisfaire les revendications des membres du personnel administratif.

Les rivalités se compliquent au PLD:  Léonel Fernandez conditionne la réélection à un référendum


Santo-Domingo, le 26 mai 2015 – (AHP) –L'ancien président dominicain Léonel Fernandez a conditionné lundi soir, lors d'un discours retransmis sur l'ensemble du pays, la réelection à un referendum  pour permettre à la population  de s'exprimer sur le dossier de la réforme constitutionelle, en vertu de l'article 272 de la Constitution dominicaine.

Esstimant que le projet de loi  soumis  au Senat est insuffisant et inacceptable, Fenandez a fait savoir que le referendum serait un très bel exemple de démocratie directe comme jamais vu auparavant dans l'histoire nationale.

Aspirer à la réforme de la constitution actuelle et permettre la réélection présidentielle doit venir  de l'énorme soutien reçu par le président Danilo Medina dans les différentes enquêtes realisées, a fait savoir l'ancien chef de l'Etat.

Il  estime  que  le projet de réforme qui a été déposé au Sénat, ne présente pas des garanties suffisantes et la  sécurité juridique necessaire pour  que la réforme que nous voulons faire aujourd'hui ne soit pas remise en question à l'avenir.

Fernandez qui a   déjà dirigé 3 fois la République dominicaine , n'est toujours pas  rassasié et veut encore  revenir au pouvoir. Mais le projet de la reelection, pourrait contrarier son plan.

Pour sa part, le ministre de l'Intérieur et de la police a fait savoir que la position du comite polique du PLD est celle qui prevaut, et celle qui est viable,  en réponse a  celle de Léonel Fernaandz qui propose un référendum.

Il n'y a pour l'instant aucun indice qui prouve que le président Medina donnera une réponse à son prédécesseurs allié des secteurs ulra-nationalistes dominicains, hostiles à la presence haitienne en République dominicaine.

Les législateurs qui soutiennent  Léonel Fernandez l'ont rencontré ce mardi au siège de la Fondation mondiale pour la démocratie et le développement (FUNGLODE).

45 députés et trois sénateurs opposés, comme Fernandez, à l'amendement de la Constitution pour permettre la réélection présidentielle, étaient presents à cette rencontre.

Des membres du Comité politique du Parti de la libération dominicaine favorables à la reelection   se sont également rencontrés ce mardi  au palais presidentiel.

Fin des audiences autour des  contestations formulées contre 23 candidats à la présidence: l'heure des déliberations, les débats s'enflamment  sur le dossier de la decharge

Port-au-Prince, le 26 mai 2015 – (AHP) – C’est ce lundi 25 mai et jusque fort tard dans la nuit   que les audiences se sont deroulées  au bureau électoral départemental  de l'Ouest 1 autour de  41 contestations contre 23 candidats à la presidence .
 
Les candidats les plus contestés étaient  le représentant de la plateforme VERITE Jacky Lumarque et l’ancien premier ministre et candidat de la plateforme PEYIZAN, Laurent Lamothe, avec 5 contestations chacun.
 
Vint ensuite suite André Michel de la plateforme JUSTICE avec 3 contestations. Maryse Narcisse de Famni Lavalas, Jude Célestin de LAPEH, Jean-Henry Céant de Renmen Ayiti et Sauveur Pierre-Etienne sont également contestés.

Les juges électoraux ont entendu cas par cas les différentes contestations
 
Les avocats de Jude Célestin  ont demandé au BCEN de rejeter la contestation produite contre leurs clients, arguant que le contestataire n’a pas fait acte de présence et que l’ancien directeur du Centre national des équipements (CNE) est en possession de son certificat de décharge.
 
Pour sa part, l’avocat de Jovenel Moïse du parti haïtien Tèt kale (PHTK), le parti  officiel de la presidence, a également appelé le tribunal électoral à rejeter la contestation qui n’aurait pas été faite de manière conforme au décret électoral.
 
C’est l’ancien ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales Thierry Mayard-Paul dont la candidature est également contestée qui s’est présenté en personne au BCED pour défendre sa cause en compagnie de sa batterie d’avocats.
 
Me Mayard-Paul affirme qu’il est éligible à la première magistrature du pays, faisant savoir que la cour des comptes avait émis en 2014 un avis favorable concernant sa gestion à la tête du MICT. C'est toutefois le Parlement qui a la compétence pour accorder décharge aux anciens ministres. Mais pas l'actuel sénat qui compte aujourd'hui 10 membres sur 30,  encore moins son président de facto, Andris Riché, soutiennent plusieurs secteurs.

Les avocats de Laurent Lamothe dont les adversaires disent qu'il est le premier ministre à avoir le plus mal géré les fonds publics, notamment les fonds Petro Caribe et qui s'est refusé a founir des expcations au senat sur sa gestion,  ont indiqué qu'il ne peut pas payer pour les conséquences du dysfonctionnement du parlement, l'instituton mandatée par la constiitution pour accorder décharge,  ni  pour le refus de l'executif d'agir. Certains en effet souhaitent que l'exécutif prennent un décret pour permettre aux ordonnaeurs  de fonds publics qui n'ont pas obtenu dechage d'intégrer le processus electoral.

Si Martelly ne l'a pas fait pour Sophia , comment  le fera-t-il pour Laurent?

Entre temps, la Cour des comptes  a acheminé 3 rapports au sénat sur la gestion de l'ancien premier miinstre dont seul le president du tiers du Sénat serait informé de la teneur . 

Mais des sources généralement ben informées affirment que c'est le rapport sur la gestion de M. Lamothe comme ministre de la planification qui serait son talon d'Achylle

 
L’ancien sénateur Moïse Jean-Charles a lui dénoncé des manœuvres qu’aurait orchestrées, selon lui, la communauté internationale pour porter le conseil électoral à l’écarter de la course.
 
L’ex-parlementaire qui fait état de menaces de la communauté internationale de ne pas financer les prochaines élections  si sa candidature à la présidentielle du 25 octobre est maintenue, soutient que ni le gouvernement ni la communauté internationale ne dispose de candidat qui soit en mesure de se mesurer à lui.
 
Moïse Jean-Charles estime que sa mise à l’écart déboucherait sur une révolution pacifique dans le pays. Il encourage plutôt  le CEP à prendre des dispositions de nature à réduire le cout de l’organisation des élections.

Le conseiller spécial du Département d’Etat américain  pour Haïti, Thomas Adams, avait la semaine dernière  jugé opportune, une modification du calendrier électoral tel que le souhaite ne importante partie des acteurs locaux. Des elections à deux tours au lieu des 3 tours (voulus par  le gouvernement) permettrait d'économiser 30 millions de dollars, avait fait savoir M. Adams.

Invité lundi par Radio Solidarité a réagir sur les déclarations de l'officiel américain, le president du Conseil électoral provisoire, Pierre-Louis Opont,  a tenté de les banaliser, estimant que M. Adams n'a aucune compétence en la matière.-


Activités socioculturelles à Chicago
 
Cette longue fin de semaine du Memorial Day a été remplie d’activités socioculturelles pour la communauté haïtienne de Chicago.  Le samedi  23 mai, le ''Congrès des Haïtiens pour Fortifier Haïti" (Haitian Congress to Fortify Haiti) a organisé son 9ème Dîner-gala Annuel de levée de fonds dans la soirée à White Eagle Banquets à Niles Illinois sous le thème " Haiti's current state of Affairs and the role of the Diaspora in the country's future " (" État actuel de la situation d’Haïti et le rôle de la Diaspora dans l'avenir du pays ").
 
Mme Edmonde Supplice Beauzile, ancien Sénateur et Vice-président du Sénat haïtien et actuel Président du parti politique Fusion, était l'invitée du '' CONGRÈS '' à cette occasion en tant que conférencier.
 
La partie culturelle a été assurée par l’artiste Marjorie Cajuste, chanteuse folklorique originaire de la ville de Saint-Marc, qui n’a pas manqué de charmer l’assistance composée de distingués invités en provenance de divers coins de l’état d’Illinois.
 
Dans son discours de circonstance, le Consul Général d'Haïti à Chicago, M. Lesly Condé, a déclaré : «Le CONGRÈS DES HAÏTIENS POUR FORTIFIER HAÏTI se donne pour mission de promouvoir l'entière participation de notre Diaspora dans tous les aspects de la Vie Haïtienne. Nous savons tous que cette Diaspora, si elle parvient à s'organiser, peut vraiment contribuer au développement du pays».
 
Le Consul Général d'Haïti à Chicago, M Lesly Condé à la soirée du ''Congrès''
 
Le même soir, s’est tenu le buffet de levée de fonds en faveur de l’ONG '' Hope for Haitian American Youth and Elderly '' (HOHAYE).  Au cours de cette soirée, destinée spécialement au public américain, et qui s'est tenue à Shilo Baptist Church de Waukegan, banlieue de Chicago, l’artiste invité Joël Lorquet, venu spécialement d’Haïti a interprété « How great thou Art », « He looked beyond my fault »  et « Pity for Haiti » à la satisfaction du public.
 
Hope for Haitian American Youth and Elderly (HOHAYE), est une organisation à but non lucratif créée en 2001 et travaillant dans l'Illinois, dans les Départements de l'Ouest et du Sud d'Haïti dans le domaine de l'éducation, des soins préventifs, de l'évangélisation, de la motivation et l'encouragement.
 
Une vue des participants au buffet de levée de fonds de HOHAYE
 
A noter qu’à l’occasion de la célébration de la fête du drapeau, dans la soirée du samedi 16 mai dernier, à l’initiative du Consulat Général d'Haïti à Chicago et du CHFH, les artistes Marjorie Cajuste, Joël Lorquet et Jean Bernard Abraham du groupe Harmony de Chicago, avaient offert un concert patriotique au Restaurant Kizin Creole de Chicago.  Cette activité visait principalement à faire connaître l'importance historique de notre bicolore en tant que premier peuple noir indépendant du monde et son symbolisme dans la lutte pour la liberté des Haïtiens.  Plusieurs de nos compatriotes avaient fait le déplacement pour flotter le bicolore national.
 

Nouvelles du 25 mai 2015

 La Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif dénonce une campagne de désinformation, d’intoxication et de dénigrement et de menaces  à son encontre depuis la transmission au parlement des rapports de gestion des anciens ordonnateurs de l’Etat: cette campagne  concernerait entre autres   des pots-de-vin que des conseillers sont accusés d'avoir reçus.

Port-au-Prince, le 25 mai 2015 – (AHP) – Le conseil de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif a dénoncé ce lundi, dans une note de presse, une campagne de désinformation, d’intoxication et de dénigrement assortie de menaces voilées orchestrée contre le tribunal administratif.
 
Une campagne réalisée selon la CSC/CA à travers certains médias et les réseaux sociaux depuis la transmission au parlement des rapports de gestion des anciens ordonnateurs de l’Etat.

Selon un conseiller, la campagne évoquée concernerait entre autres   des pots-de-vin que des collègues sont accusés d'avoir reçus.
 
Quoi qu'il en soit, la cour des compte fait savoir que cette campagne ne va pas affecter sa détermination à juger les comptes des comptables de deniers publics, à juger la gestion des ex-ministres et premiers ministres et à transmettre au parlement les rapports de vérification.
 
L’institution appelle les pouvoirs publics à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des vies des conseillers et des comptables vérificateurs et contrôleurs de la Cour et de leurs familles.
 
Le président du sénat Andris Riché confirme avoir reçu vendredi de la cour des comptes les dossiers de l’ancien premier ministre Laurent Lamothe dont la candidature à la présidence est contestée pour défaut de décharge notamment.
 
Les dossiers reçus du tribunal administratif concernent la gestion de M. Lamothe comme premier ministre, ministre des affaires étrangères et ministre de la planification et des cultes, a indiqué Andris Riché qui s’est gardé d’en révéler les conclusions soulignant qu’un groupe de consultants et d’experts procèdent pour le compte du sénat, à l’analyse de ces rapports.
 
S’agissant des récentes déclarations de Thomas Adams sur l’éventualité de modifier le calendrier électoral, le parlementaire a souligné que le conseiller du département d’Etat n’a aucune capacité de décision encore moins sur un sujet concernant l’avenir d’Haïti.
 
Pour ce qui est de la question de décharge, Andris Riché reconnait qu’elle aurait dû faire l’objet de discussions lors des négociations de décembre 2014 qui avaient abouti à la formation du CEP et de l’actuel gouvernement, ajoutant que seul un compromis politique peut permettre de résoudre ce problème.
 
Le directeur exécutif du Reseau national de défense des droits humains (RNDDH), Pierre Espérance, croit lui aussi que la question de décharge constitue un problème politique qui aurait dû être traité politiquement dans le cadre des négociations de décembre 2014.
 
Des proches du pouvoir appellent le CEP à mettre en veilleuse l’article du décret électoral qui traite de la question de décharge pour favoriser des « élections inclusives ».
 
Plusieurs responsables politiques, des parlementaires et anciens parlementaires estiment que les membres d’un gouvernement qui avaient toujours refusé de répondre à l’invitation du parlement pour faire la lumière sur les fonds de l’Etat qui étaient à leur disposition, n’ont aucune légitimité ni moralité pour prétendre à une telle main levée.

Pour eux, Laurent lamothe ne peut être dissocié de Sophia Martelly dont la candidature au Sénat de la République a été rejetée par le Bureau du contentieux électoral national pour cause de nationalité et aussi de décharge.
 
Pierre Espérance qui rappelle que plusieurs candidats aux législatives ont été écartés pour cause de décharge, soutient qu’on ne saurait donner le même traitement aux candidats ayant fait une demande de décharge et qui auraient un avis favorable de la cour des comptes quà ceux qui n’avaient produit aucune demande auprès des instances concernées.


Les rivalités se compliquent au PLD:  Léonel Fernandez conditionne la réélection à un référendum


Santo Domingo, 25 mai 2015- (AHP)-Le Mouvement des femmes dominico-haïtiennes (MUDHA) a fait savoir lundi que  c'est le peu de soutien donné par le gouvernement haïtien à ses ressortissants en République Dominicaine  qui explique que beaucoup d'entre eux n'aient  pu opter  à temps pour la régularisation de leur statut.

La république dominicaine menace, à partir de la mi-juin,  de rapatrier et de chasser des miliers d'haïtiens en situation irrégulière et aussi des Dominicains d'origine haïtienne qui ont eté dénationalisés.

Cristina Luis Francisco, chef de l'organisation, a déclaré que, malgré leurs espoirs et leurs efforts, ils  sont conscients que le trop  peu d'aide du gouvernement haïtien qui n'a pas fourni les documents d'identité nécessaires à ses ressortissants, aura une incidence sur  le fait que de nombreux haïtiens ne pourront rejoindre le processus.

 Le Mouvement des femmes dominico-haïtiennes indique qu'il accompagne les Haïtiens, afin de leur apporter soutien et et  conseils dans les 24 bureaux où le programme est implanté dans tout le pays.

"Nous travaillons pour obtenir que la plupart des Haïtiens en situation irrégulière arrivent à  s'enregistrer," a promis Cristina Luis Francisco.

L'organisation qui regroupe des Haïtiens et des Dominicains dit regretter que les autorités haïtiennes n'aient pas fait plus d'efforts pour contribuer à la livraison de la documentation à leurs compatriotes.

Ils estiment que les mesures qui sont actuellement en cours pour installer des centres d'accueil pour les rapatriés, auraient pu être prises  pour éviter les déportations.

Parallèlement, des centaines de travailleurs de la  canne à sucre ont écrit  lundi au ministère de l'Intérieur et de la police demandant que le Plan de Réorganisation Nationale s'étende jusqu'en Novembre, pour qu'ils aient le temps de deposer leurs documents

Le porte-parole du groupe, Jésus Nunez, a déclaré qu'ils sont en attente d'une réponse  depuis le 23 Avril dernier, du ministre de l'Intérieur et de la police Jose Ramon Fadul, celui-ci  avait déclaré qu'il chercherait un moyen de sortir de la situation,  des milliers de travailleurs de la  canne qui ne possèdent pas de statut juridique. Nunez a dit que la proposition présentée à l'institution vise à permettre à plus de 10 000 cultivateurs de canne, qui ont demandé des documents a leur ambasade, d'integrer le programme.

Nunez a lui aussi accusé le gouvernement haïtien de vouloir  l'échec du plan de réorganisation, parce qu'il n'a pas coopéré avec efficacité dans la remise des dossiers importants à  ses citoyens, dont beaucoup ont produit leur demandé depuis 11 mois.

Le Mouvement des femmes dominico-haïtiennes affirme que c'est le trop peu de soutien des autorités haïtiennes à leurs ressortissants en république dominicaine qui expique que  beaucoup d'entre eux ne pourront s'inscrire au programme de régularisation: parallèllement des centaines de travailleurs de la  canne à sucre écrivent au ministère de l'Intérieur pour demandert que le Plan de régularisation s'étende jusqu'à Novembre

Santo Domingo, 25 mai 2015- (AHP)-Le Mouvement des femmes dominico-haïtiennes (MUDHA) a fait savoir lundi que  c'est le peu de soutien donné par le gouvernement haïtien à ses ressortissants en République Dominicaine  qui explique que beaucoup d'entre eux n'aient  pu opter  à temps pour la régularisation de leur statut.

La république dominicaine menace, à partir de la mi-juin,  de rapatrier et de chasser des miliers d'haïtiens en situation irrégulière et aussi des Dominicains d'origine haïtienne qui ont eté dénationalisés.

Cristina Luis Francisco, chef de l'organisation, a déclaré que, malgré leurs espoirs et leurs efforts, ils  sont conscients que le trop  peu d'aide du gouvernement haïtien qui n'a pas fourni les documents d'identité nécessaires à ses ressortissants, aura une incidence sur  le fait que de nombreux haïtiens ne pourront rejoindre le processus.

 Le Mouvement des femmes dominico-haïtiennes indique qu'il accompagne les Haïtiens, afin de leur apporter soutien et et  conseils dans les 24 bureaux où le programme est implanté dans tout le pays.

"Nous travaillons pour obtenir que la plupart des Haïtiens en situation irrégulière arrivent à  s'enregistrer," a promis Cristina Luis Francisco.

L'organisation qui regroupe des Haïtiens et des Dominicains dit regretter que les autorités haïtiennes n'aient pas fait plus d'efforts pour contribuer à la livraison de la documentation à leurs compatriotes.

Ils estiment que les mesures qui sont actuellement en cours pour installer des centres d'accueil pour les rapatriés, auraient pu être prises  pour éviter les déportations.

Parallèlement, des centaines de travailleurs de la  canne à sucre ont écrit  lundi au ministère de l'Intérieur et de la police demandant que le Plan de Réorganisation Nationale s'étende jusqu'en Novembre, pour qu'ils aient le temps de deposer leurs documents

Le porte-parole du groupe, Jésus Nunez, a déclaré qu'ils sont en attente d'une réponse  depuis le 23 Avril dernier, du ministre de l'Intérieur et de la police Jose Ramon Fadul, celui-ci  avait déclaré qu'il chercherait un moyen de sortir de la situation,  des milliers de travailleurs de la  canne qui ne possèdent pas de statut juridique. Nunez a dit que la proposition présentée à l'institution vise à permettre à plus de 10 000 cultivateurs de canne, qui ont demandé des documents a leur ambasade, d'integrer le programme.

Nunez a lui aussi accusé le gouvernement haïtien de vouloir  l'échec du plan de réorganisation, parce qu'il n'a pas coopéré avec efficacité dans la remise des dossiers importants à  ses citoyens, dont beaucoup ont produit leur demandé depuis 11 mois.


Nouvelles du 24 mai 2015


Elections: le CARDH
rappelle l'obligation de l''institution électorale d'observer et de respecter à la lettre  la Constitution qui organise l’État et établit les conditions d’éligibilité relatives à chaque poste électif

Port-au-Prince, le 24 mai 2015-(AHP) –-Le Centre d'analyse et de recherche en droits de l'homme a souligné dimanche dans une note de prese titrée "Processus électoral en Haïti : L'onde du Chaos " qu'aucune violation dans le passé de la loi par
un gouvernement ne saurait jamais être considérée comme un précédent en droit.

La question du la décharge à accorder  par le parlement  aux ministres qui veulent briguer un poste électif fait debat et chacun y va de sa petite solution en l'absence d'un parlement fonctionnel.

La CARDH adresse une mise en garde au Conseil életoral provisoire et  à ceux qui font pression pour tenter d'obtenir  que les choses se passent autrement:


" Une situation illicite ne saurait jamais être considérée comme une source du droit et donner naissance à une règle juridique à laquelle une instance devrait se référer. Il s'agit en droit international du principe « ex injuria jus non oritur », indique le centre

Et de rappeler que la Constitution haïtienne[1] (articles 200 et 233) exige, de manière expresse et sans équivoque, que les ministres voulant se porter candidat doivent absolument avoir un document dénommé décharge émanant du Parlement. Pour les autres catégories de fonctionnaires liés par ce document, l'institution compétente est la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif[2] (CSCCA).

La CARDH précise et rappelle que le droit ne saurait jamais être violé sous prétexte de satisfaire les desiderata d'un individu ou d'un groupe d'individus, ou encore en fonction d'une approche fantaisiste, simpliste et intéressée.


"Il est de la responsabilité de ceux et de celles qui dirigent l’État de prendre des dispositions pour que les institutions fonctionnent en toute indépendance et en respectant le principe d'équité (ex aequo et bono). Il est impératif que la Constitution et le décret électoral soient respectés par le CEP sans faire de considérations particulières. De surcroît, le contexte politique reste et demeure fragile. Tout manquement contribuera sans doute à chambarder tout le processus et à  mener le pays vers le chaos", conclut la CARDH.

 
"Port-au-Prince, le 21 mai 2015.- Le Centre d'analyse et de recherche en droits de l'homme (CARDH) prend acte des efforts consentis par les protagonistes de la crise haïtienne post 86 dans la perspective de la réalisation des prochaines élections locales, législatives et présidentielles. Ces dernières, comme le CARDH l'avait souligné en plusieurs occasions, revêtent d'une grande importance pour combler le vide institutionnel apparent (Parlement, collectivité territoriale etc.) auquel le pays est confronté. 
 
Tout en reconnaissant que les conditions générales ne seraient pas jusqu'ici créées pour que des élections crédibles, transparentes, démocratiques et inclusives soient réalisées dans la perspective d'une stabilité politico-institutionnelle réelle et durable, le CARDH encourage vivement les protagonistes, c'est-à-dire, l’État, les partis politiques, la société civile et la coopération internationale, à poursuivre ces efforts et à  s'engager davantage dans cette voie consensuelle.
 
Le CARDH souhaiterait particulièrement rappeler au Conseil électoral qu'il a, au regard de la loi,  la responsabilité première de réaliser ces élections. L'institution électorale doit, dans la foulée, agir dans le strict respect de la Constitution qui organise l’État et établit les conditions d’éligibilité relatives à chaque poste électif (article 135 pour la fonction présidentielle, article 96 pour la fonction sénatoriale, article 91 pour la fonction de député...).
 
Il paraît important de souligner que la Constitution est d’interprétation et d'application strictes (droit public). Autrement dit, elle doit être appliquée et suivie à la lettre,  notamment par ceux et celles qui ont prêté serment à cette fin (gouvernants). Il s'agit ici d'un principe sacro-saint en droit.
 
À titre d'exemple, dans la perspective de garantir le respect des normes de bonne gouvernance (transparence, reddition de compte...), voir par exemple le Livre blanc de l'Union européenne sur la gouvernance, la Constitution haïtienne[1] (articles 200 et 233) exige, de manière expresse et sans équivoque, que les ministres voulant se porter candidat doivent absolument avoir un document dénommé décharge émanant du Parlement. Pour les autres catégories de fonctionnaires liés par ce document, l'institution compétente est la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif[2] (CSCCA).
 
Le CARDH, par ailleurs, souligne à l'encre forte que le CEP est une institution publique indépendante et autonome qui, dans le cadre de l'accomplissement de sa tâche, doit appliquer de manière stricte la Constitution et le décret électoral de 2015. Aucune théorie ne peut être évoquée, par quiconque, pour violer, de façon flagrante, une Constitution qui non seulement est la loi mère et suprême de l’État, en ce sens qu'elle organise l’ensemble de la vie institutionnelle et juridique de la cité,  mais aussi qui occupe le sommet de la hiérarchie des normes en droit (voir la théorie pure du droit développée par Hans Kelsen).
 
Dans le raisonnement juridique, on pourrait évoquer une théorie, la théorie des circonstances impossibles par exemple, qui, dans une certaine mesure pourrait être reconsidérée comme une norme « inférieure », ou une jurisprudence,  quand la loi laisse un flou par rapport à une question. Et, dans certains cas elle doit être prévue par la Constitution et la loi.
 
Le CEP n'est ni une instance d’interprétation du droit, ni une instance dépendante des autres institutions de l’État. Ces décisions ne sont pas susceptibles de recours (voir le décret électoral).
 
Le CARDH poursuit sa note en soulignant qu'une situation illicite ne saurait jamais être considérée comme une source du droit et donner naissance à une règle juridique à laquelle une instance devrait se référer. Il s'agit en droit international du principe « ex injuria jus non oritur ».
 
En d'autres termes, si dans le passé un gouvernement avait violé la loi, cela ne saurait jamais être considéré comme un précédent en droit. La notion de précédent en droit a son sens propre et sa méthode de formation. Le droit est une discipline à par entière.
 
Le Centre d'analyse et de recherche en droits de l'homme (CARDH), en guise de conclusion,  précise et rappelle que le droit ne saurait jamais être violé sous prétexte de satisfaire les desiderata d'un individu ou d'un groupe d'individus, ou encore en fonction d'une approche fantaisiste, simpliste et intéressée.

Il est de la responsabilité de ceux et de celles qui dirigent l’État de prendre des dispositions pour que les institutions fonctionnent en toute indépendance et en respectant le principe d'équité (ex aequo et bono). Il est impératif que la Constitution et le décret électoral soient respectés par le CEP sans faire de considérations particulières. De surcroît le contexte politique reste et demeure fragile.

 Tout manquement contribuera sans doute à chambarder tout le processus et à  mener le pays vers le chaos.
"

Les proches de l'ancien premier ministre Laurent Lamothe qui estiment celui-ci blanchi dans le dossier post-Sandy, font circuler sur le net  une lettre qui aurait été adressée en avril dernier par le ministre des Finances à celui  de la Planication sur la gestion de l'ancien chef de gouvernement

Port-au-Prince, le 24 mai 2015-(AHP) –- Les proches de l'ancien premier ministre Laurent Lamothe multiplient les déclarations et les actions sur les ondes sur le net, autour de la gestion des fonds publics,   de l'ancien chef de gouvernement que ses adversaires politiques jugent catastrophiques.

Il  est notamment reproché a M. Lamothe  d'avoir boudé toutes les dernières convocations du Sénat pour rendre ds compts sur la façon dont il gérait les  fonds du trésor publice, notamment les fonds Petro Caribe.
Des parlementaires  ont relevé récemment qu'aucun rapport n'avait été fourni sur la somme de 5 millions de dollars decaissés après le passage du cyclone Sandy.

Alors que le dossier de la décharge fait rage sur la gestion des anciens ordonateurs de fonds publics qui briguent la présidence, des proches de M. Lamothe font circuler une lettre en date  du 20 avril 2015,  qui aurait été adressée au Ministre de la Planification, Yves Germain JOSEPH, par le Ministre des Finances, Wilson LALEAU, qui a l'ambition de " blanchir Laurent Lamothe dans le dosier post-sandy" et sur la répartition des fonds décaissés suite au passage de (4) cyclones qui ont ravagé Haiti au cours de l’exercice 2012-2013.

Selon cette lettre, seulement 775,000,000 de gourdes - soit 18.6% du montant total, auraient été  été placées directement sous la direction de Mr. Laurent Lamothe, Ministre de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE).

Le décaissement total des 4,245,000,000.00 gourdes aurait été ainsi réparti :

Ministère des Travaux Publics (MTPTC), Mr. Jacques Rousseau, 2,000,000,000.00  (48%)


Ministère de l’Agriculture (MARNDR), Mr. Jacques Thomas, 1,225,000,000,00 (29.4%)

Fonds d’Assistance Sociale (FAES), Mr. Klaus Eberwein 50,000,000,00 (1.2%)

Ministère des Affaires Sociales (MAST), Mr. Josefa Gauthier,  75,000,000.00 (1.8%)

Services de Collectes des Résidus Solides (SMCRS) , Mr. Donald Paraison, 120,000,000.00 (2.9%)

Les amis de M. Lamothe soulignent que, contrairement à la propagande mensongère anti-Lamothe, sur les 4,245 milliards de gourdes décaissées suite au passage du cyclone Sandy, seul 18.6% du montant total a été géré par le ministère du Plan.

Concernant le dernier paragraphe de la lettre du Ministère des Finances demandant aux différentes entités de soumettre leur rapport, il s’agit, selon les proches de Lamothe, d’une erreur “volontaire” grave dans un contexte électoral visant à embarrasser le Candidat à la Présidence.

Ils indiquent aussi que la lettre du Ministère des Finances a été signée étrangement, ont-ils dit, par le Ministre de la Justice, Pierre-Richard Casimir, au nom du Ministre Wilson LALEAU.

"On se demande s’il y a eu désaccord sur l’accomplissement de cet acte délibéré qui semble être commis dans un contexte électoral afin de paralyser la candidature de l’ex-Premier Ministre Laurent Salvador Lamothe", se questionnent les proches de l'ancien premier ministre qui a deposé ses pièces la semaine dernière au BED de l'Ouest 1
.

D'autres secteurs questionnent aussi, mais différemment l'importance de cette lettre au Ministre de la Planification,  qui émane du  ministère  des Finances, le même qui avait  récemment fait savoir que la candidate au sénat ( désormais rejetée), Sophia Saint-Rémy Martelly, n'avait pas besoin de décharge pour se porter candidate,  pour n'avoir pas été gestionnaire de fonds publics, alors que l'intéressée avait dans le même temps, formulé une demande à la Cour des comptes.


La vie des Haïtiens en situation  irrégulière se complique jour après jour en République dominicaine

Santiago , le 24 mai 2015-(AHP) –Des centaines d'Haïtiens continuent d'affluer vers les  centres de documentation des étrangers en situation irregulière, en republique dominicaine, particulièrement dans les régions  de Santiago, Valverde, Puerto Plata, Dajabón et de San Francisco de Macoris, cherchant à régulariser leur statut d'immigrant, dans le pays.

Les personnes travaillant dans les centres de documentation  ont fait sasvoir samedi que beaucoup des Haïtiens  qui cherchent à régulariser leur statut , arrivent  sans les documents essentiels permetant de mettre en œuvre le plan.

De nombreux Haïtiens sont dans le même temps  licenciés et d'autres rapportent  qu'ils ont été menacés de révocation si leur statut n'est pas regularisé, leurs patrons prétextant qu'ils  ne veulent pas  avoir des ennuis avec les autorités.

Et les difficultés  pour obtenir un emploi se sont multiplies, ont fair savoir des ressortissants haïtiens, qui affirment n'avoir pas d'autres choix que de rentrer chez eux , alors que les Dominicains menacent de lancer officiellement à partir de juin une vague de déportations à la fois de milliers de dominicains  d'origine haïtienne et d'Haïtiens en situation irrégulière.

Nouvelles du  22 mai 2015
Le conseiller spécial du Département d’Etat américain  pour Haïti juge opportune, une modification du calendrier électoral :  Thomas Adams  estime par ailleurs que la lenteur qui caractérise la reconstruction d'Haïti est imputable à un manque de coordination de l'aide étrangère sur le terrain

Port-au-Prince, le 22 mai 2015-(AHP) –
Le conseiller spécial du département d’état américain pour Haïti, Thomas Adams, a jugé mercredi opportune une modification du calendrier relatif aux élections legislatives, municipales, locales et presidentielles  annoncées pour avant la fin de l'année 2015 dans le pays.

Il est prévu, en effet, des élections à 3 tours, cette année. Ce calendrier  suscite donc des inquiétudes de la part de plusieurs secteurs de la société qui estiment qu'Haïti n’a pas les moyens financiers suffisants pour y faire face.

Thomas Adams qui s’entretenait avec un groupe de journalistes haïtiens qui séjournent à Washington, dont Kendi Zidor, Directeur de l'Information à Radio Solidarité, a dit comprendre le sens des préoccupations exprimées à ce sujet. Il a cependant affirmé que ce sont les Haitiens qui ont le dernier mot, avant de souligner qu’une telle décision permettrait d’économiser environ 30 millions de dollars et donnerait au CEP un peu plus de temps pour préparer les opérations électorales.

M. Addams s'est déclaré toutefois  convaincu que les élections auront lieu, coûte que coûte, cette année, et a rappelé que son pays contribue financièrement à la réussite du processus.

Réagissant par ailleurs, sur la lenteur qui  caractérise  la reconstruction d’Haïti, après le séisme dévastateur  ayant frappé le pays, le 12 janvier 2010, M. Adams estime qu'elle   est imputable à un manque de coordination de l'aide étrangère sur le terrain.

 Le conseiller spécial du département d’état américain estime cependant  que des progrès ont été réalisés dans la situation globale du pays, au cours des années post-séisme.


Il a fait savoir que si plusieurs projets financés par les Etats Unis tardent à être réalisés, c'est en raison notamment de conflits terriens. Il a cité, à titre d’exemple, la construction d’une prison pour femmes à Port-au-Prince, qui n’est toujours pas achevée.

Thomas Adams soutient que le taux de croissance annuelle de 3 à 4%  que connait le pays, n’est pas suffisant pour l’aider à éradiquer la pauvreté.

Avec de bonnes décisions économiques, Haïti mettra environ 25 ans pour atteindre un niveau moyen pareil à celui de la République dominicaine voisine, a-t-il indiqué.

AHP Washington, 22 mai 2015,  13:30   K.Z    

Nouvelles du 19 mai 2015
Présidentielle: une douzaine de candidats ont fait le depôt de leurs pieces ce mardi au BED de l'Ouest 1: la candidate de Fanmi Lavalas était accompagnée de l'ancienne première dame Mildred Trouillot Aristide et de milliers de membres  et cadres de l'organisation politique

Port-au-Prince, le 19 mai 2015  (AHP) – Les aspirants-candidats à la présidence se sont bousculés ce mardi dans une ambiance festive au bureau électoral départemental de l’Ouest 1 où ils sont attendus jusqu’à ce mercredi 20 mai pour faire le dépôt de leurs pièces.

Une douzaine de candidats se sont, en effet, fait inscrire
au BED de l’ouest 1 sur la route de Frères

La candidate à la présidence de Fanmi Lavalas, le Dr en médecine Maryse Narcisse qui a fait le depôt de ses pièces en fin de journée, était acompagnée de milliers de partisans. C'est la plus grosse foule à avoir fait le déplacement depuis le début des opérations d'inscription.

La présence de l'ancienne première dame, Mildred Trouillot Aristide aux côtés de la candidate, en compagnie de cadres et militants de Fanmi Lavalas, a réhaussé l'ambiance de cette journée d'inscription.

Après son inscription, Maryse Narcisse a affirmé vouloir, comme présidente d'Haïti, défendre les intérêts de toutes les couches de la population, mais particulièrement les laissés-pour-compte, les déshérités, ceux et celles  qui aspirent à une meilleure vie et qui croient dans l’idéal du 16 décembre 1990, date qui marque la première élection de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide.

L’épouse de l’ancien chef d'Etat a assuré qu’elle et son mari soutiennent entièrement la candidature du Dr Maryse Narcisse.


Plusieurs autres candidats se sont egalement fait inscrire dont Jude Célestin de LAPEH et  Samuel Madistin du MOPOD.

Me Madistin a dit vouloir mettre sur pied un Etat fort ,en investissant dans le social, en créant un climat sécuritaire pour attirer les investissements et en mettant en œuvre des programme de relance agricole afin de nourrir la population.
 
Pour sa part, Jude Célestin, éjecté de la course en 2010 par l’OEA après avoir terminé en première position, selon les résultats du CEP, affirme que sa conviction est renforcée et qu’il est déterminé à faire en sorte que ceux qui ont été victimes d’injustice en 2010, obtiennent justice cette année.
 
L’ancien candidat de Inite, la plateforme  créé par  de René Préval apres Lespwa, entend également mettre la population au travail, précisant qu’il va accorder une importance particulière à la formation professionnelle de manière à permettre au pays d’avoir des cadres intermédiaires, indispensables à son développement.
 
L’ex-ministre de l’intérieur Thierry Mayard-Paul a également déposé ses pièces au BED de l’ouest 1. Il affirme disposer d’un jugement du tribunal civil, ordonnant au conseil électoral d’accepter sa candidature sans certificat de décharge.
 
Pour ce qui est ce Clarens Renois, journaliste et patron de l'agence en ligne HPN qui s’est lancé en politique il y a peu, c’est la réconciliation entre les Haïtiens qui constitue son cheval de bataille. Clarens Renois croit nécessaire de mettre de côté la hâche de guerre pour travailler d’un commun accord à la prospérité du pays.
 
Le candidat de KONTRA PEP LA, Chavannes Jean-Baptiste, prône lui aussi l’harmonie entre les Haïtiens, soulignant qu’il est nécessaire de retrouver les habitudes du vivre-ensemble.
 
Le pasteur Jean-Chavannes Jeune a lui aussi déposé ses pièces au BED de l’ouest 1. Après deux échec en 2006 et 2010, le leader du parti ACCRAH, qui représente une  frange du monde protestant, a dit vouloir s’inspirer de l’exemple de persévérance de Robert Bruce d’Ecosse.

Les derniers candidats à la presidence attendus ce mercredi au BED de l'Ouest 1: dont l'ancien sénateur Moïse Jean-Charles pour la plateforme Pitit Dessalines et Jovenel Moise pour le parti présidentiel PHTK

Port-au-Prince, le 19 mai 2015 – (AHP) - Les derniers aspirants candidats sont attendus au BED de l’ouest ce mercredi. Dans le camp du parti présidentiel, le PHTk, c’est l’industriel Jovenel Moise qui devrait faire le dépôt de ses pièces.

M. Moise  est à la tête du consortium FETA/AGRITRANS qui bénéficie de l’expertise de la France mais surtout de l’appui financier du gouvernement haïtien à hauteur de 27 millions de dollars US.

Un projet qui consiste en la production de bananes organiques destinées à l’exportation notamment vers le continent européen et les Caraïbes.

L’ancien sénateur Moïse Jean-Charles fera lui aussi le dépôt de ses pièces ce mercredi tout comme le leader de Renmen Ayiti, Me Jean-Henry Céant.

Interrogé sur la question de décharge pour avoir été maire de Milot, dans le nord, à 3 reprises, l'ex-parlementaire affirme qu’il est en contact avec la cour des comptes pour régler les derniers soucis et assure qu’il disposera de toutes les pièces exigées par le décret électoral pour que sa candidature soit validée.

PITIT Dessalines entend mobiliser  de nombreux militants   pour acompagner  son candidat à la présidence au BED de l'Ouest 1.
 


Le président Michel Martelly condamne les actes de vandalisme contre les locaux de BECs à Petit-Goave et à Jacmel et annoncent des mesures contre les auteurs et complices de ces actes

Port-au-Prince, le 19 mai 2015 – (AHP) - Le  Président Michel Martelly a condamné mardi les actes  de vandalisme perpétrés contre les locaux des Bureaux Electoraux Communaux de Petit-Goâve et  de Jacmel, les 15 et  16 Mai 2015.

Dans un communiqué, le chef de l’Etat informe que des instructions  claires ont été passées aux autorités compétentes de manière à ce que les auteurs, co-auteurs et complices de ces actes inacceptables soient poursuivis, arrêtés et déférés par devant la justice.

A petit-Goiave, les partisans d'un candidat écarté de la course   ont mis le feu vendredi  au local du BEC, ainsi qu'aux quelques chaises  et bureaux qui s'y trouvaient. Les archives du BEC auraient  egalement disparu dans les flammes.


Michel Martelly parle de pratiques qui s’apparentent à des manœuvres visant à contrarier le bon déroulement du processus électoral  en cours et invite tous  les acteurs à la tolérance et au respect des principes démocratiques, seule façon de renforcer l’Etat de droit et de maintenir le pays sur les rails du développement durable. 

La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti (RSSG), Sandra Honoré,  condamne elle aussi les attaques contre les 2 bureaux électoraux communaux  et appelle tous les acteurs à rejeter la violence sous toutes ses formes.

Elle fait remarquer que ces actes criminels ne font pas avancer le processus électoral et ne servent aucunement les intérêts des électeurs.

Plusieurs secteurs avaient jugé deplacées,  la semaine dernière, les contestations de  l'Exécutif par la voix du premier ministre Evans Paul, de la décision du  Bureau du contentieux électoral national (BCEN), après le rejet de la candidature  de la première  dame,  Sophia Saint-Rémy Martelly, pour cause de nationalité étrangère et absence de décharge.

Les mêmes secteurs avaient estimé que l'intervention du premier ministre dans les décisions
d'un pouvoir considéré comme independant ,ouvrait la voie à toutes sortes de dérapage.

Le président du tiers du Sénat Andrice Riché est très satisfait du déroulement du processus électoral. Le parlementaire estime que le CEP est sur la bonne voie notamment pour ce qui est du traitement des dossiers de candidature aux législatives du 9 aout.
 
Il a entre autres cité la façon de traiter les dossiers relatifs à la candidature de la première dame Sophia Martelly et de certains autres candidats dont les représentants de l’OPL, son parti, dans le département du sud-est.


Arrestation mardi à Petit-Goâve d'un dangereux chef de gang réputé proche de l'ancien deputé  Stevenson jacques Timoléon: Jean-Daniel Milord était vêtu de l'uniforme de la police et était en possession d'un badge du Ministère de l'Intérieur

Port-au-Prince, le 18 mai 2015 – (AHP) – La police   de Petit-Goâve a procede mardi à l'arrestation d'un redoutable chef de gang . 

Jean-Daniel Milord, réputé proche de l'ancien député Stevenson Jacques Timoléon et qui était
très recherché,  a été arrêté , vêtu de l'uniforme d'une unite spécialisée de la PNH et porteur d'un badge du ministere de l'Intérieur.

Les adversaires politiques de l'ancien deputé accusent 
Timoléon d'avoir abrité l'ancien chef de gang arrêté non loin de sa résidence.

Selon des informations,
Jean-Daniel Milord est accuses de nombreux actes reprehensibles, mais la police a hésité longtemps à le metre sous les verrous , en raison de ses nes  relations presumées avec d'importantes autorités.

Les autorites policieres de la vile de Petit-Giave hésitaient encore davantage a le faire arrêter après la libération de  Woodly EWthéard (Sonson Lafamilia) et  de renel Nelfort dit le recif.


La St-Yves: le président de la fédération des barreaux d'haïti  exhorte les hommes de loi à  mettre en application les règles du code de déontologie de la profession avocat et appelle le ministre de la justiceà à prendre des mesures drastiques contre les imposteurs qui ont investi les palais de justice

Port-au-Prince, le 19 mai 2015 – (AHP) – Le Barreau de Port au prince a organisé ce mardi 19 mai plusieurs activités  à l'occasion de la St-Yves.

Une messe d’action de grâce a ainsi été chantée en mémoire de Me Yves Heloury le saint patron des juristes et des avocats.

Plusieurs autorités du système judiciaire dont le président du conseil supérieur du pouvoir judiciaire(CSPJ), Me Jules Cantave et le ministre de la justice et de la sécurité publique(MJSP), Me Pierre Richard Casimir ont pris part à ces activités.
 
A cette occasion, le président de la fédération des Barreaux d’ Haïti (FBH), Carlos Hercules a, dans son discours, exhorté les hommes de loi à  mettre en application les règles du code de déontologie de la profession avocat et a prendre  Saint Yves comme leur modèle dans l’ exercice de ce métier.

Il a informé que le conseil de discipline du Barreau a adopté une résolution en faveur de la formation continue des avocats afin qu’ils puissent avoir plus de capacité intellectuelle pour défendre leurs clients.
 
Me Carlos Hercule a déploré par ailleurs  l’invasion des locaux du palais de justice par ce qu’il appelle des imposteurs qui veulent se faire passer pour des avocats, des huissiers et autres, ce qui a de graves conséquences sur le bon fonctionnement de l’appareil judicaire.

Il invite le ministre de la justice,  à prendre des mesures drastiques  en vue d’éviter un affrontement entre ces imposteurs et les avocats.
                                                                                                                                               
L’ex député de la circonscription de la croix des Bouquets, Jean Tholbert Alexis a estimé à l'occasion que le bilan du président Michel Joseph Martelly est négatif en termes de réalisations.

Il a appelé les citoyens à sanctionner les candidats du pouvoir aux prochaines élections municipales, locales, législatives et présidentielles.


Le candidat au sénat pour le département de l’ ouest a dit faire  jusqu'ici un minimum de confiance aux  membres du conseil électoral provisoire(CEP),  en s'appuyant notamment sur la  récente décision prise par le bureau du contentieux électoral national ( BCEN) de déclarer irrecevable la candidature de la première dame Sophia Martelly pour cause de nationalité étrangère et faute de décharge.

Jean Tholbert Alexis  a dit  dans le même temps s'attendre à un report de la date du 9 Aout retenue pour la tenue des élections législatives par le CEP, en raison, a-t-il  dit, des retards accumulés dans le processus d’inscription des aspirants-candidats.


Nouvelles du 15 mai 2015

Violences electorales au lendemain de la publication de  la liste définitive des candidats agréés aux prochaines législatives: le BEC de Petit-Goâve vandalisé par les partisans d'un candidat écarté de la course

Port-au-Prince, le 15 mai 2015 – (AHP) – Le Bureau électoral communal de Petit-Goâve a éte vandalisé ce vendredi par une bande d'individus furieux présentés comme  les partisans  de Germain Alexandre Fils, un candidat écarté de la courses aux légisalives fixées au mois d'août 2015.

 
Germain Alexandre Fils est le principal rival de l'ancien deputé  Stevenson Jacques Thimoleon, un proche du régime en place

Les partisans du candidat écarté   ont mis le feu au local du BEC, ainsi qu'aux quelques chaises  et bureaux qui s'y trouvaient. Les archives du BEC auraient  egalement disparu dans les flammes.

La plupart des activités ont été paralysées dans la villeoù  les écoles n'ont pas fonctionné, alors que la nationale No 2 a été  bloquée à hauteur de Petit-Goâve. Mais, les manifstants ont échoué dans une tentative de fermer le tribunal de paix de la ville.

Le calme est revenu en fin de journée dans la ville, mais  la tension est toujours perceptible.

L'Exécutif par la voix du premier ministre Evans Paul, avait été le premier à contester le Bureau du contentieux électoral national (BCEN), après le rejet de la candidature  de la première  dame,  Sophia Saint-Rémy Martelly.

Ce qui avait été dénoncé comme une interference grave dans les décisions d'un pouvoir considéré comme independant


A Port-au-Prince, des candidats ont commencé à défiler au BED de l'Ouest 1 pour exiger des explications après le rejet de leur candidature.

L’Organisation du Peuple en Lutte (OPL) a dénonce vendredi l’éviction d’une vingtaine de ses candidats aux  législatives.

En effet, le Conseil électoral provisoire a  publié jeudi soir  la liste définitive des candidats agréés aux prochaines législatives: des personnalités connues comme les anciens députés  Gracia Delva et  Jean david Génesté, les anciens ministres  de la justice, des Affaires sociales et  des relations entre le l'Exécutif et le parlement, respectivement Paul Denis, Gerald Germain et  Ralph Théano, ont été écartés.

 
Le Secrétaire a la mobilisation de l'OPL, Harry  Marsant estime que le rejet de   5 de ses  candidats au sénat, et d’une quinzaine à la députation, est une décision politique visant, a-t-il dit,  à affaiblir l’OPL.
 
M. Marsant  a fait savoir que le conseil juridique du Parti a déjà entamé des démarches auprès du CEP en vue de trouver des explications sur les raisons évoquées par le conseil.
                                                                             
Pour sa part, le Coordonnateur départemental de l’ouest de l’OPL,  Hervé Saintillus, a annoncé un rassemblement ce samedi au palais municipal de Delmas où le candidat à la présidence, Sauveur Pierre Etienne sera présenté officiellement.
 
M. Saintillus a fait savoir  que des membres et des délégués de l’OPL dans les différents départements du pays participeront à cette réunion. 

La plateforme Jistis choisit Me André Michel comme candidat à la présidence: Le coordonateur national de la plateforme  annonce le rejet de la  démission  de Me Newton Saint-Juste qui avait lui aussi souhaité être candidat à la présidence

                                                                                                                                                           
Port-au-Prince, le 15 mai 2015 – (AHP) –La plate forme  Jistis (Justice) a annoncé vendredi avoir fait choix de l’avocat   André Michel comme son candidat à la présidence.
 
Le coordonateur national de la plateforme , Jean Nazaire Thidé qui en  a fait l’annonce lors d'une conférence de presse a  indiqué que le choix d’ André Michel est le résultat d’un large consensus entre les délégués et les différentes organisations populaires affiliées à ladite plateforme.
 

L’ un des cadres de la plateforme jistis, l’économiste Claude Beauboeuf salue la désignation de Me André Michel comme candidat a la présidence
 
C’est,
selon lui, un candidat  crédible qui a une grande vision pour le pays.
 
L’économiste Claude Beauboeuf dit croire que l’accession éventuelle de Me André Michel à la présidence amènerait la fin des  pratiques de corruption et d’impunité  qui ont fait tant de torts au pays.

Concernant la demission de Me Newton Saint-Juste qui avait également souhaité représenter la plateforme, Jean Nazaire Thidé a fait savoir que la coordination de la plateforme jistis n’a pas accepté son départ.  Il s'agit  d'un membre fondateur de la plateforme Jistis, actuellement en rebellion, que  nous essasyons  de ramener au bercail

"Des cadres de la plateforme discutent avec Me Saint-Juste, en vue de le porter à reprendre sa place au sein de la plateforme Jistis", a lancé M.
Thidé.

Newton Sain-Juste et André Michel qui ont mené une lutte acharnée qui a affaibli le pouvoir Martelly notamment sur le plan de la corruption, seraient aujourd'hui  dos à dos.

 
Des partis d'inspiration chretienne choisissent le pasteur Jean- Chavannes Jeune pour les représenter à la prochaine presidentielle, le MOCHRENA fait bande à part, la COPAH prévient qu'ucun parti ne peut pretendre pouvoir engager le secteur protestant dans une quelconque demarche politique

Port-au-Prince, le 15 mai 2015 – (AHP) – Des partis politiques dits d'inspiration chretienne dont CONACED et CANAAN ont fait choix vendredi du pasteur  Jean Chavanne jeune  pour le représenter  le secteur protestant comme candidat à la presidence.

Le pasteur Jeune a salué cette décision, promettant d'être a la hauteur de la confiance placée en lui. Le grand vainqueur, ce n'est pas moi, mais la communauté protestante, a-t-il dit.

Désunion

Cependant, le Mouvement chrétien pour une nouvelle Haïti ( MOCHRENA) considéré lui aussi comme un parti d'inspiration chrertienne, s'est demarqué de cette demarche, en choisissant son propre candidat.  C'est Reynold Jean Claude Bazin qui a été choisi par le  MOCHRENA.

Autre manifestation de cette désunion

La Conférence des pasteurs protestants haïtiens (COPAH)  salue la décison des partis politiques de même tendance de se mettre ensemble pour aller aux élections, mais  elle  dénonce des partis politiques qui se servent du secteur protestatnt comme tremplin pour tenter d'acceder au pouvoir.

"Aucun parti ne peut pretendre pouvoir engager le secteur protestant dans une quelconque demarche politique, a prevenu le pasteur Ernst Vincent , dans un communiqué de presse.


Nouvelles du 14 mai 2015

Le président Michel Martelly se  décerne jeudi  un satisfécit pour les progrès considérables   qu'il affirme avoir realisés  pendant ses 4 ans  de pouvoir: derrière les tôles rouges, il y a des places publiques, a-t-il dit. mais plusieurs secteurs dénoncent le gaspillage des fonds publics, notamment des fonds petro Caribe

Port-au-Prince, le 14 mai 2015 – (AHP) – Le président Michel Martelly s’est décerné jeudi  un satisfécit pour les prouesses  qu'il affirme avoir realisés  pendant ses 4 ans  de pouvoir .

Le chef de l’état a présenté un bilan positif des interventions de son équipe, estimant que des progrès considérables ont été réalisés dans la situation globale du pays, grace à la mise en œuvre de son  programme politique axé sur 5 E : Education, Etat de Droit, Environnement, Energie et Emplois.
 
Haïti est sur la route de développement durable, a martelé Michel Martelly, reconnaissant toutefois, que beaucoup reste à faire surtout dans le domaine de l’énergie.
              
Le chef de l'Etat a marqué cette  commémoration jeudi  par la remise des travaux de reconstruction du kiosque Oxyde Jeanty, au Champ-de-Mars.


Et c'etait l'occasion pour lui de s'en prendre une nouvelle fois  à l'opposition qu'il accuse de parlee pour ne rien dire et ne rien faire.
 
"Derrière les tôles rouges, il y a  les places publiques", a lancé le chef de l’Etat, en réponse aux critiques selon  lesquelles  les toles rouges commandées pour des sommess exhorbitantes cachent des chantiers creux .

Tôle rouge est desormais synonyme de bluff en haiti
 
Michel Martelly soutient que la rénovation du kiosque Oxyde Jeanty est une preuve de la réussite de son programme de relogement, rappelant qu’à son arrivée au pouvoir pour remplacer René Préval, les places du Champ-de-Mars étaient toutes bondées de victimes du tremblement de terre de janvier 2010.

Toutefois, pour de nombreux secteurs, la reconstruction n'a jamais effectivement démarré. l'image de Port-au-Prince, la ville la plus devatsée par le tremblement de terre n'a pas changé. Pas  de tavaux d'urbanisme,  Quelques centaines de maisonnetes ont certes  eté construites ici et là, mais sans un plan d'ensemble. Et en depit des milions de dolfars  dépensés pour la reconstruction, la plapart des bâtiments publics n'ont pas été reconstruits à l'image du palais présidentiel.

Le sénateur Steven Benoit faisait savoir récemment que la plupart des contrats signés avec des compagnies dominicaines réelles ou bidon, n'ont jamais été exécutés.
 
Lors de cette remise de travaux, le président Martelly est revenu sur sa décision de ne pas réclamer de son homologue français le paiement sous forme d’argent, de la dette de l’indépendance.
 
Si le gouvernement français décidait de rembourser les 17 milliards de dollars, les haïtiens allaient s’entredéchirer, estime Michel Martelly ajoutant qu’avec le renforcement du système éducatif, c’est tout le pays qui en bénéficiera.

Cependant, les manifstants  anti-gouvernementaux du 12 mai, avaient recommandé que l'argent de la rstitution ne soit pas renis à l'actuel gouvernement.

Ils avaient aussi établi une nette différence entre  Reeparation et Restitution . Pour eux, la reparation concene les mefaits commis par les colons partout où ils ont soummis les peuples a l'esclavage. Tandis que la restitution concerne spécifiquement haïti qui a dû payer pour la reconaissance de son indépendance.


Le directeur exécutif de l’unité de construction de logements et de bâtiments publics, l’ingénieur Harry Adam, a indiqué que les travaux de reconstruction et d’aménagement du kiosque Oxyde Jeanty ont duré 24 mois et couté 3.8 millions de dollars US tirés eux aussi  des fonds Petro Caribe.

L’espace, a-t-il dit, dispose entre autres de 4 mille places assises et d’une scène de 150 mètres. Sa rénovation participe de ce que  Harry Adam appelle  la vision du président Martelly de permettre à la population de jouir pleinement des espaces publics.

Le sénateur Andris Riché a salué l’inauguration du kiosque Oxyde Jeanty ce jeudi 14 mai. Dans un pays où plus de la moitié des habitants sont âgés de moins de 30 ans, il est nécessaire d’avoir des espaces de loisir, soutient le parlementaire.

Soufflant le chaud et le froid, le president du Sénat a 10 membres, a déclaré:  si je reconnais que le président Martelly n’a pas réalisé grand-chose en 4 ans, je ne peux pas dire que le chef de l’Etat n’a rien fait.


L’historien Wesner Emmanuel déplore que depuis l’arrivée du président Michel Martelly au pouvoir, aucune élection n’ait été réalisée dans le pays.


L’ex-parlementaire soutient toutefois que le travail des conseillers électoraux n’est jamais facile en raison notamment de nombreux acteurs qui cherchent toujours  à contrôler le processus.


Plaidant en faveur de la mise sur pied d’institutions fortes, Wesner Emmanuel soutient que la réussite de tout gouvernement passe par la bonne gouvernance et le bon fonctionnement de l’administration.

Le regroupement des enseignants en fondamentale  dresse un bilan mitigé des réalisations du président Martelly dans le système éducatif au cours de ses quatre  années au pouvoir

Port-au-Prince, le 14 mai 2015 – (AHP) – Le porte parole du regroupement des enseignants en fondamentale (REFERANS), Jacquelin Lirisemond, a  dressé un bilan mitigé des réalisations du président Martelly dans le système éducatif au cours de ses quatre  années au pouvoir.
 
Si le syndicaliste Jacquelin Lirisemond estime louable la mise en place du programme de scolarité universelle gratuite et obligatoire(PSUGO), il a dit toutefois  déplorer  le fait que plus de trois ans après, aucune mesure n’ ait été prise pour mieux structurer ce programme bourré d’irregularites, a-t-il dit.
 
Il appelle les autorités compétentes à prendre des dispositions de nature a améliorer les conditions de vie des enseignants, notamment ceux des écoles publiques.

    Rejet de Sophia Martelly: après le premier ministre Evans paul, le president Michel Martelly, Me    Grégory Mayard Paul, le senateur Andris Riché  amèrs  conre la decision du du Bureau du Contentieux Electoral National; Me Mario Joseph  estime que le Bureau du contentieux électoral national (BCEN) n’a fait que remplir une simple formalité juridique et appelle à poursuivre la première dame pour faux et usage de faux                                                                                                    

Port-au-Prince, le 14 mai 2015 – (AHP) – Le président Michel Martelly a réagi ce jeudi au  rejet de la candidature de son épouse Sophia Saint-Rémy Martelly aux législatives annoncées pour le  9 aout.
 
Le chef de l’Etat dit souhaiter qu’il ne s’agisse pas d’une décision politique de nature à décrédibiliser le processus électoral.

Le Parti Haïtien Tèt Kale a protesté énergiquement contre la décision du Bureau du Contentieux Electoral National de rejeter la candidature au sénat de la première dame Sophia Saint Rémy Martelly sur la base des contestations formulées contre elles sur la nationalité.
 
L’un des avocats de la première dame et membre du directoire du PHTK, Grégory Mayard Paul, estime que cette décision est illégale et soutient que Mme Martelly remplit les conditions requises par la loi.
 
Il a dénoncé en outre des contradictions qu’il dit relever dans la décision rendue par le tribunal électoral national et affirme que  les  droits civils et politiques de Sophia Martelly ont été violés.

Le sénateur Andris Riché a reagi dans le meme  sens que le président Martelly et le premier ministre Evans Paul.
 
Il s'est declaré sidéré de toute l’attention portée au dossier de la première dame, estimant  que d’autres aspirants candidats qui se seraient trouvés dans la même situation qu’elle, auraient  profité des faiblesses du système pour se frayer un chemin.
 
Autres réactions, celle du directeur du bureau des avocats indépendants BAI.  

Me Mario Joseph  estime que le Bureau du contentieux électoral national (BCEN) n’a fait que remplir une simple formalité juridique, arguant que l’épouse du président Martelly n’était pas éligible au Sénat de la République.


Estimant que Sophia Martelly devrait être poursuivi pour faux et usage de faux, le juriste ajoute que ce n’est pas la décision de rejeter la candidature de madame Martelly qui fait du CEP une institution crédible.

Des rumeurs  persistantes circulent selon lesquelles après le rejet de Sophia martelly, l'ancien premier ministre Laurent Lamothe envisagerait de revenir après avoir annoncé qu'il n'était pas intéressé   cette année par la présidentielle. Selon les mêmes sources,  Lamothe  pourrait chercher à se reconcilier avec la premième dame avec laquelle, il n'aurait jamais été en harmonie.

Les sources  affirment que dans un tel cas,  le travail pourrait se révéler ardu pour la cour supérieure des comptes.

Le collectif des étudiants de l’Université d’Etat condamne  les mauvais traitements infligés par des agents  du CIMO à  un groupe d’ étudiants de la faculté d’ Ethnologie et de l’ école normale supérieure(ENS) lors d un mouvement de protestation mardi à l’occasion de la visite  du président François Hollande

Port-au-Prince, le 14 mai 2015 – (AHP) -Le collectif des étudiants de l’Université d’Etat d’ Haïti  a condamne jeudi  les mauvais traitements infligés par des agents  de la police à  un groupe d’ étudiants de la faculté d’ Ethnologie et de l’ école normale supérieure(ENS) lors d un mouvement de protestations qu’ ils organisaient mardi à l’occasion de la visite  du président François Hollande.
 
Au moins un étudiant  aurait été blessé par balles réelles. Luder Providence a dénoncé les agissements  brutaus des agents du Cimo.
 
Pour sa part, l’ étudiant, Peterson Boyer  qui se présente également comme une  victime de brutalités policières,  a plaidé en faveur de la poursuite des mouvements revendicatifs au sein de la communauté universitaire .

De nombreux journalistes avaient denoncé mardi  la violence avec laquelle agents de la police nationale avaient  réagi contre des étudiabts de la faculté d'ethnologies qui organisaient  qui scandaient des slogans anti-Martelly et faveur de la restitution de la dette de l'independance, après que le president Francois Holande eut lui-mêne creé l'espoir en affirmant en Guadeloupe qu'il allait acquitter cette dette                                                     



Les candidats à la présidence commencent à défiler au BED de l’Ouest 1. Le sénateur Steeven Benoit  fait le dépôt de ses pièces. Reynold Jean claude Bazin du MOCHRENHA et Gonzague Edner Day, de la  Plateforme Pa Trayi l: le CEP annonce la prorogation du délai d’inscription de pré-enregistrement en ligne des candidats aux prochaines municipales et locales jusqu’au 30 mai. Le dépôt des pièces se poursuivra dans les différents BEC jusqu’au 1er  juin

Port-au-Prince, le 14 mai 2015 – (AHP) - Le conseil électoral provisoire a décidé de proroger jusqu’au 30 mai, le délai accordé aux partis et regroupements politiques pour effectuer le préenregistrement en ligne pour les municipales et locales.
 
Selon une note du CEP, cette décision a été prise en raison de la demande persistante des organisations politiques.
 
L’organisme électoral ajoute que le dépôt des pièces au niveau des bureaux électoraux communaux ( BEC) reprendra le 20 mai pour s’achever le 1e juin et que les candidats à la présidence peuvent effectuer le dépôt de leur candidature au BED de l’Ouest 1.

Cependant , le réseau national de défense des droits humains ( RNDDH) continue d’exprimer ses préoccupations face au déroulement du processus électoral.  Dans un communiqué, le RNDDH recommande au   CEP et aux  entités politiques impliquées dans le processus à  étudier la possibilité de renvoyer le premier tour des leegislatives au mois d’octobre 2015.

Le RNDDH exprime de sérieux doutes quant à la capacité du CEP d'organiser ds élections à 3 temps: août, octobre et décembre. Il met l'organisme électoral en garde contre des élections susceptibles de provoquer une crise post-électorale.
 
Au moins trois candidats à la présidence ont fait jeudi  le dépôt de leurs pièces au bureau électoral départemental de l’Ouest 1 sur la route de Frères.
 
Il s’agit de l’ex délégué départemental de l’Ouest, Gonzague Edner Day, de la  Plateforme Pa Trayi l, de Reynold Jean Claude Bazin du Mouvement chrétien pour une nouvelle Haïti MOCHRENA et du sénateur Steven Benoit de la plateforme CONVICTION.
 
Le sénateur Benoit  a promis de travailler pour garantir la stabilité et la création d’emplois dans le pays.
 
Après avoir été député puis sénateur, ll estime avoir acquis suffisamment d’expérience pour briguer aujourd'hui la présidence.

Pour sa part, le candidat du MOCHRENA, Reynold Jean Claude Bazin  se propose d’apporter des éléments de solution aux problèmes du pays et assure que le bien-être du peuple haïtien sera sa priorité.
 
Le candidat du MOCHRENA a pris ses distances de la démarche des partis politiques d’inspiration chrétienne qui chercheraient à présenter un candidat unique.

La justice des Cayes diffère le procès criminel  dit des Irois entre l'association des victimes d’assassinat des Irois et l’agent intérimaire Jean Morose Viliéna et ses partisans: Me Mario Joseph dit voir la main du gouvernement

Port-au-Prince, le 14 mai 2015 – (AHP) – Le jugement de l’agent intérimaire, Jean Morose Viliéna, et ses partisans, accusés  de meurtre pour l'assasinat en 2007 aux Irois (Grande-Anse, sud-ouest)  du jeune    Ecclésiaste  Boniface (23 ans), a été reporté,

 C'est  Me Mario Joseph, avocat des victimes qui en a fait l'annonce jeudi, à la veille du jour  qui avait été prévu pour la tenue de ce procès dans la ville des Cayes (sud).

Pour lui, il n'y a pas de doute, c'est le pouvoir  qui  est derrière ce report pour tenter d'empêcher la  condamnation de
Viliena.

Jean Morose Viliéna a été nommé agent executif interimaire, en depit du fait  qu'il etait poursuivi pour crimes, selon une ordonnance datee de 2010.

Outre les accusations de meurtre sur la personne de
Ecclésiaste  Boniface,    l'agent intérimaire est accusé d'implication dans plusieurs tentatives d'assasinat et dans l'incendie de dizaines de maisons, alors qu'il était maire élu.

Craignant des manipulations du gouvernement, Me Mario Joseph, avait le 15 avril lors d'une conférence de presse ,  invité  la presse haïtienne, les organisations des droits humains, les sections des droits humains de l’Ambassade américaine et de la Minustah, l’expert indépendant Gustavo Gallon, le National Lawyers Guild, l’International Association of Democratic Lawyers à observer et assurer le monitoring de ce procès.

De fait, pusieurs personnalités du monde ds droits humains ont fait le déplacement en Haïti pour ce procès aujourd'hui renvoyé

Nouvelles du 13 mai 2015


Le CEP rejette la candidature de Sophia Martelly pour nationalité americaine et absence de décharge: le premier ministre conteste cette décision, mais de nombreux secteurs l'estiment juste, le senateur Bien-Aimé  reclame la mise en mouvement de la justice contre la première dame pour faux et usage de faux

Port-au-Prince, le 13 mai 2015 – (AHP) – Le Bureau du contentieux électoral national (BCEN) a rejeté la candidature de la première dame Sophia Saint-Rémy Martelly.

Le tribunal électoral estime que le processus visant pour Madame Martelly  à se défaire de sa nationalité américaine, n’a pas encore été bouclé et que, pour avoir été présidente de la commission présidentielle de lutte contre la faim et la malnutrition, COLFAM, la première dame était une ordonnatrice de fonds publics et devrait, de ce fait, présenter un certificat de décharge.

Une décision aussitôt contestée par les avocats de la première dame qui maintiennent que madame Martelly est une haïtienne authentique et qu’elle n’était pas gestionnaire de fonds publics.

Pourtant, la Cour supérieure des Comptes et du Contentieux administratif avait récemment confirmé que madame Martelly était bel et bien une gestionnaire de fonds publics, au grand dam du ministre de l’économie et des finances qui avait avancé le contraire,  bien qu'il ait eté jugé inapte à interferer dans un tel dossier.

Le premier ministre Evans Paul a dit pour sa part, prendre acte de la mise à l’écart de la première dame et se demande si le CEP n’a pas fait de madame Martelly une apatride, puis que, comme les avocats de la première dame, le premier ministre affirme que celle-ci avait déjà renoncé à sa nationalité américaine.

"La candidature de Mme Martelly ne devait pas être rejetée, étant donné, qu’elle a renoncé à  la nationalité américaine", s'indigne
Evans Paul, faisant savoir   que les verdicts  du BCEN doivent être conformes à la loi.

Pour le chef du gouvernement, madame Martelly se trouve dans la même situation que les centaines de milliers de dominicains d’ascendance haïtienne frappés d’apatridie suite à la décision TC 168-1 du tribunal suprême dominicain.

De nombreux observateurs et acteurs politiques on aussitôt fait savoir qu'il s'agit d'une interference  grave de l'Executif dans  es affaires du CEP.

Le Conseil eletoral étant un pouvoir consideré comme  autonome et independant, la contestation  de sa decision par le premier ministre peut être interprétée comme une tentative d'influencer ses decisions, ont-ils fait savoir, saluant plutôt la décision du BCEN d’écarter la candidature de madame Martelly .

Le sénateur Jean-Baptiste Bien-Aimé salue la justesse de la décision  du BCEN.

Le parlementaire demande à present que l’action publique soit mise en mouvement contre la première dame qu’elle accuse de faux et d’usage de faux pour avoir obtenu une carte d’identification nationale et voté aux élections de 2010, puisque ses proches et ses avocats soutiennent  qu'elle n'a renoncé a sa nationalité ameericaine que le 31 mars 2014.

Le parlementaire qui a aussi appelé au rejet de la candidature de Rudolph Boulos, ce qui a entretemps été fait, exige la démission du ministre de l’économie Wilson Laleau pour avoir tenté d’induire le tribunal électoral en erreur, en donnant à madame Martelly un document dans lequel il est dit que l’épouse du chef de l’Etat n’était pas gestionnaire de fonds publics.



 Me. Newton LOUIS ST JUSTE demissionne de la plateforme Jistis et le signifie au Directoire  de la  Plateforme

Port-au-Prince, le 11 mai 2015

Monsieur Jean Nazaire THIDE,

Coordonnateur de JISTIS

En ses bureaux.-

Monsieur le Coordonnateur,

Le Citoyen Newton Louis ST JUSTE, propriétaire, demeurant et domicilié au Vir Bonus, Cabinet d’Avocats Associés, sis au # 6, Rue Aubran, Pétion-Ville, identifié aux numéros de NIF et de CIN: 003-574-610-6, 01-01-99-1976-02-0674, prend acte du silence voire du mépris affiché par le Directoire de la Plateforme JISTIS suite à ses deux correspondances datées des 4 et 8 mai 2015 requérant la mise en œuvre des mécanismes démocratiques et transparents prévus par les Statuts du Groupement JISTIS en vue de statuer sur sa candidature, et le cas échéant, l’application des pratiques utilisées actuellement pour la désignation des candidats de la Plateforme JISTIS.

Le Citoyen Newton Louis ST JUSTE vous rappelle que cet acte ne fait que vilipender les  valeurs démocratiques proclamées par les Statuts de la Plateforme JISTIS, et, en tant que démocrate, y souscrire serait un reniement.

Le Citoyen Newton Louis ST JUSTE, voulant toujours rester cohérent avec sa conviction, décide de se retirer de la Plateforme JISTIS.

Renouvelant son attachement indéfectible aux Valeurs démocratiques, le Citoyen Newton Louis ST JUSTE vous présente, Monsieur le Coordonnateur, ses salutations patriotiques.

Newton Louis ST JUSTE, Av.


Nouvelles du 10  mai 2015

Des journaliste haïtiens et dominicains s'engagent pour la paix entre les deux peuples: une vingtaine de journalistes des deux pays se sont trencontrés, à cette fin, vendredi et samedi à Port-au-Prince et signent une déclaration conjointe

Port-au-Prince, 10  mai 2015- (AHP)-Plus de 20 journalistes haïtiens et dominicains ont tenu cette fin de semaine à Port-au-Prince, une importante rencontre visant le renforcement des liens entre collègues et une  contribution médiatique à la bonne convivialité entre les deux peuples.

L’initiative  venue de la partie dominicaine a été bien accueillie côté haïtien, suite au constat de la dégradation des rapports haitiano dominicains avec la remontée de l’anti-haitianisme dans la foulée de l’arrêt 168/13 du Tribunal Constitutionnel dominicain de septembre 2013 et les violents incidents qui ont marqué l’ actualité binationale durant le mois de février 2015, dont la pendaison d'un jeune haïtien à Santiago de Los Caballerons et l'incendie d'un drapeau dominicain a Port-au-prince.

Les délégations des deux parties étaient formées de journalistes seniors et de jeunes travailleurs de la presse dont des directeurs de medias et responsables d’associations du secteur médiatique. Entre autres, Venel Remarais Président de l’Association des Medias Indépendants Haïtiens (AMIH)  et Hérold  Jean François, président de l’Association nationale des medias haïtiens (ANMH)

Parmi les journalistes dominicains, Juan Bolivar Diaz et Amelia Deschamps, deux des quatre qui ont été récemment accusés par les groupes ultra-nationalistes  de « traitres à la patrie » en raison de leur position  sur la question migratoire, notamment le droit à la nationalité des Dominicains d’origine haïtienne. 

A également participé à la rencontre ,  le journaliste bien connu Jean Michel Caroit, correspondant de Le Monde, qui réside en terre voisine.


Les participants ont admis que depuis les années 80 des efforts sont consentis  pour un rapprochement entre les journalistes de l’ile. Certaines initiatives n’ont pas fait long feu, mais d’autres ont porté leurs fruits dont la signature d’un accord entre Alter Presse et Espacio de comunicacion Insular en février 2007 pour une meilleure articulation de la diffusion de l’information insulaire.

La présente démarche vise à mettre sur pied des mécanismes plus larges et systématiques, en vue de contribuer à une meilleure connaissance réciproque de la réalité haitiano-dominicaine et contrecarrer les manipulations qui tendent à créer une ambiance de confrontation entre les deux pays, selon la déclaration conjointe signée par les participants.

Une commission binationale a été créée avec pour  mandat d’assurer le suivi des propositions retenues dont une prochaine session de travail, dans la capitale dominicaine.

En marge de l’activité, le Quotidien haïtien Le Nouvelliste a signé un accord avec le quotidien et agence multimedia Acento.com.

Par ailleurs, une chaine de télévision dominicaine établira bientôt un bureau à Port au Prince.



Cette première rencontre a reçu le support de chefs d’entreprises haïtiens et dominicains membre du « Forum Quisqueya ».

De même, deux acteurs de la société civile ont été choisis comme témoins et possibles contributeurs à travers  leurs ONG, Suzy Castor Directrice de la CRESFED et Edwin Paraison, Directeur exécutif de la Fondation Zile.


La coordination locale a été assurée par le journaliste Ives Marie Chanel, président de la Mediacom appuyée par Goston Pierre de Alter Presse/Media Alternatif. 

Ramon Colombo  et Fausto Rosario ont été les responsables pour la partie dominicaine.


Nouvelles du 7  mai 2015
Le MOPOD fait  choix  de Me Samuel Madistin pour représenter ce regroupement politique à la prochaine présidentielle: un autre avocat,  Newton Saint Juste, fait part de son intention de se porter candidat a la présidence.

Port-au-Prince, 7  mai 2015- (AHP)- Le Mouvement Patriotique Populaire Dessalinien (MOPOD) a informé jeudi  que l’avocat Samuel Madistin sera son candidat à la présidence. Il a été désigné suite au désistement de Mirlande Manigat et de Jacques Edouard Alexis qui devaient participer à la primaire de ce regroupement politique.
 
Le coordonateur général du MOPOD, l’agronome Jean André Victor, qui en a fait l’annonce, n’a pourtant pas évoqué les raisons qui ont porté les deux candidats à la candidature  à se retirer. Il a plutôt fait savoir que la cérémonie d’investiture de Samuel Madistin est  prévue ce samedi 9 mai au palais de l’ Art situe à Delmas 33.
 
Jean André Victor a aussi informé que le MOPOD est favorable à l’idée de faire alliance avec d'autrs formations dans la perspective de sa participation aux prochaines élections.

De son côté, l’avocat et militant Newton Saint Juste a écrit au coordonnateur de la plateforme JISTIS, Jean Nazaire Tidé pour l’informer de son intention de se porter candidat a la présidence.


                                               Les appels au rejet de la candidature  de Sofia Martelly se multiplient:le sénateur Simon Dieuseul Desras condamne une  note du ministère de l’économie et des finances attestant que Sofia Martelly n’a jamais été comptable de deniers publics. Il  fait savoir  que l'intéressée avait sollicité décharge de la Cour des comptes                                                                                                                

Port-au-Prince, 7  mai 2015- (AHP)- Le porte-parole du Mouvement Patriotique Populaire Dessalinien (MOPOD), Serges Jean Louis a appelé les juges du Bureau du Contentieux Electoral National (BCEN) à faire de la constitution et du décret électoral leur boussole et à trancher avec équité sur les cas qu'ils auront entendus.
 
Quant au dossier de la première dame, Sophia Martelly, il soutient qu’elle doit fournir son certificat de décharge pour avoir dirigé une commission présidentielle qui a géré des millions de dollars.

La première dame est dans le collimateur de nombreux secteurs qui l'accusent d'être de nationalité americaine, alors qu'elle veut briguer un poste electif en haïti.

Le Coordonnateur National du Parti UNIR Clarens Renois a également exhorté les juges siégeant  au Bureau du Contentieux Electoral National  à agir dans le strict respect de la loi.
 
Il les appelle à renoncer à toute éventuelle tentative de manipulation
 
Clarens Renois qualifie dans le même temps de malhonnête le comportement de citoyens qui tentent de tromper la vigilance des institutions en se portant candidats sans remplir les  conditions exigées et pendant qu'ils detiennent la nationalité étrangère.

"Si vous êtes un citoyen ou une citoyenne étrangère,  si vous etes imliqués dans la corrupton ou si vous avez  d'autres actes à vous reprocher, n'allez pas briguer des postes electifs, pour ensuite  jeter le pays dans la confusion", a lancé le candidat à la présidence, qui affirme impensable qu'un citoyen haïtien tente dêtre candidat aux Etas-Unis.

M Renois a fait ces déclarations alors qu'il inaugurait le  nouveau local de sa formation au numéro  6 de la rue Garoute à Pacot.

Pour sa part, le sénateur Dieuseul Simon Desras appelle le BCEN a rejeter la candidature de la première dame, tout en exprimant des doutes sur l’indépendance du conseil.

Dieuseul Simon Desras dénonce une  note du ministère de l’économie attestant que Sofia Martelly n’a jamais été comptable de deniers publics, alors  que l’épouse du président avait fait une demande de certificat de décharge à la cour supérieur des comptes.

Plusieurs secteurs du gouvernement se sont ligués pour tromper la population, a lancé l'ancien president du Senat qui soutient  que le cas Sofia Martelly constitue un test sérieux  pour le CEP.

Pour beaucoup de secteurs et personalités, des diplomates étrangers et des membrs du CEP connaissent la realité sur les cas de personnalites étrangères qui tentent de tromper la population, en se portant candidats aux prochaines elections.

Des sources généralement bien informées affirment même qu'il y aurait  au moins un conseiller électoral de natonalité étrangère. Mais les gens qui seraient en possession de ces informaons, refuseraient de parler.  En tout cas, pareil fait, s'il était vérifié, pourrait gêner le CEP  dans  la prise de décision contre des  candidats ou candidates qui seraient dans la même situation.  Mais, l'abcès risque d'être crevé.


Les aspirants-candidats  aux prochaines élections municipales et locales partout  confronteés aux montants jugés exhorbitants exigés par la Direction générale des Impots (DGI) pour se faire inscrire: le pré-enregistrement en ligne également pour eux, un casse-tête chinois

 Port-au-Prince, 7  mai 2015- (AHP)- Dans l'ensemble du pays, les aspirants candidats  aux prochaines élections municipales et locales sont confrontees aux montants jugés exhorbitants exigés par la Direction générale des Impots (DGI)  dans le cadre des formalités à remplir pour se faire inscrire.

Dans le Sud du pays,  les citoyens et citoyennes concernée affirment y voir des  manoeuvre d’exclusion concoctées par le pouvoir. Un haut cadre de Fanmi Lavalas dans le Sud, l'ancien senateur Yvon Feuillé, a fait savoir que son organisation envisage de porter plainte conre l'Etat haïtien qui exigent en termes d'impots sur le revenu  des montants exhorbitants à des gens qui ne travailent pas.

 Mercredi, le president du Sénat à 10 membres, Andris Riché avait appelé le conseil électoral a assouplir les formalités pour les candidats aux prochaines élections locales. Comment exiger de citoyens de l'arrière-pays de se préinscrire en ligne, aors qu'ils n'ont pas accès à l'internet

C'est dans ce sens, que Serge Jean Louis, un des responsables du MOPOD a  déploré les difficultés techniques auxquelles se heurtent les partis et plateformes politiques dans leurs démarches relatives au pré-enregistrement en ligne  de leurs candidats.
 
Le candidat de UNIR se dit  quant à lui préoccupé  tant par les difficultés auxquelles font face les candidats qui peinent à remplir les formalités que par celles que rencontre le CEP, en proie à des contraintes budgétaires.

 La production avicole aurait sextuplé en Haiti au cours des trois dernières années, selon une étude BRH, mais la production doit passer de 6 millions  à 30 millions d'oeufs par mois pour que le pays atteigne l'autosuffisance.

Port-au-Prince, 7  mai 2015- (AHP)- La production avicole aurait sextuplé en Haiti au cours des trois dernières années, selon une étude de la Banque de la République d’Haiti (BRH),  sur la rentabilité de ce secteur.
 
Cette étude, qui a couté 35 000 dollars américains, révèle que la quantité d’oeufs produits par mois en Haiti pendant les trois dernières années est passée de 1 à 6 millions. Toutefois la production doit augmenter à 30 millions par mois pour que le pays soit autosuffisant.
 
Le représentant de la Banque Centrale, Fritz Duroseau, la nécessité qu’Haiti puisse produire suffisament pour nourrir ses habitants, rappelant que les aliments sont placés en deuxième position sur la liste des produits les plus importés.

Il outient que le secteur aviaire est très prometteur et formule le voeu qu’il continue de progresser.

 
Le ministre de l’agriculture, Fresner Dorcin, a  salué pour sa part l’évolution de la production avicole en Haïti, tout en disant se réjouir des interventions de l’Etat qui ont contribué, a-t-il dit,  au progrès enregistrés.

Le ministre encourage les institutions bancaires à financer des projets dans ce secteur afin que le pays puisse obtenir de meilleurs résultats.

Le secretaire d’état à la production animale, Dr. Michel Chancy a fait savoir que l’Etat travaille à faire en sorte que le pays puisse répondre, d’ici les trois prochaines années, à au moins 80% des demandes en terme de produits avicoles.

Soulignant la rentabilité de ce secteur, il insiste qu’il faut davantage d’investissements pour le faire avancer. Michel Chancy encourage dans le même temps la population à consommer le plus possible, les produits locaux

***Le Président français, François Hollande, entame ce vendredi une visite de 5 jours dan la Caraibe, qui le conduira  le 12 mai en Haiti. Il se rendra également   a la Martinique,   la Guadeloupe et  Cuba.


Nouvelles du 6 mai 2015

Haïti/élections: le président Barack Obama nomme un nouvel ambassadeur pour remplacer Pamela White:   Peter F. Mulrean, s'il est ratifié par le Sénat, devrait rentrer rapidement au pays pour avoir un oeil dans un premier temps sur les elections législatives
Washington, le 6 mai 2015 – (AHP) – Le président américain Barack Obama vient de nommer comme nouvel ambassadeur en Haïti, le diplomate de carrière Peter F. Mulrean, pour remplacer Mme Pamela White qui a été l'objet de critiques pour sa " proximité présumée" avec le pouvoir Martelly.

 S'il est confirmé par le Sénat, M.
Mulrean,  intègrera aussitôt son poste en Haïti, pou avoir un oeil dans un premier temps, sur  les élections législatives  attendues depuisl'arrivée du president Michel Martelly au pouvoir en 2011 .

Mulrean occupe actuellement, et depuis 2012, le poste de chef adjoint de la mission américaine auprès de l'ONU à Genève (Suisse), et a également travaillé dans les ambassades américaines en Afghanistan et en  Tunisie, ainsi que dans la mission américaine auprès de l'UE, à Bruxelles.

Dans un communiqué publié par la Maison Blanche, Obama a déclaré qu'il était "satisfait" d'annoncer que quelqu'un d'aussi "expérimenté et engagé» que Mulrean "ait décidé de servir" son pays dans cette nouvelle position.

Si elle est confirmée, Mulrean, qui a également travaillé au  bureau de la démocratie et des droits humains du Département d'Etat, remplacera Pamela A. White, ambassadeur en Haïti depuis 2012.

Après les élections législatives et municipales reportées à plusieurs reprises en Haïti en raison de graves différends entre l'exécutif et le Parlement, le président haïtien Michel Martelly qui dirige seul depuis la caducité du parlement en janvier dernier, a publié un décret le 15 Mars appelant la population à participer aux élections.

Selon le décret, le 9 Août est la date retenue pour  le premier tour des élections  parlementaires et le 25 Octobre est prévu le premier tour de l'élection présidentielle.

Les élections municipales et locales et le second tour des élections législatives sont prévues  le 27 Décembre, tandis que le second tour de l'élection présidentielle, si nécessaire, aura lieu à la même date.

Le sous-Secrétaire d'État adjoint américain pour  Amérique latine, John Feeley a déclaré mardi que l'organisation des élections cette année, sera un test de la  «volonté politique» du président Michel Martelly de faire bouger les choses en Haïti.

"Les Etats-Unis  attendent  ces élections qui devraient  offrir aux Haïiens quelque chose qu'ils attendent depuis  longtemps  sans. l'obtenir: une démocratie stable. Avec ces élections, nous avons la possibilité de continuer à soutenir ce pays", a déclaré Feeley lors d'une audience devant la sous-comission sénatoriale pour l'Amérique latine.

Marche citoyenne contre l’impunité: des centaines de personnes dans les rues de Port-au-Prince pour réclamer la révision du verdict du 17 avril dernier. Les chefs de gang présumés  Woodly Ethéard  et Renel Nelfort  avaient alors été libérés par le juge Lamarre Bélizaire a l’issue d’un procès qualifié de vaste farce

Port-au-Prince, 6  mai 2015- (AHP)- Des centaines de personnes ont marché ce mercredi dans les rues de Port-au-Prince à l’initiative de plusieurs organisations de la société civile dont le Réseau National de Défense des droits Humains (RNDDH) , le Collectif 4 décembre et le Conseil Haïtiens des Acteurs Non Etatiques (CONHANE) et Solidarité Femmes haïtiennes, pour protester contre l'impunité et  la corruption qui gangrène l’appareil judiciaire.
 
Les organisations se sont particulièrement indignées du verdict rendu le 17 avril dernier par le juge pro-gouvernemental Lamarre Bélizaire qui a libéré les présumés kidnappeurs Woodly Etheard et Renel Nelfort.

Partis de la place Jean Jacques Dessalines au champ de Mars, les manifstants qui en ont profité pour lancer des slogans hostiles au président Michel Martelly qu'ils ont associés aux deux hommes remis en liberté, se sont arrêtés devant le ministère de la justice et de la sécurité Publique(MJSP) avant de se rendre devant le parquet de Port au Prince où les organisateurs ont fait la déclaration finale.
 
C'est la responsable de programme du RNDDH, Marie Yolène Gilles Colas,  qui a donné lecture de cette déclaration. Les initiateurs de la société civile exige l’ouverture d'une enquête administrative en vue de déterminer les circonstances dans lesquelles la décision de libérer Sonson Lafamilia et Renel Lerecif  et exhorte les juges de la cour de cassation a réviser le jugement.
 
Mais les manifestants ont pointé du doigt le président Martelly et le juge Lamare Bélizaire dans la libération de
Woodly Etheard et Renel Nelfort que la police avait présentés comme les deux principaux chefs du gang criminel Galil .
 
L ex directeur général de la police nationale d’ Haïti, Mario André qui a pris part a cette marche contre l'impunité a exprimé ses préoccupations face à  la libération des deux individus.

Mario Andrésol croit que c’est une menace pour la sécurité des policiers et dénonce la faiblesse de la justice qui est, selon lui, au service des autorités politiques.
 
L un des responsables du Mouvement Politique  de l’Opposition Démocratique (MOPOD), Serges Jean Louis,  a salué l’initiative des organisations de la société civile  de faire connaitre leur indignation face à l’impunité.

  Estimant que cette démarche était  tardive, il a souligné  que ces quatre dernières années ont été marquées par des scandales judiciaires.

Serges Jean Louis appelle tous les secteurs de la société a s’ unir en vue de faire échec à un plan du pouvoir Martelly qui viserait à transformer le pays en un état narco-trafiquant.

                            
Le Ministère dominicain de la santé  confirme un cas de mortalité par la grippe H1N1: Au moins 4   autres personnes ont éte contaminées.Des mesures de prévention annoncées pour éviter la propagation du virus en République dominicaine. Les autorités sanitaires haïtiennes devraient également adopter des dispositions pour empêcher l'introduction du virus en Haïti


Santo-Domingo, 6  mai 2015- (AHP)-Le ministère dominicain de la Santé a confirmé mecredi  la mort d'un 'ingénieur (José Velez ) qui a éte frappé par  la grippe HINI.

Le Dr Altagracia Guzman Marcelino a aussitôt  annoncé  des mesures éducatives et préventives à La Romana et d'autres provinces  pour prévenir la grippe   et empêcher qu'elle  continue d'affecter la population.

Outre l'ingénieur en refrigeration décédé, une pharmacienne du nom de Rosa Elvia Roble a éte diagnostiquée avec le virus et 3 autres poersonnes  dont Ernesto Mateo ont été  contaminées


Le Dr Peter Sing, président du collège médical dominicain,  a appelé mercredi   les autorités de la  santé à  davantage de  mesures préventives pour empêcher la propagation du virus H1N1 qu'il considère comme très  contagieux  ainsi que la grippe A et B.

"Nous devons travailler en permanence pour empêcher  que le virus ne favorise  des épidémies qui pourraient submerger les hôpitaux et les  centres de santé du pays", a averti  Sing.

De son côté, le Dr Talia Flores, président de la société qui s'occupe des maladies infectieuses  a demandé au public de ne pas s'alarmer, tout en reconaissant que le virus est très  contagieux.

Les autorités sanitaires haïtiennes devraient également adopter dans le meileur délai  des dispositions pour empêcher l'introduction du virus en Haïti.

"Participation du Président de la République au 10ème Forum Economique Mondial sur l'Amérique Latine
 
Port-au-Prince, mercredi 6 Mai 2015 : Le Bureau de Communication de la Présidence informe la population en général et la Presse en particulier que le Président de la République, S.E.M. Michel Joseph Martelly, a laissé le pays, ce mercredi 6 Mai 2015, à destination du Mexique pour participer au 10ème Forum Economique Mondial sur l'Amérique Latine.
 
Au cours de son séjour au Mexique, le Président de la République en profitera pour s'entretenir entre autres avec son homologue mexicain, M. Enrique Peña Nieto.

Le Chef de l'Etat sera de retour au bercail le vendredi 8 Mai
2015."                                                                                         

Nouvelles du 5 mai 2015                                                                    

Le BCEN mis en place pour stuater sur 15 recours dont celui qui concerne  Sopia Mertelly: Le sénateur Jean-Baptiste Bien-Aimé appelle la justice à mettre l’action publique en mouvement contre la première dame pour avoir voté lors des élections de 2010 alors qu’elle détenait encore la nationalité américaine


Port-au-Prince, le 5 mai 2015 – (AHP) – Le conseil électoral provisoire (CEP) a procédé ce mardi par tirage au sort, à la formation du BCEN (Bureau du contentieux électoral national), appelé à statuer sur les 15 recours exercés au CEP suite aux décisions des BCED (Bureau du contentieux électoral départemental).

Trois compositions formeront le tribunal suprême électoral. Le secrétaire général du CEP a indiqué que, suivant le tirage au sort, la première composition du BCEN comprend les conseillers Yolette Mingual et  Néhémie Joseph, le juge Frantz Brice et les avocats Pierre Wildly Charles et Juniac Pierre.

Dans la 2e composition, on retrouve Ricardo Augustin et Jaccéus Joseph comme conseillers électoraux, Clunie Pierre Jules comme juge et les juristes Robert Jean-Louis et Gamaël Dieudonné.

Enfin, la 3e composition comprend les conseillers Vijonet Démerot et Marie-Carmelle Paul-Austin, les juristes Rousse Célestin et Marc Cadet et la juge Mimerose A. Janvier.

Le BCEN devra entre autres statuer sur les cas de Sophia Martelly dont la candidature est contestée pour soupçon de nationalité étrangère et défaut de décharge, et de Rudolph Boulos, un ancien sénateur qui avait dû démissionner pour "nationalité étrangère" presumée.

Le sénateur Jean-Baptiste Bien-Aimé appelle aussitôt la justice à mettre l’action publique en mouvement contre la première dame pour avoir voté lors des élections de 2010, alors qu’elle détenait encore la nationalité américaine, selon ses propres déclarations.

Ce sont les avocats de la première dame , dont la candidature a été contestée pour double nationalité détient, qui ont révélé que c'est  le 31 mars 2014, qu'elle a renoncé à sa nationalité américaine pour adopter uniquement la nationalité haïtienne.

Née à New-York le 9 octobre 1965 Sophia St-Rémy, jouissait des privilèges que lui confèrent sa nationalité americaine depuis uune cinquantaine d'année.
 
Le sénateur
Bien-Aimé  rappelle que la constitution haïtienne de 1987 sous l’égide de laquelle les élections ont été organisées, ne reconnaissait pas la double nationalité. Aussi, a-t-il dit, Sophia Martelly était interdite de vote en Haïti.
 
C’est fort de ces considérations que le parlementaire exhorte le BCEN à rejeter la candidature de Sophia Martelly.



Le sénateur Wetsner Polycarpe avait déjà la veille appelé la justice à mettre l'action publique en mouvement contre Madame Martelly pour usage de faux, demandant du coup  au BCEN d'être vigilant afin de conserver la confiance de la population dans le processus électoral.

Il a qualifiét de provocation la candidature de Sophia Martelly au Senat pour le département de l’Ouest.


Le parti politique Kan Pèp La, appelle également le BCEN à écarter de la course électorale, la première dame Sophia Saint-Rémy Martelly.
 
Une candidature que Renel Sanon, membre du directoire du parti, assimile à un ballon d’essai estimant que l’objectif de madame Martelly va plus loin que le Sénat.
 
Il appelle les citoyens à la vigilance afin d’empêcher la première dame de tenter  d’accéder à la présidence au terme du mandat de son époux.

Pour sa part, le porte-parole du parti, Camille Charlmers, demande au CEP de
faire preuve de vigilance afin d’éviter que le processus ne soit influencé par l’économie criminelle et l’argent de la drogue.
 
Camille Charlmers a aussi dénoncé l’implication du PNUD qui, soutient-il, assure le contrôle financier des activités électorales. Une situation qu’il juge inacceptable.

Des organisations populaires avaient  organisé  lundi un sit-in devant le siège principal du Conseil Electoral Provisoire à Pétion-Ville pour dénoncer la décision du tribunal électoral de l’Ouest 1 presidé par Wally Dessence  d’autoriser la validation de  la candidature au sénat de la première dame Sophia Martelly.

L’épouse du chef de l’Etat ne remplit pas les conditions pour briguer un siège au Sénat, ont-ils dit, menaçant de renforcer leur mouvement si
Le pastorale universitaire de l’Archidiocèse de Port au prince annonce la tenue de la septième édition de son congrès universitaire qui se déroulera du 8 au 10 mai dans les locaux de la Faculté des sciences infirmières de l’Universite Notre Dame d'Haiti a Pacot.
 
Le thème retenu cette année est ‘Force de la manipulation au niveau des universités haïtiennes’’, selon le directeur  de la pastorale universitaire, Père Frantzy Petit Homme qui informe qu’environ mille cinq cent étudiants des différentes régions du pays sont attendus au congrès organisé en prélude à la fête du drapeau et de l’ université.
 
Messes, conférence-débats, expositions de livres sur le centième anniversaire de l’occupation Américaine sont parmi les activités prévues .
                                                                                                                                              Père Frantzy Petit Homme le BCEN maintient la candidature de madame Martelly.

            

 
  Des oganisations populaires menacent de relancer la mobilisation anti-gouvernementales pour dénoncer des persécutions politiques et des connivences avec de dangereux criminels


Port-au-Prince, le 5 mai 2015 – (AHP) – Des organisations populaires de l’opposition ont annoncé lundi la relance des contestations contre l’équipe au pouvoir et annoncent en ce sens une manifestation de rues le 18 mai prochain a Port-au-Prince.
 
Le président de l’organisation Grenadye 07, Gymps Lucien qui réclame la démission du président Michel Joseph Martelly continue de dénoncer la corruption qui caractérise, selon lui, le pouvoir en place et dit s'opposer à la réalisation d'élections dans le contexte politique actuel. 
 
Par ailleurs, Gymps Lucien annonce un sit in le lundi 12 mai devant les locaux de l'ambassade de France au champ de Mars, à l’occasion de la visite du président François Hollande.Ce sera l’occasion, a-t-il dit,  de réclamer la restitution des fonds versés à l’ancienne métropole pour la reconnaissance de l’indépendance d’Haïti. 
                                                                                                                                                                                                      
Le Mouvement de de Liberté d’Egalité des Haïtiens pour la Fraternité a réclamé pour sa part, la libération de deux militants de Fanmi Lavalas, Clevens et Nadal Aristide arrêtés, selon lui, dans des circonstances confuses.
 
Un des militants du MOLEGHAF, Nevelson Jean Baptiste, fait savoir que plusieurs organisations populaires projettent d’organisent un train d’activités de protestation pour presser les autorités compétentes de libérer les concernés.
 
Nevelson Jean Baptiste dénonce une politique de deux poids, deux mesures au sein de la justice haïtienne, soulignant que de dangereux criminels bénéficient de la complicité de juges pro-gouvernementaux, tandis que des innocents croupissent en prison.


Haïti dans une situation financière et économiquer difficile: dépréciation accélérée de la gourde


Port-au-Prince, le 5 mai 2015 – (AHP)
Haïti vit une situation économique et financière extrêmement difficle qui serait due à une mauvaise gestion des fonds publics, malgré la satisfaction exprimée par l'ambasadeur venézuélien en haïti  de la gestion faite par le gouvernement haïtien des fonds Petro Caribe..

L'argent se ferait de plus en plus rare. L'Etat serait confronté à des difficultés pour honorer des engagements et  le paiement  des  employés de l'Etat accuserait des retards, selon des sources proches du gouvernement.

Le taux moyen de vente des banques  (TMA)   était ce mardi de   48.0883 gourdes. Mais, pour de nombreux secteurs, il ne s'agit que d'un taux officiel. Et le "50 gourdes" pour  un dollar  tant redouté, serait bien plus  proche  qu'on ne le pense, malgré des  coups de freins.

Dans différents milieux, on craint une hécatombe économique. Et malgré les bons mots en public  de diplomates  étrangers qui ont toujours soutenu le gouvernement, ils sont bien conscients de la mauvaise situation que certains disent irréversible.

Et pour comble de malheur, il n'y aurait  presque plus de décaissements de fonds en faveur d'Haïti.

Et même pour des elections voulues par un secteur de la communauté internationale, celui-ci n'ira pas plus loin que  38.5 millions de dollars, même si le budget des élections est environ le double, soit 
66.5 millions.

Et la promesse du gouvernement de compenser la différence reste hypothétique.

Justement, les risques de dérapage de la situation, pourrait être provoqués par les elections, plus precisément par ce que de nombreux secteurs appellent l'obstination de la première dame Sophia Martelly, à se porter candidate, avec des supports au sein même de l'appareil électoral, en dépit de sa nationalité étrangère présumée.

De fait, les réflextions et déclarations enregistrées au cours de micro-trottoirs, d'émissions lignes ouvertes et de sit-in autour de ce dossier, ne sont pas rassurantes.

L'ambassadeur vénézuélien en Haïti affirme que  son gouvernement est satisfait de la gestion des Fonds Petro Caribe: une déclaration qui contraste avec les critiques sur  l'utilisation jugée scandaleuse de ces fonds 

Port-au-Prince, le 5 mai 2015 – (AHP) – Le Venezuela serait satisfait de la gestion faite par le gouvernement haïtien des fonds générés par le programme PetroCaribe.
 
C’est du moins ce qu’a indiqué ce mardi son ambassadeur à Port-au-Prince, Pedro Antonio Canino Gonzalez qui fait état d’une correspondance adressée le mois dernier aux autorités haïtiennes pour leur bonne performance et les informer du rapport favorable d’un audit réalisé autour du programme.
 
Le diplomate n’a toutefois pas donné de détails sur la date de la réalisation de cet audit.
 
Alors que de nombreux secteurs haïtiens dénoncent la mauvaise gestion du programme, notamment  l’utilisation des fonds pour la réalisation de programmes sociaux, l’ambassadeur Gonzalez reputé proche du gouvernement haïtien, affirme noter la réalisation, grâce au fonds PetroCaribe de plusieurs projets d’infrastructures routières et sanitaires.
 
Pedro Antonio Canino Gonzalez soutient que ceux qui affirment le contraire n’ont jamais présenté le moindre document pour soutenir leurs accusations.


Toutefois, face aux critiques exprimées sur l'utilisation des fonds Petro Caribe, l'ancien premier ministre Jean-Max Bellerive  avait  indiqué le mois dernier que c'est au gouvenement qui a succéde à celui auquel il a appartenu (le gouvernement Martelly) de donner des explication sur l'exécution et la gestion des contrats qui avaient eté signés.

"Ce n'est pas à nous d'expliquer  pourquoi des contrats ont été modifiés et  réorientés pourquoi des fonds ont été investis dans un ensemble de petits programmes, ni pourquoi des compagnies dominicaines ont été appelées pour construire des trottoirs", avait indiqué M, Bellerive

L'Etat haïtien doit  1 milliard 600 millions  de dollars au Vénézuéla  dont 1 milliard 400 millions engagés sous le gouvernement Martelly Lamothe, selon des données tirées debut avril du site du Bureau de monetisation de l'aide publique au developement (BMPAD)


Marche pacifique ce mercredi à Port-au-Prince pour  réclamer des sanctions contre le juge Lamarre Belizaire  et  la révision du jugement dit de la honte de deux presumes chefs de gang

Port-au-Prince, le 5 mai 2015 – (AHP)- Des organisations et personnalités de la société civile  maintiennent  la marche pacifique contre l’impunité, ce mercredi 6 mai en vue de protester contre la libération de Woodly Ethéard, alias Sonson La Familia et Renel Nelfort, dit Le Récif, que la police nationale avait presentés comme les deux principaux dirigeants du "gang Galil".

La décision de libérer les deux presumés  chefs de cette association de malfaiteurs poursuivis notamment pour enlèvements suivis de séquestration contre rançon, a été prise en dehors de la loi par le juge à réputation pro-gouvernementale, Lamarre Bélizaire de concert avec le doyen du tribunal civil de Port-au-Prince, Me Raymond Jean-Michel, aujourd’hui en disponibilité.

Le responsable du conseil haïtien des acteurs non-étatiques, Edouard Paultre, soutient que les relations de proximité qu’entretiennent ces individus avec les autorités haïtiennes ne les placent pas au-dessus de la loi.

Pour sa part, Marie-Frantz Joachim de la Solidarité Femme haïtienne ( SOFA), réclame l’ouverture d’une enquête administrative et judiciaire pour faire la lumière sur les circonstances ayant conduit à l’élargissement de ces deux individus  et demandent à la cour de cassation et à la cour d’appel de se prononcer sur la demande de révision de ce dossier  qui leur a été soumise.

Le president du Coletif  decembre , Jean Robert Argant, reclame pour sa part, ds sanctions contre le juge Lamarre Belizaire et de tous ceux qui sont impliqué dans la liberation des deux hommes.

Il invite les citoyens à participer massivement à cette marche pacifique contre l’impunité qui débutera au Champ-de-Mars pour prendre fin devant le parquet du tribunal de première instance au Bicentenaire après des escales notamment devant le ministère de la justice.


***La pastorale universitaire de l’Archidiocèse de Port au prince a annoncé mardi la tenue de la septième édition de son congrès universitaire qui se déroulera du 8 au 10 mai dans les locaux de la Faculté des sciences infirmières de l’Universite Notre Dame d'Haiti a Pacot.
 
Le thème retenu cette année est ‘Force de la manipulation au niveau des universités haïtiennes’’, selon le directeur  de la pastorale universitaire, le Père Frantzy Petit Homme.

 Il informe qu’environ mille cinq cent étudiants de différentes régions du pays, sont attendus au congrès organisé en prélude à la fête du drapeau et de l’ université.

 
Messes, conférence-débats, expositions de livres sur le centième anniversaire de l’occupation Américaine sont au nombre des activités prévues .